Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cao Long

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 22/09/2014
Age : 21

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 53 ans

MessageSujet: Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)   Ven 14 Nov - 3:04

An 1 du Douxième cycle. Mois de Septanok. 4ème cycle lunaire, Jour 23.


La matinée venait à peine de débuter au pavillon de la famille Cao, que déjà les affaires courantes affluaient en masse sur le clan du gouverneur Cao Long. En effet depuis l'annonce des fiançailles de l'héritier de la famille et de la sœur de l'empereur, la famille était en pleine effervescence et s'affairait  de son mieux à l'organisation du futur événement. Cependant certaine personne à l'instar de Xiahou Dun, le premier adjoint du gouverneur de Gyoseung, était occupé par d'autres prérogatives, nécessaires au bon fonctionnement du clan. Le cousin de Cao Long était dans son bureau entrain de signer les derniers documents qui lui était parvenu. Quand il eut fini cette tâche administrative le borgne quitta les lieux pour aller faire se qu'il faisait chaque semaine, diriger l'entraînement de la garde personnelle de son seigneur.

Xiahou Dun s'habilla de son habituelle tenue martiale, puis fit appeler la garde qui arriva dans les minutes qui suivirent. L'ensemble des hommes se mirent en rang face à leur supérieur, qui les ordonna de partir en direction du fort pour leurs entraînements. La centaine d'homme marcha à pas militaire vers les infrastructures de la cité impériale, dans l'intention d'accomplir leurs intentions. Cependant lorsque Xiahou Dun et ses subordonnées arrivèrent, ils eurent la mauvaise de voir les terrains occupés par des personnes qui leurs étaient inconnus.

L'adjoint du gouverneur s'approcha alors de l'entrée en compagnie de Wang Yi, la capitaine de la garde de Cao Long. Ces derniers entendirent des cries accompagnées par le tintements des armes en bois. Tout les deux observèrent avec attention les Lunes Rouges effectuer leurs enchaînements, lorsqu'un des militaires de Soriyeo, s'approcha d'eux afin de les faire déguerpir. Le cousin de Cao Long foudroya du regard le soldat et s'en alla sans répondre. Il revint alors vers les gardes avec la mine sévère, puis commença à crier sur ses hommes.

- Aujourd'hui il semblerait qu'il nous soit impossible de pouvoir pratiquer au fort ! Mais n'allez pas croire que votre entraînement est annulée, vous êtes les gardes personnels de notre seigneurs ! Et vous devez être les mains quelque soit les circonstances ! Vous allez donc vous entraîner sous le commandement de dame Wang Yi, pendant que j'éclaircirai cette histoire !

- Vous avez entendu ? Alors exécution !

Les hommes frissonnèrent en entendant Xiahou Dun, non pas par leur ton menaçant, mais plutôt parce qu'il avait laissé la capitaine superviser l'entraînement. Or cette dernière était crainte par tout les gardes qui avaient appris à ne pas se fier à son apparence, car en réalité cette dernière s'avérait être une redoutable combattante, capable de mettre à terre une cohorte de soldat à elle seule.

Le borgne retourna à son bureau et soupira un bon coup avant de chercher des explications sur l'occupation du fort. Il apprit ainsi par le biais de l'intendant du palais, que les hommes en question étaient des émissaires de Soriyeo, plus précisément des soldats d'élites connus sous le nom de Lunes Rouges. Ce dernier avait hausser un sourcil en apprenant la nouvelle et se demanda à quel point Suno et ses hommes étaient forts.

L'après-midi fit son apparition, les gardes exténués par l'entraînement de leur capitaines reprirent leurs place dans le pavillon. Ce fut à ce moment-là que Xiahou Dun sortit précipitamment en interpellant la capitaine de la garde au passage.

- Dame Wang Yi je vous prie de me suivre...

- En quoi puis-je vous aidez Maître Xiahou Dun ?

- Nous devons aller au camp afin de régler cl'affaire de ce matin.

Sans plus d'explications les deux partirent en direction du fort, et s'arrêtèrent devant l'entrée du camp, qui était gardée par plusieurs hommes. Xiahou Dun s'adressa alors d'un ton cassant aux soldats.

- Je voudrais m'entretenir avec votre chef... Sur le champs...

Ce dernier n'hésita pas à mettre en avant son dadao qu'il tenait à la main, tandis que la capitaine, qui le suivait, porta à sa main la paire de trishula accrochait à sa taille. Ils voulaient faire comprendre qu'ils étaient très sérieux et qu'il ne fallait pas les faire attendre.


_________________
Thème du Seigneur de Guerre.:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suno Uji

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 11/09/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)   Ven 14 Nov - 17:19


Dang Na discutait avec un soldat quand deux personnes se présentèrent.


Je voudrais m'entretenir avec votre chef... Sur le champs...


Le capitaine tourna la tête et regarda les deux visiteurs. Il les regarda d'un air surpris. Était-ce Suno qu'ils demandaient ainsi ? Il semblait bien, mais que voilà une curieuse façon de demander à voir le Commandeur des Lunes Rouges. Il leva un sourcil quand il les vit mettre leurs armes en avant. Il perçut  un mouvement sur sa droite, le soldat avec qui il discutait regardait avec attention les deux visiteurs. Dang Na se tourna vers lui et vit qu'il avait mit sa main droite sur la poignée de son katana. Le Lune Rouge regarda son supérieur qui fit un léger signe de tête, lui signifiant d'aller chercher Suno. Il se pencha vers lui et lui murmura :

Répètes lui les paroles exactes de ces deux là.

Il se tourna alors vers les deux personnages et croisant les bras leur fit face, sans animosité, plutôt avec une certaine curiosité. Il entendait les pas du soldat qui s'éloignait. Il trouva le Commandeur en train d'expliquer certains mouvements à un groupe de quatre soldats. La maîtrise de certains mouvements impliquait des exercices plus restreints. Il désirait que ces hommes là poussent encore plus loin la maîtrise de l'art des Lunes Rouges. Il vit le soldat arrivé et écouta son message. D'abord incrédule, il sourit et rengaina son Dao.

Je te suis.

Excusez-moi Commandeur mais vous ne vous vêtissez pas plus ?

Suno remettait simplement son durumagi rouge écarlate par dessus son torse nu.

Pourquoi devrais-je me soucier de mon habit ou encore faire preuve de respect alors que eux, visiblement n'en font pas preuve ? Cela ira, ne t'en fait pas.

Il lui emboîta alors le pas, son Dao battant contre sa jambe gauche, marquant le rythme de sa marche. Il parvint au lieu où l'attendait ces personnes et Dang Na, se dernier leur faisant toujours face, une expression nonchalante sur son visage. Il se tourna en entendant les pas de Suno et lui fit un léger sourire en coin. Ce dernier ne lui rendit pas, s'y refusant pour le moment. Il prit la parole d'une voix profonde, jouant de son timbre grave.

Est-ce ainsi que l'on demande à voir un général en ce pays ? En le convoquant comme on convoquerait un soldat ? Est-ce l'incident diplomatique que vous cherchez ? N'oubliez pas à qui vous parlez et tâchez de respecter le protocole militaire.
Alors à moins que vous n'ayez un rang particulier dans l'armée de sa Majesté impériale, je vous conseille d'avoir une bonne raison de m'avoir fait demander.


Il se mit face à eux, se redressant de tout son mètre quatre-vingt dix, les mains derrière le dos, le durumagi ouvert laissant apparaître le renflement du pommeau de son Dao.

Et cessez donc de mettre vos armes en avant. Vous êtes ridicules.

Dang Na restait en léger retrait, un mètre derrière Suno sur sa droite. Le soldat étant sur la gauche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cao Long

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 22/09/2014
Age : 21

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 53 ans

MessageSujet: Re: Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)   Mar 18 Nov - 3:10

Est-ce ainsi que l'on demande à voir un général en ce pays ? En le convoquant comme on convoquerait un soldat ? Est-ce l'incident diplomatique que vous cherchez ? N'oubliez pas à qui vous parlez et tâchez de respecter le protocole militaire.Alors à moins que vous n'ayez un rang particulier dans l'armée de sa Majesté impériale, je vous conseille d'avoir une bonne raison de m'avoir fait demander. Et cessez donc de mettre vos armes en avant. Vous êtes ridicules.

Xiahou Dun observait de la tête au pied le commandant qui se tenait face à lui, il ne manquait pas d'assurance, et sa posture lui donnait un air imposant, celui d'un leader. Cependant le gouverneur adjoint n'aimait pas qu'on le toise ainsi. Et très rapidement le borgne s'avança pour regardait le commandant dans les yeux. Xiahou Dun ne changea pas d'attitude et continuait ignorait le statut de Suno. Pour lui un commandant devait prouver son titre par les armes et son comportement au combat. Et non en se reposant sur le pouvoir que confère le poste de commandant ou le nom de famille qui est héréditaire du titre militaire. Le borgne voulait tester les soldats d'élites de Soriyeo, voir s'ils sont aussi redoutables que les rumeurs disent. Et tout les moyens sont bon pour Xiahou Dun obtenir un combat, ne serait-ce qu'un seul afin de connaître le style de combat de l'armée de Soriyeo. Car avant d'être l'adjoint du gouverneur, et membre de l'armée d'élite de la province de Gyoseung, le quadragénaire est un combattant recherchant à approfondir son talent et à connaître de nouveaux adversaires.

- Ridicule vous dites ?

Le vétéran ria doucement sous le nez de Suno, provoquant des murmures chez les hommes qui se dressaient derrière le chef des Lunes Rouges. Certains étaient agrippés à leurs armes tant ils étaient outrés par la façon dont se comportait Xiahou Dun. Et en toute franchise ce dernier se comportait avec cette insolence de façon naturelle. A ses yeux le respect ne pouvait être acquis qu'en montrant sa valeur. Et pour l'instant il ne voyait pas grand chose venant des hommes de Suno, mis à part du mépris qu'il ne tient pas en compte. Le borgne se ressaisit puis reprit son ton ferme qu'il utilisait en permanence.

- Ne vous méprenez pas, il est coutume dans l'armée impériale de notre province du nord de l'empire, de montrer les armes pour signifier le respect des vassaux à un seigneur, mais il est aussi utiliser pour saluer et montrer que nous sommes venu en sans l'intention de vous planter nos armes dans le dos... Mais je comprends que des émissaires ne connaissent pas certaines de nos coutumes.

Le borgne inspecta un instant la tenue de son interlocuteur puis salua Suno de manière officiel, Wang Yi .

- Je me présente, je suis Xiahou Dun premier adjoint du gouverneur Cao Long de Gyoseng. Mais aussi vassal et cousin du seigneur de guerre Cao Long, quant à ma camarade elle se prénomme Wang Yi, la capitaine de la garde du gouverneur. Nous avons tout les deux servis dans l'élite de l'armée impériale... Si nous sommes venu ici commandant c'est parce que nous avons un petit différent que je veux régler... Et nous sommes venus demander réparation.  

_________________
Thème du Seigneur de Guerre.:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suno Uji

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 11/09/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)   Mar 18 Nov - 17:05

- Ne vous méprenez pas, il est coutume dans l'armée impériale de notre province du nord de l'empire, de montrer les armes pour signifier le respect des vassaux à un seigneur, mais il est aussi utiliser pour saluer et montrer que nous sommes venu en sans l'intention de vous planter nos armes dans le dos... Mais je comprends que des émissaires ne connaissent pas certaines de nos coutumes.
Je me présente, je suis Xiahou Dun premier adjoint du gouverneur Cao Long de Gyoseng. Mais aussi vassal et cousin du seigneur de guerre Cao Long, quant à ma camarade elle se prénomme Wang Yi, la capitaine de la garde du gouverneur. Nous avons tout les deux servis dans l'élite de l'armée impériale... Si nous sommes venu ici commandant c'est parce que nous avons un petit différent que je veux régler... Et nous sommes venus demander réparation.


Suno était amusé de l’attitude de l’homme. Etait-ce naturel ou bien cherchait-il à l’éprouver ? Si cela était le cas, il allait bien vite s’apercevoir qu’il n’y arriverait pas. Il n’aurait pas été élu Commandeur s’il devait s’énerver pour un homme paradant comme un coq dans l’espoir de provoquer des réactions.
Il surprit son regard sur sa tenue et cela le fit sourire.

Il est vrai que nos coutumes doivent différer. Chez nous, on montre son respect en mettant la main sur son arme, symbole du soldat prêt à servir son seigneur. En aucun cas nous ne les mettons en avant, la véritable arme est le corps et son long apprentissage au cours de la vie. Les armes sont de prolongements de notre corps. Les mettre en avant est synonyme de faiblesse, d’un certain manque d’assurance.

Il disait cela en soutenant le regard de l’homme, de son habituel regard nonchalant, bien que concentré. Ce n’était pas un tel homme qui lui ferait détourner le regard, il avait vu de nombreux combats, plus que n’aurait du voir un homme de son âge, ce n’était pas cet homme qui le ferait fléchir. Il avait gagné son titre sur les champs de batailles et s’était élevé à cette position uniquement par ses efforts. Cet homme était issu d’une lignée de soldats, adjoint de son cousin, méritait-il ses titres au nom du sang ou bien au nom de ses qualités ? Cela il n’en savait rien mais ne se laisserait pas pour autant intimider.

Pourtant, au vu des titres que vous semblez vouloir arborer, vous ne devez pas en manquer. Curieux …
J’ai senti à votre regard un certain mépris par rapport à ma tenue. En temps normal, je m’en serais excusé et l’aurais ajusté. Cependant, au vu de votre mépris évident, si l’on s’en tient à la façon dont vous avez formulé le désir de me voir, cela ne m’a pas semblé utile et votre attitude ne fait que confirmer le fait que cet entretien sera rapidement terminé et que je retournerai à des affaires plus importantes que votre venue.

Il écarta légèrement sa mèche de cheveux tressés lui tombant dans l’œil et croisa ses bras sur sa poitrine.

Vous parlez d’un différent ? De réparation ? Bizarrement, s’il y avait eu un différend entre mes hommes et ceux de sa Majesté, j’en aurai été informé depuis longtemps. De plus, aucun homme ici ne provoquerait d’affrontement, la discipline est un maître mot. Il est possible que vous fassiez erreur car si un incident avait eu lieu mes hommes m’en auraient parlé. Mais soit, dites moi ce qu’il se serait passé, selon vous.

Suno n’aimait pas les gens arrogants et ce Xiahou Dun semblait en être un beau spécimen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cao Long

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 22/09/2014
Age : 21

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 53 ans

MessageSujet: Re: Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)   Mar 18 Nov - 18:31

Il est vrai que nos coutumes doivent différer. Chez nous, on montre son respect en mettant la main sur son arme, symbole du soldat prêt à servir son seigneur. En aucun cas nous ne les mettons en avant, la véritable arme est le corps et son long apprentissage au cours de la vie. Les armes sont de prolongements de notre corps. Les mettre en avant est synonyme de faiblesse, d’un certain manque d’assurance.
Pourtant, au vu des titres que vous semblez vouloir arborer, vous ne devez pas en manquer. Curieux …
J’ai senti à votre regard un certain mépris par rapport à ma tenue. En temps normal, je m’en serais excusé et l’aurais ajusté. Cependant, au vu de votre mépris évident, si l’on s’en tient à la façon dont vous avez formulé le désir de me voir, cela ne m’a pas semblé utile et votre attitude ne fait que confirmer le fait que cet entretien sera rapidement terminé et que je retournerai à des affaires plus importantes que votre venue. Vous parlez d’un différent ? De réparation ? Bizarrement, s’il y avait eu un différent entre mes hommes et ceux de sa Majesté, j’en aurai été informé depuis longtemps. De plus, aucun homme ici ne provoquerait d’affrontement, la discipline est un maître mot. Il est possible que vous fassiez erreur car si un incident avait eu lieu mes hommes m’en auraient parlé. Mais soit, dites moi ce qu’il se serait passé, selon vous.



Xiahou Dun ne plia devant le regard et la carrure imposante de Suno. Il avait connu des hommes beaucoup plus coriace dans sa carrière, surtout dans les sanglantes campagnes qui opposa Miyong aux rebelles. C'était à Gyoseung qu'il avait fait ses preuves en se perfectionnant dans le maniement des armes à l'entraînement comme sur le champs de bataille. Et puis il avait perdu un œil, ce qui l'obligea à renforcer sa technique de combat. Et se qui s'avéra être un handicap au début devint un avantage. Non Xiahou Dun n'allait pas céder face à ce jeune commandant, le borgne ne le sous-estima pas. Cela aurait été une erreur grotesque et ridicule. Le cousin de Cao Long sentait que Suno n'était pas un simple commandant investi par le nom. Cependant il ne parlait qu'un seul langage, celui des armes, et il n'avait pas l'intention de partir sans avoir prit connaissance des forces des Lunes Rouges.

- Pour notre part à Miyong, nous considérons les armes comme une parties du corps. Dont la maîtrise parfaite démontre la force de son corps et de soi. Nous nous servons de nos armes en harmonie avec le corps, et une personne qui ne sait pas manier son arme est une personne qui n'a aucun contrôle sur sa personne...  

Xiahou Dun gardait sa main sur le manche de son dao, puis reprit.

- En ce qui concerne notre différent... Il ne concerne pas sa majesté, mais seulement vos hommes et les miens. En effet ce matin nous sommes venus au fort afin de pratiquer sur les terrain d'entraînement; Mais il s’avéra que vous les occupiez, ce qui en temps normal ne me dérange pas, au contraire j'approuve les entraînements matinaux. Ce que je n'approuve pas c'est la façon dont l'un de vos hommes s'est adressé... Nous traitant comme de vulgaires manants pour nous obliger à partir... Et si vous n'êtes pas au courant, alors ce soldat a failli à sa tâche en oubliant de vous informer de notre venue. Il a commit une offense envers moi et mes subordonnées, et pour cela nous demandons réparation. Et l'un des moyens d'effacer cet affront est de nous faire face sur le terrain ou sinon de prendre la tête de votre soldat... Je vous laisse choisir.


_________________
Thème du Seigneur de Guerre.:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suno Uji

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 11/09/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)   Jeu 20 Nov - 19:53

Pour notre part à Miyong, nous considérons les armes comme une parties du corps. Dont la maîtrise parfaite démontre la force de son corps et de soi. Nous nous servons de nos armes en harmonie avec le corps, et une personne qui ne sait pas manier son arme est une personne qui n'a aucun contrôle sur sa personne...  
En ce qui concerne notre différent... Il ne concerne pas sa majesté, mais seulement vos hommes et les miens. En effet ce matin nous sommes venus au fort afin de pratiquer sur les terrain d'entraînement; Mais il s’avéra que vous les occupiez, ce qui en temps normal ne me dérange pas, au contraire j'approuve les entraînements matinaux. Ce que je n'approuve pas c'est la façon dont l'un de vos hommes s'est adressé... Nous traitant comme de vulgaires manants pour nous obliger à partir... Et si vous n'êtes pas au courant, alors ce soldat a failli à sa tâche en oubliant de vous informer de notre venue. Il a commit une offense envers moi et mes subordonnées, et pour cela nous demandons réparation. Et l'un des moyens d'effacer cet affront est de nous faire face sur le terrain ou sinon de prendre la tête de votre soldat... Je vous laisse choisir.


Suno leva un sourcil et ne put s’empêcher de sourire lorsque l’homme eut terminé.

La tête de l’un de mes hommes ? Rien que cela ou vous voulez également les mains et les pieds à part ?

Il sourit de plus belle, décidément ce personnage était bien étrange et ne manquait pas d’un certain aplomb.

Un de mes hommes vous aurait manqué de respect ? Permettez-moi d’en douter. Nous sommes au service de sa Majesté royale, le Roi de Soriyeo. Nous représentons notre pays et en aucun cas, un de mes hommes ici présent ne saurait mettre cette situation à mal. De plus, comme je vous l’ai dit, la discipline est le maître mot. Nous sommes dans votre pays, aucun homme ici présent ne manquerait de respect, de prime abord, à un des sujets de sa Majesté Impériale sur ses terres.
Je me rappelle effectivement qu’un groupe d’hommes est arrivé ce matin, je n’ai pas entendu ce qu’il se disait mais mon second, Dang Na, ici présent était proche. S’il y avait eut le moindre manquement, le soldat incriminé l’aurait signalé et s’il ne l’avait fait, le capitaine, me l’aurait signalé.


Il vit Dang Na hocher légèrement la tête à la limite de son champ de vision périphérique. Que cherchait donc cet homme ? Suno ne comprenait pas une telle attitude. Il avait confiance en ses hommes, aucun ne se serait comporté comme cela.

Il semblerait que vous soyez assez orgueilleux, cousin de Cao Long. Nous nous entrainions sur le terrain où vous auriez du être et nous avons ainsi perturbé votre programme. Vous m’en voyiez navré, presque contrits.

Il secoua la tête, il fallait mettre un terme à cette discussion s’avérant plus que stérile.

Non, n’insistez pas, je ne vous livrerai aucun de mes hommes pour une affaire imaginaire, fruit de votre orgueil et de votre rancœur. Toutefois, je n’ai nullement envie de me mesurer à vous pour ce même prétexte imaginaire.

Il écarta les bras.

Nous sommes ici en tant qu’ambassade officielle, nous attaquer reviendrait à provoquer un incident diplomatique entre vous et le Roi de Soriyeo. Nous voilà dans une impasse, quel dommage. Sachez vous dominer, Xiahou Dun, adjoint de Cao Long, gouverneur de la province de Gyoseng. Vous y gagneriez.

Il avait dit les deux dernières phrases d’un ton grave, baissant le timbre de sa voix déjà grave. Il avait détaché chaque syllabe lorsqu’il avait énoncé le nom et le titre de son interlocuteur.

Vous semblez également vouloir mettre en avant la position de votre famille dans cette affaire afin de la régler. Grand bien vous fasse mais sachez que cela est inutile quand on se trouve face à moi. Je considère que l’on ne peut avoir que ce dont on est digne. J’ose espérer que votre poste est dû à vos qualités, ce qui serait honorable, et non à votre nom.

Il secoua la tête en soupirant.

Toutefois, pour nous débarrasser de cette prise de bec, je préconise de faire appel à votre souverain, sa Majesté Impériale Sun Liu Ma. Nous lui exposerons la situation et il tranchera. S’il décide d’un combat, je m’y plierai.

Il insista sur cette dernière phrase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cao Long

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 22/09/2014
Age : 21

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 53 ans

MessageSujet: Re: Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)   Ven 21 Nov - 12:31


La tête de l’un de mes hommes ? Rien que cela ou vous voulez également les mains et les pieds à part ? Un de mes hommes vous aurait manqué de respect ? Permettez-moi d’en douter. Nous sommes au service de sa Majesté royale, le Roi de Soriyeo. Nous représentons notre pays et en aucun cas, un de mes hommes ici présent ne saurait mettre cette situation à mal. De plus, comme je vous l’ai dit, la discipline est le maître mot. Nous sommes dans votre pays, aucun homme ici présent ne manquerait de respect, de prime abord, à un des sujets de sa Majesté Impériale sur ses terres. Je me rappelle effectivement qu’un groupe d’hommes est arrivé ce matin, je n’ai pas entendu ce qu’il se disait mais mon second, Dang Na, ici présent était proche. S’il y avait eut le moindre manquement, le soldat incriminé l’aurait signalé et s’il ne l’avait fait, le capitaine, me l’aurait signalé. Il semblerait que vous soyez assez orgueilleux, cousin de Cao Long. Nous nous entrainions sur le terrain où vous auriez du être et nous avons ainsi perturbé votre programme. Vous m’en voyiez navré, presque contrits. Non, n’insistez pas, je ne vous livrerai aucun de mes hommes pour une affaire imaginaire, fruit de votre orgueil et de votre rancœur. Toutefois, je n’ai nullement envie de me mesurer à vous pour ce même prétexte imaginaire. Nous sommes ici en tant qu’ambassade officielle, nous attaquer reviendrait à provoquer un incident diplomatique entre vous et le Roi de Soriyeo. Nous voilà dans une impasse, quel dommage. Sachez vous dominer, Xiahou Dun, adjoint de Cao Long, gouverneur de la province de Gyoseng. Vous y gagneriez. Vous semblez également vouloir mettre en avant la position de votre famille dans cette affaire afin de la régler. Grand bien vous fasse mais sachez que cela est inutile quand on se trouve face à moi. Je considère que l’on ne peut avoir que ce dont on est digne. J’ose espérer que votre poste est dû à vos qualités, ce qui serait honorable, et non à votre nom. Toutefois, pour nous débarrasser de cette prise de bec, je préconise de faire appel à votre souverain, sa Majesté Impériale Sun Liu Ma. Nous lui exposerons la situation et il tranchera. S’il décide d’un combat, je m’y plierai.

Xiahou Dun resta de marbre en écoutant les propos de Suno, et pour tout dire ce dernier se retenait de se jeter sur le commandant des Lunes Rouges. Personne ne lui avait fait un affront pareil, mis à part son seigneur et son frère, le borgne ne laissait personne lui parler ainsi.

- Croyez-vous sincèrement que nous vous attaquerions directement sans raison...  Et puis la tête de votre subordonnée ne m'intéresse pas. Si je suis ici, c'est pour réparer l'affront qui nous a été causé en vous affrontant dans un duel. Mais je vois qu'en plus de me traiter de menteur, vous salissez ma personne... Sachez que mon côté Wang Yi a été témoin du comportement irrespectueux de ce soldat. Et je ne vous laisserez pas une seconde de plus salir le nom de mon clan... Nous réclamons un combat contre vous et vos hommes, commandant ! Pour effacer vos erreur et ceux de vos hommes. Et comme vous y tenez tant, j'accepte que sa majesté l'empereur tranche le problème entre nous une bonne fois pour toute.

Oui il fallait qu'in en finisse, Xiahou Dun était prêt et n'avait pas peur. Il avait déjà rencontré l'empereur, occasionnellement avec son cousin le gouverneur. Mais aussi lors des campagnes du Nord, où un jour il avait couvert la retraite de Liu Ma et de Cao Long, lors d'une sévère débâcle. Ce fut à se moment que l'adjoint avait perdu son œil, en recevant un flèche qui était destiné à mettre fin à sa vie. Il avait mené les forces du front sous les ordres de son cousin et de l'empereur. Et il n'avait pas caché à ses supérieurs son comportement obstiné tête brûlée en franchissant les lignes ennemies pour ramener la tête d'un ou plusieurs officiers en rentrant du camp. Pour tout dire, l'empereur était l'une des rares personnes, pour qui Xiahou Dun avait du respect. Même si il vouait une loyauté totale pour Cao Long et sa propre famille. Il ne vivait que pour se battre peu importe les issues, car le combat coulait dans ses veines.

Il avait soif de se mesurait au plus fort, il ne l'avait jamais caché même pas au plus haut-gradés. Dans son dos certains le surnommait le " Le loup atrophié ", en référence à sa blessure. Mais aussi à son comportement belliqueux, indépendant et hargneux, comparable à celui du canidé. On lui assimile d'ailleurs sa loyauté extrême envers sa famille, que ses détracteurs nomment " la meute ". Xiahou Dun n'avait que faire de tous ces mots et remarques à son encontre, ce qu'il comptait pour lui était les actes. Mais là à ses yeux Suno avait franchi la ligne jaune, qu'il s'était fixé à lui-même.

_________________
Thème du Seigneur de Guerre.:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suno Uji

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 11/09/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)   Ven 21 Nov - 14:40

Croyez-vous sincèrement que nous vous attaquerions directement sans raison... Et puis la tête de votre subordonnée ne m'intéresse pas. Si je suis ici, c'est pour réparer l'affront qui nous a été causé en vous affrontant dans un duel. Mais je vois qu'en plus de me traiter de menteur, vous salissez ma personne... Sachez que mon côté Wang Yi a été témoin du comportement irrespectueux de ce soldat. Et je ne vous laisserez pas une seconde de plus salir le nom de mon clan... Nous réclamons un combat contre vous et vos hommes, commandant ! Pour effacer vos erreur et ceux de vos hommes. Et comme vous y tenez tant, j'accepte que sa majesté l'empereur tranche le problème entre nous une bonne fois pour toute.


Suno sourit à cette tirade, cet homme était prévisible au possible.

Que vous nous attaqueriez ? J’ose espérer que non mais je me demande de plus en plus, vous me faites douter. Au vu de votre attitude, il suffirait de peu de chose mais vous avez suffisamment d’intelligence pour ne pas le faire, ce qui est un bon point.

Quant à salir votre personne, vous le faites vous-même. Je ne fais qu’interpréter vos actes et vos paroles. Si vous ne voulez pas que cela se passe ainsi, il faudra que vous nuanciez votre attitude. Quand à salir le nom de votre clan, cela est le produit de votre imagination, je vous ai simplement fait remarquer que de brandir son nom et votre place en son sein ne servait à rien. Vous tentez de m’impressionner en brandissant son nom tel un étendard mais cela ne le concerne nullement. Ce qui se passe ici est de votre fait, non du sien. Ce qui se passe ici est entre vous et moi.

Je juge les actes des hommes, je me moque de leur appartenance. Vous seriez le gouverneur en personne ou bien un membre d’une autre grande famille que cela serait pareil. Vous calomniez un de mes hommes, vous en êtes responsable. L’honorabilité d’un clan ne fait pas l’honorabilité d’un homme tandis que la réciproque est vraie. Il ne sert donc à rien de me brandir vos titres à la figure. Je n’ai pas atteint cette place par mon appartenance mais par mes actes, par mes efforts uniquement. Je peux concevoir que d’en parler montre que vous êtes fier d’y appartenir et je le comprends, il en va de même pour moi.


Il écarta les bras, mains ouvertes désignant les Lunes Rouges qui s’étaient peu à peu rassemblées derrière lui.

Ces hommes sont ma famille, mon unique famille. Ce sont mes frères, ce sont mes fils. Je donnerai ma vie pour chacun d’entre eux. Je préfèrerai mourir que d’en voir mourir un seul d’entre eux. Alors que vous veniez pour les salir, avec un prétexte fallacieux, est une chose que je ne peux accepter.

Il tourna les talons, les rangs de Lunes Rouges s’ouvrant derrière lui.

Je vous demande quelques minutes, je ne peux me présenter ainsi devant l’empereur.

Il s’engouffra parmi ses hommes et les trois rangs se refermèrent comme un seul homme, mains jointes dans une position d’attente. Suno revint quelques minutes plus tard, il avait simplement passé une armure écarlate légère, faisant suffisamment protocolaire pour se présenter devant sa Majesté. Il ne dit mot durant le chemin les séparant du palais. Les gens les voyaient passer : Suno et Dang Na d’un côté ; Xiahou Dun et Wang Yi de l’autre. Ils arrivèrent dans l’antichambre de la salle de réception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)   Mar 25 Nov - 22:45


La salle de réception était, dans le fond, presque une version miniaturisée de la grand salle du trône du dragon, un endroit qui était réservé pour les grandes réunions ou lors d'évènements importants tels que le couronnement de l'empereur, le mariage de celui-ci à son impératrice ou lors de grandes prières afin de venir en aide au peuple, bien que ces dernières ce faisaient habituellement dans les grands temples en dehors du palais impérial. Bref, il consultait paisiblement des documents que l'un de ses ministres lui avait apporté et méritait son attention. Quelques rapports provenaient des observations des tribus nomades vivant dans les territoires sauvages et aux frontières de Miyong. Il n'y avait rien de bien important à signaler.

Chen Po pénétra bientôt la salle de réception, puis s'inclina respectueusement devant l'empereur, puis le ministre qui l'accompagnait dans ses lectures. Les mains jointes dans les manches de sa tenue, il baissa doucement la tête et mentionna l'arrivée du commandeur des Lunes Rouges ainsi que seigneur Xiahou Dun, un cousin du gouverneur Cao Long. Liu Ma haussa un sourcil, se souvenait d'avoir déjà rencontré ce cousin. Il congédia le ministre après avoir mis un peu d'ordre dans ses papiers et fit signe à Chen Po de les laisser entrer.

Les deux hommes étaient chacun de leur côté et ils semblaient relativement mécontents d'être en présence de l'autre. Peu derrière eux se trouvaient une femme et un autre jeune homme, affublant chacun des deux soldats. Le fils des cieux esquissa un sourire sarcastique en voyant les deux individus, chacun représentant un pays différent et pourtant, ils arrivaient ensemble devant lui et semblaient se connaître.

-Commandeur Suno Uji, seigneur Xiahou Dun, cousin du gouverneur Cao Long, dit-il en hochant brièvement la tête devant chaque homme. Comment va votre cousin, seigneur Xiahou Dun, toujours en santé, je présume?

Chen Po s'avança et se posta aux côtés du dragon de l'empire, ses yeux scrutant les deux soldats par lesquels se dégageait une aura plutôt belliqueuse.

-Que me vaut cette visite? demanda finalement l'empereur en fronçant des sourcils. Ne me dites pas qu'un incident s'est produit aujourd'hui?

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suno Uji

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 11/09/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)   Jeu 11 Déc - 11:46

Suno s’inclina devant l’empereur et récita les paroles et le protocole d’usage.

Votre Majesté, veuillez pardonner cette interruption impromptue de votre journée et soyez remercié de nous recevoir malgré notre arrivée cavalière.

Il s’inclina de nouveau.

Plutôt qu’un incident disons qu’un désaccord ou plutôt une opposition règne entre le seigneur Xiahou Dun ici présent et moi-même. Cet homme se dit victime d’un affront causé par l’un de mes soldats, qui ne lui aurait pas parlé sur le ton approprié.
Sachez votre Majesté que j’émets de sérieuses réserves, pour ne pas dire que je réfute, cette suspicion. Nous sommes ici en tant que représentants de notre Royaume et de notre Roi, aucun de mes hommes ne se serait permis un écart de conduite. De plus, ce sont des Lunes Rouges, l’élite des armées de notre nation, ils suivent une discipline stricte qui régie leur vie, aucun ne se permettrait un tel manquement à ce code de l’honneur.

L’incident a eut lieu ce matin alors que nous utilisions les installations du fort pour notre entrainement matinal, un groupe de soldats s’est présenté puis est reparti quelques temps après. Je n’étais pas proche à ce moment là mais le capitaine Dang Na, ici présent.


Suno désigna Dang Na qui était en retrait, ce dernier s’inclina respectueusement devant le dragon de Myong.

Lui était proche, s’il y avait eut un incident, il me l’aurait rapporté. Il n’aurait pas caché un tel manquement. A mon avis, cet homme n’a pas apprécié ne pas pouvoir utiliser les installations, cela aurait pu s’arrêter là mais cet homme réclame la tête de mon soldat ou bien un affrontement pour régler l’affront.

Suno détourna son regard et le porta sur le cousin de Cao Long, il n’éprouvait pour et homme que mépris.

J’ai jugé plus sage de venir voir afin de régler ce différent, ce homme ayant visiblement du mal à se contenir et à contenir son animosité à notre égard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faire parler les armes à la place des mots. (PV = Suno Uji)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maethor chez le Maître d'Armes
» Nouvelle capacitée: Faire parlez son corbeau
» L'art de faire parler un gobelin [Scénario: Ella & Xeno]
» PNJ (Personnages Non Joueur)
» Kao, Dieu Déchu [Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Empire Miyong :: Cité impériale :: Le fort-
Sauter vers: