Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les condoléances d'une princesse, le partage du deuil....[Burkhan Xai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hitomi Tsunahiro

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 20

MessageSujet: Les condoléances d'une princesse, le partage du deuil....[Burkhan Xai]   Ven 30 Oct - 4:52

Sauriez-vous paraître fort malgré la tristesse ? Je faisais bonne figure devant les gens autour de moi afin de ne pas semblait vulnérable. Je me remettais guère du décès de l'empereur de Kyang, mon père qui ne saura plus là pour me protéger, me prodiguer son affection en dehors de la cour etc. tellement de choses que ce dirigeant apportaient en tant que souverain, seigneur de guerre ou simplement père. Certes, les affaires impériales l'accaparaient assez souvent et la considération qu'il montrait à son fils le préparer à devenir empereur indirectement, d'un ton distant et paternel il aimait chacun de ses enfants. Peu enclin à l'expression de sentiment affectif il restait un homme de principe, respecté comme un souverain. Je me demandais pourquoi ça arrivait au grand nom, d'abord l'impératrice du Miyong suivi de père et un prince du Tsian... Les vents annonçaient de mauvais présage selon la donne actuelle, je pressentais que d'autres événements maussades. Je n'ai pas reçu un courrier sur le rétablissement du prince héritier depuis le trépas de père.

La tournée des condoléances se poursuivait sous un sentiment de quiétude, plus l'hiver dévoilait son visage, plus les traces de la lame du chaos disparaissaient. La saison froide s'installait soigneusement sur le sol, par parcimonie on stockait des vivres afin d'affronter cette épreuve, je regardais par la fenêtre coulissante du palanquin qu'on marchait vers le palais du Khagan. Des vastes territoires composaient cet empire à l'influence nomade, le trône souffrait autant qu'un autre membre du pouvoir. J'imaginais ce qu'éprouvait le khagan : il tenait le coup devant une perte pareille que celle d'un frère. Comment arrivait-il à garder la stabilité en ces terres ? Je ne tarderais pas à le savoir une fois devant lui. Le fait que ma missive est aidée celui-ci à mettre en place la vigilance au sujet de l'assassin numéro un, je pensais à la collaboration visant l'arrêt de notre ennemi commun. Au-delà de ce motif peut-être tissé une relation diplomatique et culturelle favorable pour chacun, je ne ferais peu de miracle en un jour. Néanmoins, la démarche signifierait la promesse d'un rapprochement entre nos deux empires. Où se situait le palais du Tsian ? En plein dans la montagne non loin des frontières kyangaises, les courants frais et pur dégageaient les poumons, c'est déjà quelque chose ! 

Je descendis du palanquin gracieusement et suivi le garde le pas modéré jusqu'à la salle du trône. Le souverain dévoilait un homme viril et charismatique donnant le change à l'extérieur mais affligé à l'intérieur, telle la couverture du livre et son contenu etc.

- Je me prénomme Hitomi Tsunahiro, cinquième princesse de Kyang, fille de feu l'empereur Hiro Tsunahiro. Je vous présente mes condoléances pour votre frère qui connaît à mon grand désarroi ce triste dénouement. Si je peux vous apporter mon soutien moral en ces heures délicates, je me tiens à votre disposition au cours de ce séjour.

Dis-j'en me montrant compatissante et sincère dans mes intentions, en connaissance de cause je voulais montrer que l'empire kyangais et moi-même partagions sa peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burkhan Xaï

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 17/01/2015

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 33

MessageSujet: Re: Les condoléances d'une princesse, le partage du deuil....[Burkhan Xai]   Dim 1 Nov - 19:57



Les temps étaient durs au sein de l'Empire du Tsian. L'hiver s'était installé, et avec lui la dure réalité de l'inégalité entre les citoyens. Chaque jours, Burkhan recevait un rapport contenant le nombre de victimes du froid. Pour sa seconde année de règne, il s'en sortait plutôt bien, et grâce à une bonne année de récolte, le macabre compte demeurait dans des proportions limitées. Tant mieux. Au moins une chose qui allait dans son sens. Car depuis la mort de Lims, le Khagan n'avait guère eu le temps d'apprécier les bonnes nouvelles, tant celles-ci s'étaient faites rare. Bien sûr, en tant que Khagan, leader de son Empire, il faisait front et faisait de son mieux pour apparaître comme le mât d'un navire au cœur de la tempête. Ce n'était pas facile tous les jours, mais lorsque son moral flanchait, il pouvait encore se raccrocher aux points positifs de son existence: sa fille, Alia, était toujours là. La princesse Tshona Tchung, qu'il épouserait tôt ou tard, était toujours là. Et son Empire, hérité de son père, était toujours là également. Et il avait besoin de lui.

Alors il faisait front, comme d'habitude. Il recevait, jours après jours, les visites de tous et n'importe qui, venu quémander ou simplement présenter ses condoléances. Aujourd'hui ne serait pas différent. En ce jour, il recevait la visite impériale de la 5e Princesse du Kyang, Hitomi Tsunahiro. Cette même princesse qui se trouvait être la dernière personne vivante à avoir fait face à la Lame du Chaos, l'assassin de Lims, le fléau de ce monde. Elle arriva en milieu d'après-midi, aussitôt annoncée par Ephraim, l'eunuque en chef de Burkhan:

La Princesse Hitomi Tsunahiro, représentante de l'Empire Kyang, cinquième de sa lignée.

La jeune femme pénétra dans la salle du trône. Assis à l'opposé de la porte, le Grand Khagan observait la diplomate. Un minuscule bout de femme, si jeune, elle semblait si frêle. Mais son attitude contrastait avec son apparence. C'était une démarche assurée, et un visage confiant que la Princesse affichait. De toute évidence, elle avait été habituée aux différents protocoles, et ce depuis son plus jeune âge. Parvenue au-devant de Burkhan, elle lui adressa des condoléances qui semblaient sincères. Sans se lever lui-même, le patriarche des Xaï annonça de sa voix grave.

Je vous remercie pour votre attention. La perte de mon frère, le Prince Lims, a été un coup terrible pour notre nation. Néanmoins, je ne peux que vous admirer, vous qui prenez tout de même le temps de visiter mes contrées, alors que votre père a payé des affres du froid, et que votre frère est, il me semble, entre la vie et la mort. Votre détermination a remplir vos obligations, qui auraient aisément pu être remise à plus tard au vue des circonstances, et des plus admirable.

Il marqua une pause, observant la Princesse un peu plus. Ses intentions semblaient sincères, mais ça ne pouvait être tout. Elle avait forcément quelque chose derrière la tête. Quelque chose qu'il ne tarderait sans doute pas à découvrir. Mais pour l'heure, il était déjà temps de congédier son invitée de marque, pour laisser la place au suivant.

Princesse, il n'est malheureusement ni l'heure ni le lieu pour avoir une conversation posée. Néanmoins, si cela vous convient, j'aimerais m'entretenir avec vous une fois le temps des visites terminé. Vos effets personnels ont été déplacés vers le pavillon que vous occuperez durant votre séjours. Ephraim ici présent vous y fera conduire. En espérant qu'il convienne à une invitée de votre standing.

Un sourire franc se dessina sur son visage. Elle trouverait peut-être étrange que le Khagan dédie tant de temps pour des visites qui s'avéraient souvent bien mineures, mais c'était ainsi qu'il procédait. Dans quelques heures, ils reparleraient, et Burkhan avait surtout une grande question en tête: la Lame du Chaos. Il n'avait pas oublié ce nom, il n'était pas prêt de le faire, et il avait besoin de plus de renseignements. Il espérait simplement ne pas trop raviver de souvenirs douloureux pour la jeune Hitomi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hitomi Tsunahiro

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 20

MessageSujet: Re: Les condoléances d'une princesse, le partage du deuil....[Burkhan Xai]   Lun 11 Jan - 15:09

Une princesse impériale ne pouvait Choisir un époux sans l'approbation du père, qui verra davantage un intérêt politique, diplomatique ou commerciale... Ça me semblait si triste de ne pouvoir suivre si coeur au nom du devoir et la famille, au contraire de mes demi-soeurs aînées je me confirmais peu à cette façon de penser tellement restrictive pour les filles de haut dirigeant. Pourquoi je repensais à cela en ces heures si austères ? C'était un moyen de relativiser le processus du deuil de mon père, car imaginer son visage sur son lit auprès de nos médecins, impériaux me rendait morose intérieurement, je ressentais son absence en dépit de la distance, je me souciais de la sécurité de ma mère et mon frère, la situation du palais devait être confuse, des nobles se demandaient probablement si le prince héritier sera réagi en conséquence, ainsi que l'occasion idéale pour les fils illégitimes de revendiquer leur droit de succession etc. 

L'instabilité du pouvoir kyangais actuel durera-t-elle ? Allons-nous vivre un climat palpable ? Je ne cessais de raisonner en fort intérieur depuis mon départ du Miyong. Désormais l'hôte du khagan qui ne semblait pas insensible à la démarche. Le Tsian se révélait un territoire riche composé de steppes, khanats et paysages que le peuple nomade connaissait aisément. Je négligeais presque ma propre personne ces derniers jours, je passais plus de temps sur les routes qu'auprès des miens. La psychologie en prenait un coup dûaux circonstances mais ce n'était pas le moment de céder. Nous partageons la douleur d'avoir perdu un être cher, est-ce se suffisant ? Au-delà de ce fait rien de plus n'unissaient l'un et l'autre, je vais peut-être me heurter à un mur ou me faire un précieux allié.

- Je vous remercie votre altesse pour cet accueil,  je me doute pertinemment que vous traverser la même épreuve. Je vais me reposer dans mes appartements.

Dis-j'en m'adressant au khagan d'une voix aimable, on se dirigea vers mes appartements.

Le khagan voudrait discuter plus tard avec ce qui occupait son esprit, les affaires courantes l'accaparer sans doute, en plus des nombreuses préoccupations... Saurait-il comme mon père un dirigeant soucieux des siens ? Laissait-il ses responsabilités primaient sur l'homme ? On ferait connaissance au cours de ce séjour, j'espérais nouer une entente cordiale au minimum. Je ne me prononçais pas vraiment sur son compte, le Tsian me semblait une vaste contrée que je souhaitais percevoir de l'œil du septième fils de la famille Xai, enfin ça viendra en temps voulu. Je découvrais mon lieu de détente, de réflexion et repos après une longue journée, la pièce me convenait tout à fait. J'appréciais suffisamment ce qui a été préparer par les domestiques du palais, il jouissait de l'air vivifiant de la montagne. Je fus une telle heure plus tard demandée par le maître des lieux que j'espère serait réceptif à mes propos, il désirait me cerner davantage comme bon nombre des êtres constituants mon entourage, à moins que le sujet traitera des faits récemment parvenus en dehors du trépas de l'empereur kyangais. J'ai suivi l'eunuque vers la pièce où m'attendait celui-ci.

- Vous souhaitez vous entretenir de sujet en particulier grand Khagan ? Vous me paraissez songeur depuis ma venue en vos terres.

Dis-j'en en parlant au patriarche de la famille Xai sereinement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burkhan Xaï

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 17/01/2015

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 33

MessageSujet: Re: Les condoléances d'une princesse, le partage du deuil....[Burkhan Xai]   Jeu 21 Jan - 23:19



Le temps des visites étaient terminés. Les minutes avaient semblé des heures pour Burkhan, qui ne pensait plus qu'à une chose: retrouver la jeune princesse kyangaise, et obtenir les informations qu'il espérait. Depuis la mort de Lims, rares étaient les moments où il ne pensait pas à l'assassin qui lui avait volé son frère. La jeune Tsunahiro avait vu cet assassin. Elle lui avait parlé. Au moins le prétendait-elle. Car après les agissements de ce démon drapé de noir, le Grand Khagan en était venu à douter de ces affirmations. Au vu des rapports qu'il avait reçu, il semblait que l'individu était une sorte de feu follet, qui n'agissait pas sous les ordres de quiconque. Il faisait ce qu'il voulait, quand il le voulait. Il avait tué Lims sans réfléchir, comment la princesse aurait-elle pu survivre à sa rencontre avec ce fou?

Il l'avait fait amener dans la salle du conseil. C'était une petite pièce circulaire, quasiment entièrement occupée par une table ronde. Lorsque la jeune Hitomi arriva, le patriarche Xai fut presque surpris de constater à quel point elle semblait frêle. Ce constat, il l'avait déjà fait au cours de leur brève entrevue dans la salle du trône, mais maintenant qu'elle ne se trouvait juste devant lui, ce sentiment d'avoir affaire à une enfant lui sautait encore plus aux yeux. D'un geste de la main, accompagné d'un sourire aimable, il fît signe à son invitée de s'asseoir en face de lui. Une fois qu'elle eut prit ses aises, l'aîné de la 7e génération des Xai prit la parole:

Merci encore d'avoir répondu aussi vite à cette invitation. Sans plus attendre, je vous propose de commencer. Le sujet qui a principalement animé mes pensées ces temps-ci n'est malheureusement guère réjouissant, ni pour vous, ni pour moi. Je veux bien sûr parler de l'assassin connu sous le pseudonyme de la Lame du Chaos. Cet individu a pris la vie de mon frère le prince Lims, et si ma mémoire ne me joue pas de tours, celle d'une de vos servantes, le tout sous vos yeux. Il est également suspecté d'avoir massacré un village entier dans le khanat de Temshang. Nul besoin de dire qu'il est extrêmement dangereux. Tout d'abord, je tiens à vous remercier. La notice que vous nous avez envoyé a permis la prise de mesure qui, je l'espère, on contribué à sauver de nombreuses vies dans nos deux empires. Malheureusement, en tant que têtes couronnées, nous nous devons d'anticiper le pire, et ce tant que cette menace n'a pas été arrêtée. Au risque de raviver des souvenirs douloureux pour vous, j'aimerais que vous me racontiez la... "visite" de cet assassin dans vos appartements, en détails. Toute information supplémentaire pourrait se révéler capitale dans son arrestation.

Burkhan sourit à nouveau. Il espérait sincèrement qu'Hitomi accède à sa requête. Il jeta tout de même un petit coup d'œil à sa main droite, fermée, dans laquelle reposait son éternelle sphère de cuir. D'ordinaire, il se serait refusé à user de son pouvoir, mais la situation était trop spécifique, et la tournure des événements trop personnelles, pour se cacher derrière les recommandations de son père. Si la princesse refusait de coopérer, le patriarche Xai userait du Tsagaan pour la faire parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hitomi Tsunahiro

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 20

MessageSujet: Re: Les condoléances d'une princesse, le partage du deuil....[Burkhan Xai]   Ven 22 Jan - 17:42

- Je me souviens un peu près de ce jour où j'ai rencontré l'assassin dont vous me parler, il est apparu dans mes appartements sans la moindre décence. Celui qu'on nomme "la lame du chaos cherchait du travail s selon ses dires et évidemment je l'ai orienté vers feu mon père pour exprimer sa requête. Hélas,  le fait que je refuse de céder à son chantage coûta la vie à l'une de mes servantes.  Il émanait de lui une présence inquiétante avec une allure négligée, le genre qui a du se salir les mains dans des affaires peu recommande. Je revois la marre de sang gisant sur le sol, le corps inerte d'une personne innocente à cause de moi. Je m'en suis pas toute à fait remise et éprouve du regret parfois. J'aurais pu agir autrement mais je saurais probablement morte.

- Il m'a menace avec son couteau près de ma gorge pendant que je respirer son haleine nauséabonde, donc je me devais de faire quelque chose pour au moins avertir vos forces d'être vigilant. Je n'en sais pas plus sur cet fugitif dure à appréhender, en mesure de semer la mort n'importe quand par plaisir je suppose. Il ne réalise le chagrin, la tristesse et douleur qu'il laisse derrière ses pas.

Dis-j'en faisant une légère pause en regardant le grand Khagan.

- Vous devez penser que je suis une femme frêle ne pouvant se défendre seule, presque une enfance mais ce n'est pas le cas. Ces épreuves m'ont rendu plus forte face aux obstacles, ce qui surprend ceux qui me côtoient lorsqu'il songe à ma situation. Je désire que nos empires coopèrent et s'entendent pour le bien du peuple, en commençant par la traque de notre ennemi commun. J'ai entendu que vous possédez un talent unique,  est-ce vrai ?

Dis-j'en voulant être certaine que ses propos sont véridique.

Je ne me trompais pas concernant son invitation, il voulait bel et bien satisfaire sa quête de réponse pour cerner les circonstances afin d'en tirer le maximum d'information utile, je partageais également ce besoin de comprendre le mode de fonctionnement de l'assassin, sa façon de penser et percevoir les meurtres qu'il commettait pour une raison méconnue, c'était comme-ci semer le trépas se résumait à un jeu sordide. Je craignais sa venue mais me tiendrais tout de même courageuse en mémoire du défunt seigneur des cieux kyangaises, ma mère que j'aimais d'un amour maternel et mon frère entre deux mondes... Je ne baissais pas les bras, ni me plaignais dans ces conditions précaires. Le pouvoir impérial requerrait de la stabilité et un dirigeant à la hauteur du prédécesseur, en l'occurrence mon frère qui par ordre de succession est devenu le nouvel empereur. Saura-t-ilassumer cette lourde charge . Je me préoccupais surtout de sa santé vacillante et la sécurité de l'impératrice notre mère. J'ai faits derniersdes rêves prémonitoires me montrant un aperçu des prochains événements, que je sois endormie ou éveillée je me sentais inquiète en mon for intérieur. Je ne pouvais révéler mon pouvoir imprudemment, ainsi que le contenu de ses visions. Il semblait un dirigeant consciencieux et responsable ainsi qu'un homme ouvert aux dialogues. Néanmoins, je ne rencontrais aucun blanc depuis le début de l'entrevue, pourvu que ça continuait vers de futurs bons rapports entre nous. Je me montrais réceptive aux paroles de Burkhan, l'air calme et aimable je lui répondais honnêtement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burkhan Xaï

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 17/01/2015

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 33

MessageSujet: Re: Les condoléances d'une princesse, le partage du deuil....[Burkhan Xai]   Jeu 4 Fév - 10:42



La jeune princesse, sans s'esquiver, relata sa rencontre avec le terrible assassin. Burkhan écarquilla les yeux lorsqu'elle expliqua avoir voulu mettre la Lame du Chaos en relation avec l'Empereur de Kyang. C'était de la folie... le Grand Khagan n'osait même pas imaginer ce qu'une telle association aurait pu engendrer. Toutefois, il préféra ne pas interrompre son invitée, mettant cette information de côté. Après tout, la jeune femme semblait très aimable, parfois à tort. Elle ne pouvait pas savoir qui elle avait en face d'elle, bien qu'elle indiquait clairement qu'elle se doutait de quelque chose. Elle avait sans doute paniquée. Burkhan choisit de ne pas lui en tenir rigueur, et de la laisser parler. Le récit s'acheva, et une question brûlait les lèvres du patriarche Xaï.

"Comment avez-vous survécu? Je veux dire... il a tué l'une de vos servantes sous vos yeux, il vous a menacé... pourquoi ne vous a-t'il pas tué également?"

Le Khagan n'avait cure de paraître impoli, il voulait seulement comprendre. Les nouvelles paroles d'Hitomi ne répondaient guère à ses interrogations. Pire, la princesse kyangaise posait une question très gênante. Un talent unique? Parlait-elle du Tsagaan? Non, c'était impossible. Hormis la princesse Tshona, personne à la capitale impériale, pas même sa propre fille, n'était au courant. En dehors du reste de sa famille, resté à Lai Xaï, son khanat natal, personne n'était censé savoir. Alors comment une princesse étrangère à peine débarqué pouvait-elle connaître l'un des secrets les mieux gardés de l'Empire? En guise de réponse, Burkhan sourit et avoua.

"En effet, de part mes origines, mon corps est parfaitement insensible au froid. Les températures de Lai Xaï sont rarement clémentes. Toutefois, ceci est loin d'être un don unique. De nombreux ressortissants de mon khanat possèdent également ce "don"."

Il marqua une pause, sourit à nouveau. Hitomi voulait voir le Kyang et le Tsian coopérer. En soi, ce n'était pas une mauvaise idée, les deux empires possédant chacun des ressources qui pourraient être utile à l'autre. D'un point de vue militaire, leur alliance permettrait de contrer le rapprochement de Miyong et Soriyeo dont les rumeurs faisaient état. Toutefois, le passif entre Kyangais et Tsianites était loin d'être un long fleuve tranquille. Leur frontière commune, à l'ouest, avait souvent dans le passé, et même encore parfois dans le présent, été une zone de tension notable. Burkhan ne devait pas se précipiter. Alors, calmement, il annonça:

"La coopération entre nos deux peuples, pour l'heure, se limite à la capture de la menace mondiale que représente "La Lame du Chaos", ainsi qu'à quelques caravanes itinérantes. Cependant, l'idée d'une entente postérieure à la sombre affaire qui nous occupe en ce moment ne me semble pas incongrue, quand bien même il me faudrait consulter mes conseillers sur ce point.

Le Grand Khagan avait tout de même une autre idée en tête, qu'il se garda toutefois bien d'énoncer à voix haute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les condoléances d'une princesse, le partage du deuil....[Burkhan Xai]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les condoléances d'une princesse, le partage du deuil....[Burkhan Xai]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le partage de la richesse aux USA
» Partage de compte
» On doit faire le deuil de sa vie passé [ Tsuki ]
» Je partage mon bonheur ! lol
» On ne jouit bien que de ce qu’on partage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Empire Tsian :: Cité impériale :: Le palais impérial-
Sauter vers: