Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yoruichi Onimura - Ronin [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yoruichi Onimura

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 26/09/2014
Age : 23

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Yoruichi Onimura - Ronin [Terminé]   Sam 27 Sep - 12:25


Nom/Prénom : Yoruichi, étant renié par sa famille, son nom de famille est inconnue. Onimura est un.. funeste titre et nom de substitution.
Âge : Trente deux ans
Sexe : Masculin
Localisation : Nomade
Particularité(s) :  Son corps est meurtri de cicatrices, notamment celle qui se trouve sur son front. Il attache ses cheveux en une espèce de queue de cheval, pourtant anarchique capillairement parlant. Son Katana est un chef d’œuvre de réalisation, reconnaissable ou du moins attirant l’œil.
Métier : Ronin
Classe d'arme : Corps-à-corps : Arme principal : Katana, combat à mains nues. Secondaire : Bô rigide


Possession/Équipement : Yoruichi possède quelques ressources au niveau de son.. "arsenal". Autrefois Samouraï, targué du symbole de l'honneur, il n'utilisait que son katana, a l'instar de n'importe lequel de ses confrères. Depuis que son train de vie changea, il n'eut néanmoins plus aucun scrupule à apprendre a se servir d'autres moyens de défense. C'est donc la raison pour laquelle il ne quitte jamais son bâton qui lui sert a faussement transporter son baluchon, ne contenant que des affaires vestimentaires, quelques outils et des quantités de bandages. Pour seuls vêtements, un kimono et ses getas. Son arme principale, son katana, est revanche bien loin des lames conventionnelle des autres Samouraïs. Akashusen. Le Grand Buveur Rouge. Cette lame est habitée par un Oni, qui confère à cette arme la particularité d'être incassable..

Akashusen est un katana un peut plus long que la moyenne, d'une lame toujours aussi aiguisé qu'au premier jour. Le manche est reconnaissable entre mille, connu de tout les amateurs d'armes et de légendes. D'un noir ébène uni, dont la noirceur n'est rompu que par le dragon écarlates enlaçant fermement le tour du manche, deux pierres plus noires que la nuit sertissant l'effigie de la bête de légende, servant d'yeux pour cette dernière.  

Description physique : Un visage et un corps usé, fatigué. Du haut de son mètre quatre vingt cinq, Yoruichi contemple la dur réalité de la vie, et son triste sens. Futile, courte, sans but pour la majeur partie des mortels. Des mortels, qui furent pour la plupart responsables des cicatrices jonchant, jalonnant le corps du Rônin. En revanche, les cicatrices s'apparentant plus à de la mutilation ou des blessures maintes fois mortelles, elles, étaient d'origines démoniaques. Pour clore le chapitre survolé grossièrement des cicatrices, des entailles, trop petites pour être d'origines extérieures, parsèment aléatoirement le corps de Yoruichi. Ces entailles auto infligés sont des souvenirs torturant l'esprit du vagabond. Des marques pour ne pas oublier. Pour ne pas abandonner.

Le visage faussement sévère, décoré d'yeux légèrement bridés aux sourcils épais et au regard gratifié d'un marron clair, il n'apporte qu'un rare entretien à son corps, ses cheveux compris. Pour ces derniers, il se contente des les attacher en une queue de cheval, de façon très négligé. Des mèches sortent d'ici de la, tiré en arrière et attaché par une simple corde. Les joues légèrement creuse du Rônin sont souligné par un collier pileux, étrangement bien ordonné malgré le manque d'attention octroyé, qui fais aussi le tour de la bouche de l'ancien samouraï. Entouré par cette barbe, ses lèvres sont indécises. Un visage neutre, mais mystérieux. Il donne l'impression de sourire sans le faire, cachant un mal être pesant, décelable par les plus endurcis observateurs. Une cicatrice orne son front, légèrement penché vers le haut, démarrant du coté droit de son crâne pour se stopper quelques centimètres plus loin, juste au dessus de la naissance de son œil gauche. Enfin, pour finir de dépeindre le visage de notre protagoniste, de légères marques de fatigue orne le dessous de ses yeux; des cernes souvent présentes siègent, depuis plus de dix ans, comme incrusté dans son visage.

Un corps plus grand que la moyenne, aussi plus musclé que la moyenne. Ces années passés au cœur de la violence, du carnage et de l'enfer lui ont donné un corps adapté. Les cicatrices l'ont endurcis, les combats l'ont renforcé. La douleur n'est qu'un quotidien, la fatigue une habitude. Pour cacher l'histoire de sa prison de chaire, un simple kimono, duquel dépasse un ses bras, reposant sur ce dernier, hors du vêtement, dévoilant la moitié de son corps lorsqu'il dégaine son katana, situé a l'opposé de son bras tenant l'arme, le droit. Akashusen est attaché à sa taille, de façon à ce que la lame soit pendante vers le sol lorsqu'il se tient debout, mais pointe vers le ciel lorsqu'il prend ses appuis, prêt au combat. En plein voyage, son bras libre repose sur son Bô, posé lui même sur son épaule. Il s'agit d'un bâton en bois plein, long d'environ sa taille, au bout duquel pend un baluchon rapiécé à partir de morceaux d'étoffes divers.

Listes des cicatrices les plus importantes :

-Cicatrice sur le front (C.F Description physique plus haut)
-Quatre vingt seize entaille auto infligées (d'environ un centimètre),  sur son torse, ses avants bras, et sur les côtes.
-Une entaille partant de sous l'épaule droite, pour arriver jusqu'à la hanche droite en une ligne droite parfaite.
-Deux grandes marques de brulures dans le dos, une sur chaque omoplates.
-Une coupure traversant en diagonale son dos, démarrant sous l'omoplate droite.
-De multiples coupures sur la paume de la main et les doigts, ainsi qu'un trou au milieu de la paume gauche, traversant la main.
-Une marque de brûlure imposante sur l'estomac, de la largeur d'un poing.
-Des cicatrices ronde traversant de part et d'autres les cuisses / mollets.
-Diverses légères cicatrices, parsemant aléatoirement le corps du Rônin.
_____

Description mentale : Un esprit sain dans un corps sain. Si l'on suit le sens de ce proverbe, l'esprit du Rônin est à l'image de sa prison de chair : Usé, endurcit et fort. Les cicatrices ne sont pas que physique, et c'est à son grand malheur qu'il le découvrit au fil de sa vie. Ses convictions ont maintes fois été mises a l'épreuve, et fatalement, la majeure partie de ces dernières ont été brisées, étouffés sous des cris silencieux de souffrance, de honte et de haine. Sacrifice, il ne connait que trop bien ce mot. Malgré son appartenance à la caste des amoureux de ce monde, il n'hésiterait plus à tuer pour atteindre son noble but. Un but noble, par des actes dignes d'un démon. Non, l'hésitation a depuis longtemps quitté son esprit. Il s'agit désormais du remord qui y siège en maître. C'est notamment à cause de ses propres démons qu'il n'abandonnera jamais son but. Le repos n'est pas pour lui, pas tant que tout ces morts n'auront pas de sens, de finalité, aussi morbide et tragique qu'elles puissent l'être. L'espoir? Tout dépend. En l'humanité ? Plus aucune. Le genre humain est en majorité corrompu et aveugle, selon Yoruichi. Des vermisseaux, baignant dans la souillure de leur propre corruption.

Quand nous parlions de repos, nous parlions de repos définitif, la mort n'est pas une option à laquelle il peut penser, avant d'avoir accompli sa tâche. Néanmoins, le peut de plaisir et de paix qu'il peut obtenir sur son chemin, il en profite, d'un plaisir décuplé par les atrocités de ce monde. Ses distractions phares sont nombreuses, bien que toutes plus délicieuses dût a leurs raretés. L'alcool. Catalyseur de créativité, d'euphorie passagère et amplificateur des autres plaisirs de la vie, lorsque couplé à ces derniers. Une seule chose peut être plus enivrante que ce plaisir liquide, la compagnie, la chaleur et la voix d'une femme. Un plaisir, mais surtout une faiblesse de la part du Rônin, qui succombe aisément aux charmes de ces créatures, lorsque ces dernières profite de l'esprit légèrement ivre de l'ex-Samouraï. Enfin, pour clôturer le chapitre de ses passions, la musique prend une place importante dans son quotidien solitaire. Une flûte pour seul instrument accompagnateur, il ne peut résister au cumul de ces trois centres d'attractions irrésistibles.

Citations de Yoruichi :

- "Si je ne peux plus être libre, c'est que je ne l'ai jamais été."
- "Ne dites pas Pour toujours. Toujours est un mensonge."
- "Il est facile de vivre vite. Il est plus dur de vivre."
- "Ignorer votre histoire est tuer votre passé."
- "Votre dogme religieux enferme votre jugement. Que ferez vous lorsque vous brulerez vivant ?"
- "Ma propre gloire ne sera jamais la même que la vérité."
- "Tout ce que vous faites est parler ! Vous aimer conduire, mais vous ne marchez jamais."
- "Je ne suis pas un démon, mais je ne serais pas votre héro."
- "J'ai besoin d'être choisis et mes dieux n'ont jamais prié pour moi."
_____

Histoire :

"J'ai du sang sur les mains, vieil homme. Beaucoup trop de sang."

Autour d'un feu, un vieillard faisait face à ce qui était la silhouette de l''ancien Samouraï. L'ombre de ce dernier bougeait, dansait et s'étirait pour se rétracter aléatoirement sur le mur, à droite de Yoruichi. Assis sur les genoux, buvant un thé brûlant, il pointait le nez en direction de la source de chaleur qui le séparait du doyen et du chef du village, ou il demande l'hospitalité en échange de menus services. De l'aide aux champs, à la chasse, et une protection temporaire, bien qu'il n'y en avait pas besoin, selon le vieillard..  

"Vous savez, à mon âge, le sang n'a plus rien d’impressionnant. Des guerres, des massacres.. Je connais mon enfant. Et du temps, je n'ai plus que sa depuis que mes os me font la vie dure. Alors, je suis prêt a écouter toute votre histoire. Vous êtes forcé, si vous voulez mon aide."

Le vieil homme se déplia tant bien que mal, s'appuyant sur une vieille canne qui semblait elle aussi crouler sous le poids des âges. Il attrapa quelques herbes, pendues au plafond, séchant, pour les incorporer dans le chaudron miniature qui siégeait au dessus du brasier. Une odeur forte et douce se dégageait. Une simple soupe, mais qui sentait divinement bon. C'est en servant à son invité un grand bol de cette dernière, que le dit voyageur commença sont récit.

"Je suis originaire de Soriyeo. Né d'une famille dont j'ai oublié le nom, un nom qu'ils m'ont refusé de porter lors de mon exil. Cette famille tenait la plupart des mines de la région sous leur autorité. Leur fils ainé, devait en théorie reprendre possession des années plus tard de l'empire monétaire familiale. Or, ce que cet enfant voulait, ce n'était pas rester assis dans une pièce, et voyager pour vendre ses produits. Ce que l'enfant voulait, et bien.. changer le monde, se battre pour lui. Rejoindre l'armée, ou un quelconque force de défense, purger le monde de l'infamie.. Une bien noble quête, une bien belle bêtise. Pour purger le monde du mal, il faudrait le purger de l'homme."

Le voyageur sortit une longue pipe en fer, qu'il remplit de tabac avant de la porter a ses lèvres. Il attrapa du bout de l'index et du majeur une braise ardente du feu, et l'approcha devant son visage, pour allumer les brins à fumer. Il déposa ensuite le bout de charbon à moitié rouge et noir, aussi délicatement que lorsqu'il s'en empara, puis inspira longuement, pour souffler des filets de fumées fin et longs.

"Mis dehors à l'âge de quinze ans, l'enfant dût se débrouiller. Il voyagea, et eut bien de la chance de ne tomber sur aucun marchand d'esclave, ou n'importe quel autre fou sur son chemin. Le premier chapitre de l'histoire s'écrit ici. Nous venons de finir ce rapide et bâclé prologue. Il finit par arriver dans le royaume de Kyang. C'est ici que sa vie prit un sens. Il avait dix sept ans. Dans un village quelconque, il travailla pendant une semaine dans une ferme en échange d'un toit et d'un repas journalier, jusqu'au jour ou un détachement de l'armée fit halte au même endroit. Ils venaient recruter, pour palier le manque de chaire fraiche à sacrifier qu'ils perdaient chaque jour dans des petits conflits sans intérêt. Aveuglé par la gloire et ses idéaux pures, il s'enrôla. Démarrant comme simple soldat et finissant comme.. simple soldat. Formé une année, il arpenta des champs de batailles, commençant sa lente évolution. Des carnages, des viles rasées.. Sans aucun réel but se rapprochant de son idéal. Ou étaient les campagnes, visant à purger le monde de démons, la véritable source de corruption de ce monde ? Personne n'en parlait jamais. L'innocence éphémère commençait à quitter l'esprit du garçon. Déserteur. C'est le nom qu'ils donnent."

Le Rônin rit, amusé, comme si de merveilleux souvenirs vinrent lui chatouiller l'esprit. Entre deux bouffées de fumées, il avala deux grandes gorgées de soupe, aussi brûlante que le thé précédemment ingurgité. Il posa le bol en face de lui, reposant son regarde dans celui du vieil homme, les yeux grands ouverts, et brillants de la flamme de la curiosité. Silencieux, comme muet, ses tremblements avaient cessés.

"Errant quelques semaines, le déserteur fut attaqué par un trio de voleurs. Fatigué et usé par une cavale forcée, il ne put résister longtemps. Mais, encore une fois, la chance sourit au vagabond. Une troupe de ce qui semblait au premier abord être une milice privée passait par ici. Ils ramassèrent le corps gisant et évanoui du jeune homme, l'emmenant au village le plus proche, caché au pied d'une montagne. Au réveil, il fut accueilli par deux gardes et un médecin, recousant ses plaies sans aucune douceur. Ou était-il, qui étaient ces personnes ? Ils répondirent sans aucune attente. Ou il était ? En sécurité. Qui ils étaient? De simples humains. Souriant à cette blague douteuse, il les suivit sur leur ordre, et c'est le recueilli qui dut d'abord raconter son histoire éprouvante. Il voulait chasser le mal et les démons.. Ainsi, il était au bon endroit. Taillé à même la montagne, un temple ancien servait de base à une troupe de chasseur. Des chasseurs d'un type rare, voir unique. Des chasseurs de démons. Haute de plusieurs mètres, la salle était parsemés de trophées, d'armures et de peintures, comme dans les histoires que pouvait raconter des parents à un enfant. Il priait, suppliait même de rejoindre leurs rangs, avant même que leur chef put desceller ses lèvres. La ferveur et la passion animait ce jeune esprit, encore pur bien que réaliste."

Frissonnant, Yoruichi caressa le manche de son katana, avec un mélange de dégout et de fierté. Il se leva et fit fasse à une des rares fenêtres, donnant vu sur une pleine lune magnifique. Le vent soufflait, balayant les quelques rares nuages qui parcouraient le ciel étoilé. Le Rônin joint ses mains dans son dos, et se tourna vers le vieillard, reprenant son histoire, sa pipe à la commissure de ses lèvres sèche.

"Au cours de ces cinq années, il fit des progrès fulgurant selon ses instructeurs. A tel point qu'en plein milieu de cette période, le seigneur dirigeant la région depuis ce village en fit son gardien, son samouraï. Honoré, pleurant le jour de sa.. "Promotion", il se sentait fier, et prêt à braver n'importe quel danger, à mourir pour ce monde qu'il aimait tant. De temps à autres, ils partaient en chasse. Encore moins souvent, ils ramenaient de véritables dépouilles de monstre unique, ou bien des chariots entier de créatures difformes et maléfiques. Le début d'une ère nouvelle, d'un vent de renouveau. Jusqu'au jour ou, évidemment. Jusqu'au jour ou une véritable armée de brigands attaquèrent le village et ses alentours. Pris de court, les chasseurs ne purent sauver le village. C'est avec l'énergie de la haine, de la vengeance et du désespoir, qu'ils se battirent jusqu'à la fin inévitable. Ils étaient dix pour un seul combattant. La fin était proche. Notre héro devenue Samouraï brisa sa lame en abattant son vingt troisième assaillant. Acculé, reculant un genoux à terre, il prit la première arme qui passa sous sa main pour se défendre. Elle était posé sur un piédestal, au fond du temple. Entouré, submergé, il dégaina la lame et se battit comme jamais il ne le fit. Ce n'est plus deux dizaines de cadavres qui venait grossir son tableau de chasse, mais des douzaines et des douzaines, s’amoncelant de façon morbide devant le temple. Une fois le combat finis, une sensation de dégout et une voix assaillirent l'enfant. L'arme qu'il avait empoigné n'était pas une simple lame. Il le savait, mais ne s'est rendu compte de son erreur que bien trop tard."

Yoruichi sortit la lame de son fourreau, et la déposa devant le vieillard. Brillant au rythme du feu, le manche était reconnaissable entre des milliers. Un dragon rouge entourant un manche aussi noir que les ténèbres les plus sombres.

"Et le monstre, le démon gardé depuis des années par ce groupuscule de chasseur lui parla. Akashusen, le grand dévoreur rouge. Il imposa ses conditions assez rapidement. Chaque mois, le sang d'un innocent devait couler. Ou bien, c'est son propre sang qui coulera, et son âme succombera, devant esclave de l'Oni emprisonné dans la lame. Désemparé, le Samouraï chercha de l'aide au village, ou le brasier fut éteins grâce a la coalition des survivants. Seul rescapé du carnage du temple, tous reculèrent lorsqu'ils virent qu'il tenait la lame maudite. Même sa femme, sa douce femme le repoussa, leur fille encore bébé dans les bras. Son cœur explosait. Son esprit s'éparpillait. Il courut. Le plus loin possible, et arrivé en haut d'une colline lors d'un coucher de soleil, il planta la lame dans le sol, et se mit a genoux. Il hurlait. Il hurlait jusqu’à ce que ses veines implosent, jusqu’à ce que la notion du temps elle même s'ellipse.. Il maudit les dieux et les kamis, ceux la même qu'il priait chaque jour pour son peuple, ses amis, sa famille, pour tout ce qu'il avait tenté de sauvegarder, tout ce qu'il avait aimé.."

L'ancien Samouraï posa sa main sur son visage, ses doigts se crispant, tiraillant ses joues et rentrant dans ses orbites, comme pour calmer une rage ancestrale, une souffrance indescriptible.. Puis un cri déchira le silence qui pesait sur le village. Un cri de haine, qui réclamait vengeance.

"Ces maudits dieux, qui jouent avec la vie des hommes ! Ceux la même qui se faisaient désirer de moi, m'ont forcé à tuer des enfants ! Ou est votre justice, ou est votre compassion, Kamis ?! N'est je pas œuvré en votre nom, selon vos bonnes attentions ?! Renié, chassés, considérés comme un démon, alors que je m'efforce de les chasser !"

Un rire torturé se fit entendre, accompagné de quelques gouttes tombant sur le sol. Puis plus aucun son. Seulement le souffle fort et saccadé de Yoruichi, serrant le manche de son arme maudite."

"Quelle ironie.. Quoi qu'il en soit, sur mon chemin vieil homme, j'ai affronté des dizaines de démons. Je les ai tous tué, pour racheter mes péchés qui continuent d'affluer sur la liste de ma condamnation, cette liste qui est ma vie. Chaque mois depuis huit années, je tue des innocents, pour garder cette menace au fond de moi, des sacrifices pour sauvegarder ce monde.. Et je suis fatigué. Fatigué de vivre cette vie. Alors je vous en prie.. Aidez moi. Si vous connaissez ne serait-ce qu'un moyen de libérer cette lame et mon âme, dites le moi."

Le vieillard se leva une nouvelle fois, tremblant de nouveau à cause de ses vieilles articulations. Il s'approcha du Rônin et passa sa main sur la joue de ce dernier.

"Mon pauvre enfant.. Votre vie n'en est pas une.. Je peux vous aider. De deux manières. Pour commencer, je ne sais pas si cela est vrai, mais j'ai entendu parler d'une sorcière, d'une chamane protégeant le village voisins. Elle serait maître dans les arts obscures de la magie et des esprits. Peut-être pourrait-elle vous aider.. Ensuite.. laissez moi vous apporter une seconde aide."

Yoruichi sortit de la maison, au milieu de la nuit noire. Le vent ne soufflait plus. Aucun son ne venait perturber l'armonie parfaite de la nature. Puis soudain, alors qu'il marchait au milieu du village en direction du suivant, des gouttes tombèrent. Des larmes. Mais aussi du sang. Du sang coulant de la lame et du torse du Rônin. Le visage sévère et impassible, et pourtant les yeux humides, il avançait en rangea la lame dans son fourreau, qu'elle s'abreuve du liquide vital du quatre vingt seizième sacrifice. Aujourd'hui, cela faisait exactement huit ans qu'il avait libéré en partie ce mal, et qu'il était en quête de rédemption. Un filet de sang coulait sur son torse, fuyant cette nouvelle marque jalonnant son corps meurtrit.
_____

Autre

Prénom ou pseudonyme: Prénom : Secret d'état / Pseudonyme : Vaselline (Et alors?)

Expérience rp: Au total, pause comprise, 6-7 ans.

Comment avez-vous connu «De sang et de soie» ? Ask to my loved goddess~ /die/

Commentaire? Be ready for my legacy.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Re: Yoruichi Onimura - Ronin [Terminé]   Lun 29 Sep - 4:20

Bonsoir / Bonjour / Bienvenue, les formules d'usage.

Une fiche des plus agréables qui témoigne d'une bonne maitrise du contexte et de l'univers du forum. Le tout servit par un personnage intéressant et bien développer. Un plaisir donc a lire mais aussi a valider. Avant de commencer le Rp, permettez moi de vous transmettre quelques liens et conseils.

Like a Star @ heaven En cas d'absences, toujours prévenir dans le forum approprié.

Like a Star @ heavenN'hésitez pas a développer vos BG selon vos envies. ( En les postant dans la partie Z.D.D, afin qu'ils soient valider puis poster par le staff ensuite dans la partie adéquate. )

Like a Star @ heavenA votre envie, vous pouvez ouvrir votre Journal de bord, et au besoin en cas de PNJ, Votre Registre.

Bon jeu et encore bravo pour cette fiche des plus captivantes.
Sian-Nyang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Yoruichi Onimura - Ronin [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shihôin Yoruichi [Terminée]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Les âmes choyées par les dieux :: Joindre la mêlée :: Que les dieux vous préservent :: Les nomades-
Sauter vers: