Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Mer 6 Aoû - 1:17





C'était le troisième jour depuis l'arrivée de la princesse royale de Soriyeo au palais de sa grandeur impérial. Les préparatifs pour son départ allaient bon train, bien qu'elle n'ait pas revue l'empereur, il devait en avoir été parfaitement informé. Si tous s'étonnait de ce départ précipité qui semblait avoir soulevé bien des questions et donnait lieu a de nombreux commérages, l'escorte de son altesse royale avait prit la nouvelle de façon visiblement soulagé. Particulièrement le capitaine Choi Young, bien que comme tout a chacun, il s'interroge grandement sur le pourquoi de ce départ.

Mettant au point les derniers préparatifs de son départ, Sian Nyang s’efforçait de ne point se perdre en regret et surtout de tout oublier de ce qui avait pue la lier a l'empereur .. Quoi que cela ait été d'ailleurs. Elle était juste désireuse de partir et au plus vite, avant que le destin ne se mêle encore de sa vie avec larmes et fracas. Mais cela était sans compter sur l'intervention de ses frères. En effet, elle ignorait qu'en ce moment même, une lettre en provenance de Soriyeo était délivré a l'empereur. Une lettre qui pourrait bien compromettre ses quelques projets de départ.

------------------------------------


A sa Grandeur impérial, Sun Liu Ma, empereur de l'empire Miyong.

Votre grandeur, a l'heure ou vous lirez ces mots, probable que vous aurez fait la connaissance de notre sœur, son altesse royale la princesse Sian Nyang de Soriyeo. Comme dit dans nos précédents courriers, nous ne cacherons pas a votre grandeur, notre désir qu'elle ait pue lui plaire, néanmoins connaissant sa nature quelque peu difficile et son tempérament fougueux, nous ne tiendrions pas rigueur a votre grandeur qu'elle ne s'en fasse pas une épouse ou une concubine.

Néanmoins dans le but évident de maintenir une amitié prospère et sincère entre nos deux peuples, d'ou découlerait les quelques dispositions convenues précédemment, nous espérions que votre grandeur dans son infini clairvoyance saurait trouvé un bon parti pour notre sœur bien aimée. Nous vous donnons notre pleine bénédiction pour la marier a un homme digne, droit et bien né, dont l'alliance a notre famille serait profitable a tous. Prenez cette lettre comme une procuration a notre bénédiction.

Dans l'attente de nouvelles de votre part que nous espérons heureuses, moi, majesté royale de Soriyeo, ainsi que toute la famille royale vous envoyons nos  salutations distingués ainsi que nos souhaits d'un règne long et prospère pour votre grandeur.  

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Mer 6 Aoû - 6:05



A sa Grandeur impérial, Sun Liu Ma, empereur de l'empire Miyong.

Votre grandeur, a l'heure ou vous lirez ces mots, probable que vous aurez fait la connaissance de notre sœur, son altesse royale la princesse Sian Nyang de Soriyeo. Comme dit dans nos précédents courriers, nous ne cacherons pas a votre grandeur, notre désir qu'elle ait pue lui plaire, néanmoins connaissant sa nature quelque peu difficile et son tempérament fougueux, nous ne tiendrions pas rigueur a votre grandeur qu'elle ne s'en fasse pas une épouse ou une concubine.

Néanmoins dans le but évident de maintenir une amitié prospère et sincère entre nos deux peuples, d'ou découlerait les quelques dispositions convenues précédemment, nous espérions que votre grandeur dans son infini clairvoyance saurait trouvé un bon parti pour notre sœur bien aimée. Nous vous donnons notre pleine bénédiction pour la marier a un homme digne, droit et bien né, dont l'alliance a notre famille serait profitable a tous. Prenez cette lettre comme une procuration a notre bénédiction.

Dans l'attente de nouvelles de votre part que nous espérons heureuses, moi, majesté royale de Soriyeo, ainsi que toute la famille royale vous envoyons nos salutations distingués ainsi que nos souhaits d'un règne long et prospère pour votre grandeur.  



Le dragon laissa tomber lourdement le rouleau porteur du message sur sa table en soupirant. Il étira son cou endolori et fit rouler ses épaules fatiguées après tant de lecture et par la lassitude que la dernière lettre provoquait chez lui. Il n'arrivait pas à croire que la famille royale de Soriyeo continuait à le harceler pour lui offrir leur princesse. En d'autres circonstances, cette union aurait été des plus intéressantes. En acceptant la princesse parmi ses femmes, il aurait eu une alliance solide avec le royaume de Soriyeo, cependant, plusieurs choses indiquaient que ce plan n'était pas une aussi bonne idée qu'elle se prétendait être. Premièrement, Sian Nyang n'était pas qu'une membre principale de la famille royale, elle en était la première princesse. Une princesse de son rang aurait dû mériter la place d'impératrice, mais cette position était effectivement déjà prise. Ensuite, l'empressement dont ses frères faisaient preuve pour la marier prouvait qu'ils ne la portaient pas la princesse dans leur cœur et semblaient posséder peu d'affection fraternelle pour la jeune femme. À quoi servirait-il de s'unir avec une femme dont ils se souciaient peu?

-Tout va bien, Votre Majesté? demanda Chen Po, toujours fidèle à son poste.

L'empereur lâcha un lourd soupir et referma le rouleau pour ensuite le contempler en silence. Entre temps, les frères de la dame lui donnaient le champ libre pour la garder auprès de lui et s'il ne voulait pas d'elle, il pouvait l'offrir à un homme méritant. Ses frères, le quatrième prince et le cinquième prince étaient toujours célibataires...

Non, mais à quoi pensait-il? Malgré les tensions entre le dragon et le renard, ainsi que la différence de leurs cultures, il ne pouvait pas nier avoir de l'affection pour son étrange personne. Sa franchise le fascinait, même si elle était source de la majorité des tensions entre eux, mais sa nature secrète le rendait, encore une fois, peu enclin à la laisser partir aussi aisément. Par diplomatie -et par orgueil-, cependant, il n'avait pas chercher à la garder auprès de lui, mais cette lettre ne lui laissait plus le temps d'hésiter davantage. S'il la laissait retourner chez elle ou n'importe où ailleurs, le royaume de Soriyeo pourrait le prendre pour une insulte et seul les dieux savaient à quel point quelque chose d'aussi futile pouvait énerver une famille royale et mettre son empire en péril.

-Tu vois ce rouleau, Chen Po? fit remarquer le dragon. Les frères de Sa Grâce poursuivent leurs demandes au sujet d'une union entre elle et moi. Ils demandent que je lui trouve un bon et honorable époux parmi mes sujets si elle ne me plaît pas, ha!

L'eunuque s'approcha, il fixait Sa Majesté avec un sourire niais aux lèvres, les yeux emplit de sous-entendus. L'empereur remarqua l'expression de son serviteur, puis haussa sourcil.

-Qu'as-tu donc à me regarder comme cela? s'enquit le dragon en le fixant de manière incrédule.

Avec un grand sourire, Chen Po transféra son poids d'un pied à l'autre.

-Pourtant, la princesse royale plaît à Sa Majesté, n'est-ce pas? répondit l'eunuque joyeusement. Le harem a aussi besoin de nouveaux visages.

Son grand sourire disparu aussitôt lorsque l'empereur se mit à attaquer ses pauvres jambes avec le rouleau mais sans pour autant chercher à lui faire mal sérieusement. Le serviteur se mit à sautiller sur place, implorant bêtement le pardon impérial pour avoir oser parler devant l'empereur.

-Espèce d'idiot! s'exclama l'empereur avant de se lever et se diriger rapidement vers la sortie. Chen Po le suivit prestement, demandant à Sa Majesté où il allait avec tant d'empressement. Au pavillon du ciel clair!

Cela ne prit qu'un court instant pour qu'il se rende au palais des femmes. Il pénétra, attirant les regards curieux de toute les femmes et les hommes se trouvant sur son passage. Chacun se poussaient sur les côtés pour lui faire place et baissaient cérémonieusement la tête lorsqu'il passait.

Au bout de quelques minutes, il arriva au pavillon du ciel clair où il fut accueillit par un eunuque plutôt embarrassé. Il demanda ce qu'on l'annonce à Sa Grâce. Devant le long moment d'hésitation du serviteur, Chen Po s'avança brusquement vers lui et lui donna un coup derrière la tête.


-Comment oses-tu, sais-tu seulement à qui tu t'adresses! s'écria Chen Po en le repoussant sèchement pour faire le travail à sa place. Arrivée de Sa Majesté impérial!

Les portes s'ouvrirent brusquement et il pénétra à l'intérieur sans plus attention, mais il ne s'attendait certainement à ce que la princesse soit déjà avec un visiteur et encore moins en indésirable présence.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Mer 6 Aoû - 13:32


Il régnait au pavillon du ciel clair un calme apaisant, chacun vacant a ses occupations pour le départ proche de sa grâce, la princesse royale Sian Nyang de Soriyeo. Si de prime abord, la princesse avait eu quelques gênes a ce que tant de monde soit dévouée a sa personne, elle avait eu vite fait de s'y accommoder et de les digérer d'une main de maître. Bien que pas toujours d'accord avec les protocoles rigoureux de Miyong, elle veillait néanmoins a ce que le pavillon qu'on lui avait alloué pour la durée de son séjour ne fasse pas défaut au reste du palais impérial.

Au matin, était enfin arrivé, un serviteur en provenance de la province de Kwang Num An, les couturières avaient finies leurs œuvres et ainsi sa garde de robe, bien qu'ayant peu de mesure a celle qu'elle possédait de prime abord, se trouvait moins amoindri. Les étoffes qu'elle avait choisie pour la confection de ses nouvelles tenues venaient tant de Soriyeo que de Miyong. Un mélange des deux cultures qu'elle s'était d'ailleurs employée a maître en valeur de par la tenue qu'elle avait revêtue ce jour. Elle portait un Hanbok blanc, donc elle avait omit de mettre la veste. Veste remplacée par un élégant Hanfu de satin noir brodé de fleur d'or et bleu. Pour en maintenir les pans, serrait a sa taille, une large ceinture noir et or ou trônait l’emblème de la famille royale de Soriyeo: Le dragon.

Sa chevelure était peignée avec simplicité, reposant docilement sur son dos, retenue sur chaque coté de sa tête par des ornements de perles fleuris. Des perles il y'en avait encore, pendant a ses oreilles puis en un long collier qui reposait élégamment sur le haut de sa poitrine. Une poitrine qui se soulevait au rythme lent de sa respiration. Assise confortablement devant une tasse de thé, Sian Nyang s'évertuait de son mieux a oublier que demain elle quitterait Miyong. Si c'était la son choix, un choix qu'elle s'efforçait de penser être le mieux, il n'en était pas moins vrai que son prochain départ lui causer quelques tristesses. Elle n'était la que depuis quelques jours et il s'était pourtant déjà passé tant de choses. Tant et si peu a la fois. C'était complexe, comme tout ce qui touchait a sa relation avec l'empereur d'ailleurs c'était bien pour ça qu'il valait mieux qu'elle y mette un terme. Quoi que soit ce a quoi elle devait mettre un terme.

Soupirant doucement par la tournure que prenait a nouveau ses pensées, une surprise de taille vint a se faire annoncer. " Le seigneur Tankishi Guan demande audience votre grâce. " Elle ouvrit un regard étonné et pensa un instant a le congédier tant sa présence lui était déplaisante, mais se rappelant le genre d'individu qu'il était, elle prit sur elle de ne rien en faire.Elle se leva, lissa quelque peu nerveusement son Hanfu puis consentie enfin a le recevoir.  Il apparut un instant plus tard, égale a lui même. Image de l'assurance, de l'arrogance du luxe et fallait il bien lui reconnaître d'un charme ténébreux, bien que gâchait par le sourire suffisant qu'il affichait. Le regard brillant, il baissa a peine la tête en une révérence qui n'en était pas vraiment une, puis demanda a ce que les serviteurs prennent congé. Elle acquiesça a cela et ce malgré leurs regards effarés, les choses dont elle devait discutée avec lui ne pouvait être entendue. Satisfait, il s'approcha d'elle, la détaillent insolemment et ouvertement du regard. " Votre grâce est d'une élégante beauté aujourd'hui, pas vraiment d'ici et pas vraiment d'ailleurs. " Il se saisit d'un des pans d'une des manche de son Hanfu faisant mine dans caresser délicatement le tissus, elle s'éloigna d'un pas sans sourciller. Posant son regard froid sur lui, elle lâcha d'une voix sereine. " Que me vaut la déplaisante surprise de votre présence seigneur Guan " Il haussa un sourcil amusé avant de partir d'un éclat de rire. " Il me plait de vous entendre m’appeler seigneur tigresse, vous commencez a vous faire a la place qui sera bientôt votre a mes cotés. " Relevant la tête dignement, elle afficha un regard de pure indifférence. " Jamais. Maintenant a moins que votre visite n'ait quelconque motif, je vous prierais de me laisser. "

Il la considéra un instant, avec attention, trop d'attention, comme si il cherchait la a comprendre quelques mystères. Un léger rictus contrarié vint se peindre sur ses traits une bref seconde, puis il en revint a son attitude désinvolte. " Je visitais sa majesté impériale, comme j'ai appris que vous comptiez nous quitté .. Je me suis dont hâté dans les quelques craintes que ce ne soit moi qui vous ai fait fuir. "  Elle le regarda, un sourire ferme et faignant l'amusement, aux lèvres. " Ce serez vous accorder trop d'honneur que vous fuir. Pourquoi le devrais je ? Qui y'a t'il que je doive craindre chez vous ? " Dans l'absolue c'était une vérité, mais dans les faits, elle jouait la a un jeu dangereux, il avait quelques cartes dont elle le savait capable d'user. Il s'approcha a nouveau. " Je n'ai rien contre la chasse princesse, néanmoins je m'étais presque fait a l'idée de vous faire mienne sans trop d’efforts. " Son regard se teinta d'une colère sourde, bien malgré elle, mais il lui était difficile de rester parfaitement calme face a pareil individu. " Je ne serais jamais a vous Tankishi. " Il parti d'un éclat de rire puis accrocha son regard au sien. " Combative jusqu'a la mort. J'aime ce trait de caractère, encore plus chez une femme. Tantôt calme et apaisée, tantôt tigresse ou peut être renarde .. Il y'a une dualité chez vous que nul ne peut suspecter n'est ce pas. C'est ancré dans votre nature profonde." Ses dernières paroles lui causèrent un grand émois de par ce qu'elles insinuaient .. Puis il y'avait ce regard qui ne la quittait pas. Ce regard trop sur de lui. Un terrible doute vint a l'assaillir. Il savait. Pourtant cela était chose impossible. Mais avant qu'elle ne puisse s'en inquiéter d'avantage, il poursuivit. " Une princesse telle que vous mérite mieux que d’être chasser jusqu'au bout du monde, ne serions nous pas plus confortable ici ? " Sa voix se fit caressante d'une manière dérangeante. " Puis votre grâce ne m'avait elle pas fait quelques promesses ? " Profitant de sa stupeur, il enchaîna. " Ne deviez vous point mettre fin a mes agissements ? " Cette fois ce fut elle qui s'approcha, juste un peu. Façon de reprendre l'avantage et d’accrocher son regard. " Mon départ ne sera pas une entrave a cela, je n'ai pas oubliée mes paroles et qu'importe la ou j'irais, je veillerais a ce que vous ne puissiez plus nuire a quiconque. " Il eut l'air satisfait, oui parfaitement satisfait.

" Ne serait il pas plus aisé pour vous de venir a bout de mes activités si nous étions plus proche. " Proche, en l'instant il l'était bien trop, mais elle n'en laissa rien paraître, s'accrochant a son masque de froideur et d'indifférence. " Vous m'obligez a me répéter, qu'a cela ne tienne, je ne serais jamais votre, jamais ! " " Allons bon tigresse, il ne faut jamais juré de rien. Peut être est ce le terme de concubine qui vous déplaît, peut être aimeriez vous m'appartenir de façon plus exclusive. " Il eu l'arrogance de se saisir d'une de ses mèches de cheveux, elle ne bougea pas, droite, hautaine. " Je suis sur que vous saurez me divertir suffisamment pour que je n'ai nulles envies de posséder autres femmes que vous .. Mais si le terme vous déplaît alors que diriez vous de celui d'épouse ? " Elle lâcha un léger rire. " Cela n'arrivera jamais Tankishi, seriez vous en train de vous perdre en quelques folies ? Vous, vous croyez peut être posséder beaucoup mais la sont vos limites. " Son regard se fit enjôleur. " Croyez vous princesse ? Et si j'écrivais a vos frères pour m'entretenir avec vous de cette proposition ? " Elle ne cilla pas, bien que son pouls se mit a battre plus vite. " Mes frères ne vous accorderont jamais cela, épargnez vous quelques démarches bien inutiles. " Un sourire satisfait apparut sur ses lèvres alors qu'il lui répondait de manière confiante. " Qu'adviendrait il si je leur demandais votre main avec quelques assurances que le commerce de Soriyeo se fasse plus facile, avec l'assurance de l'appuis de ma famille et tout cela simplement en l'échange de votre personne et d'un soutien futur quand se fera l'heure qu'il soit mit de l'ordre dans Miyong ? " Cette fois, elle ne put caché pleinement ses émotions et afficha un regard choqué, non pas par la crainte d'un mariage, bien que cela l'agite au plus au point mais par ses propos sur l'avenir de Miyong. " Que voulez dire par mettre de l'ordre dans Miyong ? " Il souleva un sourcil étonné alors que sa mine se faisait contrarié. " Vous soucieriez vous dont de sa grandeur, les rumeurs seraient elles fondées, s'est il permis de croire pouvoir vous posséder ? " La réponse tomba trop rapidement, sans qu'elle n'y ait pris garde. " Il ne s'est rien passé entre moi et sa grandeur " Siffla t'elle. Cela était la vérité .. Enfin. " La vivacité de vos propos laissent a penser le contraire. Alors c'est pour ça que votre grâce s'en va avec tant de précipitations ? Sa grandeur n'aurait il pas été a la hauteur ? " Demanda t'il moqueur. Elle leva son bras avec rapidité dans le but évident de le gifler, mais avant que son geste n'ait pue atteindre sa joue, il s'en saisit brutalement, en profitant pour la ramener contre lui, mêlant ainsi leurs souffles. " Ne levez jamais la mains sur moi tigresse, pas a moins d’être prête a en assumer ma réponse. " Sa voix n'était qu'un murmure d’insinuation détestable, ce n'était pas par des coups qu'il répondrait. Elle se débattit tant bien que mal ,mais cela n'eut d'autre effets que l'amuser. " Lâchez moi ou je jure que vous le regretterez. " Gronda t'elle.  Ils s’affrontèrent du regard quelques secondes puis mettant terme a tout cela, on n'annonça sa grandeur. Il la relâcha brusquement la laissant chancelante alors que les portes s'ouvraient pour laisser place a l'empereur.

Peinant a reprendre le contrôle de ses émotions, elle s'inclina néanmoins avec grâce dans une révérence parfaite. " Votre grandeur. " Alors qu'elle se redressait, son cœur tambourina dans sa poitrine, elle savait ce qu'il désirait, que son regard croise celui de sa grandeur afin que le curieux lien qui les unissait depuis les prémices de leur rencontre glisse a nouveau entre eux. Mais elle se le refusa. Mieux valait rester froide et indifférente que subir a nouveau ses tourments. Elle se tourna vers son eunuque en chef alors que Tankishi tout sourire ouvrait la discutions avec l'empereur. " Veuillez faire préparé du thé pour sa grandeur. " Elle porta ensuite son attention sur les deux hommes. " Votre grandeur, ayant appris le départ imminent de sa grâce, je me suis permis une visite dans le but de la convaincre de ne point nous quitter avec tant de hâte. " Le sourire satisfait, il enchaîna sans la quitter du regard. " J'ose espéré qu'elle a été sensible a mes arguments. " Pour tout regard extérieur, cela n'étaient que paroles anodines mais il ne fallait pas s'y méprendre cela sonnait telle une menace et elle savait que s'en était belle et bien une. Gardant pleine mesure sur ses sentiments, elle dissimula les quelques réactions qu'il espérait obtenir d'elle de par un sourire aimable. Rien ne trahissait la colère sourde qui l'habitait, si ce n'est peut être la main agrippant le bracelet dissimulé sous les pans de son Hanfu. La seule chose capable de la calmer quand une émotion violente et indésirable se faisait ressentir.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Mer 6 Aoû - 20:04


Tous s'étaient agiter lorsque l'empereur pénétra à l'intérieur du pavillon, se dirigeant aussitôt faire la résidence de la maîtresse temporaire des lieux. Il était l'empereur, il n'avait pas besoin d'attendre la permission d'entrer et donc il traversa rapidement les dernières portes. S'il avait pu penser que la princesse était déjà en compagnie d'une autre personne, Guan Tankishi aurait été la dernière personne sur sa liste de possible rencontre. À sa vue, il fronça des sourcils, ignorant totalement pourquoi un homme pareil aurait osé ses présenter au pavillon du ciel clair.

« Veuillez faire préparé du thé pour sa grandeur.»

Le dragon hocha doucement la tête, puis ajouta qu'il désirait aussi qu'on lui apporte quelque chose de frais à grignoter, tel que des fruits. S'il ne pouvait s'en prendre directement au cousin de l'impératrice, il pouvait cependant imaginer qu'il croquait savoureusement sa tête arrogante entre ses dents.

-Votre Grâce, salua-t-il avec un brin d'affection dans le ton de sa voix. Guan Tankishi, ajouta-t-il ensuite plus froidement afin de démontrer clairement son mécontentement. Comme à son habitude, le fils de ministre ne s'agenouilla pas devant lui comme il aurait dû le faire officiellement, mais l'empereur n'osa pas faire de commentaire. Il n'était pas venu pour lancer des piques à cet individu malsain.

« Votre grandeur, ayant appris le départ imminent de sa grâce, je me suis permis une visite dans le but de la convaincre de ne point nous quitter avec tant de hâte», dit-il en regardant la dame intensément, une action qui lui était formellement interdite par le protocole à moins qu'il eu reçu la permission ou recevait une amitié quelconque de la part de la princesse, ce que l'empereur doutait beaucoup. «J'ose espéré qu'elle a été sensible a mes arguments.»

Le dragon conserva tout d'abord un silence poli, analysant méticuleusement la situation dans laquelle ils se trouvaient. Il s'agissait d'une position délicate et la présence de la princesse n'arrangeait en rien la situation. En d'autre circonstances, il aurait pu discipliner le cousin de la princesse comme les règles le demandaient.

L'empereur prit une allure solennelle, le genre de pose qui faisait frémir les serviteurs ou les ministres, car ils savaient que le dragon s'apprêtait à donner des ordres ou faire un sermon. Il regarda le fils de ministre de haut. Leurs regards se jetèrent des éclairs, non, ils ne s'aimaient pas du tout.


-Sensible ou pas, Guan Tankishi, le départ de la princesse royale ne vous concerne en rien, dit-il calmement. Je tiens aussi à ajouter que vous avez reçu nullement l'autorisation de vous adressez à Sa Grâce, à moins que vous aillez reçu une permission spéciale de Sa Majesté, l'impératrice, car il s'agit de la seule femme que vous aillez droit de voir librement en ces lieux.

Un sourire narquois ourla les coins de ses lèvres.

-Toutefois, si je me souviens bien, votre famille n'est pas en excellent terme avec Sa Majesté et je doute qu'elle vous permette de la rencontrer avec autant d'aisance aujourd'hui, à moins que vos rapports se seraient améliorés, si tel est le cas, veillez à m'excuser, car je me tiens très peu au courant de cela.

«Je me tiens très peu au courant de tout ce qui vous concerne plutôt» songea froidement le dragon en jetant ensuite un œil à la princesse. Sa main, visiblement nerveuse, s'était réfugiée dans la manche de son hanfu. Il devina immédiatement qu'elle devait taquiner son précieux bracelet du bout de ses doigts. Il inclina doucement la tête vers elle.

-Il y a certains détails dont je désire m'entretenir avec vous, Votre Grâce, lui déclara-t-il doucement avec un sourire avenant. Vous pouvez disposer, Guan Tankishi.

Sa voix se fit ensuite plus froide, plus autoritaire. S'il n'avait qu'un tantinet d'affection pour Sa Grâce, alors il ne ressentait rien d'autre qu'un mépris certain pour le seigneur Guan Tankishi. Heureusement pour lui qu'il faisait partie de sa belle famille ou sinon il aurait tout fait pour se débarrasser de sa branche familiale et de lui en particulier comme il l'avait fait avec d'autre familles par le passé.

-Chen Po, ordonna l'empereur, veille à escorter le seigneur Guan Tankishi à la sortie, je te pris. Je crains qu'il n'arrive à se perdre parmi le palais des femmes.

L'eunuque sourit sournoisement, puis indiqua la sortie à l'individu désiré d'un air satisfait. Lorsqu'ils disparurent tout les deux de sa vue, le dragon se permit de lâcher un long soupir d'aise et n'attendit pas que la princesse ne l'invite à s'asseoir. Il prit place confortablement au moment où une servante arrivant avec un plateau sur lequel reposait une théière, deux tasses finement décorées et un bol de porcelaine contenant de gros raisins bien mûr et juteux. Il remercia la jeune femme et spécifia qu'on le laisse seul avec Sa Grâce. Lorsque la pièce coquette ne contenait plus que l'empereur et la princesse, il décida d'aller droit au but.

-Votre Grâce, j'espère que vous avez bien dormi? commença-t-il sur une note chaleureuse. Vos affaires semblent avoir été préparées pour votre départ.

C'était ça aller droit au but? Le dragon se mordilla la langue, puis leur servit élégamment le thé à tout les deux. Une odeur délicate et fruitée envahit aussitôt ses sens et il hocha doucement de la tête, approuvant silencieusement les goûts de la princesse en matière de thé. Après une gorgée et qu'il savoura pendant une minute de silence, ses lèvres bougèrent, prêtes à communiquer la véritable raison de cette rencontre.

-Votre Grâce, je crains devoir vous empêcher de partir, pendant encore quelques temps, avoua-t-il finalement.

Voilà, ça c'était aller droit au but.

-À la suite de brèves communications avec votre famille, je me vois obliger de vous demander de rester pour une durée qui m'est encore incertaine, à ce jour.

Il leva un regard affable vers la jeune femme. La princesse est une femme intelligente et une femme célibataire, elle connaissait certainement les propos qui étaient dissimulées derrière ses phrases respectueuses. Toutefois, il espérait sincèrement qu'elle ne le prenne pas pour un homme assoiffé de luxure et souhaitait agrandir inutilement son harem. Même si leurs vues ne s'accordaient pas toujours aisément, il espéra qu'elle cru qu'il avait plus de respect pour sa personne que ses frères auraient pu lui laisser entendre.

-Une bonne nouvelle, cependant, les réparations du pavillon des invités termineront dans les jours qui suivent, il ne reste plus que l'ameublement, ajouta l'empereur de manière positive. Vous pourrez y emménager dans quelques jours seulement, pour votre bonheur et celui de votre escorte.

Il harponna un raisin qui semblait exquis entre ses doigts, puis tourna pudiquement la tête pour le croquer savoureusement. En effet, il imagina la tête de Guan Tankishi entre ses dents et le jus comme son sang dont il se délecta.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Mer 6 Aoû - 22:26


L'empereur la salua de façon si aimable, qu'elle crue percevoir quelques affections dans sa voix. Néanmoins, elle se refusa ce genre d’espérances. Elle s'était convaincue que l’indifférence était la meilleur des attitudes a adopter face a sa grandeur. Leurs tempéraments a tout deux rendant toute interaction potentiellement propice aux conflits. Tankishi lui, eut en revanche droit a bien moins d'égare. Le ton froid de sa grandeur laissant clairement entendre qu'entre eux nulle amitié n'existait. Pourtant cela ne sembla guère le perturber, bien au contraire il fixait insolemment l'empereur.

Sourire aux lèvres, Tankishi hocha la tête dés que l'empereur eut finit de parler, visiblement nullement impressionné par les quelques paroles intimidantes de sa grandeur. Mimant un respect qu'il était pourtant loin de ressentir, il prit a son tour la parole. " Votre grandeur ignore bien des choses sur l'impératrice, l'excuse au fait que vous la voyez si peu ... Les affaires de l'empire vous retenant bien entendu. " Claqua t'il sournoisement sans sourciller. Il ne contredisait en rien les paroles de sa grandeur, pas plus qu'il ne les acquiescer. Il plaçait juste la quelques réflexions qui feraient sans doute jaser. Après tout nul n'ignorait ce qu'il en était de la relation du couple impérial et ce qu'importe l'image qu'ils tentaient de préserver. Les insinuations payant parfois bien plus que les faits et dans cet art la, comme dans bien d'autres, il s'avérait redoutable. 

Sian Nyang n'accorda que peut d’intérêt a leur échange, soulagée de bénéficier de quelques instants pour remettre un peu d'ordre dans ses pensées et émotions. A bien y réfléchir, elle avait fait le meilleur des choix, il lui fallait quitté Miyong dans les plus brefs délais et ce avant que les choses ne se compliquent encore. Qu'adviendrait il si Tankishi mettait ses menaces a exécution ? Probable que ses frères lui accorderaient sa main sans sourciller. Elle se retint tant bien que mal de frissonner a cette pensée, tandis qu'elle reportait son attention sur l'empereur, se refusant pourtant encore a croiser son regard. Les choses prenant une tournure suffisamment complexe sans qu'elle n'y ajoute le mystère du lien qui les unissait. 

-Il y a certains détails dont je désire m'entretenir avec vous, Votre Grâce, lui déclara-t-il doucement avec un sourire avenant. Vous pouvez disposer, Guan Tankishi.

Ce dernier acquiesça d'un sourire, visiblement nullement offensé d’être ainsi congédié. Il salua l'empereur avant de tourner toute son attention vers la princesse. " Votre grâce, nul doute que nous aurons a nous revoir bientôt. Si vous voulez bien m'excuser, j'ai pour l'heure quelques missives a envoyer. " La menace sonnant telle une promesse, était a peine voilée. Il disparut ensuite en compagnie de l'eunuque en chef de l'empereur. Bientôt, elle se retrouva une fois de plus seule avec sa grandeur, ce qui au vu de leur précédente entrevue était mauvaise idée. Mais pour l'heure, elle s’interdisait de penser a cela, de craintes de réveiller en elle quelques émois peu bienvenus.

-Votre Grâce, j'espère que vous avez bien dormi? Vos affaires semblent avoir été préparées pour votre départ.

Elle le regarda avec étonnement, ce trop plein d'amabilité de sa part la laissait totalement confuse. Que cherchait il au juste ? Il l'avait ignoré depuis leur "altercation" de la veille et voila qu'il s'en venait tout amical jusqu’à elle, mais dans quel but ? Ne voulant guère lui porter offense, de peur qu'il n'ajoute cela a la liste des griefs qu'il avait déjà sans doute contre elle, elle alla s'asseoir face a lui tandis qu'il leur servait le thé. " C'est aimable a votre grandeur de se soucier de mon sommeil. Je suis parfaitement reposée. Quand a mon départ, je vous ai fait part de cela lors de notre dernier entretient et je trouve bien inutile de repousser une décision qui a déjà été prise a plus tard. " Le ton bien qu'aimable ne pouvait cacher la distance évidence qu'elle semblait vouloir mettre entre eux. Se demandant ou il voulait en venir avec ses banalités, elle se saisit de sa tasse pour savouré une gorgée de thé, espérant que le breuvage aurait quelques vertus visant a l'apaiser.

-Votre Grâce, je crains devoir vous empêcher de partir, pendant encore quelques temps.

Relevant la tête vivement, elle en lâcha presque sa tasse qui vint heurté sa coupelle dans un tintement disgracieux. " Je crains de ne pas comprendre ce que votre grandeur essaie de me dire. " Balivernes, elle avait parfaitement bien compris et c'était bien la le problème. Venait il réellement de dire qu'elle avait besoin de sa permission pour quitter Miyong ? Ses yeux se tintant d'un agacement sans mesure, elle porta enfin son regard dans le sien. La sensation était toujours la, tel un serpent s'enroulant autour deux. Mais pour l'heure, elle s'en moquait bien, elle était a deux doigts d'éprouver quelques colères, ce qui lui devenait coutumier en présence de l'empereur.

-À la suite de brèves communications avec votre famille, je me vois obliger de vous demander de rester pour une durée qui m'est encore incertaine, à ce jour.

Sa famille .. Il entendait par la ses frères ! Des communications ? Communications dont elle n'avait pas été informer et pour cause, elle en devinait parfaitement la teneur. Non, ils n'auraient pas osés et pourtant. S’efforçant de garder son calme elle lâcha d'une voix froide. " Votre grandeur ne m'avait pas fait savoir qu'elle s'entretenait avec mes frères. Auriez vous dont pris des dispositions dont je ne sois pas informée ? " Son regard désormais de glace ne quittait plus sa grandeur. Elle pensa un instant a prendre a nouveau quelques gorgées de thé pour se donner bonne mesure, mais jugea la que c'était une mauvaise idée, elle n'avait pas envie de ruinée la délicate porcelaine de sa tasse une fois pour toutes. 

-Une bonne nouvelle, cependant, les réparations du pavillon des invités termineront dans les jours qui suivent, il ne reste plus que l'ameublement. Vous pourrez y emménager dans quelques jours seulement, pour votre bonheur et celui de votre escorte.

Elle le fixa longuement lui et son air positif, trop positif, tandis qu'il s'offrait quelques gourmandises. Il avait l'air parfaitement sérieux, parfaitement serein ce qui ne fit qu'attisé sa propre colère. Elle essaya de se calmer tant bien que mal, reportant son attention sur les lieux. Elle avait finie par s'attacher a l'endroit, elle n'avait que peu d'envie de loger ailleurs, mais la n'était pas le propos se rappela t'elle en se levant d'un bond avant de soupirer lourdement puis de toiser sa grandeur d'un regard peu amen. " Vous m'en voyez fort ravie pour vos prochains invités votre grandeur. Mais je crains qu'au risque de vous déplaire, il ne soit pas question pour moi d'y loger. Ni la bas, ni ailleurs d'ailleurs. " Elle lui adressa un sourire de façade qui n'avait rien d'aimable, si elle ne lui en voulait pas personnellement des mesures qu'il semblait désireux de lui imposer, elle n'en était pas moins fâcher qu'il se croit en droit d'influer sur ses désirs. Puis pour tout dire, elle était aussi passablement blesser des possibles arrangements qu'il avait pu prendre avec ses frères sans l'en informer. " Comme vous pouvez le constater les préparatifs pour mon départ sont presque achevés et comme le sait sa grandeur, j'ai décidée de quitter Miyong. Décisions a laquelle je compte me tenir. " 

Elle fit quelques pas pour se rapprocher de lui. " Le royaume de Kyang m'a fait envoyé une aimable invitation avant mon départ de Soriyeo et je compte y répondre favorablement. Je crains pour votre grandeur que si elle se veuille a me garder ici, elle se devra de le faire par la force et nous savons tout deux que ce ne sera pas chose aisée. " Un large sourire vint prendre naissance sur ses lèvres tandis que son regard téméraire et volontaire se perdait dans celui de l'empereur. Qu'il s'essaye donc a la garder contre son gré. Ses frères étaient loin, il n'était pas son époux, il ne pouvait prétendre a aucun droit sur elle. Puis ce qu'il ignorait, c'est que rien ne saurait la retenir a Miyong, laissant ainsi tout loisir a Tankishi de faire d'elle sa femme. Plutôt mourir.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Jeu 7 Aoû - 7:29


Et voilà que ça commençait. Liu Ma avait bel et bien aperçu la lueur de mécontentement dans ses yeux. Bon, il s'y était prit de la mauvaise façon et elle allait certainement lui faire passer un mauvais quart d'heure. La princesse affirma qu'elle ne comprenait pas où il en voulait en venir, mais il savait pertinemment qu'elle le savait que trop fort bien. Ne pouvaient-ils pas avoir une conversation normale et amicale entre deux adultes au sang noble? Il porta sa main à sa tempe, en proie à une vilaine migraine.

«Votre grandeur ne m'avait pas fait savoir qu'elle s'entretenait avec mes frères. Auriez vous dont pris des dispositions dont je ne sois pas informée ?» avoua la jeune femme très froidement, ce qui le surprit. Ses frères ne l'avaient donc pas averti qu'ils tenaient correspondance avec l'empereur de Miyong. En tant que membre importante de la famille royale, il aurait pensé le contraire.

Il ne sourcilla pourtant pas lorsque Sa Grâce se leva prestement en un bond, faisant trembler légèrement la table ainsi que les jolies tasses de porcelaine aux motifs floraux. Le dragon ne comprenait pas pourquoi la jeune femme s'emportait aussi aisément. Il était pourtant très calme et s'était évertué à être poli envers elle. De plus, elle ne lui avait même pas laissé le temps de s'expliquer davantage. «Une piètre diplomate», pensa-t-il en fermant les yeux pendant un instant.

«Comme vous pouvez le constater les préparatifs pour mon départ sont presque achevés et comme le sait sa grandeur, j'ai décidée de quitter Miyong. Décisions a laquelle je compte me tenir.»

Son corps se mit ensuite à bouger vers lui, se mouvant langoureusement jusqu'à ce qu'elle puisse presque l'effleurer. Il n'apprécia pas le sourire téméraire qu'elle affichait, mais il ne pouvait le lui reprocher, car cela était dans sa nature. Il s'agissait tout de même d'une femme renard dont le caractère était aussi réputé que leur être.

«Le royaume de Kyang m'a fait envoyé une aimable invitation avant mon départ de Soriyeo et je compte y répondre favorablement. Je crains pour votre grandeur que si elle se veuille a me garder ici, elle se devra de le faire par la force et nous savons tout deux que ce ne sera pas chose aisée.»

Son corps se crispa, il se redressa aussitôt, la surprenant certainement par la brusquerie de son geste. Il lui attrapa son poignet orné du bracelet pour lequel elle possédait tant d'affection afin de l'empêcher de faire un geste qu'elle regretterait, plaqua son bras dans son dos avant de finalement la faire reculer brusquement vers le mur le plus près. Il bouscula un joli vase qui chancela dangereusement.

-C'est justement pour éviter d'avoir à utiliser une force inutile et un massacre de plus en ces murs que je suis ici, lui souffla-t-il, fâché d'avoir à gérer une femme aussi brusque et si peu délicate. Si seulement vous laissiez les gens finir ce qu'ils ont à dire avant de vous emportez aussi facilement et proférez des menaces mal déguisées!

Il parlait effectivement de sa mention de l'invitation du royaume de Kyang. À ses oreilles, cela avait sonné telle une menace. Peut-être étais-ce voulu ou alors peut-être était-il simplement trop prudent, trop craintif d'une attaque d'un empire voisin. Cette femme comprenait-elle simplement un peu la situation précaire dans laquelle il se trouvait avec les autres empires? Spécifiquement l'empire de Kyang avec lequel il entretenait encore des rapports plutôt houleux depuis le règne du précédent empereur et celui d'avant.

-Votre Grâce, j'ignorais que vos frères ne vous avaient pas fait part de notre correspondance, une chose, ma foi, fortement naturelle entre souverains afin de conserver des rapports d'amitié et de respect, ajouta-t-il ensuite plus calmement, la maintenant aussi fermement entre lui et le mur. S'il lui faisait mal, il ne s'en soucia point, ou du moins, pas à l'instant. C'est justement car je n'ai pris aucune disposition à votre égare que je suis ici, Votre Grâce.

Il la toisa un moment, sa poigne restant toujours aussi ferme, tel une prison de chair et de soie. Son cœur tambourinait très fort contre sa poitrine, si son geste avait été plutôt intime lorsqu'ils s'étaient parlés dans son pavillon, alors maintenant, il avait dépassé une certaine limite. Toutefois, ce rapprochement non prévu ne lui déplaisait pas tout à fait. Il força un sourire rassurant. Le dragon ne lui voulait aucun mal et ne cherchait point à la décevoir ou faire d'elle un objet de convoitise, pourquoi ne pouvait-elle pas s'en apercevoir par elle même!

-Vos frères m'ont longuement communiquer leur désire de vous voir parmi mes épouses, soupira finalement Liu Ma. Vous êtes une personne très intelligente et futée, vous deviez certainement être au courant des plans de mariage que prévoyaient vos frères pour vous, sachez que je ne leur ai pas répondu favorablement ou défavorablement, cependant...

Il hésita un moment, mais il valait mieux tout déballer afin qu'elle comprenne et se fasse davantage de fausses idées envers lui.

-Je vous ai accueilli en tant qu'amie de l'empire, ma dame.

Il avait prononcé  «ma dame» sous une note plus qu'amicale, plus que respectueuse. Il y avait quelque chose, mais il ne pouvait mettre le doigt dessus. Pour le bien de leur pays et son bien personnel, il ne voulait pas qu'il la quitte, pas tout de suite du moins.

-Je comptais ensuite vous laissez partir en tant qu'amie de mon empire. Toutefois, vos frères m'ont coincé dans une situation où je ne peux vous laisser partir aussi aisément, de peur qu'ils prennent votre célibat comme une insulte de ma part et nuisent aux liens d'amitié que je me suis efforcé à créer entre nos pays depuis le règne du précédent empereur.

Il relâcha finalement sa prise et recula prudemment de quelques pas. Si elle était toujours en colère et souhaitait le disputer davantage, elle aurait tout le loisir de le faire, mais seulement lorsqu'il aurait fini de communiquer son message.

-J'ai beaucoup de respect pour votre personne et votre intelligence, Votre Grâce, dit-il en inclinant poliment la tête. Acceptez mon humble requête: épargnez moi un bain de sang ainsi que des disputes inutiles, puis aidez moi à trouver une solution à cette situation.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Jeu 7 Aoû - 8:32


La brusquerie de son "attaque" la prenant quelque peu par surprise, elle ne pensa même pas a la repousser. En un souffle ou presque, elle se retrouva entre le mur et lui, son bras prisonnier. Quoi avait il dont penser qu'en disant qu'il ne serait pas chose aisée de la garder par la force, elle pensait a lui sauter dessus séance tenante ? Il la prenait pour un monstre, songea t'elle tristement, ne cherchant même pas a se débattre. " Un massacre ? Des menaces ? " Le regard qui s'accrocha a l'empereur a l'instant n'avait plus rien de colérique, il était d'une profonde tristesse. Il l'avait blesser plus qu'elle ne saurait l'admettre. " Si tout autre femme que moi avait prononcée mes mots, vous auriez pensé a son caractère, a ce qu'elle se débatte, a ce qu'elle s’essaie a quelques fuites ... Et c'était bien la le sens de mes paroles. " Elle secoua doucement la tête, son bras se faisait douloureux mais elle n'en laissa rien paraître. " Mais par ce que votre grandeur connait ma nature alors elle me parle de menaces, de massacre et de sang ... Me croyez vous capable de vous faire du mal ? A vous ou a qui que ce soit entre ces murs ? " Sa voix se perdit presque en un murmure. " Suis je dont un tel monstre a vos yeux ? "

Peinant a ne pas détourner les yeux, de par la crainte qu'il n'y découvre quelques larmes, elle tint malgré tout bon. Prenant sur elle de digérer toutes les informations qu'il venait de déverser sur sa personne. Chose non aisée, car tout ce que son esprit et son cœur semblaient retenir pour l'heure, c'est qu'il la voyait comme un monstre .. Massacre, sang .. Un monstre. Elle ferma les yeux une fraction de seconde, reposant sa tête sur le mur puis elle souffla finalement. " Ils n'avaient aucune idée que j'étais leur sœur avant que ma mère ne débarque avec moi sous le bras il y'a près de 9 ans de cela ..  Je pense qu'ils ne me l'ont jamais pardonné, pas plus que la grande affection que me portait mon père, trop longtemps privé de ma présence. " Oui, elle n'était pas proche de ses frères, pas plus que de ses sœurs. Tout ceux dont elle avait été proche étaient morts, ne restait que le capitaine Choi Young, mais cela n'avait rien de comparable. Elle était seule, elle s'était faite une raison voila bien longtemps, si l'empereur avait la chance que sa vie soit tout autre, il n'avait pas a la juger pour autant.

Elle soupira, le regard mélancolique, n'ayant pas l'air de se soucier plus que de raisons de son geste brutal. Ces mots avaient fait bien plus mal que son geste, quoi qu'il advienne a l'avenir, elle ne les oublierait pas. " Une épouse .. Ils n'ont jamais pu me marier de force tant que j'étais sur nos terres et les voila profitant de mon exile volontaire pour le faire. " Elle avait lâchée le mot exile sans y prendre garde, continuant son regard toujours perdue dans le sien, bien qu'elle ait l'air de ne pas le voir. " Intelligente et futée .. Mais aussi un monstre fourbe capable de menaces et de bain de sang n'est ce pas ? " Aucune trace de colère en ces mots, pas même la moindre petite trace d'agacement et pour quiconque connaissant son tempérament cela devait être des plus déstabilisants. Elle était calme, dangereusement calme. " Est ce pour ça que votre grandeur ne leur a pas répondue .. Vous ne sauriez vous lié a un être tel que moi ? " Elle hocha la tète, comme si tout cela avait un sens, bien que cela n'en ai probablement que pour elle.

Une amie, oui il l'avait accueillie comme une amie, mais elle n'en était pas une. On ne craignait pas ses amis, on ne les traitait pas de monstre sous le couvert de quelques paroles aimables, on ne les retenait pas contre leurs grès. " Je croies mes frères capables de quelques vicissitudes, mais pas au point d'entrer en guerre contre Miyong juste sous le prétexte que votre grandeur ne m'aura pas épousé. " Alors qu'il se détachait d'elle, s'éloignant a une distance respectable, elle n’esquissa pas un mouvement. Elle resta prostrée contre le mur, la ou il l'avait laissée, massant tout au plus son bras endolori. Se serait il comportait ainsi avec toute autre femme ou seulement avec le monstre qu'elle était ? Se demanda t'elle, se blessant ainsi volontairement d'avantage. " Soriyeo et par la même mes frères, bien que déçus de votre rejet de ma personne ne feront guère plus que soupirer en me proposant au prochain empire. " Lacha t'elle amère.

Baissant finalement la tête, elle déclara d'une voix lasse. " Si tel est le souhait de votre grandeur, je vais restée. Mais au nom de l'amitié que je pensais nous lier après cette triste nuit ou je vous ai sauvée, j'aimerais que vous répondiez a une simple question. " Elle s'éloigna enfin du mur, s'approchant de lui de quelques pas pour finalement venir rencontrer son regard. " Mes frères ne sont pas patients, ils n'attendront pas que votre grandeur se décide, si ce n'est pas vous alors ce sera un autre. Si je reste, ils accepteront la première proposition intéressante qui leur sera faites .. " Une proposition de Tankishi, bien que cela elle ne le porta pas a haute voix, se refusant de penser a lui en l'instant. " .. et je serais bientôt mariée. Alors je n'aurais d'autres choix que fuir, laissant derrière moi la seule chose qui me reste de mon père, mon titre, mon rang, ma position a Soriyeo. Est ce qu'alors l'esprit de votre grandeur en sera apaisé ? " Son regard était résigné, triste, mélancolique. Elle savait depuis un moment déjà que son avenir ne serait que solitude, mais elle avait crue pouvoir en repousser l'échéance de par son voyage dans les empires. Aveuglante stupidité.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Jeu 7 Aoû - 23:41


La docilité dont elle faisait soudainement preuve le déconcerta. Ses yeux étaient porteurs d'une étrange tristesse dont il ne comprit pas immédiatement la source. Cette femme franche et téméraire resta là, simplement, elle bougeait à peine et portait sur lui ce regard flou et affligé. Le dragon semblait l'avoir blessé au travers de ses mots, mais il ignorait clairement lesquels.

«Si tout autre femme que moi avait prononcée mes mots, vous auriez pensé a son caractère, a ce qu'elle se débatte, a ce qu'elle s’essaie a quelques fuites ... Et c'était bien la le sens de mes paroles.»

Ses lèvres se mu, mais il se rendit compte à mi-chemin qu'il ne savait pas quoi lui répondre. Visiblement, il avait laissé sa sagesse de côté et avait porté des conclusions trop hâtives qui semblaient pas causé un malentendu entre les deux individus. Elle secoua doucement la tête et lui posa des questions qui le forcèrent à réfléchir. Non, il connaissait la nature de la jeune femme, mais il ne craignait qu'elle lui fasse volontairement du mal. Sous sa forme mythique, elle l'avait défendu contre ses assaillants et avec son propre sang, elle l'avait soigné. Cet évènement avait été d'une étrangeté peu commune, mais le dragon n'était pas en mesure d'être choqué, car lui-même était une bizarrerie depuis le jour de sa naissance. Son œil maudit n'en était-il pas la preuve? Si seulement cette femme savait à quel point ils étaient similaires.

«Suis je dont un tel monstre a vos yeux ?» murmura finalement la princesse d'une voix peinée, ce qui le fit redresser la tête soudainement.

Sa tête était haute, mais elle ne sembla pas vouloir le regarder dans les yeux. Où était-donc passé son impressionnante témérité digne des racontars de la cour impériale? L'empereur remarqua aussi que ses yeux étaient vitreux, porteurs de future larmes. Il s'en voulu cruellement. En effet, Liu Ma n'avait jamais été très doué avec les femmes hors du temps où elles n'étaient pas ses compagnons d'oreiller. Elle poursuivit tristement sur sa lancée éplorée et il la laissa faire. Il valait mieux entendre tout ce qu'elle avait à dire avant de lui répondre convenablement. Le dragon ne souhaitait pas lui faire davantage de mal.

«Est ce pour ça que votre grandeur ne leur a pas répondue .. Vous ne sauriez vous lié a un être tel que moi ?»

Confus, il détourna son regard, ses joues prenant une légère teinte rosée qu'il contrôla du mieux qu'il le pu. Il déglutit, les mots de la jeune femme pesant lourdement sur ses réflexions, mais il ne dit rien, conservant un silence respectueux sur son discours et les émotions dissimulées entre ses phrases attristées.

«Je croies mes frères capables de quelques vicissitudes, mais pas au point d'entrer en guerre contre Miyong juste sous le prétexte que votre grandeur ne m'aura pas épousé.»

Cela n'était pas certain. Liu Ma savait fort bien que la famille royale de Soriyeo gardait toujours l'image de son frère débauché, le précédent empereur. Cette sûrement grâce à cette vilaine image qu'il se retrouvait avec pareille demandes de la part de la famille royale, car la première princesse royale n'était pas la première dont on lui faisait part et certainement pas la dernière. S'il aurait été Liu Meng, il aurait certainement accepté immédiatement, lui aurait fait une petite place de force dans son harem, prit son plaisir pendant un certain temps sans aucune considération pour la malheureuse jeune femme pour ensuite la tuer dans les quelques mois suivant la première union pour avoir échoué à concevoir ou alors elle serait décédée à cause de la jalousie violente des autres femmes...

Il n'était pas Sun Liu Meng et son harem n'était pas et ne serait jamais aussi désordonné.

«Soriyeo et par la même mes frères, bien que déçus de votre rejet de ma personne ne feront guère plus que soupirer en me proposant au prochain empire.»

Cette mention le dérangea plus que ce que les convenances exigeaient de lui. Liu Ma était confus, il ne comprenait pas l'inconfort qu'il ressentait en pensant à cette jeune femme  posséder par autre et appartenant à un empire. Cette petite morsure au cœur, il ignorait ce qu'elle signifiait.

Puis elle s'approcha finalement de lui. Le dragon eut un mouvement de recul, mais il la laissa faire malgré une voix interne qui exigeait qu'il s'éloigne, mais cette crainte n'était pas dû à sa nature fantastique. Il hocha doucement la tête lorsqu'elle lui fit part de lui poser une question. Il pouvait bien lui répondre, non?


«.. et je serais bientôt mariée. Alors je n'aurais d'autres choix que fuir, laissant derrière moi la seule chose qui me reste de mon père, mon titre, mon rang, ma position a Soriyeo. Est ce qu'alors l'esprit de votre grandeur en sera apaisé ?»

Il déglutit, mais ne sourcilla pas sous son regard fixe. Que voulait-elle prouver par cette question? Que voulait-elle dire en fait? Penaud, il regarda ailleurs, perdu dans ses pensées. Il ne savait pas quoi dire, n'arrivait pas à trouver les mots justes afin d'expliquer ce qu'il voulait dire ou plutôt ressentait face à son départ.

-Votre Grâce, soupira l'empereur, confus. Je... , il hésita, dois avouer que ma conscience ne serait pas apaisée de vous voir promise aussi injustement à autrui, admit-il finalement. Oui, ces mots exprimaient bien son esprit confus. C'était une formidable créature, la plus magnifique d'entre toutes. Ses yeux brillaient sous le clair de lune... Ne souvenez-vous donc pas de ses mots à votre égare?

Il baissa les yeux.

-Nous sommes plus similaires que vous n'osez le croire, Votre Grâce, soupira-t-il doucement. Votre humanité est grande et votre nature profonde est un cadeau, peut-être n'arrivez-vous pas à le voir ainsi aujourd'hui, mais demain est un jour nouveau et avec le temps, vous comprendrez que vous n'êtes pas le monstre que vous craignez. Je n'ai jamais souhaité insinuer le contraire... Vous êtes la plus belle rencontre que j'ai eu à faire jusqu'à ce jour.

Une personne telle que lui, avec une nature bizarre qui pouvait en effrayer plus d'un, mais qui pourtant était d'une formidable beauté. Il s'écarta de la jeune femme, se détourna et lui présenta ses larges épaules, ses mains croisées dans son dos.

-J'ignorais les évènements source de vos rapport peu amicaux avec votre famille, dit-il calmement. Toutefois, si une demande devait arrivé concernant un mariage pour vous, je crois avoir une idée qui pourrait vous donnez un peu plus de temps, admit le dragon en fermant les yeux pour les rouvrir, une lueur décidée dans son regard sombre. Je ne peux vous en parler immédiatement, car elle demande plus de temps de réflexion. Sentez-vous à l'aise dans mon palais, je suis en droit de refuser un mariage entre un citoyen de Miyong et une princesse royale de Soriyeo. Je dis cela, car si vos frères possèdent un brin d'honneur, d'orgueil ou de respect des convenances, alors ils chercheront à vous unir à un membre de la famille impériale ou à un individu qui y est rattaché de près ou de loin. Vous êtes, après tout, la première princesse royale, n'est-ce pas? souffla-t-il finalement avant de se retourner vers elle.

Un membre rattaché à la famille impériale tel que Tankishi, mais l'empereur ignorait les sombres desseins de l'indésirable cousin de l'impératrice.

Il savait fort bien qu'il imposait un certain contrôle sur sa vie même si ces mots soulignaient seulement le fait qu'elle ne pourrait pas aisément épouser un membre de la famille impériale, même avec la volonté de ses frères, sans le consentement de l'empereur. Il lui offrit le sourire le plus affable dont il était capable.


-Mon esprit sera apaisé de vous savoir auprès de moi, il eut un moment d'hésitation après avoir prononcé cette phrase, la jugeant trop intime, mais les mots avaient déjà été dit. J'ai une dette envers vous, Votre Grâce, et je compte bien vous rendre la pareille un jour et si je peux mettre un terme à une entrave future à votre liberté, alors je le ferai.

La princesse royale l'avait secouru d'une mort certaine et il n'était que justice que de payer sa dette d'une façon ou d'une autre. Sauver un empereur n'était pas une action futile et demandait compensation. Ses réflexions finies, il en profita pour admirer discrètement la dame devant lui. Ses vêtements étaient charmants, il ne les avait pas encore aperçu depuis son arrivée. Sa tenue était constituée d'un mélange entre leur deux cultures et il contempla son originalité. Le dragon tendit finalement la main en un geste élégant vers la sortie.

-Un tournoi de tir à l'arc a été organisé dans le bus d'apporter détente et joie au sein de la cour impériale, déclara-t-il avec un sourire. Renarde céleste, puis-je oser vous demander de m'y accompagner en tant que participante?

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Ven 8 Aoû - 0:29


Elle porta un regard quelque peu troublé dans celui de sa grandeur alors que ses joues se tinter légèrement sous le coup du compliment. Non, elle n'avait pas oubliée ses mots oh combien flatteurs, qui alors avaient mit tant de baume a son cœur. Mais elle venait de le sauver a ce moment la, il aurait dont tout a fait pu usé de quelques flatteries pour payer une dette qu'il pensait avoir envers elle. Elle ne savait plus que croire, elle était a fleur de peau .. Sa transformation récente jouait y'elle dont sur ses émotions ? Vu que ses transformations étaient liés a ses émotions, la réciproque pouvait être vrai, voila qui pourrait s'avérer problématique si elle n'y prenait pas garde. " Je n'ai pas oubliée ces mots votre grandeur. Ils me sont difficiles a croire, car la ou vous dites avoir vue une magnifique créature, certains diraient avoir vu un monstre. "   Elle soupira doucement, essayant tant bien que mal de chasser les quelques tristesses qui l'habitaient encore. " Je crains que nous ayons tout deux quelques caractères difficiles. " Un sourire taquin apparut sur ses lèvres. "Votre grandeur le niera peut être pour sa part, car je suis sur qu'en tant qu'empereur vous n'avez point a en user souvent, mais pour en avoir fait les frais, je puis vous assurée que cela est vrai. "  

Elle haussa doucement les épaules avec une petite moue qui se voulait comique, bien qu'elle n'en ait probablement pas conscience. " Quand a moi, que dire. Mon tempérament fait partie de moi et je le sais fort. J'ai vécue 16 ans sur une île libre de toute entrave. Si j'ai sue m'adapter a la cours de Soriyeo, elle n'est pas celle de Miyong, j'y avais bien plus de libertés .. " Une lueur mélancolique passa en son regard. " Mon père me donnait ces libertés. " Un simple hochement de tête. " Je crains que s'ajoutant a ma profonde soif de libertés et a mon allergie des entraves, soit venue ma nature de Gumiho. Mon impulsivité c'est transformer en témérité, mon honnêteté en une incapacité a tenir ma langue et je suis pourvus de quelques émotions a fleur de peau dont je me passerais bien. " Elle s'approcha de quelques pas. " Néanmoins je dois priée votre grandeur de me pardonner tout cela et de croire en ma sincérité quand je lui dis que n'ai jamais voulue lui faire offense. Toute princesse royale que je suis, je n'en reste pas moins une Gumiho. C'est la ma nature profonde, je ne serais la reniée même si je le voulais. " Elle baissa les yeux une petite fraction de seconde. " Je crains que votre grandeur doive s'y faire ou ne point s'imposer le déplaisir de ma compagnie. "

Elle se demanda un long moment ce qu'il voulait dire par le fait d’Être plus similaires qu'elle ne le croyait, parlait il de leurs caractère ? De craintes de ne lui porter a nouveau offense sans le vouloir, elle préféra reportait cette question a plus tard. Si tenter bien sur qu'un jour, il veuille se confier a elle. " Les paroles de votre grandeur et la foi que vous semblez mettre en moi me touche beaucoup. " Accrochant son regard au sien, elle ajouta. " Nos entrevues ne se faisant pas toujours sous les meilleurs hospices, sachez néanmoins que je ne regrette pas d'avoir rencontré votre grandeur. " Un discret sourire aux lèvres compléta ses quelques aveux.

Elle acquiesça quand a ses paroles concernant un possible futur mariage, espérant que ses craintes ne se feraient pas trop visible en son regard. Elle savait que bientôt ses frères recevraient une proposition qu'ils ne refuseraient sans doute pas et cela n'augurait rien de bon, ni pour elle, ni pour Soriyeo, ni pour Miyong et encore moins pour l'empereur. " Mes frères ne sont en effet pas sans orgueils, ils ne me marieront pas sans pouvoir en tiré quelques profits. De plus de par mon rang, tout mariage en dehors d'un certain prestige me serait interdit par nos lois. " Craignant qu'il ne lise en son regard les craintes qui l'habitaient, elle se détourna pour poursuivre. " J'espère que l'idée de votre grandeur saura portée ses fruits, car je crains qu'une proposition de mariage a mon encontre tombe bien plus rapidement que ne saurait le croire votre grandeur. "

-Mon esprit sera apaisé de vous savoir auprès de moi. J'ai une dette envers vous, Votre Grâce, et je compte bien vous rendre la pareille un jour et si je peux mettre un terme à une entrave future à votre liberté, alors je le ferai.

Son cœur manqua un battement a ces quelques mots de l'empereur. Un trouble grandissant s’emparant en même temps d'elle, bien qu'elle s’efforça de lui dissimuler. Si elle se l'accorder, elle savait fort bien que c'est cela qu'elle même ressentirait. " Votre grandeur ne me doit rien, n'importe qui en aurait fait autant .. Si ce n'est de par des méthodes différentes. " C'était un mensonge, elle en eut conscience au moment ou les mots résonnèrent a ses oreilles, non parfait inconnu ne prenait pas le risque de tout sacrifié a un autre sans que quelque chose de profond ne soit a l'oeuvre. Quelque chose auquel elle se refusait de penser. Quelque chose qu'elle s’interdisait de ressentir.

Elle accueillie avec joie la distraction qu'il lui offra en lui proposant de se joindre a lui pour un tournoi de tir a l'arc. Alors qu'elle lui emboîtait le pas, elle eut grand mal a ne pas trahir quelques signes d’excitation. Signes d’excitations tant du au tir a l'arc qu'au titre qu'il venait de lui accorder. " Renarde céleste."Voila qui comblait son être d'un plaisir sans mesure. " Ce serait un honneur pour moi votre grandeur, mais la cour ne prendra t'elle pas offense qu'une femme se joigne a pareil événement ? " Elle ne voulait en rien causer quelques nouveaux incidents qui feraient le bonheur des commérages, bien qu'elle soit en hâte de toucher a nouveau un arc. La dernière fois était .. Un sentiment plaisant la traversa et ce malgré l'individu auquel elle pensa. La dernière fois ou elle s'était servi de son arc c'était pour faire goûter a Tankishi l'une de ses flèches. Il devait désormais avoir a l'épaule une cicatrice dont elle n'était pas peu fière. Alors qu'ils s’apprêtaient a quitter le pavillon du ciel clair, une légère trace d'anxiété traversa ses traits et elle porta un regard ennuyé, voir mélancolique sur les lieux. " Que votre grandeur me pardonne cette témérité, mais je me suis attachée a cet endroit, si cela m'était possible, je préférerais continuée a loger ici plutôt qu'au pavillon des invités. "

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Sam 9 Aoû - 7:02


En effet, leurs opinions divergeaient sur plusieurs points, mais Liu Ma, en bon philosophe, savait que le monde ne pouvait être amélioré sans entendre sans les idées d'autrui et son orgueil de lui empêchait pas d'utiliser des méthodes ou des idées autre que les siennes. Son empire avait bel et bien remonté la pente avec l'aide de ses conseillers et ses ministres. Il se contenta d'hocher doucement la tête avec un sourire restreint lorsqu'il admit ne pas avoir regretter de l'avoir rencontré.

«Mes frères ne sont en effet pas sans orgueils, ils ne me marieront pas sans pouvoir en tiré quelques profits. De plus de par mon rang, tout mariage en dehors d'un certain prestige me serait interdit par nos lois.»

Un sourire en coin déforma sa bouche. Ses yeux brillèrent de contentement. Au moins, la princesse royale ne se retrouverait certainement pas en des mains indignes de son rang. Ces frères n'étaient pas bêtes au point d'apporter pareil déshonneur à la famille royale de Soriyeo. Déjà que l'arrivée de la jeune femme à la cour de son père devait déjà avoir fait bien jaser. Il se demandait comme une femme pouvait dissimuler à un royaume entier la présence d'une héritière impériale. Le dragon soupira, il valait mieux ne pas trop se questionner sur les affaires de famille d'autrui.

«J'espère que l'idée de votre grandeur saura portée ses fruits, car je crains qu'une proposition de mariage a mon encontre tombe bien plus rapidement que ne saurait le croire votre grandeur.»

Son idée était particulièrement improvisée et il ne devait y avoir recours que s'il ne trouvait rien d'autre, mais cela, la princesse n'avait pas besoin de le savoir.  Cette femme lui avait sauvé la vie. Bien qu'il ne pouvait pas la récompenser publiquement pour diverses raisons, il comptait payer sa dette et ensuite, ils seraient à égalité. Après avoir invité la princesse royale à se joindre à lui pour le tournoi, il ne put s'empêcher de remarquer la lueur d'excitation qui animait son joli minois.  C'était le genre d'expression de contentement qu'un individu affichait face à une passion ou quelque chose d'agréable que l'on connaissait bien. La princesse s'était bien jetée devant lui pour lui épargner une flèche, elle devait bien avoir d'autre tours dans ses manches.

«Ce serait un honneur pour moi votre grandeur, mais la cour ne prendra t'elle pas offense qu'une femme se joigne a pareil événement ?»

Le dragon lui décocha un sourire narquois, se dirigeant nonchalamment vers la sortie. Son empire roulait sur un culture aux mœurs patriarcales, mais cela ne rendait irrémédiablement les femmes de son pays sans pouvoir ou liberté. Les guerrières de Miyong était une chose rare, mais il était commun que les filles de nobles ou d'environnement plus aisés recevaient des cours d'arts martiaux ou un entraînement sportif, mais ce genre d'éducation relevait du privé et il était donc particulièrement impossible pour une femme d'entrer dans l'armée.

-Si la cour en prend offense, j'enverrai ma sœur portant fièrement le titre de princesse guerrière afin de les calmer, lui dit-il sur un ton léger. Non, ma dame, même si cela est peu commun pour une femme de s'adonner au arts de la guerre, la cour impériale sera en mesure de vivre avec votre noble présence.

Alors que l'empereur se sentait d'une bien bonne humeur, il remarqua d'une expression doucereuse sur le visage de la diplomate comme si elle se remémorait un moment plaisant. Cette femme était si expressive, autant avec son visage qu'avec ces gestes emplit d'élégance ainsi que d'une fermeté digne d'une soldate.

«Que votre grandeur me pardonne cette témérité, mais je me suis attachée a cet endroit, si cela m'était possible, je préférerais continuée a loger ici plutôt qu'au pavillon des invités.»

Il s'arrêta et la regarda de haut, un sourcil haussé curieusement face à sa demande tout à fait inattendue. Le dragon la considéra de la tête aux pieds et se retint de vérifier si elle faisait de la fièvre ou pas. Liu Ma se racla finalement la gorge afin de combler le silence qui s'était installé entre eux.

-Fort bien, répondit-il à sa requête. Je parlerai de cela avec l'impératrice dès que cela sera possible. Il sourit bêtement. Si vous considérez de cette demande comme téméraire alors que devrais-je penser de nos précédentes conversations?

Ces derniers mots, il les avait lancé avec une pointe d'humour pour les détendre tout les deux. Lorsqu'il arriva finalement à la sortie, là où sa suite l'attendait patiemment, il s'arrêta brièvement pour faire face à la princesse et s'inclina doucement.

-Votre Grâce, bien que je ne possède que de compliments pour la délicatesse et l'originalité de votre tenue, je crois qu'il vaudrait mieux pour vous de vous vêtir dans des vêtements plus... propice à une telle activité.

Il tendit la main vers elle et osa poser sa main sur son épaule gauche, appréciant la texture de la soie de bonne qualité entre ses doigts, puis descendit délicatement le long de son bras vêtu de la soyeuse étoffe.

-Je ne possède que compliments envers votre tenue, Votre Grâce, mais je doute qu'il soit acceptable de la maculer de poussière et de sueur inutilement, il sourit ironiquement, à moins que vous ne comptiez retirer votre belle parure à nouveau pour moi.

Il sursauta, ses joues rosirent doucement sur le commentaire qu'il venait de faire. Cela était inacceptable! Comment pareille commentaire avait pu franchir aussi aisément le rempart de ses lèvres. Ne sachant plus ou se mettre, il se contenta d'ignorer sa bévue et inclina poliment la tête vers la jeune femme. Son cœur bondissait furieusement dans sa poitrine e til se racla la gorge pour dissiper ce soudain moment de gêne.

-Je dois passer par mon palais afin d'enfiler une tenue plus confortable, je laisse Chen Po à votre disposition pour vous guider vers le terrain où aura lieu le tournoi, oh et vous devriez inviter votre capitaine! s'empressa-t-il d'ajouter avant de se tourner prestement vers la porte. Il manqua de foncer dans le cadre, mais se rattrapa aussitôt. Un eunuque s'avança pour clamer son départ.

-Départ de Sa Majesté!

Une demi-heure s'écoula. Pendant ce temps, il avait changé sa tenue, enfilant son ensemble décontracté servant pour les entraînements ou tout autre rencontre non officielle comme ses balades illicites au sein de la cité impériale. Ses cheveux étaient postés au-dessus de sa tête en un chignon sévère et serré. Un bandeau de guerre arborant le dragon impérial cerclait son front et l'arrière de sa tête. Le surplus de tissu tombait négligemment derrière ses épaules. Sa tenue était ample et légère, idéale pour le sport ou un entraînement militaire. Ce tournoi était bien un mélange des deux.

Lorsqu'il arriva sur le terrain où allait se dérouler le tournoi. Il fut immédiatement accueilli par des ministres curieux et de joyeuse humeur ainsi que par des officiers de l'armée qui venaient faire leur preuves, démontrer leurs talents et tenter leur chance pour gagner le prix de la compétition qui se voulait amicale. Il rejoignit ensuite l'impératrice qui le salua cérémonieusement, un peu plus loin à une table adjacente à celle de la mère de la nation se trouvait une autre table où était assise les femmes de son sérail. Zhuge Lin fut la première à lui adresser un sourire discret à le saluer silencieusement.

Puis, il reconnut finalement la silhouette tant attendu. Reconnaissant la tête de Sa Grâce, il salua respectueusement sa première épouse et alla rejoindre la diplomate d'un pas un peu trop enjoué.


-Votre Grâce, la salua-t-il en inclinant doucement la tête.

Chen Po vint le rejoindre pour s'enquérir du moment où le tournoi commencerait. L'empereur fit mine de réfléchir avant de répondre qu'il valait mieux débuter maintenant. Les participants avaient assez attendu et les retardataires arriveraient bien assez vite. L'eunuque impérial sourit, puis s'éclipsa. On fit sonner un énorme gong pour annoncer le commencement du tournoi. Des éclats de rires et des applaudissements retentirent immédiatement, la bonne humeur était bel et bien présente au sein de la cour.

En tant qu'empereur, Liu Ma eut l'honneur de tirer la première flèche. Chen Po lui apporta son arc et une flèche fabriquée avec soin dont la couleur mimait celle de l'or. Il ne s'agissait pas officiellement de son premier tir pour le tournoi, mais plutôt d'un rituel complétant le début du jeu. Il encocha méticuleusement la flèche, inspira, puis tira.

La flèche atteignit le centre de la cible sous les applaudissements admiratifs et les encouragements bruyants de la foule. Le dragon baissa humblement la tête avant de retourner à la place qui lui avait été désignée. Le terrain était séparée en deux parties égales. L'une était réservée aux soldats et aux officiers, la seconde aux ministres, aux nobles ainsi qu'à Sa Majesté bien sûr et tout autre individus provenant de la famille impériale ou de la royauté...


_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Sam 9 Aoû - 12:11


-Si la cour en prend offense, j'enverrai ma sœur portant fièrement le titre de princesse guerrière afin de les calmer. Non, ma dame, même si cela est peu commun pour une femme de s'adonner au arts de la guerre, la cour impériale sera en mesure de vivre avec votre noble présence.

Elle acquiesça a cela d'un sourire. Sur ce point la cour royale de Soriyeo et la cour impériale de Miyong n'étaient pas bien différente. Certes a Soriyeo, les hommes préféraient voir en ces dames quelques créatures fragiles ayant besoin de leurs protections, mais il était coutumiers que celle fréquentant la cour royale aient quelques notions de tir a l'arc, voir de bien plus comme la princesse qu'elle était. En dehors de la cour, bien des femmes possédaient leurs propres clans, sans que ça ne déplaise a la noblesse et bien qu'a Soriyeo, les femmes soient interdites dans l'armée, nombreuses d'entre elles faisaient parties des " Lunes Rouge ". Toutes ces libertés féminines étaient assez récentes, datant du règne son père. " Vous m'en voyez ravie votre grandeur, il semble que nous soyons finalement capable de trouver quelques protocoles similaires en nos deux cour. "


S'en suivit sa demande pour ne pas quitter le pavillon du ciel clair, ce qui sembla causer quelques émois a sa grandeur. Elle le fixa attendant sa réponse qu'il consenti enfin a lui donner après s’être raclé la gorge. Elle hocha la tête d'un mouvement délicat, il était compréhensible qu'il lui faille demander permission a l'impératrice, après tout la cours intérieure était sous son autorité, quand a sers dernières paroles, visible touche d'humour, elles la firent sourire. " Je vous suis gré de cela votre grandeur, mais si ça devait incommoder l'impératrice de quelques façons que ce soit, veuillez m'en excuser auprès d'elle et lui assurer que je regagnerais rapidement le pavillon des invités....  Quand a ma témérité votre grandeur, je crains qu'elle n'ait d'égale que mon caractère, vous savez dont a quoi vous en tenir. " S'en suit une moue gracieuse alors que tout deux arrivent a la sortie. L'escorte de l'empereur les y attendait, tout comme quelques serviteurs du pavillon claire.

Quand il la complimenta sur sa tenue, se permettant d'aller jusqu’à en caresser l'étoffe délicate et par la même elle, elle ne put retenir un frisson. Néanmoins parfaitement lucide quand a la situation, elle n'oubliait pas que c'était la un jeux dangereux que de céder a ce genre de sensations. Elle se fit dont violence pour ne pas y accorder plus d’intérêts que de raisons. Probable qu'elle se serait écartée si il n'y avait pas eu tout ses yeux scrutateurs autour d'eux. Elle s’apprêtait a lui répondre qu'en effet il vaudrait mieux qu'elle se change pour une tenue plus approprié, quand elle se trouva mortifié par les paroles de l'empereur. Elle jeta un coup d’œil autour d'elle, les murmures allaient déjà bon train. Il avait perdu la tête. Espérant ne point rougir sous l'allusion d'elle se dévétissant, bien que pourtant les conditions n'aient rien eu de romantique, elle porta son regard dans celui de sa grandeur avant de s'incliner poliment et de le laisser poursuivre. Qu'aurait elle bien pue répondre a cela, sans que sa voix ne s'en trouve troubler et sans que ses propos ne fassent ensuite le tour du palais.  

Elle le laissa dont prendre congé puis dés qu'elle fut sur qu'il n'était plus a porter de voix, elle se tourna vers sa suite de serviteurs pour annoncer d'une voix claire. " Je vous prierais de ne point vous méprendre sur les paroles de sa grandeur. Quoi qui se murmure entre les murs de ce palais depuis quelques jours, cela n'est point la vérité. Sa grandeur et moi même nous sommes simplement trouvés en mauvaise posture et se faisant il a eut besoin de mon aide. Le reste n'est que détails superflus dont il est inutile de débattre. " Elle douta que cela fasse taire les commérages, mais cela était une bonne chose de faites. Elle se retira ensuite dans ses appartements pour se changer.

Elle enfila une tenue des " Lune Rouge " a quelques détails prés. Tenue qu'elle portait pendant ses escapades nocturnes a Soriyeo. Le vêtement tout de noir était composé de trois parties. Une veste noir, ample, solidement serrée a la taille. Un pantalon noir et ample également avec un pardessus de jupe fendu entièrement sur le coté des jambes afin de faciliter la liberté de mouvement. Ses cheveux étaient rassemblés en un chignon strict et sur son front reposer un bandeau noir.

Sitôt prête, elle demanda a Chen Po que soit fait un détour par le fort. A cette heure ci le capitaine Choi Young et ses hommes devaient s'y entraînés. Elle devait lui faire part de l'aimable invitation de sa grandeur, mais aussi du fait qu'ils ne partaient plus .. Elle savait que ce dernier point ne serait pas pour lui faire plaisir. Comme elle s'y était attendue, elle le trouva en plein perfectionnement de son art, a son approche il y mit fin séance tenante avant de s'incliner avec respect en même temps que tout les autres hommes présents. Alors qu'elle les autorisait a se relever d'un geste gracile de la main, il se hâta vers elle. " Je n’attendais point votre altesse, je crains de ne point être en état convenable pour vous recevoir. " Il sembla soudain remarqué sa tenue. " Il n'est point coutumier de vous voir porter cette tenue en plein jour, votre altesse a t'elle besoin de mes services ? " Cette perspective sembla tellement le réjouir qu'elle s'en voulut presque de devoir le décevoir.

Elle l’entraîna un peu a l'écart tandis qu'elle permettait a Chen Po de prendre congé, promettant qu'ils les suivraient de prés. Ce dernier acquiesça en une révérence parfaite avant de se retirer. " Capitaine, sa grandeur nous fait l'honneur de nous inviter a un concours de tir a l'arc. " La voix était aimable, le visage souriant mais comme elle l'avait craint, les épaules du capitaine s’affaissèrent alors que sa mine se faisait anxieuse. " Dois je en déduire que nous ne partons plus ? "  Elle soupira doucement avant de choisir la carte de l’honnêteté. En quelques mots elle raconta dont tout au capitaine. Du moins presque tout. La visite de Tankishi, celle de l'empereur, les courriers de ses frères et le fait que pour l'heure, ils ne pouvaient quittés le palais impérial. A mesure qu'elle parlait, le regard du capitaine se faisait de plus en plus dure pour ne pas dire meurtrier. Il était tendu a l’extrême, elle ne l'avait jamais vue ainsi, ce qui lui causa quelques inquiétudes. Son silence s'éternisant, elle posa sa main sur son bras, ce qui eu l'air de l'apaiser. " Votre altesse .. " Soupira t'il.

Se concentrant pour avoir l'air détendue et confiante, elle porta son regard dans le sien. " Ne vous faites pas de soucis voulez vous, tout ira bien. "  " Votre Altesse, comment cela pourrait il bien aller ? Vos frères complotent pour vous marier a l'empereur, Tankishi complote pour vous épouser et encore c'est la son geste le plus honorable et vous voila prisonnière de ce palais. " Elle lui adressa un pauvre sourire, bien consciente que quoi qu'elle dise, elle ne saurait apaisée ses craintes. " Capitaine, la situation n'est pas la meilleure je vous l'accorde, mais voyez simplement cela comme quelques diplomaties déplaisantes. Je suis en sécurité ici, l'empereur veillera a mon bien être. " Une curieuse lueur apparut dans le regard du capitaine, comme si c'était justement ce en quoi il portait ses inquiétudes, mais ses paroles allèrent dans un autre sens. " Et pour Tankishi ? " Elle haussa doucement les épaules, s'évitant soigneusement de s’inquiéter sur le sujet devant le capitaine. " Je crains que nous ne puissions rien faire d'autre qu'attendre et espérer que l'idée de sa grandeur, quoi que soit cette idée, porte ses fruits. " Accrochant son regard profondément au sien, Choi Young  lâcha subitement. " Épousez moi votre altesse et je jure que vous n'aurez plus jamais a craindre qui que ce soit. " Il ne plaisantez pas comme en témoigner le sérieux de sa voix.

Sian Nyang déglutie avec peine, cherchant quelques paroles pertinentes a lui répondre mais rien ne lui vint. Elle le savait tout dévouer a sa personne mais la .. Elle le considéra un instant. Elle savait que ses frères ne pourraient rien contre cette union, le prestiges des "Lune Rouge " et l'amour que le peuple leur portait, leur donner un rang a part. Un rang s'apparentant a la plus haute noblesse. Le capitaine était bel homme, plus que ça même, intelligent, cultivé et il était son protecteur depuis de nombreuses années déjà. Il était honnête, dévoué et .. Non, ce n'était pas la solution. Le capitaine était avant toute chose son ami. Elle ne voulait pas ce genre d'avenir pour lui, quel genre d'amie serait t'elle sinon. Il méritait tellement mieux, elle ne l'en priverait pas, quoi qu'il lui en coûte a elle. " Capitaine, j'apprécie votre dévouement a mon égare, mais je ne saurais me pardonner de vous imposer pareil destin. Vous méritez d'épousé une femme que vous aimerez et qui vous aimera en retour. " Aie, ses paroles l'avaient blessées constata t'elle alors qu'il portait un regard d'une infinie tristesse sur elle, la voix qui s’éleva elle était froide bien que respectueuse. " Le capitaine que je suis n'est pas digne de votre altesse, que votre altesse veuille bien me pardonner. "

Alors qu'il allait s'incliné respectueusement, elle l'en empêcha, en portant un doigts sur sa poitrine, quelque peu furieuse. " Capitaine, savez vous qu'a vos heures, vous pouvez être parfaitement insupportable. Je connais peu d'hommes aussi dignes que vous, pour toutes femmes ce serait fierté que vous épousez. Mais je vous estime beaucoup trop, tout comme mon amitié pour vous est trop grande  pour que je consente a une union en pareilles circonstances. " Alors qu'elle ne lâchait pas son regard, il sembla se détendre et bientôt son regard s'apaisa alors que son visage retrouvait le sourire. " Nous devrions nous rendre a ce tournoi dont votre votre altesse a parlé, avant que notre retard ne fasse jaser. " Soulagée que ces quelques griefs contre elle soient passés, mais aussi avec l'espoir qu'il oublierait bientôt tout de cette idée de mariage, ils prirent chemin vers le lieu du tournoi, trouvant a quelques pas de la, Chen Po les attendant consciencieusement.

Ils arrivèrent tout juste une seconde avant que l'on annonce l'arrivée de sa grandeur, il s'en était fallut de peu pour qu'ils ne soient pas en retard constata t'elle. Alors que sa grandeur venait vers elle pour la saluer, elle eut tout le loisir d'admirer la jolie prestance que lui conférait sa tenue plus décontractée qu'a l'ordinaire. " Votre grandeur " Murmura t'elle ravie dans une révérence parfaite alors que le capitaine saluait respectueusement l'empereur. Bientôt on annonça le début du tournoi. Chacun prit position. Elle suivit ensuite l'empereur des yeux tandis que ce dernier s’apprêtait a tiré. Son tir fut parfait en tout point tout comme la maîtrise de son arc. Elle salua sa réussite d'un sourire et de quelques applaudissements.

Bientôt arriva son tour. Elle se positionna, fixa longuement sa cible, caressa doucement sa flèche avant de l'encocher puis ferma les yeux, faisant le vide en elle, tout en se concentrant sur le bruissement du vent a ses oreilles. Elle tira avec une précision peu commune, sa flèche allant se planter profondément dans le cœur de la cible tandis que ses paupières se rouvraient. Elle inspira doucement, satisfaite avant de sentir sur elle un regard déplaisant. A quelques pas de la, attendant son tour était positionné Tankishi. Il lui adressa un sourire arrogant en la détaillant insolemment. Une chance que le capitaine, situé sur l'autre moitié du terrain ne puisse rien n'en voir. Quand a l'empereur, elle chercha bien malgré elle son regard pour y puiser quelques réconforts et peut être avec l'espoir inconscient d'y lire quelques fiertés .

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Dim 10 Aoû - 2:02


Après son tir parfait, l'empereur se retira pour aller rejoindre sa place auprès de l'impératrice qui l'accueillit avec un charmant sourire tout en complimentant son tir. Il la remercia d'un bref hochement de tête avant de s'asseoir. Leur place avait été placé en hauteur afin qu'il puisse voir le déroulement du tournoi dans toute sa splendeur. Son attention se dirigea immédiatement vers la princesse de Soriyeo lorsqu'on lui indiqua que son tour était arrivé. Il n'était pas le seul à contempler son tir à venir. L'impératrice la jugeait ouvertement du haut de son siège impérial, Zhuge Lin avait un petit sourire en coin qu'elle accompagnait de discrets applaudissements et il y avait... ce vilain Tankishi qui observait clairement les mouvements de la princesse qui faisait le vide autour d'elle pour se concentrer.

Lorsqu'elle tira et que sa flèche se planta profondément dans le centre de la cible, il se leva aussitôt, faisant sursauter l'impératrice par la même occasion. Confus, elle se racla la gorge et se rassit calmement, dissimulant ainsi son excès d'excitation. Son regard brillant croisa celui de la princesse et il ne put s'empêcher de lui décocher un sourire fier et un hochement de tête appréciatif de son talent. L'impératrice, de son côté, ayant était témoin de la scène, se contenta d'afficher une moue dubitative.

Le tournoi se poursuivit sans incident, sauf peut-être lorsque le ministre Zhuge Jin tenta sa chance, mais dont la flèche passa directement à côté de la cible pour déchirer sur son passage un drapeau décoratif. La foule avait bien ri et le jeune homme était retourné à sa place tout penaud sous le sourire amusé de la concubine impériale qui reconnaissait bien son frère.

À la fin de la journée, l'empereur remercia publiquement ses sujets qui avaient participé au tournois et récompensa lui-même les plus méritants. Dans la liste des archers les plus doués se retrouvaient le capitaine Choi Young, un serviteur de Sa Grâce ainsi que la princesse de Soriyeo elle-même. Une dizaine d'individus les suivaient ensuite. Un foulard brodé était offert à chaque archers méritants et dépendamment de la position atteinte au cours du tournoi, un prix en argent était ensuite offert.



Une heure plus tard, un repas familial était servi dans un hall prévu pour les réunions entre l'empereur, ses femmes et autre membres de la famille impériale. Évidemment, la princesse royale et son capitaine avait aussi été convié à l'évènement. Dans le fond de la pièce se trouvait quelques musiciens dont les nombreux talents permettaient de mettre un brin d'ambiance dans la salle. L'impératrice était confortablement installée aux côtés du dragon. Les quelques femmes de son harem, quant à elles, prenaient place à une table placée à quelques mètres devant le couple impérial. La table adjacente à la droite de l'empereur avait été attribuée à Sa Grâce et à son fidèle serviteur tandis que la table à la gauche de celui-ci était attribuée à d'autre membres de la famille dont l'oncle et le cousin de l'impératrice au passé infâme.

L'empereur soupira doucement. Il détestait recevoir Tankishi et son père près de lui, mais il ne pouvait nier que leur famille avait beaucoup d'influence dans le pays. Si seulement il avait les moyens de les faire tomber. Heureusement, derrière la table des hommes de la famille de l'impératrice se trouvait Zhuge Jin et quelques ministres respectables qui avaient été conviés respectueusement au repas. Si le dragon devait partager un repas avec un ennemi, il était assez sage pour s'entourer aussi de quelques alliés.

Zhuge Lin se leva de sa table et leva son verre vers le couple impérial.


-À Ses Majestés, paix, santé et prospérité, dit-elle doucement. Le couple impérial sourit et leva ensuite leurs verres en la remerciant humblement d'un hochement de tête. Toutefois, la jeune femme n'avait pas fini et se tourna suite vers la princesse de Soriyeo. Paix, santé et prospérité à Sa Grâce ainsi qu'à son honorable famille, ajouta-t-elle ensuite.

Elle trinqua en même temps que la princesse, puis se rassoit avec grâce. L'impératrice se tourna ensuite vers la princesse royale, un sourire aux lèvres.

-Sa Majesté m'a informé concernant votre séjour parmi nous, déclara-t-elle doucement. Je suis heureuse de savoir que vous restez encore pendant quelques temps, la paix entre nos deux pays est d'une importance capitale.

Elle fit signe à sa servante d'apporter quelque chose à la servante supérieure qui accompagnait la princesse et qui menait sa suite. La servante de l'impératrice portait en mains un petit coussin de soie sur lequel reposait solennellement deux rouleaux impériaux aux couleurs vives. Chacun avaient été signé par le sceau impérial de Son Altesse et contenait la permission de la mère de la nation concernant le séjour de la princesse dans sa résidence dans le palais des femmes et une permission pour le capitaine Choi Young de pouvoir circuler librement dans le palais des femmes pour rendre visite à Sa Grâce durant les heures du jour. Le duo provenant de Soriyeo auraient plus tard le loisir de se renseigner sur le contenu.

L'empereur hocha doucement la tête vers l'impératrice et jeta ensuite un regard discret vers la princesse royale. Il avait été très impressionné par son talent avec un arc. Elle était douée, même plus que lui et si certains avaient eu quelques doutes concernant son arrivée sur le terrain, ils avaient eu tôt fait des les étouffer.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Dim 10 Aoû - 3:58


Le tournoi, si ce n'est sans compter sur les regards persistants de Tankishi, c'était passé au mieux. Ses aptitudes au tir a l'arc ne lui ayant pas fait défauts, ses quelques prouesses avaient étés saluer dignement, tout comme celles du capitaine Choi Young dont la maîtrise du tir a l'arc était de renom a Soriyeo. Malheureusement parmi les féliciter en fin de tournoi, s'était également trouver Tankishi. Il fallait lui accorder qu'il se débrouillait avec aisance et que sa prestation avait fait grand bruit parmi les ministres. D'ailleurs une bonne heure plus tard, ses derniers tarissaient encore sa personne de louange. Visiblement, il avait bel et bien autant d'influence que ce qu'il avait laissé entendre dans ses menaces. 

Assise a une table, prenant place a droite de celle du couple impérial et Tankishi a leur gauche, Sian Nyang, n'avait d'autre choix que de faire avec ce regard insistant et dérangeant qu'elle sentait souvent se porter sur elle. Au demeurant, elle n'était pas la seule a l'avoir remarqué et elle craignait que le capitaine Choi Young ne soit a bout de patience. Mais en public et a la vue de tous, il lui était difficile de l'apaiser de quelconque façons que ce soit. Une distraction bienvenue se porta a eux, quand Zhuge Lin lui adressa quelques mots bienveillants a elle et sa famille. Tout sourire, elle inclina la tête vers la concubine tout en soulevant délicatement son verre. En son regard se dessinait clairement la tendre affection qu'elle commençait a ressentir pour elle. Ce fut ensuite au tour de l'impératrice de s'adresser a elle, le ton aimable et sourire aux lèvres. Ce serait t'elle tromper sur les quelques griefs que l'impératrice aurait pue avoir contre elle ? Qu'importe pour l'heure, elle accueillie d'un sourire gracieux et reconnaissant les rouleaux que l'on menait a elle. Elle les prit délicatement et les posa prés d'elle, il n'aurait guère été convenable d'en découvrir le contenu en ces lieux, cela devrait attendre, mais voila qui avait piqué sa curiosité. " Je remercie votre majesté impériale pour ses aimables mots. J'espère que l'amitié naissante entre nos deux peuples saura perduré et prospéré dans le temps. "

Le repas se passait tranquillement, le capitaine semblait être apaisé et elle même parvenait tant bien que mal a oublier le regard insistant de Tankishi qu'elle sentait toujours se poser régulièrement sur elle .. Du moins jusqu’à ce que ce dernier capte l'attention générale de par le biais de quelques ministres visiblement fort désireux de lui montrer quelques admirations. " Seigneur Tankishi d'ou tenez vous dont si grands talents au tir a l'arc ? Le ministre nous aurait il caché quelques prouesses de ce genre lui même. " Ce dernier secoua la tête, l'air véritablement amusé. " Je crains fort que non, si il doit ses talents a autre chose qu'a son assiduité et ses compétences alors c'est a son grand père qu'il les doit. Mon père était un fier chasseur. " Quelques ministres se pressèrent ensuite en question sur le dit homme, leur curiosité se faisant plus grande encore quand il fut dévoilé qu'il avait péri dans une chasse. " Si vous permettez père, je vais raconté cela, je sais a quel point ce sujet peut vous chagriné. " Lacha Tankishi dont le regard ne quitter pas la table faisant face a la sienne et par la même la princesse. Le ministre acquiesça a cela, laissant libre parole a son fils.

Ce dernier attendit d'avoir capté toute l'attention de la salle puis se lança, jouant négligemment avec son verre. " J'étais alors a peine un homme quand ces tristes événements se sont produits. Mon grand père a perdu la vie il y'a prés de 9 ans de cela lors d'une chasse dont tout chasseur méritant rêverait. " Il fit une légère pause ménageant ses effets alors que tous attendaient la suite. Il attendit de pouvoir capté le regard de Sian Nyang et poursuivit enfin. " Une chasse au Gumiho. " Alors que des murmures s'élevaient en tout sens, certains s’offusquant de ce qu'ils considéraient comme des balivernes, d'autres visiblement impressionnés ou  certains encore sceptiques, la princesse royale de Soriyeo, elle se trouvait désormais incapable de détacher son regard de celui de Tankishi. Comme si un vent glacial soufflait en l'instant sur son être, elle frissonna, craintive de la suite. Une suite qui ne tarda pas et qui fut bien pire que tout ce qu'elle aurait pue craindre.

" J'étais comme bon nombre d'entre vous, sceptique de ces choses et craignant que l'age n'ait fait perdre quelques raisons a notre aîné et pourtant, je put constaté moi même la véracité de l'existence de ces créatures. Tout cela c'est passé sur l’île de Saechong ou notre aîné était parvenu a en débusquer un .. Ou plutôt devrais je dire une. " Le cœur serrée, la respiration difficile et la main crispée sur son bracelet, Sian Nyang dépensait énormément d'énergie a ne pas perdre le contrôle d'elle même. Cela ne se pouvait pas. Une telle chose ne pouvait pas être. Elle ne voulait pas entendre cela et pourtant elle resta la sans bouger, incapable de décrocher son attention des mots destructeurs qui sortaient de la bouche de Tankishi, visiblement pour le grand plaisir de ce dernier qui conta cela tel un récit digne des mythes anciens. " Les légendes disent vrais, ce sont des êtres magnifiques, aussi magnifiques que destructeurs. Leurs capacités a se fondre parmi nous est des plus remarquables. C'est ce qui causa la fin de notre aîné. L'ayant privé de ces pouvoirs par quelques pierres mystérieuses dont peut d'entre nous connaissent l'existence, il s'est laissé émouvoir par sa forme humaine et par ses supplications. Elle disait avoir une fille. "

Sian Nyang ferma les yeux un bref instant, étourdie tant par les révélations déjà faites, que par la crainte de celles qui allaient suivre. De plus malgré le bracelet, contenir les quelques émotions qui bouillonnaient en elle lui demander énormément d'énergie, lui causant quelques fatigues qu'il devenait difficile de contrer. Tankishi poursuivit, un sourire tant cruel que satisfait se dessinant sur ses lèvres alors qu'étrangement il ne cessait de la fixer. " Il a baisser sa garde un bref instant, ce fut suffisant pour que la Gumiho se libère du pouvoir des pierres. Une transformation a vous glacer le sang. D'une beauté dangereuse et inquiétante. Cruellement fascinante. Avant que notre aîné n'ait pue l'achever, elle avait arrachée son cœur de sa poitrine. " Tandis que les expressions se faisaient choqués, bon nombres de murmures s’élevèrent dans la salle. " Malgré la cruauté de cette acte, je pense qu'elle était dotée de quelques sensibleries humaines puisqu'elle m'a épargnée .. Ce fut son erreur. Je suis rentré parmi les miens, porteur de cette funeste nouvelle, mon être grondant de colère et se perdant en soif de vengeance. J'ai réunie une équipe de chasseur et je suis retourné sur cette île. Mais intelligente créature qu'elle était, elle n'était plus la .. Du moins je la crue intelligente sur le moment. Néanmoins, la rage aidante, j'eu vite fait de retrouver sa trace a Soriyeo. " L'attention générale se porta soudain sur la princesse.

A coté d'elle le capitaine Choi Young semblait avoir grand mal a se contenir, mais totalement bouleversée par les mots de Tankishi, elle ne le remarqua pas. Peut être aurait elle pue chercher quelques soutiens vers l'empereur, mais tout ce dont elle semblait capable pour l'heure, c'était d'attendre que Tankishi en vienne a sa conclusion .. Une conclusion qu'elle redoutait tant elle la devinait aisément. " Je n'eut pas a la suivre la bas, puisque contre toute attente elle revint sur l’île, se jetant pratiquement dans le piège que je lui avais tendu. Ce fut si facile que s'en fut décevant. En mémoire de mon aîné, on me laissa être celui qui l'acheva. Je pris mon temps, me délectant de son impuissance. Avec ses pouvoirs elle m'était supérieur, un être éternel, sanguinaire, dont la force ne connaissait nulles limites, mais sans eux, elle n'était rien de plus qu'un être fragile qui implorait ma pitié. Néanmoins, je n'avais pas la sensiblerie de mon aîné, ayant vue la sauvagerie que cachaient ses jolis yeux, je n'eus guère de scrupules a en finir. Avait t'elle eu pitié de mon aîné ? C'est sous la lame de mon Katana qu'elle rendit son dernier soupir. Aujourd'hui j'avoue avoir quelques regrets de cela, la maturité venant et ayant appris bon nombres de choses sur ces créatures, je sais que plutôt que la tuer, j'aurais du la garder captive et saisir d'elle tout ce que je pouvais prendre. " Alors qu'il lâchait ces quelques mots, il captura de son regard la silhouette pâlissante de Sian Nyang. " Jadis je n'ai pas sue me rappeler des supplications qu'elle avait faite a mon aîné, elle ne me sont revenus curieusement que très récemment. Elle avait dit avoir une fille. Aujourd'hui je pense que cela était vrai, quel meilleure motif que la protection d'un enfant pour se jeter ainsi dans un piège qu'elle devait pourtant redouter. " Il porta son verre a ses lèvres avant de le soulever vers la princesse de façon discrète, sourire aux lèvres. " Je suis désormais fort curieux de savoir ce qu'il est advenu de l'enfant. Il fait désormais parti de mes priorités de le découvrir. Et cette fois je n'aurais pas de hâte a la tuer. Quel prestige y'a t'il a tué un animal ? A mon sens il est bien plus gratifiant de se faire aimer de lui. "  

Alors qu'autour d'eux fusaient les murmures tant approbateurs que désapprobateurs, Sian Nyang ferma les yeux. Elle ne pouvait permettre a quiconque de voir les larmes qui y perlaient. L'évidence était la, sa mère était belle et bien morte. Après avoir lue sa lettre, cela avait été la possibilité la plus probable mais restait alors un faible espoir. Un espoir qui venait de prendre fin. Anéanti .. Comme l'était son cœur. Morte pour la protéger. Elle avait été tuer pour qu'elle puisse vivre .. Tuer de la main de Tankishi. Des pensées meurtrières grondaient en elle alors qu'elle peinait de plus en plus a garder le contrôle sur ses émotions. Elle devait sortir d'ici et vite. Avant que toutes raisons ne la quitte et qu'elle ne commette l'irréparable. Elle se leva quelque peu tremblante, en même temps que le capitaine, qui le visage inquiet prononça des mots qu'elle fut incapable de comprendre tant la rage, la peine et la colère battaient a ses tempes. Elle se tourna brièvement vers la table impériale, essayant de parler d'une voix clair, elle annonça. " Que vos grandeurs veuillent bien me pardonner, je me dois de me retirer, je crains d’être en proie a quelques faiblesses. " S'en suivit une révérence pour le moins bancale, alors qu'elle commandait d'un geste au capitaine de ne pas la suivre. Ce dernier bien que ça lui coûtait visiblement beaucoup, acquiesça docilement en la suivant d'un regard inquiet et protecteur.  

Ses pas étaient incertains, sa vue se brouillait. Et la n'était pas seulement la faute aux larmes qu'elle retenait. Sa nature de Gumiho luttait comme pour s'extraire d'elle, se heurtant encore et encore contre la force du bracelet, ce qui n'était pas sans totalement l'épuiser. Alors qu'elle allait enfin arrivée a la porte, tout se fit flou autour d'elle, elle trébucha, s'écroula sous les yeux horrifiés de tous puis tout devint noir. Les uns et les autres s'étaient levés se pressant autour d'elle, si bien que le capitaine Choi Young eut grand mal a l’atteindre. Quand ceci fut fait, il eut la déplaisante surprise de trouver Tankishi installé au sol et recueillant la princesse entre ses bras. Il dut se faire violence pour ne pas se jeter sur lui séance tenante et libérée la princesse de son étreinte inappropriée. " Seigneur si vous permettez en tant que protecteur de la princesse royale, je m'en vais la ramener a son pavillon en l'attente d'un médecin. " Il fit un pas vers eux, mais Tankishi ne faisant jusqu'alors pas mine de bouger le stoppa d'un geste. " Cela ne sera pas utile, je ne trouve pas convenable que ma future promise soit ainsi transporter dans les bras d'un simple capitaine. " Les murmures s'étaient tus, une fois de plus il venait de capter l'attention de tous avec brio. Répondant aux questions muettes qui s'affichaient sur les mines stupéfaites, il déclara. " J'ai fais parvenir aujourd'hui même une demande a la famille royale de Soriyeo, afin que me soit accordé la main de la princesse. J'ai bon espoir qu'une réponse favorable me parvienne prochainement. "

Ne voyant rien du regard meurtrier du capitaine, il se redressa, soulevant par la même la princesse toujours inconsciente dans ses bras, la serrant contre son torse alors que tous s'écartaient. C'est a cet instant que le capitaine perdit toute mesure et patience, sa colère menaçant de l'engloutir. D'ailleurs elle l'aurait fait si la voix de l'empereur ne s'était pas imposée subitement a tous, l’empêchant de bondir sur Tankishi.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Mar 12 Aoû - 0:56

Le repas se déroulait dans un calme et une ambiance familiale encourageant à la détente. Les ministres bavardèrent tranquillement entre eux, deux de ses concubines échangèrent sur des sujets divers, probablement sur la cour et leurs responsabilités en tant que dames de la cour interne et Tankishi était propre à lui-même. Son sourire arrogant ne laissait rien présager de bon et il semblait attendre que quelque chose d'inusité se passe. L'empereur fronça des sourcils dans sa direction, n'ayant que très peu de confiance dans cet individu ou son père qui était assit juste à côté de lui. Des voix enjouées s'élevèrent du coin des ministres, plusieurs jetèrent des regards admiratifs et des compliments vers le fils de ministre dont l'arrogance se lisait encore mieux sur son visage. Le dragon se crispa.

Le père complimenta son fils et admit que ses talents venaient de son propre père. Il fut révéler ensuite que le vieil homme avait périt au cours d'une chasse. Oui, le dragon était plus ou moins au courant de cette histoire, l'impératrice étant aussi la petite fille de cet homme au passé aussi clair que la brume. Lorsque le fils se mit à raconter ses mémoires au sujet de son grand-père, son regard était irrémédiablement attiré vers la princesse de Soriyeo. Comment cet homme osait-il la dévisager de manière aussi visible? L'empereur soupira, désirait lui mettre une claque au visage comme il le méritait.


«J'étais alors a peine un homme quand ces tristes événements se sont produits. Mon grand père a perdu la vie il y'a prés de 9 ans de cela lors d'une chasse dont tout chasseur méritant rêverait.»

Un sourire moqueur déforma la bouche de l'empereur, mais il le dissimula habilement sous sa coupe de vin qu'il porta à ses lèvres rosées. Il avait beaucoup de mal à imaginer cet homme attristé face à la perte d'un membre de sa famille. Il savait très bien que Tankishi serait le premier à pousser un père dans la fausse aux tigres si cela pouvait lui permettre de gagner en pouvoir et influence. Il n'osait pas imaginé la façon dont il devait traiter sa mère.

«Une chasse au Gumiho.»

L'empereur s'étouffa brusquement, attirant par la même occasion l'attention de l'impératrice qui lui prêta immédiatement son mouchoir afin qu'il puisse s'essuyer la bouche. Il la remercia d'un bref hochement de tête. Tient, son épouse ne lui avait jamais raconté cette version des faits qui avaient causé la mort de son grand-père. L'impératrice fit sûre que son époux allait bien avant de reporter son attention sur le discours de son arrogant cousin.

«J'étais comme bon nombre d'entre vous, sceptique de ces choses et craignant que l'âge n'ait fait perdre quelques raisons à notre aîné et pourtant, je pus constaté moi même la véracité de l'existence de ces créatures. Tout cela c'est passé sur l’île de Saechong ou notre aîné était parvenu a en débusquer un .. Ou plutôt devrais je dire une.»

L'empereur jeta un regard soucieux vers la princesse de Soriyeo. Son œil scrutateur l'examina soigneusement et il devina immédiatement qu'elle n'allait pas bien. Le dragon aurait pu ordonner le silence à cet homme, mais cela aurait fait s'élever des questions dont il n'était pas en mesure de répondre. De plus, par après, cela aurait fait jaser inutilement. En face de lui se tenait la concubine impériale et la dame noble qui occupaient son harem et écoutaient pleinement, attentives à chaque mots.

«Les légendes disent vrais, ce sont des êtres magnifiques, aussi magnifiques que destructeurs. Leurs capacités a se fondre parmi nous est des plus remarquables. C'est ce qui causa la fin de notre aîné. L'ayant privé de ces pouvoirs par quelques pierres mystérieuses dont peut d'entre nous connaissent l'existence, il s'est laissé émouvoir par sa forme humaine et par ses supplications. Elle disait avoir une fille.»

L'empereur jura intérieurement, son corps s'était mit à bouillir et il sentit ses doigts se crisper sur ses genoux. Heureusement que ceux-ci étaient recouvert de ses vêtements, sinon ses ongles aurait définitivement traverser sa peau. Il jeta un regard noir vers le cousin de l'impératrice, mais celui-ci se contentait de poursuivre son récit, un sourire cruel aux lèvres, ses yeux fixés sur la princesse qui devait peiner à se contenir. Il admira son courageux silence.

«Il a baisser sa garde un bref instant, ce fut suffisant pour que la Gumiho se libère du pouvoir des pierres. Une transformation a vous glacer le sang. D'une beauté dangereuse et inquiétante. Cruellement fascinante. Avant que notre aîné n'ait pue l'achever, elle avait arrachée son cœur de sa poitrine.»

Des murmures s'élevèrent instantanément et des expressions choquées s'étaient figés sur la plupart des visages présents. Zhuge Lin, de son côté, s'était contenté de conserver une expression neutre et polie. Le récit de l'impressionnait pas plus qu'il ne le fallait et elle profita de l'agitation pour lancer un commentaire discret affirmant sa pensée.

-Votre honorable aîné s'en est prit à une mère, mon seigneur, une mère, animal ou humaine, fera tout pour protéger son petit, commenta-t-elle doucement avec une expression respectueuse. La jeune fille près d'elle hocha attentivement la tête, Zhuge Jin fit la même chose. Quant aux autres ministres, certains semblaient réfléchir à nouveau sur le récit.

«Malgré la cruauté de cet acte, je pense qu'elle était dotée de quelques sensibleries humaines puisqu'elle m'a épargnée .. Ce fut son erreur. Je suis rentré parmi les miens, porteur de cette funeste nouvelle, mon être grondant de colère et se perdant en soif de vengeance. J'ai réunie une équipe de chasseur et je suis retourné sur cette île. Mais intelligente créature qu'elle était, elle n'était plus la .. Du moins je la crue intelligente sur le moment. Néanmoins, la rage aidante, j'eu vite fait de retrouver sa trace à Soriyeo.»

L'attention se dirigea immédiatement vers la princesse royale et son capitaine. L'empereur, de son côté, conservait un silence et une expression de marbre, le vin scintillant dans sa coupe étant plus intéressant que le courant de l'attention de ses invités. Il se souvint que la princesse lui avait avoué que sa mère était décédée, ne laissant qu'une lettre pour son unique enfant. Est-ce que le récit de Tankishi avait un lien quelconque avec la princesse? Par tout les dieux, d'après les réactions du duo royale, il ne pouvait y avoir de doute. Ses poings se refermèrent férocement, faisant blanchir cruellement ses jointures qui ne demandaient qu'à fermer la bouche de cet impertinent!

Le récit se poursuivit et Tankishi admit finalement avoir été celui qui avait abattu la magnifique créature. Les yeux de l'empereur se dirigèrent immédiatement vers la princesse dont le teint avait remarquablement pâlit depuis le début de la sinistre histoire.


«Jadis je n'ai pas sue me rappeler des supplications qu'elle avait faite a mon aîné, elle ne me sont revenus curieusement que très récemment. Elle avait dit avoir une fille. Aujourd'hui je pense que cela était vrai, quel meilleure motif que la protection d'un enfant pour se jeter ainsi dans un piège qu'elle devait pourtant redouter.»

Le cœur du dragon tambourina fortement contre sa poitrine. Il n'avait plus aucun doute. Ce récit concernait évidemment la défunte mère de Sa Grâce et sous ses yeux se prélassait un meurtrier sans scrupule. Ce qui le fâcha davantage était que Tankishi semblait être au courant de choses qu'il n'était pas supposé savoir en premier. Il douta que le jeune homme avait choisi cette histoire au hasard alors que la princesse royale était présente parmi eux.

«Je suis désormais fort curieux de savoir ce qu'il est advenu de l'enfant. Il fait désormais parti de mes priorités de le découvrir. Et cette fois je n'aurais pas de hâte a la tuer. Quel prestige y'a t'il a tué un animal ? A mon sens il est bien plus gratifiant de se faire aimer de lui.»

Zhuge Lin leva un visage terrifié face au cousin de l'impératrice et la mère de la nation ne semblait pas plus apprécier le comportement de l'arrogant jeune homme. Un silence pesant s'installa dans la salle avant que la concubine impériale n'ose intervenir.

-Quel prestige y'a-t-il a tué un animal, dites-vous, Seigneur Tankishi? s'empressa de répéter la jeune femme. Votre famille s'en est prise à un esprit renard, une créature du monde des esprits! Un jour, ce geste meurtrier vous rattrapera et apportera le malheur dans le palais. Vous dites qu'il est plus gratifiant de ce faire aimer de la bête? Pourtant, si je me souviens bien, Votre seigneurie, vous êtes toujours le premier à accompagner Sa Majesté au cours des chasses saisonnière ou à vous même pratiquer ce sport en famille? Ne savez-vous, Votre Seigneurie que lorsque bouche n'a rien de bon à prononcer, il vaut mieux la laisser fermer.

Des murmures indignés s'élevèrent immédiatement des invités. Zhuge Jin hochait la tête bêtement face à la rare témérité de la jeune maîtresse du palais des Chrysanthèmes. La majorité des alliés de Sa Majesté hochèrent la tête de contentement, l'air pensif, mais la famille de l'impératrice conservait un silence poli.

«Que vos grandeurs veuillent bien me pardonner, je me dois de me retirer, je crains d’être en proie a quelques faiblesses.»

La voix chevrotante de la princesse de Soriyeo attira l'attention de tous, surtout celle de l'empereur qui la vit se lever, une expression brisée au visage malgré le fait qu'elle voulait visiblement conservé son désarroi pour le privé. Sa révérence but rapide et elle se dirigea vers la sortie. Son pas n'était pas aussi assuré qu'avant et l'empereur se redressa presque pour l'accompagner. Toutefois, lorsqu'elle arriva à la porte, la princesse s'effondra. Horrifiés, tout les individus présents dans la salle se levèrent en même temps, étirant la tête pour faire ce qui s'était passé. Beaucoup osaient s'approcher, formant un cercle massif autour du corps de la princesse.

L'empereur se leva, immédiatement suivit par l'impératrice qui joua nerveusement avec ses doigts. Puis, la foule s'élargit davantage sous le passage du capitaine de Soriyeo et c'est avec horreur que le couple impérial remarqua Tankishi prendre Sa Grâce dans ses bras comme s'il s'agissait de la chose la plus naturelle à faire. La température augmenta immédiatement dans la pièce, le mécontentement se voyait dans les yeux du dragon. Quant à Son Altesse, une expression choquée et insultée déformait les jolis traits de son visage.

Un échange entre le cousin de l'impératrice et le capitaine se fit et voyant que la tension montait chez le capitaine de Soriyeo et l'incroyable manque de respect des protocoles eut raison du calme de l'empereur dont la voix tonna fort dans la pièce.


-Cela suffit! gronda furieusement l'empereur.

Les murs tremblèrent et face à a fureur du dragon, tous se jetèrent par terre, se prosternant devant lui, le front contre le sol. Il se rapprocha de la scène, tous s'écartèrent, la tête toujours vers le sol, personne n'osait lever les yeux vers lui. Il n'y avait que Tankishi qui restait bêtement à la même place, osait dévisager l'empereur comme si cela était la chose la plus naturelle à faire.

Liu Ma allait tuer cet homme.

L'empereur fit un signe à son eunuque Chen Po qui comprit immédiatement la demande silencieuse de son maître. L'eunuque s'approcha de Tankishi, lui jeta un regard mauvais emplit d'arrogance et lui confisqua le corps de la princesse. Chen Po s'éloigna un peu, laissant la place à au dragon qui s'approcha dangereusement.


-As-tu donc oublié de t'incliner devant ton souverain, Tankishi? cracha l'empereur sous le fixant de haut. Comment ose-tu encore me regarder?

Il y eu de l'agitation près du jeune homme et son père se redressa pour tirer furieusement sur la manche de son fils, le forçant ainsi à s'incliner et se mettre par terre comme tout les autres. L'impératrice s'approcha prudemment de la scène, attendant patiemment derrière son époux et observant tristement son cousin et son oncle le front contre le sol. Elle n'avait jamais eu aussi honte. Satisfait, Liu Ma redressa son échine et croisa ses mains dans son dos, fermant les yeux afin de reprendre son calme.

-Ainsi donc, Sa Seigneurie Tankishi se croit au-dessus de nos lois, nos traditions et des protocoles de l'empire? déclara l'empereur d'une voix haute afin que tous puisse l'entendre correctement et assister à l'exemple d'arrogance dont faisait preuve le fils du ministre. Dites-moi, Votre Altesse, qu'arrive-t-il à un sujet important étant lié à la famille impériale lorsque celui-ci désire se marier?

L'impératrice s'approcha doucement, se plaçant aux côtés de Sa Majesté. Elle semblait lasse.

-Pour répondre à Sa Majesté impériale, sous votre permission, je devrais être celle décidant de la première épouse de Sa Seigneurie Guan Tankishi sous les conseils sages de l'empereur, déclara-t-elle d'une voix monotone, répétant les règles que la cour impériale devait connaître par cœur. Mon cousin a été aveuglé par son désir d'épousailles, pardonnez-lui, Votre Majesté.

Elle déposa un genoux à terre, les yeux rivés vers le sol. Soumise et loyale à son époux, elle acceptait le châtiment qui sortirait de sa bouche. Guan Yinping espérait simplement que la branche principale de sa famille, la sienne, serait épargnée.

-Que la réponse à ta demande soit favorable ou non, Tankishi, dit froidement l'empereur, je décide qui entre dans la famille impériale. Votre arrogance vous aveugle, car une femme du rang et statut de la princesse royale de Soriyeo mérite un époux plus pertinent qu'un noble fils de ministre. Il n'est que honorable que Sa Grâce partage des vœux avec un prince, il hésita, ou avec moi.

L'impératrice leva immédiatement son visage vers l'empereur. Ses yeux brillèrent d'une émotion incompréhensible. Peut-être étais-ce un mélange de jalousie ou de crainte pour son rang d'impératrice, cela restait inexplicable. Elle savait parfaitement ce que une femme comme Sian Nyang, la première princesse royale de Sorigeo, méritait au sein de la cour interne de Sa Majesté.

-Gardes, saisissez vous de cet homme et menez le aux cachots, je déciderai de son sort, plus tard, ordonna froidement l'empereur.

Aussitôt, des Tigres arrivèrent sous les yeux horrifiés du père pour passer leurs bras puissants sous les aisselles de Tankishi pour le guider jusqu'à une cellule dont il aura tout le temps d'apprécier pendant que l'empereur s'occuperait du sort de la princesse. Lorsqu'il fut hors de sa vue, le dragon permit à ses sujets de relever la tête.

-Non seulement seigneur Tankishi fut irrespectueux envers la maison impériale, mais aussi envers Soriyeo aujourd'hui même, commenta l'empereur qui se tourna vers Chen Po, les soins pour Sa Grâce avaient assez attendus. Chen Po, apporte Sa Grâce au pavillon du ciel clair, Zhuge Lin Pin, accompagne Sa Grâce, vous aussi, capitaine Choi Young.

Avant qu'il ne puisse poursuivre, l'impératrice ordonna à sa servante d'aller quérir un médecin impérial sur le champ afin de venir en aide à Sa Grâce. Le dragon inclina poliment la tête vers le phénix, satisfait de sa rapidité à donner des ordres efficaces et utiles. Il marcha ensuite jusqu'à l'oncle de celle-ci.

-Jusqu'à nouvel ordre, tu n'es plus autorisé au sein du palais, profite de ce moment de répit pour méditer sur les actions de ton fils déshonorable.

L'homme se contenta d'hocher lentement la tête de manière affirmative avant de se faire raccompagner par des gardes jusqu'à la sortie. Sun Liu Ma soupira doucement et prit la direction empruntée par Chen Po quelques secondes plus tôt. L'impératrice lui suivit de près et ils se dirigèrent vers le pavillon du ciel clair. Derrière eux, ils entendirent les voix des ministres.

-Au revoir respectueux à Sa Majesté, l'empereur! Au revoir respectueux à Son Altesse, l'impératrice! s'exclamèrent-il tous en chœur.


Lorsque le couple impérial arriva au pavillon du ciel clair, un médecin impérial était déjà à son chevet, ainsi que le capitaine qui se tenait légèrement à l'écart et Zhuge Lin qui assistait dilligemment le médecin.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   Mar 12 Aoû - 2:15


Alors que tous s'inclinaient et s'écartaient devant l'ordre de sa grandeur. Tankishi lui n'avait pas bougé. Il resserra d'avantage l'étreinte qui l'unissait a la princesse royale de Soriyeo en la ramenant de façon plus intime contre son torse, heureux de son effet et des conséquences que cela aurait probablement. Quand l'eunuque impérial en chef s'en vint a lui pour se saisir du corps inconscient de la princesse, il la retint légèrement par pure défit puis finit par la lâcher, sourire aux lèvres, ayant bon espoir de prolonger ce genre de contact a l'avenir. Sous le couvert des révérences, certains regards curieux, voir impressionnés se levaient discrètement vers lui.  

-As-tu donc oublié de t'incliner devant ton souverain, Tankishi. Comment ose-tu encore me regarder? Tankishi resta debout, son regard couvant la princesse, défiant dans toute sa splendeur l'empereur jusqu’à ce que son père, du moins en avait t'il le nom ne vienne le forcer a ployer l'échine. Visiblement la fierté et le courage avait sauté une génération, cet homme dont il partageait les gênes n'avait d'utilité que par son titre de ministre. Néanmoins désireux de maintenir l'unité familiale, du moins tant que ça lui servait encore, il se laissa docilement faire. Mais son regard arrogant se releva rapidement. " Que votre grandeur pardonne a son humble serviteur, il me semblait plus utile de ne point laisser une princesse royale au sol plutôt que m'incliner face a sa grandeur. Je pensais la diplomatie devoir passée avant l’ego de l’empereur. " Bien que tous gardèrent un silence solennel, les échanges de regards allèrent bon trains. Certains totalement scandaliser, d'autres profondément appréciateurs.

Vinrent ensuite les insultes de sa grandeur a son égare et la plaidoirie de sa cousine. Il n'avait nul besoin d'elle pour sa défense, celle ci n'ayant même pas la décence de donner un héritier impérial a leur famille, pas plus qu'il ne prendrait permission de l'empereur pour épouser la princesse. Néanmoins, quand la possibilité de l'empereur se portant sur les rangs des prétendants résonna a ses oreilles, il ne put s’empêcher de se crisper. Il allait de soit que les frères de la princesse lui préférerait l'empereur, néanmoins il avait quelques bonnes cartes a jouer et si tenter que l'empereur n'ait pas encore fait de propositions officielles, les cieux étaient encore en sa faveur. Il laissa les gardes se saisirent de lui sans même un haussement de sourcil et c'est dignement qu'il sorti e la salle. Il avait défié l'empereur en public, mit en avant certains comportements de sa grandeur qui deviendraient des armes .. Pour sur, il venait de gagner quelques alliés de plus. Et a quoi avait servit tout cette scène, si ce n'est a cette fin ? Il pensa a la princesse et se prit presque a regretter d'avoir due la blesser, la pensée ne dura qu'une bref seconde. Qu'importe que cela, elle serait bientôt sienne et alors il agirait avec elle a son bon vouloir .. A cette simple pensée, les cachots qui l'attendaient, bien que froids et lugubres, lui apparurent fort accueillants.

Le capitaine Choi Young qui n'avait pas prononcé un mot pendant l'échange entre l'empereur et Tankishi était désormais au pavillon du ciel clair et ne pouvait s’empêcher de repasser tout ces derniers événements en boucle dans son esprit tout en s'inquiétant pour son altesse la princesse. Il s'en était fallut de peu pour que survienne une catastrophe. Si l'empereur n'était pas intervenu, probable qu'il aurait perdu toute mesure, s'attirant par la même quelques ennuis .. Mais rien qu'a l'image de la princesse dans les bras de cet être abominable, il en frissonnait encore de rage .. De rage et de quelques sournoises jalousies avait il l’honnêteté de s'avouer. Néanmoins pour l'heure, ce qui le préoccupait bien d'avantage, outre la santé de la princesse, c'était les mots de l'empereur. Ainsi dont sa plus grande crainte se vérifiait, l'empereur se considérait comme un candidat potentiel a une union avec son altesse. Face a cela, il ne pourrait rien. Se refusant a laisser l'impuissance le gagner, il chassa cela de son esprit pour parer au plus urgent. Soupirant, redressant les épaules, il s'approcha de sa grandeur et après une salutation respectueuse, prit la parole. " Votre grandeur, pardonnez mon audace, mais si vous me le permettez, puis je vous demander si vous avez de possibles intentions de mariage envers son altesse la princesse royale de Soriyeo ? "

Le regard baissé, bien conscient que cela pourrait porté a quelques fâcheuses conséquences il poursuivit néanmoins. " Ne me croyez pas en proie a quelques curiosités irrespectueuses, je sais fort bien ou est ma place et qu'elles sont mes limites. " Il porta un regard vers la princesse et le médecin s'afférant toujours autour d'elle. Il ne pouvait être égoïste, mieux valait l'empereur que Tankishi, qu'importe la douleur qu'il pourrait en ressentir. " Si ces mots se permettent de quitter mes lèvres, veuillez croire que c'est la dans l’intérêt de ma princesse. " Il hésita un instant, prenant garde aux mots qu'il choisirait, il se devait de prévenir sa grandeur, car il connaissait des détails que l'empereur n'avait pas en sa possession, mais il ne pouvait se permettre de trop en révéler. " Je crains que si tel est le souhait de Tankishi d'obtenir la main de son altesse, rien ne puisse l’arrêter si il venait a avoir la bénédiction de la maison royale de Soriyeo. Votre permission n'a d'importance que si son appartenance reste a Miyong .. " Il secoua doucement la tête. " Néanmoins votre grandeur devrait savoir qu'il se peut que Tankishi ait en a possession quelques cartes qui pousseraient sans mal les frères de son altesse a bénir cette union et a donner pleine légitimité a Tankishi en Soriyeo. Je crains alors que la bénédiction de votre grandeur ne porterait plus d’intérêts "

Son regard se brisa, mais cela sa grandeur ne pouvait le voir. " Bien entendue si pareille chose devait arrivée, il va de soit que son altesse ne s'y plierait pas .. Elle disparaîtrait. "   Et nous la perdrions tout les deux ajouta t'il silencieusement pour lui même tandis que faisant un pas de coté, il portait quelques paroles finales d'une voix que seule l'empereur pouvait entendre. " Est ce que votre grandeur est prête a prendre ce risque ? " Un instant plus tard, un faible gémissement attira le regard de tous. Son altesse royale reprenait faiblement conscience, une larme perlant a ses yeux. Le capitaine poussa un soupir de soulagement, mais resta a l'écart, douloureusement conscient que la place aux cotés de la princesse n'était pas sienne.

Les paroles de Tankishi, sa lutte contre elle même pour ne pas céder a la rage et au chagrin ainsi que le combat de sa nature de Gumiho contre les vertus neutralisantes de son bracelet avaient fait des ravages en son être, au point de l'épuiser jusqu’à l’évanouissement. Cela aurait pue se vouloir réparateur mais cela ne le fut pas. Prisonnière des ténèbres, son corps s'était secoué encore et encore de quelques tremblements tandis que son esprit s'agitaient, agressés par de nombreuses émotions. Un tumulte intérieur difficile a contrôler. La mort de sa mère se heurtant en elle en une vérité cruelle, les circonstances atroces de cela, l'arrogance de Tankishi, son assurance. Sa rage, sa peine mais aussi la reconnaissance et la sympathie pour les quelques mots qu'avaient eu la concubine Zhuge Lin.

Aveuglée qu'elle l'avait été par sa haine envers Tankishi, les paroles de la concubine n'avaient guère fait que l’effleurer, mais prisonnière de l'inconscience, elles étaient venue la libérer de quelques tourmentes. Qu'importe les mots de Tankishi. Qu'importe l'histoire. Qu'importe la vision de sa mère, les vêtements ensanglantés d'un sang qui n'était pas sien. Sa mère n'était pas un monstre, elle avait été pousser a cela. Elle avait protégée son enfant. Elle l'avait protégée elle et avait été jusqu’à donner sa vie pour cela. Elle ne pouvait dont croire que sa mère ait agit par quelques cruautés ou bas instincts animales, c'est pourquoi les paroles de Zhuge Lin se révélaient tellement bienveillantes. C'est d'ailleurs ces quelques paroles qui la ramenèrent vers la lumière. Un battement de paupière, puis deux et enfin ses yeux s'ouvrirent, d'abord peinant a s'adapter a la lumière de la pièce, ils retrouvèrent rapidement leurs vivacités et eurent bonheur de croiser le regard de la concubine. Un délicat sourire apparaissant sur ses lèvres alors que ses yeux se faisaient encore brillant de larmes, Sian Nyang alla se saisir de sa main et d'une voix peu audible de par la fatigue, elle murmura " Merci ". Probable qu'elle serait pour l'heure la seule a comprendre la signification de ses mots, mais elle se devait d'exprimer cette profonde gratitude qui l'avait sortie des abysses de l'inconscience.

Se redressant tant bien que mal, elle dut néanmoins prendre quelques appuis pour parvenir a s'asseoir et a tenir la position. Sa tête lui tournait encore légèrement, pourtant son regard lui était volontaire et comme de coutume, il chercha a capté le celui de sa grandeur. Ceci fait, le lien curieux qui les unissait pu a nouveau se déployer, déferlant entre eux non plus tel un vent froid, mais comme la caresse d'une brise chaude ou son être pu s'attarder a puiser quelques forces. Confuse de la douce quiétude que cela lui procura, elle détourna bientôt les yeux. " Que sa grandeur impériale et sa majesté impériale veuillent bien me pardonner, je crains bien malgré moi d'avoir causer quelques tumultes bien inutiles. " Elle parlait la bien sur du fait de s’être évanouie de la sorte a la vue de tous, si elle savait les quelques incidents qui avaient suivis, nul doute qu'elle se trouverait pour l'heure encore plus gêner. La colère et l'humiliation prenant suite si elle s'en venait a connaitre les privautés que Tankishi s'était accordé sur elle.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il n'est pas toujours chose aisée que prendre la fuite. (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Empire Miyong :: Cité impériale :: Le palais impérial-
Sauter vers: