Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Suno Uji (Commandeur des Lunes Rouges)

Aller en bas 
AuteurMessage
Suno Uji

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 11/09/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Suno Uji (Commandeur des Lunes Rouges)   Sam 13 Sep - 20:14

Nom : Suno Uji
Age : 32 ans
Sexe : Masculin
Localisation : Royaume de Soriyeo

Particularités : Suno possède un tatouage sur le bras. Ce dernier représente une plume d'oiseau, une plume rectrice, symbolisant la droiture et l'honnêteté dont chaque membre des Lunes Rouges doit faire preuve.
Suno est également ambidextre mais ne se sert que rarement de cette aptitude, il préfère le garder pour lui afin de déstabiliser son adversaire.

Métier : Commandeur des Lunes Rouges, troupes d'élite du royaume de Soriyeo et conseiller auprès de sa Majesté le Roi de Soriyeo.

Classe d'arme : Il se doit de maîtriser toutes les classes d'armes afin de pouvoir toujours s'adapter aux situations. Ainsi il maitrise le corps à corps et les armes à distance. Toutefois, il excelle particulièrement dans la maîtrise du Dao et du Bo.

Possessions : Il possède de nombreux ouvrages réunis en une bibliothèque dans sa résidence. Il possède également un fin anneau d'argent en guise de boucle d'oreille à l'oreille gauche et une bague du même métal, ornée de symboles géométriques à l'index droit. Son Dao est un cadeau du précédent Commandeur lors de son passage au grade de capitaine. Il est son arme la plus précieuse, la garde est ciselée et incrustée de motifs en argent, brodée de soie.
Suno possède aussi une collection d'armes importante, la plupart sont des armes d'apparats et anciennes, il est féru d'histoire, mais d'autres peuvent encore servir.

Description physique :
Suno possède un corps forgé par les nombreuses heures de pratiques des armes et autres entraînements. Il est musclé mais pas à outrance, avec finesse. Cette structure musculaire s'adapte parfaitement à sa haute stature, il frôle le mètre 90.
Son visage, souvent impassible, est légèrement halé, il préfère s’entraîner dehors et ce par n'importe quel temps. Ses yeux gris-vert sont encadrés de longs cils venant accentuer la profondeur de son regard. Ce dernier semble souvent détaché, presque distant mais il est toujours à l’affût, en constante observation. Cette apparente distance est calculée. Il possède un visage harmonieux et bien proportionné, avec une légère fossette au menton. Sa voix est grave et il ne lui arrive que peu de fois d'avoir à hausser le ton pour se faire obéir.
Il porte les cheveux mi-long, souvent détachés ou bien en catogan ou encore en une natte légère. Une mèche de ses cheveux forme une petite tresse sur le côté droit de son crâne.

Il sait s'imposer par sa seule présence. Il semble dégager une aura naturelle de commandement.

Quand il est apprêté pour le combat il porte une tunique légère sur laquelle est superposée une cote de maille finement assemblée. Les plaques d'armures sont ensuite ajustées avec précision par la suite. Il porte le baji traditionnel, surmonté de plaques d'armures lors des combats. Sur le champ de bataille, on le reconnaît aisément, son armure est rouge sang et noire, ornée de motifs argentés. Il possède également une armure plus protocolaire, plus finement travaillée mais assez semblable à la première. Il y ajoute alors une cape noire et argent.
Dans la vie de tous les jours, il revêt souvent son habit militaire, de part son statut.Lorsqu'il s'habille en « civil », il porte le baji avec une tunique légère surmontée de son durumagi rouge sombre aux motifs argentés pour les grandes occasions, ajusté à la taille par une ceinture noire, ou d'une simple veste.

Description mentale :
Calme, réfléchi, pragmatique, objectif ; voilà les termes en lesquels on parle de Suno. Il sait mettre de côtés ses émotions afin de prendre la meilleure décision possible. Toutefois, il n'est pas meilleur qu'un autre et est capable de terribles colères s'il ne se contrôle pas. Par la méditation, il arrive à canaliser ses accès mais ces colères sont toujours présentes sous la surface placide de son caractère.
Il peut ainsi se montrer parfois impulsif et agir selon son instinct si la situation l'exige. Il est alors imprévisible et dangereux.
Il sait reconnaître et ses torts et faire preuve d'humilité si il a fauté. Il déteste par dessus tout les gens pédants, prétentieux et ayant des airs supérieurs. A la cour il en croise beaucoup, ainsi souvent il ne dit mot et se contente d'observer. Il n'est loquace que s'il se sent à l'aise ou si la situation l'exige, sinon il ne répond que par pure politesse.


Histoire :

Une nuit comme tant d’autres. Une brise légère monte du Sud et emplit le parvis du Temple de sa douce chaleur. Les animaux nocturnes offrent un récital de leurs onomatopées.
Une ombre. Des pas précipités viennent troubler la quiétude du lieu. Une personne, furtive, prudente. Un rayon de lune vient éclairer son visage. Une femme, jeune, le visage meurtri, triste, tourmenté. Elle avance vers les marches menant à la porte du Temple.
Un arrêt. Elle hésite, se ravise et fait demi-tour. Quelques pas ... . Elle ne peut pas. Elle tourne la tête vers le Temple, se dirige vers se dernier. Arrivée aux marches, elle se baisse, se relève en hâte et cours sans se retourner.
Une myriade de gouttelettes étincelle sous la pleine lune à son zénith. Elle pleure. Ses pas s’éloignent et bientôt ne sont plus qu’un souvenir. Un frémissement passager dans cette nuit.

L’aube succède à la nuit. Le Temple s’éveille doucement. Les hommes et les prêtres s’affairent. Le Commandeur des Lunes Rouges a à faire en dehors du Temple. Il est toujours matinal et préfère la quiétude des champs environnant pour ses exercices du matin.
Il passe la grande porte en ce matin. En descendant les marches, il avise un bac à linge rempli de draps.

*Qu’est ce que ?*

Il s’approche en avisant un papier. Il le saisit. Quelques signes y sont tracés : « Suno Uji »

*Suno Uji ? Qu’est ce que cela signifie ?*

Un bruit se fait entendre. Il relève la tête et scrute les alentours. Le bruit se précise, un bruit de frottement de vêtement. Proche. Très proche. Trop proche. Il baisse vivement les yeux. Un petit bras sort du tas de linge.

*Un enfant ?!!*

Il se baisse et le sort de son cocon de fibres. Un petit garçon aux yeux gris-verts babille et lui sourit. Il repense au papier.

Suno Uji ?

Ainsi commença la vie de Suno Uji au Temple de Soyeo, au cœur du royaume de Soriyeo.


Premières années (0 – 10 ans) :

Suno grandit au Temple de Soyeo. Il ne connut que cela durant les premières années de sa vie. Ce lieu et les champs et forêts alentours ainsi que le marché proche. Il ne s’éloignait jamais de ce lieu et était toujours sous le regard et la garde bienveillante des prêtres mais aussi des Lunes Rouges. Ces soldats s’étaient pris d’affection pour cet enfant abandonné.
Ce corps d’armée accueillait souvent des enfants, là n’était pas la question, mais jamais aussi jeune.
Dès son abandon, son destin était tracé, il ferait parti de la grande famille des Lunes Rouges. Enfant curieux et un peu casse cou, il s’intéressa très jeune aux entrainements de ses ainés. Il pouvait passer plusieurs heures sans bouger à regarder ces hommes répéter inlassablement les mêmes mouvements et les katas guerriers qu’ils devaient maîtriser.
Il apprit à lire et à écrire dès ses 5 ans. Il suivait l’enseignement des prêtres avec assiduité et montra quelques aptitudes rapidement. Il était patient et appliqué, s’efforçant de faire au mieux pour lui et pour satisfaire ses professeurs.
Le Commandeur passait toujours afin de vérifier sa progression. Un lien était né entre lui et l’enfant depuis ce jour où il l’avait trouvé. Comme celui d’un père à son fils.
Suno adorait par dessus tout les récits historiques et ceux des mythes et les légendes associées. Il s’en nourrissait sans trouver de satiété à sa soif de connaissance.
Il suivit les cours de stratégie militaire comme les autres enfants et joignait la pratique à la théorie lors de parties de Go ou de Shogi.

Ses longues heures d’observation lui permirent de maitriser rapidement les différents mouvements de combats et de les reproduire de façon quasi parfaite. Il s’appliquait en tout et faisait la fierté de ses professeurs. Il sut se faire une place au sein de cette grande famille que représentent les membres des Lunes Rouges.


De l’enfance à l’âge adulte :

Premier levé, un des derniers couchés, il ne ménageait pas ses efforts afin de perfectionner au maximum ce qu’il apprenait. Il répétait inlassablement les katas et manipulait longuement chaque arme afin d’en magnifier le maniement. « Un génie de l’effort » c’est en ces termes que le décrivait le Commandeur.
Il passait de longues heures à observer les cartes des batailles qui avaient eut lieu, afin de reproduire les stratégies appliquées et de s’en imprégner. Il refit ces batailles de nombreuses fois dans son esprit.

Alors qu’il avait une douzaine d’année, il fut confié à un capitaine, Liam Tsuo. Il devint son aide de camp et le capitaine devint son tuteur. Ce dernier devait lui apprendre ce qu’il savait et ainsi perfectionner son apprentissage. Il lui apprit comment se comporter en société, le protocole militaire, les règles de bienséance. Il lui apprit également la vie.
Cet homme l’emmena hors du Temple, il découvrit alors ce qu’il y avait au delà des champs et des forêts, ce qu’il y avait au delà du marché. Il découvrit son pays et le royaume de Soriyeo.
Liam l’emmena à la capitale, il y avait à faire et ce fut bénéfique au jeune garçon. Il découvrit les splendeurs de la ville et ses plaisirs également. Il y a des étapes dans la vie d’un adolescent que toute rigueur militaire ne peut canaliser ... .

C’est au cours de cette période qu’il s’astreint le plus à la méditation afin de contenir ses sautes d’humeurs. Il avait toujours été sujet à des changements d’humeurs assez rapides mais il en faisait un moteur pour avancer plus encore dans la voie de son perfectionnement personnel. La colère qu’il ressentait lors d’un échec, il la ravalait et s’en servait afin de poursuivre ses efforts.

Outre la vie tranquille et posée de la capitale, il découvrit aussi la vie quotidienne qui serait la sienne. La vie de soldat, sur le champ de bataille et lors des campagnes, il se devait d’être présent à chaque étape. Il préparait l’armure de son tuteur, l’aidait à s’habiller, affutait ses armes et portait son casque. Il participait aux affrontements, il était présent sur le champ de bataille, auprès de ses frères.
Il était là lors des discussions précédent l’affrontement. Il écoutait les stratégies proposées, écoutait les discussions qu’elles entrainaient. Parfois, il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il agirait autrement à leur place mais tenait son rang et ne disait mot.

Un jour, l’ayant entendu critiquer le plan de bataille après la réunion, Liam l’interrogea et lui demanda son opinion. Que ferait-il lui ? Il exposa son idée et ils en discutèrent longuement. Elle comportait des failles que Liam corrigea mais était intéressante. Le capitaine était fier de lui et discuta par la suite de chaque stratégie évoquée lors de ces réunions. Il lui demanda même ouvertement une fois alors qu’il était entouré d’autres capitaines et que le Commandeur n’était pas loin.
Suno s’était senti à la fois mal à l’aise, de voir ainsi ces hommes le regarder, lui le simple aide de camp, le simple serviteur mais aussi fier de voir que Liam accordait de l’importance à son jugement. Il prit alors la parole et son avis entra alors en compte. Il venait d’avoir 16 ans et venait de franchir une étape importante.

Il fut nommé, à ses 17 ans, aide de camp du Commandeur. Il continuait son activité de conseiller et pouvait passer des nuits entières à parler stratégie militaire avec le Commandeur. Ce dernier accentua sa maîtrise des armes et du combat au corps à corps. Il lui transmit certaines techniques qu’il tenait de sn père, Lune Rouge avant lui.


Les premiers commandements et l’ascension :

Il devait avoir 20 ans lorsque lui fut confié le commandement d’une petite troupe. Ils devaient effectuer une mission de reconnaissance à l’intérieur des lignes ennemies. Une caravane devait passer par les terres dominées par les Clans de nomades et ils devaient s’introduire dans ces terres afin de repérer l’éventuel présence des nomades et sécuriser le chemin. Ils étaient là en éclaireurs.
Ils trouvèrent les nomades. Oui, ils les trouvèrent et durent se battre. De la vingtaine d’hommes qui l’accompagnait, la moitié périt. Ils avaient été surpris alors qu’ils se ravitaillaient en eau à une oasis. Les nomades étaient arrivés sur leurs montures et leurs avaient foncé dessus. Premier commandement, premiers morts. Son sang-froid avait permit de garder une certaine cohésion et cela venait surtout du fait qu’il connaissait les hommes qu’il avait sous ses ordres.
Il avait eut le loisir de choisir ceux qui seraient sous son commandement. Ses amis formaient son meilleur atout. Ils survécurent et poursuivirent la mission. Là fut observé son sens su devoir, malgré la mort de certains de ses hommes, il poursuivit la tâche qui lui avait été assignée.

Il fut nommé capitaine à 24 ans, en récompense de ses excellents résultats et de ses capacités. Son avis était toujours le bienvenu et on l’écoutait avec attention. Il se forgea rapidement une réputation parmi les Lunes Rouges : inflexible, juste, loyal.
Il était proche de ses hommes, combattait avec eux, parmi eux, au premier rang. Il ne déléguait jamais et s’acquittait même des tâches qui étaient désormais indigne de son rang. Il était resté humble ce qui lui valut l’amour de ses hommes et le respect de ses supérieurs et égaux.

Un tournant :

Une matinée chaude où les corps se sentent lourds et affligés. L’air de ce désert était des plus pesant. Les clans avaient décidés de chercher la bagarre, une fois de plus et certains s’étaient alliés afin de former une coalition, toute passagère mais motivée par l’appât du gain.
Le roi avait dépêché sur place les Lunes Rouges et le Commandeur lui-même était sur place afin de diriger l’expédition et de faire cesser les agitations. Suno était là également. Le plan était calé. Les troupes de cavaleries seraient en appui sur les flancs, les archers devaient faire le ménage avant l’assaut de l’infanterie. Il serait au premier rang, comme à son habitude.

Il avait chaud sous son armure mais devait ne rien en laisser paraître. Son ami, Dang Na, capitaine fraichement promu arriva son niveau.

Alors mon ami, comment tu le sens ?

Tout est planifié, calé, le plan tient la route mais nous ne pouvons tout prévoir, tu le sais bien.

Les dieux veillent sur nous.

Puissent-ils avoir leurs deux yeux sur nous.

On se retrouve tout à l’heure. Ça va être à nous.

Il regardait derrière en disant cela. Suno se retourna également. Un drapeau rouge était en l’air. Le signal d’engagement. Les nomades avaient commencé leur avancée, ils fonçaient sur eux. Les flèches volèrent alors et fauchèrent les lignes ennemies.
Il y eut deux autres vagues et encore deux autres puis le drapeau noir se joignit au drapeau rouge. Le signal de l’infanterie.
Suno dégaina son Dao, le leva.

Pour la Lune Rouge et le Roi !!!!!!

Il le prit alors à deux mains et s’élança. Le combat qui s’en suivit fut l’un des plus terrible qu’il eut à affronter. Les clans avaient réunis de nombreux guerriers d’une rare qualité. L’archerie avait fait son œuvre et réduit considérablement leur nombre mais ceux qui restaient se battirent jusqu’au bout. Il vit tomber plusieurs de ses frères proches. Au cœur de la mêlée, il retrouva Dang Na.

Mon ami !! Toi ici ? C’est un plaisir.

Plaisir partagé mon frère. Tu surveilles mes arrières ?

Seulement si tu veilles sur les miens.

Ils se mirent alors à exécuter ce que certains appellent leur Danse de la Mort. Dos à dos, ils veillaient l’un sur l’autre et entraient dans un tel état de concentration que l’on pourrait penser que le dieu de la guerre lui même descendait sur le champ de bataille. Ils exécutaient une chorégraphie parfaitement étudiée et calculée.

Un son de cor vint troubler leur danse. Les clans renonçaient, les guerriers repartaient. Quelques hommes entamèrent une poursuite mais un autre son répondit au premier. Toutefois, il venait de leur camp, pas de celui d’en face.
Un coup long, sinistre....

Les deux capitaines tournèrent vivement la tête puis se regardèrent. Ils savaient ce que cela signifiait. Le Commandeur. Ils rengainèrent leurs armes et foncèrent vers la tente de commandement. Les hommes les regardaient passer et jetaient un regard inquiet vers l’arrière du champ de bataille. Ils arrivèrent hors d’haleine et virent ce qu’ils redoutaient.

Un groupe de cavaliers avaient contourné la plaine et avaient attaqué à revers la tente de commandement en pensant décapiter les troupes. Une attaque éclair précise et minutieuse. Le Commandeur et deux capitaines avaient été surpris avec 7 prêtres et leurs aides de camp. Tous morts. Les Lunes Rouges étaient désormais orphelins, il n’y a plus personne à leur tête.
Suno et Dang tombèrent à genoux, leurs yeux se fermèrent et se mirent à prier.

Que va t-on faire ? Il n’a pas désigné de successeur. Cela ne s’est jamais produit. Il y a toujours eut un successeur.

Les voix des soldats s’élevaient. Il y avait un autre capitaine en plus de Suno et de son ami. Les autres étaient dispersés dans le royaume. Les lieutenants calmaient les hommes et rassemblaient les troupes après la bataille.

On doit trouver une solution. Il doit y avoir un moyen.

Il y en a un. Il faut procéder à une acclamation.

Des soldats s’écartèrent, un prêtre ensanglanté arriva. Il arrivait du champ de bataille, la main droite crispée sur une lance.

Une acclamation ?

C’est une autre manière de nommer le successeur du Commandeur. Jadis, c’était la seule manière. Il fallait pouvoir aller vite si le Commandeur mourrait sur le champ de bataille. Et quoi de mieux qu’un nouveau chef nommé et acclamé par ses troupes ? Il n’y a pas meilleur moyen d’obtenir une cohésion rapide et efficace. Et cela en faisant l’unanimité.

Suno se leva et enleva son casque.

Oui mais qui proposer ? Nous ne pouvons proposer un capitaine sans la présence des autres. Ce ne serait pas juste.

La justesse n’a rien à voir là dedans, il faut agir avec diligence.

Le prêtre s’avança, son regard croisa celui de Suno, puis de Dang et enfin celui du dernier capitaine, Lao. Les deux derniers acquiescèrent. Le prêtre s’avança alors un peu plus et se issa sur une roche. Les lieutenants avaient rassemblés les troupes et les hommes attendaient en pensant leurs blessures et regroupant les quelques prisonniers qu’ils avaient pu faire. Le prêtre prit la parole.

Soldats de la Lune Rouge. Aujourd’hui est un jour de deuil. Le Commandeur Suo, notre guide et père s’est éteint. Je sais la tristesse que cela représente pour vous et je connais la douleur qui étreint vos cœurs car elle est présente dans le mien. Mais aujourd’hui vous devez, plus qu’aucun autre jour, faire preuve de courage et de grandeur. Il faut choisir votre nouveau Commandeur. C’est à vous que revient ce choix, cette responsabilité.

Il accentuait chaque mot, détachait chaque syllabe afin de bien se faire comprendre.

Soldats ! Aujourd’hui il vous faut acclamer votre nouveau chef. Qui voulez-vous pour vous diriger ?

Des murmures s’élevèrent, les soldats se regardaient, incrédules et indécis. Dang et Lao se regardèrent. Ils tirèrent leurs armes de leurs fourreaux. Dang se saisit de la main de Suno et la leva en même temps que son arme, Lao l’imita. Les deux capitaines à l’unisson crièrent.

SUNO ! SUNO !! SUNO !!!

Suno regarda son ami. Le cri se répercuta dans la plaine et fut repris par des centaines de gorges.

SUNO !!!!!

Les soldats entrechoquaient leurs armes en scandant son nom. Il ne pouvait pas parler, il n’était pas préparé à ça, il était effrayé par l’ampleur de la tâche qui l’attendait.

Non, je ne peux pas accepter, je ne peux pas. Je ne suis pas celui qu’il faut.

Dang se tourna vers lui.

Tu es celui qu’il nous faut. Je suis sur que c’est ce qu’aurait voulu le Commandeur Suo. Tu seras parfait.

Il lui sourit et lui donna l’accolade, chose très contraire au protocole mais signe d’amitié et de loyauté indéfectible. Ainsi commença sa lourde tâche.


Dernière édition par Suno Uji le Sam 13 Sep - 23:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Re: Suno Uji (Commandeur des Lunes Rouges)   Sam 13 Sep - 20:36


Like a Star @ heaven  Une fiche excellente. Un plaisir a lire. Un contexte maitrisé et visiblement une grande connaissance de l'univers, y compris hors BG du forum. Je ne voies rien a redire, si ce n'est qu'il me faut un avatar avant que je puisse valider.

Like a Star @ heaven  En cas d'absence, n'oubliez pas de prévenir dans la partie adéquate, afin de ne pas perdre les titres et privilèges de votre personnage.

Like a Star @ heaven  A votre envie, vous pouvez créer votre Journal de bord, et au besoin en cas de PNJ, votre Votre Registre.

Like a Star @ heaven Enfin n'hésitez pas a développer vos BG selon vos envies. ( En les postant dans la partie ZDD, afin qu'ils soient valider puis poster par le staff ensuite dans la partie adéquate. )

Un petit avatar pour que je puisse vous mettre vos couleurs et ensuite vous pourrez commencé a RP. Bon jeu.
.................................
Edit: L'avatar est en ordre, je valide ! 
Sian-Nyang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Suno Uji (Commandeur des Lunes Rouges)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pêcheur de Lunes
» Rome interdit les bocaux à poissons rouges...
» Potage "Tomates/Oignons rouges"
» L'Aranéa à pattes rouges
» 6 lunes, et toujours pas apprentie!!! [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Les âmes choyées par les dieux :: Joindre la mêlée :: Que les dieux vous préservent :: Les Disparus-
Sauter vers: