Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Récolter la tempête [ Pv ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Récolter la tempête [ Pv ]   Dim 19 Juin - 16:42


Récolter la tempête


Without your love, I have lost my direction. Without your heart, I am always afraid of loneliness. Without your smile, I do not even dare to imagine it. Without your dream, how can I pretend to be strong. Do not miss out on true love, what are you afraid of?


L’ empereur ne croyait pas qu’il était nécessaire de converser sur le sujet de son prochain mariage devant toute sa cour. Comme il l'avait promis à sa renarde, il décida de débuter le sujet de son alliance matrimoniale avec le royaume de Soriyeo quelques jours après leur rencontre enfiévriée dans ses appartements. Il invita donc quelques uns de ses sujets les  plus influents pour débuter une discussion sur la chose. Le mariage d’un empereur n’était pas une décision prise à la va vite, ce n’était pas comme prendre une nouvelle concubine ou jeter son dévolu sur une servante au joli minois. Non, il s’agissait de trouver une impératrice pour le servir jusque dans ses vieux jours, gouverner le harem impérial et devenir la mère de la nation.

Les hommes autour de lui étaient étrangement silencieux. Le dragon pouvait clairement apercevoir le flots des pensées qu’ils échangeaient entre eux. Il savait que plusieurs d’entre eux étaient un peu embarrassé du sujet et n’osaient pas trop élever la voix sur la question. Même si le choix d’une impératrice concernait la nation, il s’agissait aussi d’une affaire de famille, et donc, des affaires personnelles de l’empereur et ils n’avaient normalement aucun droit de prendre la parole sur le sujet. La situation était compliquée, ce n’était pas comme lorsqu’il était monté sur le trône et qu’il avait choisi la dame de la famille la plus influente de l’époque.

- Zhuge Feng, tu es bien silencieux, commenta soudainement le père de la nation en tournant la tête vers le ministre qui n’était nul autre que le frère aîné de la concubine favorite de l’empereur.

L’homme d’âge mûr leva la tête en direction de son souverain, gardant cependant les yeux bas en signe modestie. Il faisait plus ou moins partie de ceux qui s’opposaient à la présence d’une femme de Soriyeo sur le trône de l’impératrice même s’il n’avait jamais prononcé clairement son opinion à voix haute. Il est était peu certain de la position de celui-ci à ce sujet, mais c’était bien l’une des parties qu’il appréciait le plus de sa personnalité. Il ne parlait jamais pour rien et préférer réfléchir longuement à une question avant d’ouvrir la bouche.

- Cet humble courtisan n’ose pas prendre position, avoua-t-il finalement, ce qui attira des regards curieux sur lui. Comment pourrais-je prétendre savoir ce qui irait le mieux au sein de la famille impériale ? Je crains également, il fit mine d’hésiter, jetant un coup d’œil aux personnages importants autour de lui, que mon opinion ne soit biaisée.

Effectivement, en tant que frère d’une concubine de l’empereur et en tant que beau-frère de ce dernier également, il était difficile pour lui de dire quoi que cela soit. Visiblement, il n’aurait pas été contre l’idée que sa sœur, une enfant légitime et mère de deux enfants de Sa Majesté, hérite du siège du fenghuang à ses côtés. Elle avait prouvée sa vertu et sa valeur à de nombreuses reprises, elle méritait une place plus importante, sa famille méritait une place grandiose. Des paroles circulaient parmi les nobles de la nation, on disait que la famille Zhuge était à trois pas des cieux, ils n’étaient pas nécessairement loin de la vérité.

- Quelle maturité de la part de Zhuge Feng, déclara l’un des ministres autour avec une pointe de dédain dans le ton de sa voix. Dites le maintenant qui vous voudrez pour mère de la nation !

Une rumeur circula parmi les hommes politiques. Quelqu’uns redoutaient la naissance d’un fils entre Zhuge Fei niangniang et l’empereur, d’autre n’attendaient que cela. Jusqu’à maintenant, elle s’était avérée être l’unique dame suffisamment fertile pour porter la semence du dragon et prolonger la lignée impériale. Les autres, n’avaient pas eu cet honneur.

Chen Po pénétra soudainement dans le bureau, l’air alerté et s’avança d’un pas vif vers le maître des lieux. Sun Xian haussa un sourcil en l’apercevant apparaître de la sorte et se pencha dans sa direction alors qu’il venait marmonner des paroles près de son oreille.

- Votre Majesté, l’amiral Wei Shi est de retour dans la capitale, il vient payer ses respects et, l’eunuque se pencha plus personnellement vers le dragon et ajouta quelques mots secrets dans le creux de son oreille avant de reculer humblement de quelques pas, laissant l’empereur perplexe.

- Comment ? s’enquit l’empereur avant de se lever. Les ministres autour de lui, l’apercevant se lever, s’agenouillaient tous en maintenant en échangeant des regards concernés. Wei Shi était une figure importante bien qu’il fut le plus souvent hors de la capitale, son bonheur résidant sur les flots et parmi ses soldats. Il servait diligemment le père de la nation de loin. Vous pouvez tous disposez, n’étalez pas publiquement le sujet de notre discussion aujourd’hui, il y a encore bien plus à prévoir.

Les ministres saluèrent solennellement l’empereur qui sorti rapidement du bureau, se dirigeant d’un pas rapide vers la cour impériale où résidait le trône du dragon. La vie lui réservait entre des surprises. Il n’arrivait pas à croire les paroles de son fidèle serviteur sans rien avoir vu de ses propres yeux, mais l’amiral Wei Shi n’était pas un homme à inventer des histoires et il n’avait pas l’âme ambitieuse d’un politicien, il abhorrait même participer à la cour impériale, et ce, malgré son haut rang dans la société.

Le dragon prit place sur son trône et demanda à ce qu’on fasse venir  l’amiral qui attendait patiemment à l’extérieur. Quand il le vit, son expression devint stoic. L’amiral portait sa robe formelle de la cour impériale et il s’avança lentement jusqu’à une distance décente du fils des cieux. Il fit la révérence formelle envers le dragon et attendit tranquillement qu’on lui permette de se lever. Soucieux de l’état de ses jambes après tant d’années, Sun Xian lui permit de se lever sans plus tarder.

- Amiral Wei Shi, cela fait bien longtemps, dit finalement l’empereur, les mains sur les genoux, l’air important. Vous avez voyagé un moment pour nous parvenir, j’espère que la température et les routes furent clémentes.

L’amiral inclina humblement la tête, son expression était modeste, mais sérieuse, un trait typique de son âge un peu avancé, certainement. Il remerciait Sa Majesté pour son souci de sa santé et sa sécurité.

- Je crains que les routes ne seront plus jamais clémentes pour moi, Votre Majesté, mon corps n’est habitué qu’au comfort des mers et des océans, la terre, plus qu’une étrangère à mes vieux os, admit de manière décontractée l’homme des mers. Vous avez de nombreux ministres déjà près à vous servir ici, moi, je protégerai vos territoires marins.

Sun Xian hocha doucement la tête, un petit sourire poli aux lèvres. Cet homme avait toujours été d’agréable compagnie et il se devait également de le regarder de son côté. L’amiral avait bonne réputation et ses hommes le respectaient fermement. Il ne pouvait se permettre d’avoir un homme de l’armée aussi puissant comme enemi. Heureusement qu’il s’agissait d’un homme de vertu qui obéissait aux ordres de la famille impériale sans hésitation.

- Vous avez raison, rétorqua le dragon, vous me servez mieux près des frontières marines que dans la cour impériale, autrefois, j’ai eu peur de vous voir vous endormir aux beaux milieu de dialogues enflammés.

Les deux hommes partageaient un petit rire franc et respectueux.

- Vous me connaissez bien, Votre Majesté, répondit Wei Shi avec un sourire toujours aussi poli. Je suis un homme d’action, je ne supporte pas de rester trop longtemps en compagnie d’hommes se pestant les uns contre les autres comme une bande de femmes.

Ils partageant un sourire complice et l’expression de l’empereur redevint finalement sérieuse, prêt à passer à des faits plus importants. L’amiral comprit aussitôt et se racla la gorge avant de s’incliner poliment. Sun Xian lui demanda la véritable raison de sa visite autre qu’une simple rencontre de politesse. L’homme parut incomfortable pendant un bref moment avant de céder sous la lueur perplexe et emplit d’appréhension dans le demi regard du fils des cieux.

- Votre modeste serviteur vous répond, Votre Majesté, souffla-t-il finalement, il y a de cela une semaine, peu de temps avant que je n’arrange pour mon bref retour à la capitale, mon navire a intercepter un groupe de voyageurs illégaux sur nos terres.

Des voyageurs illégaux pouvait signifier plusieurs choses, plusieurs variables, mais Sun Xian savait déjà ce qu’il en était, Chen Po lui avait dit un bref résumé de ce qui apportait l’amiral personnellement à la cité interdite.

- Poursuivez, demanda poliment Xian qui fronça des sourcils, préférant écouter le récit jusqu’à la fin avant de prononcer de quelconque paroles… ou une sentence.

L’amiral lui raconta sa découverte d’une bande de Lunes Rouges qui naviguaient difficilement vers la province de Kyanam sur une barque trop petite pour la quinzaine d’hommes qu’ils étaient. Malgré le côté bizarre de la situation, l’amiral avait aussitôt fait arrêté les individus toujours vêtus de leurs couleurs de Soriyeo. La majorité d’entre eux étaient en mauvais état, mais non gravement blessé sauf l’un d’eux avec une blessure à la cuisse seulement doté d’un bandage vite fait sans plus d’attention que nécessaire.

- Votre Majesté, je sais qu’il y a des accords pacifiques entre l’empire de Miyong et le royaume de Soriyeo, mais il est formellement interdit, à moins d’une permission spéciale, aux troupes de Soriyeo de mettre les pieds dans l’empire. Ils n’ont pas que frôler la frontière, ils ont tout bonnement traversé, se moquant de nos réglements, visiblement, ajouta ensuite Wei Shi après son résumé des faits.

- En effet, mentionna simplement l’empereur, sachant qu’une telle désobéissance pouvait lui permettre de briser tout accord fait avec le royaume voisin et qu’il pourrait tout simplement décapiter les soldats d’élites de Soriyeo pour cet affront. Cependant, il n’était pas inutilement cruel et la situation était trop bizarre pour croire en un délit quelconque de la part de Soriyeo. Il y avait également son affection pour Sa renarde qui jouait en la faveur de la nation de celle-ci.

Il soupira.

- Je trouve que la situation est trop étrange pour n’avoir que votre version des faits, Amiral Wei Shi, déclara-t-il finalement. J’imagine que les soldats sont à proximité ?

Le vieux soldat hocha doucement la tête.

- Puisqu’il s’agissait de soldats enemis, Votre Majesté, j’ai pris la décision de les apporter à vous afin que vous preniez une décision concernant la situation, je n’ose pas imposer une sentence sans le consentement de Votre Majesté. J’admet aussi que la situation était tout bonnement étrange, leur histoire d’attaque de pirates m’a laissé perplexe, je ne vois pas quel type de bandit des mers s’approcherait si près du continent en plein hiver !

Peu de temps, on fit entrer dans la cour impériale les Lunes Rouges dépenaillées. Ils avaient tous les mains ligotées, ils étaient décoiffés et visiblement épuisés. On pouvait également voir le mécontentement dans le regard de nombreux d’entre eux. L’empereur savait pertinemment que des soldats d’élites devaient avaler difficilement l’idée d’être traités comme de vulgaires criminels. Malheureusement, selon les lois de l’empire, ils étaient, effectivement, des cirminels jusqu’à preuve du contraire ou si la sagesse du dragon était clémente.

Sun Xian regarda que nombreux d’entre eux grelottaient. Par tout les dieux, on les avait gardé dehors pendant tout ce temps-là ? Il fronça des sourcils et ordonna à voix basse à Chen Po de rapprocher un petit foyer de charbon vers les malheureux.

- Vous devez vous inclinez devant Sa Majesté, ordonna un peu trop sévèrement l’amiral aux Lunes Rouges qui le firent avec un peu de difficulté. Un gémissement se fit entendre, celui qui avait une jambe blessée était tombé un peu trop lourdement sur un genou.

Il y eu un silence inconfortable pendant un moment, l’empereur considérant longuement la bande de soldats agenouillés à quelques mètres du trône du dragon. Il devait admettre que les soldats d’élite de Soriyeo était robustes pour avoir résister aussi fièrement aux froides températures pour se rendre jusqu'à la capitale dans des conditions aussi misérables. Heureusement que Kyanam était tout près en matière de distance.

- Gentilhommes de Soriyeo, dit finalement l’empereur d’un ton qu’il voulait neutre, mais poli. J’ai écouter le récit de la part de l’amiral Wei Shi, je souhaite cependant entendre votre version des faits.

Les têtes décoiffées se tournaient automatiquement vers un seul d’entre eux, celui qui était le plus stoic le plus vieux du groupe, visiblement le chef de la troupe. L’homme s’agita un peu, gêné par les cordes trop serrées qui emprisonnaient ses poignets.

- Votre Majesté, souffla-t-il finalement, nous sommes pleinement conscients d’avoir désobéis aux lois de votre pays et d’avoir transgresser sur vos territoires, mais si la situation aurait pu en être autrement, nous ne serions pas ici aujourd’hui. Il jeta un coup d’œil au plus blessé des siens. Le jeunot dodelinait de la tête et avait l’air fiévreux, inquiet, il décida de parler pour lui. Pardonnez mon arrogance, Votre Majesté, mais j’aimerais implorer que mon camarade ici puisse recevoir des soins appropriés, je crains que sa blessure ne soit infectée.

Un bruit se fit entendre de la part de l’amiral.

- Ce prisonier ose formuler une requête avant même de répondre complètement à la question de l’empereur, est-ce cela, la politesse de Soriyeo ? commenta l’amiral avant de se faire taire par un signe de la main de la part du fils des cieux.

- Votre ami, n’a effectivement pas l’air bien, admit celui qui avait reçu le mandat des cieux. Chen Po, fait libérer ce pauvre garçon et apporte le ailleurs pour le faire consulter l’un des médecins impériaux.

L’eunuque aquiesca silencieusement et disparu, deux gardes transportant le corps fiévreux de la Lune Rouge dans son sillage. Le froid n’avait peut-être pas contribué à la santé du garçon, mais au moins, il pouvait retarder la fièvre. Avec un peu de chance, le blessé ne s’en sortirait qu’avec un peu de douleur à l’âme et non une jambe en moins.

- Merci, Votre Majesté, votre clémence est égale à votre réputation, le remercia poliment le chef de la petite troupe de soldats, il savait qu’il valait mieux flatter l’égo d’un empereur afin d’éviter une sentence trop sévère. Pour répondre à votre question, mes hommes et moi ne faisions qu’un exercice de base sur la mer lorsque nous avons aperçu l’un de nos navires marchands de loin se faire intercepter par un bateau sans couleur, il hésita, il s’agissait d’un bateau pirate, Votre Majesté, nous avons tenté de les repousser, mais...

Il n’insista pas pour raconter la suite, celle-ci étant très claire. Ils ne seraient point ici en si mauvais état s’ils avait réussis à repousser les bandits des océans. Le chef ne voulait pas non plus admettre à quel point les pirates avaient démoli toute leurs stratégies. Avouer cela serait dire à l’empereur que leurs troupes ne valaient absolument rien au combat.

- Qu’est-il arrivé au navire marchand ? s’enquit aussitôt le dragon en haussant un sourcil. L’amiral n’avait rien dit à ce sujet, soit il ignorait ce détail, soit il l’avait fait taire exprès. Il préférait la première option. Mes hommes n’ont rien trouvé.

- Le navire marchand était encore près de la frontière, Votre Majesté, nous ne savons pas réellement ce qui est arrivé au bateau ou à son équipage. Les pirates ont pris tout ce qui avait de la valeur, ils nous ont capturés pour plus tard nous mettre dans une barque trop petite et nous envoyé dans la brume, menant jusqu’au port de Kyanam.

Il décida de faire taire la cargaison d’esclave, même si cela lui brisait le cœur, car cela ne ferait que compliquer davantage les choses et d’après la réaction du capitaine des pirates, il pensait sincèrement que celui-ci avait à cœur le bien être de ceux-ci. Un étrange personnage qui était trop fort sur les océans.


*


Un peu plus tôt pendant la rencontre du l’empereur et de son amiral, deux servantes se promenaient paresseusement près du palais des invités. Elles souriaient, mais leurs yeux semblaient dévoilés une lueur malsaine. Elles firent mine de s’approcher innocemment d’un groupe d’eunuque et de servantes qui balayaient devant l’entrée menant à l’habitation temporaire de la princesse de Soriyeo.

- As-tu entendu cela ? s’enquit l’une des deux jeunes filles avec un petit sourire. Ils ont capturés des Lunes Rouges de Soriyeo sur nos terres. Ils ont été emprisonnés et ils sont présentement en train de recevoir une sentence de la part de l’empereur pour leurs crimes !

- C’est quoi, des Lunes rouges ? demanda la seconde avant d’ouvrir de grands yeux à la réponse de sa compagne. Oh ! Mais qu’est-ce que l’empereur va faire ?


- Ils vont être exécutés, bien sûr ! répondit un peu trop joyeusement la première, ce qui attira aussitôt l’attention d’une servante parmi le groupe d’eunuque.

Ils se regardaient, une discussion silencieuse ayant lieu entre eux avant que la servante de laisse tomber son balais pour rejoindre les appartements privés de la princesse de Soriyeo. Hésitante, elle ne savait pas si elle devait reporter l’incident. Si quelque chose se passait concernant le royaume de la princesse, elle serait immédiatement avertie, non ? N’était-elle pas la représentante du royaume dans la cité interdite même si elle était une femme ? Elle n’était qu’une simple servante et elle avait à peine de quoi considérer une éducation, elle ne savait rien.


*


- Votre Grâce, souffla un eunuque, l’air inquiet, attirant l’attention de la représentante diplomatique. Je dois reporter quelque chose qu’une servante a entendu.
Il inclina doucement la tête.

- La jeune fille déclare avoir attendu que des Lunes Rouges, prisonniers sont présentement dans la cour impériale, attendant d’être exécutés par l’empereur.





_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Dim 19 Juin - 17:32


La première princesse royale de Soriyeo avait le regard pensif, assise devant sa table de travail, plusieurs rouleaux étalaient devant elle, dont de nombreux froissés ou déchirés, elle n'avait pas bougée depuis des heures. Ce qui lui causait un tel ouvrage ? La lettre qu'elle se devait d’écrire a son frère, le roi. Celle pour son fidèle ami, le commandant Choi Young était terminée, cachetée et prête a partir, mais les mots qu'elle voulait envoyée a son frère, semblaient plus difficile a coucher sur le papier. Jamais la formulation ne lui plaisait, trop gauche, trop incertaine. Elle ne voulait en rien avoir l'air de demander la permission, pas plus qu'elle ne désirait voir le roi se sentir acculer et faire des choix malheureux. La situation était des plus complexes, au contraire de ses sentiments plus que limpides pour l'empereur de Miyong. Une fois de plus, un pli soucieux barrant son front, elle laissa son regard dérivé dans le vague.

Avait t'elle bien fait de céder a son amour pour son dragon ? Avait eu t'elle raison d'accepter de devenir son impératrice. Ne s'étaient ils pas tout deux laissés un peu trop emportés par la passion sans prendre garde aux conséquences ? Quel avenir allait découlé de leurs décisions ? Miyong accepterait il sur son trône une princesse d'un royaume encore il y'a peu en situation inamicale. Soriyeo accepterait il de voir sa princesse devenir, bien qu'impératrice, une femme parmi tant d'autres dans un harem ? Elle meme pouvait elle réellement s'y résoudre ? Non, elle ne voulait guère se laisser absorber par ses sentiments pour l'heure. L'important était de se prémunir contre une mauvaise réaction du haut conseil de Soriyeo. Fort a parié qu'il craindrait vite que leur royaume ne devienne une province de Miyong sitôt l'union célébrée. Qui pourrait les blâmer de cela ? Après tout si la majeure partie du monde verrait la l'alliance d'un empereur et d'une princesse de Soriyeo, les ministres eux y verraient leurs reine légitime devenir impératrice d'autres terres. Grands dieux voila que toutes ces pensées confuses et bien trop nombreuses menaçaient de lui donner la migraine. La princesse glissa une main sur ses tempes douloureuses, y déposant par mégarde quelques taches d'encre.

Alors qu'elle allait se remettre a l'ouvrage bien décidée a enfin en terminer de cette corvée, un eunuque s'approcha d'elle. Son pas était lent, son regard fuyant et qu'en il prit la parole son ton fut peu assuré. Voila qui n'annonçait pour sur rien de bon. "Votre Grâce, je dois reporter quelque chose qu’une servante a entendu." Des commérages, était ce dont la le but de ce tapage ? Elle jeta un coup d’œil aux quelques serviteurs présents dans la pièce, ils conversaient tous a voix basse. Sian Nyang eut un mauvais pressentiment mais elle s’efforça de le taire. " Parlez je vous pris. " Tete inclinée, il s'exécuta.  " La jeune fille déclare avoir attendu que des Lunes Rouges, prisonniers sont présentement dans la cour impériale, attendant d’être exécutés par l’empereur. " La réaction fut immédiate, la princesse se releva d'un bon brutal faisant tremblée la table devant elle, renversant un peu d'encre et trébuché le pauvre eunuque qui sursauta nerveusement. " Qu'avez vous dit ? " Gronda la voix de la princesse, une voix si froide que tout ceux qui l'entendirent courbèrent l'échine. L'eunuque qui tendait bien que mal de garder la face, répéta. " Il semblerait que des "Lunes Rouges " soient présentement prisonniers au palais impérial et que sa grandeur soit sur le point de les faire exécuter. " Les points serrés, les paupières clauses, la princesse inspira profondément.  " Veuillez me laisser je vous pris .. tous."

Un a un les serviteurs s’exécutèrent la laissant bientôt seule, de pas mesurés et les points toujours serrés, elle se dirigea dans sa chambre. Elle y fit quelque chose qu'elle n'avait plus eu a faire depuis bien longtemps, elle glissa a son poignet un bracelet de pierres familières. Le seul en l'instant a pouvoir calmer la Gumiho qui grondait en elle. Au contact du bijoux sur sa peau, l'effet fut immédiat, ses yeux un instant plus tot devenus bleus avaient repris leurs teinte chocolat. " Par les dieux, mon dragon cela ne peut etre vrai ? " Elle se laissa tombée lourdement sur son lit, elle qui pensait les choses deja bien trop compliquées, voila que ça s'aggravait encore. Si Soriyeo apprenait cela, on exigerait le retour de la princesse dans les plus brefs délais. Mais pour l'heure, elle avait cure de cela, tout ce qui la préoccupait était le sort de ses hommes. Elle était la protectrice des "Lune Rouges " en plus d’être leur princesse, elle ne resterait pas sans rien faire pendant qu'il leur était fait dieu sait quoi sur une terre bien lointaine de la leur. Sa première réaction avait été de vouloir se diriger séance tenante au pavillon impérial pour y exiger des explications. Mais cela n'aurait apporté rien d'autre que le scandale, ce qui n'aurait pas aidé loin de la. Non, plus encore que d'habitude, il allait falloir usé de diplomatie quoi qu'il lui en coûte. Elle se calma une minute encore puis elle rappela ses gens.

" Veuillez faire mander a ce que Chen Po m'obtienne une audience avec sa grandeur dans les plus brefs délais. Il est urgent que je m'entretienne avec lui. " Demanda t'elle a son eunuque en chef. Une fois ce dernier disparu de sa vue, elle s'adresse a sa servante en chef. " C'est probablement la, la seule fois ou je vous demanderais cela, alors prenez en bonne mesure. Je désire que vous alliez récoltés toutes les informations que vous le pourrez sur les " Lunes Rouges " présents au palais, ce dont on les accuse, ou ils sont sont retenus, tout. " Alors que la servante bien que d'abord surprise d'une telle demande, s’exécutait a son tour, disparaissant bientôt de sa vue, la personne qu'elle s’apprêtait a faire appeler se présenta a elle.Le capitaine de l'escouade de " Lunes Rouges " attachée a sa protection et qui l'avait accompagnée a Miyong. Il avait le front soucieux et son regard brillait d'un éclat dangereux. Elle ne comprenait que trop bien ses sentiments. Tandis qu'il la saluait avec respect, elle s'approcha et déclara d'une voix posée et rassurante. " J'allais vous faire mander capitaine. Croyez bien que je sais ce qui vous amène. J'ai déjà pris mes dispositions pour en apprendre plus sur la situation, les rumeurs sont parfois bien plus dangereuses que les faits. " Il acquiesça, visiblement soulagée que la princesse ait deja pris les choses en mains. Cette dernière s'assurant que nulles oreilles indiscrètes ne se trouvaient en possibilités de les entendre, ajouta: " Pour l'heure nous avons a parler capitaine, de l'éventualité ou les rumeurs diraient vraies. " L'homme hocha gravement la tete, la princesse vit en son regard la meme détermination que l'on pouvait lire dans le sien.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Dim 19 Juin - 19:19


Récolter la tempête


Without your love, I have lost my direction. Without your heart, I am always afraid of loneliness. Without your smile, I do not even dare to imagine it. Without your dream, how can I pretend to be strong. Do not miss out on true love, what are you afraid of?


Les deux servantes s’agenouillèrent respectueusement devant la dame devant elles. Assise sur son siège, la dame considéra longuement les deux jeunes filles silencieusement avant de laisser un petit sourire mesquin ourla le coin de ses lèvres. Elle était satisfaite du travail accompli, quelques paroles tombées dans les oreilles de curieux imbéciles et le tour était joué. Chen Guiren fit un signe de tête à sa servante favorite qui s’approcha de ses deux cadettes pour leur donner un morceau d’argent à chacune.

Les jeunes filles rougirent doucement, se lançaient un regard complice avant de s’incliner à nouveau envers la dame pour  remercier solennellement celle-ci et lui démontrer leur entière loyauté. Yanyi les congédia ensuite, attendant avec l’impatience la suite des évènements. Son père et son oncle avaient échoués à empêcher une inutile alliance entre Miyong et Soriyeo, mais peut-être pouvait elle bloquer  l’arrivée d’une chienne de Soriyeo sur le siège du fenghuang, une place que méritait seulement une femme de Miyong.


*


Chen Po jeta un coup d’œil par-dessus l’épaule du médecin impérial qui jetait un coup à la cuisse blessée de la Lune Rouge qui reposait docilement sur une table d’observation. Le savant palpa doucement la plaie saignante ce qui lui mérita quelques gémissements plaintifs. Effectivement, un peu plus et ce garçon aurait pu devenir accidentellement un eunuque, le pauvre. L’un des médecins qui servait sous son aîné utilisa des glaçons pour rafraîchir le visage du malheureux pendant que le plus expérimenté nettoyait soigneusement la blessure pour la bander mieux qu’elle ne le fût auparavant.

- Un peu de repos et de médecine adéquate et ce garçon devrait être à nouveau sur pied, je crois que c’est l’hiver qui a ralenti les risques d’infection, mais son état n’était pas aussi grave qu’il ne paraissait, c’est juste un gamin qui chiale plus que nécessaire. Une plainte sourde se fit entendre de la part du garçon au visage fiévreux. Oh, ne vous en faites pas, gentilhomme, quelques jours et vous aurez une belle cicatrice à dévoiler aux courtisanes de Soriyeo.

Le garçon rougit violemment, plus par embarras que par la fièvre et soupira.

Quand à Chen Po, il remercia le médecin et ses compagnons pour leur bon travail, les avertissant qu’il aurait probablement besoin davantage de leurs services pour le restant des Lunes Rouges si l’empereur pensait cela nécessaire. L’eunuque du dragon se retira ensuite, prêt à retourner aux côtés de son maître.

Quelques minutes plus tard, alors qu’il arrivait bientôt à la cour impériale, il fut intercepté par un serviteur qu’il reconnu aussitôt pour être au service de la princesse de Soriyeo. Il l’intima de reprendre son souffle avant de lui dire quoi que ce soit. Était-il arrivé quelque chose à la princesse ? Pourquoi est-ce que son serviteur semblait si énervé ? Il repensa à la présence des Lunes Rouges qui faisaient toujours face à l’empereur et haussa un sourcil. Pourrait-elle déjà être au courant ? Ah, comme les ragots se déplaçaient trop rapidement dans la cité interdite. Il n’y avait pas moyen de faire taire les langues de vipères qui en savaient trop sur les évènements concernant l’empire.

- Je ne parlerai en rien des affaires de l’état et de l’empereur, Sa Grâce aura le droit à une audience en temps et lieux, présentement, Sa Majesté est occupé avec les affaires de l’État, répliqua sévèrement l’eunuque impérial à son collègue même s’il n’aimait pas utiliser ce ton autoritaire. Va, ajouta-t-il ensuite avant de retourner à ses obligations principales, c’est-à-dire servir l’empereur en tout temps.

Pendant ce temps, Yanyi utilisa quelques contacts et personnalités naïves pour transmettre indirectement de fausses informations concernant les Lunes Rouges et les conséquences suivant leurs actes terribles envers la nation du dragon. On discuta qu’ils étaient une bande d’assassin devant prendre les vies de politiciens importants vivant dans la province de Kyanam. D’autre indiquaient qu’ils avaient attaqué un navire de Miyong pour des raisons belliqueuses. Les plus farfelues voulaient qu’ils aient capturé un membre quelconque de la famille impériale. Les plus véridiques disaient que les Lunes Rouges s’étaient retrouvés au mauvais endroit, au mauvais moment. Il n’y avait rien de bien clair dans la cité interdite pour expliquer le mauvais traitement des soldats venus de loin.


*


- Que sais-tu de ces pirates ? s’enquit tranquillement l’empereur qui était lui-même surpris que ces vils et arrogants individus eurent l’audace de s’approcher aussi près du continent en pleine saison froide alors que de terribles glaces se formaient continuellement sur les eaux, poussées par les courants glacés. Il ne doit pas s’agir de n’importe quel vaisseau, ils devaient savoir ce qu’ils faisaient.

Le chef des soldats baissa les yeux un moment, incertain des informations à révélés. Il aurait grandement apprécié la présence d’un représentant de son royaume pour les guidé dans cette séance de questionnement. Ses genoux commençaient à devenir douloureux pour être resté agenouillé aussi inconfortablement longtemps après de mauvaises nuits de repos.

- Je sais qu’ils étaient organisés, Votre Majesté, admit finalement l’aîné des soldats, trop pour de simples pirates. Il ne voulait toujours pas avouer que leurs stratégies avaient été si facilement et de manière si surprenante déjouées par des bandits. Ils étaient un peu plus nombreux que nous, le capitaine se fait appeler, il hésita, Badaui Yong.

Wei Shi s’agita.

- Badaui Yong ? répéta-t-il, incrédule. N’est-ce pas, Dragon des mers, en caractères de Soriyeo ? traduit-il, l’air suspicieux. Quelle arrogance, il n’y a qu’un dragon gouvernant sur le monde et les eaux et il se trouve devant nous !

L’empereur fronça des sourcils, peu intimidé à l’idée qu’un pirate adopte un sobriquet aussi arrogant. Les pirates étaient se qu’ils étaient, lui était ce qu’il était. Ainsi donc, un navire pirate naviguait sur ses eaux et possédaient un nom aussi important et terrifiant. Il avait réussi à s’occuper de soldats de Soriyeo, ceux qui étaient l’élite même du pays. Il allait devoir demander aux siens de garder l’océan à l’œil et s’entraîner plus durement afin d’être capable de repousser les criminels qui s’approchaient trop près de ces sujets et le commerce provenant de ses terres.

- La situation est donc un peu plus compliquée qu’elle ne le paraissait dès le début, commenta finalement l’empereur avant de finalement faire signe aux gentilshommes de Soriyeo de se lever. Ils étaient agenouillés depuis trop longtemps. Ceux-ci ne se firent pas prier et se relevaient péniblement. Soldats de Soriyeo, vous savez que votre présence est difficilement acceptable selon nos accords avec Soriyeo, mais il s’agit de circonstances exceptionnelles. Même si vous êtes de nobles guerriers, je dois faire preuve de vertu après autant de difficultés. Vous pouvez séjournez dans le fort de la cité interdite auprès de vos frères d’armes afin de pansez vos blessures et vous ravitaillez, vous quitterez l’empire aux côtés de vos collègues en temps et lieux. Reposez-vous et écrivez un rapport sur ces fameux pirates lorsque vos corps seront en mesure de le faire.

Des épaules s’affaissèrent brusquement sous l’effet du soulagement. Wei Shi sembla un peu embêté de la décision finale de l’empereur, mais il s’inclina, acceptant la sage décision de son souverain.

- Amiral Wei Shi, ordonna ensuite le dragon, accompagnez ces soldats au fort, détachez leurs liens à l’arrivée, je veux qu’ils soient installés confortablement entre quatre murs et qu’on leur serve une généreuse portion d’un repas chaud, ils le méritent.

Il se tourna légèrement vers Chen Po.

- Chen Po, demande à quelques médecins de se rendre sur les lieux pour vérifiez l’état de santé de ces soldats et avertissez Sa Grâce de Soriyeo de l’arrivée de frères de sa patrie au fort. Ils auront probablement besoin du soutien d’un diplomate et il n’est que normal d’avertir le pays de ceux-ci de leurs mésaventures.

Les deux hommes acceptaient les ordres et disparurent rapidement. Chen Po d’un côté, l’Amiral de l’autre, les soldats traînant dans son sillage.






_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Dim 19 Juin - 20:35


La princesse conversa un long moment avec le capitaine avant le retour de ses gens. Ils parlèrent notamment de l'éventualité que les rumeurs soient fondés. " Je me refuse pour l'heure a le croire, l'empereur s'est montré juste et amical envers notre royaume et a fait grandement progressé les relations entre nos deux peuples. Jamais il ne se risquerait a compromettre tout ses efforts, sans une bonne raison. Hors nous savons fort bien que jamais des " Lunes Rouges " ne lui en auraient donnés. " Son ton était calme, posé et convainquant, rester a savoir si elle tentait de convaincre le capitaine ou elle meme. Il lui était étrange de converser de telles choses avec un autre que le désormais commandant Choi Young, lui qui l'avait accompagné pendant tant d'années. Mais il était mieux a Soriyeo, il avait désormais de hautes responsabilités, qu'elle avait elle meme mit sur ses épaules. Comme faisant écho a ses paroles, l'homme qui lui faisait face déclara. " Je crains de ne point etre a la hauteur de la tache qui m'a été confier. C'est la mon premier voyage diplomatique, si il arrive quoi que ce soit a ses hommes, le commandant Choi Young ... " Elle leva la main pour l'interrompre. " Nul doutes que le commandant Choi Young a toute confiance en vous, sans quoi il ne vous aurait pas confier ma protection. En ce sens vous n'avez pas faillie, je suis arrivée sans encombres a Miyong et je vais bien, les événements annexes qui se découlent en ce moment ne sont en rien de votre responsabilité capitaine. Veuillez vous tranquilliser, chercher quelqu'un a blâmer ne saurez nous aider. "

Il hocha la tete avant de s'incliner respectueusement. " Pardonnez moi votre altesse, la situation était fort mal choisie pour me lamenter sur mon propre sort. " Sian Nyang lui adressa un sourire. " Décidément vous êtes pétri de tout les défauts. " Tout deux laissèrent échappés un léger rire, plus nerveux qu'autre chose mais qui leur fit beaucoup de bien. " Nous sommes tout deux nerveux, cela amène rarement les gens a montrer le meilleur d'eux meme. Mais je sais fort bien qu'elle est votre valeur et c'est la, la seule chose qui compte. " Un sourire rassurant." Princesse, il se murmure des choses a la cour impériale. " La princesse eu une moue ironique. " La majorité des serviteurs n'a que les commérages pour se distraire, alors bien sur qu'il se murmure des choses. " Elle l’observa attentivement. " Néanmoins, il semble que vous vouliez parlé d'une chose en particuliers. Vous pouvez vous confier a moi capitaine, quelque soit le sujet, vous devez vous sentir libre de m'en parler. " Il sembla hésiter un moment puis finalement. " C'est au sujet de vous et de l'empereur, on dit que ... " Avant qu'il ne soit parvenu au terme de sa phrase, l'eunuque en chef du pavillon fut de retour. Le capitaine s'éloigna respectueusement afin qu'il puisse conversé avec la dame des lieux. " Avez vous pu voir Chen Po ? "

L'eunuque lui sembla fort mal a l'aise, courbant l'échine autant que cela lui était possible, les yeux rivés vers le sol. " Oui votre grâce, il .. Il .. " " Il quoi ? " S'impatienta légèrement la princesse. " L'eunuque de sa grandeur a décrété que sa grâce aurait le droit a une audience en temps et en lieux, pour l'heure l'empereur est occupé avec les affaires de l'état. " La princesse soupira lourdement, veillant a ne point foudroyer de sa colère le pauvre eunuque. " Avec les affaires de Soriyeo, vous voulez dire ! " Voila elle avait une chose de plus a ajouter a la longue liste de ses doutes et inquiétudes, si l'empereur croyait pouvoir la ranger sur une étagère et la sortir quand bon lui chanterait pour l’exhiber, il se trompait lourdement. Pour ne guère arranger son humeur, la servante en chef arriva dans la foulée leur dévoilant tout un tas de rumeurs, toutes plus grotesques les unes que les autres. Le capitaine se montra fort soucieux et ils eurent l'occasion de converser encore un moment sur les tenants et les aboutissants de toute cette histoire si elle s'avérait vraie. Par chance, des nouvelles fiables ne tardèrent pas a arriver. Chen Po fit transmettre a la princesse, l'arrivée de " Lunes Rouges " au fort. D'un sourire, elle invita le capitaine a la suivre. " Tout ceci n'était finalement que commérages, le commandant Choi Young vous a peut etre fait envoyé quelques renforts. Allons découvrir de quoi il retourne exactement. " Malheureusement le sourire et le soulagement de la princesse furent de courte durée.

A leurs arrivées au fort, ils découvrirent des hommes en bien piteux état, en train se faire ausculter par quelques médecins impériaux. A la vue de leur princesse, ils s’agenouillèrent tous respectueusement, et ce malgré l'inconfort visible que ça leur causer, en murmurant. " La princesse puisse t'elle nous pardonner, nous avons faillis a notre devoir. Nous accepterons votre sentence avec la dignité et l'honneur que nous n'aurions jamais du perdre. " D'un geste de la main, elle les invita a se relever. " J'ai confiance en l'honneur que vous inculquent les enseignements des " Lunes Rouges ", quoi que vous en pensiez, je suis sure que vous n'avez point faillie a vos devoirs. Laissez moi en etre seul juge et racontez moi tout." Le plus haut gradé, un lieutenant et visiblement guère ancien en terme d'appartenance aux " Lunes Rouges ", comme tous a première vue d'ailleurs, lui expliqua tout dans les moindres détails. De leurs manœuvres maritimes d’entraînements, en passant par la bataille contre un navire pirate et enfin par leur arrivée a Miyong de façon illégale. La princesse était restée silencieuse tout du long, une pointe de colère devait percée sur ses traits, car tout les hommes s’excusèrent a nouveau. Elle balaya leur culpabilité d'un geste de la main, se forçant a sourire pour eux. " Je ne vois rien en vos actes ou en mots qui ne méritent châtiment. Vous n'avez point faillis, vous étiez peu nombreux, votre formation n'est pas terminée et vous avez eu a affronter un équipage de pirate visiblement aguerrie. Je suis soulagée que vous soyez parvenu sauf jusqu'en Miyong. "

Ce qui au vu de leurs états n'avait pas du etre une mince affaire. Elle détestait l'idée que les siens aient étés traiter de la sorte. Ils étaient entrés dans le territoire de Miyong certes sans permission, mais ils ne s'étaient point montrés hostiles, leurs deux peuples n'étaient ils pas censés êtres alliés désormais ? Voila un sujet qu'elle se refusait a mettre sous un mouchoir, il lui faudrait en parler avec l'empereur et le plus tot serait le mieux. Pour l'heure néanmoins autre chose la préoccupait. " Vous avez parlé d'esclaves lieutenant. N'avons nous pas envoyés un énième diplomate a la cours de Kyang il y'a plusieurs cycles de cela ? " L'homme hocha gravement la tete, le visage défait. " Il nous est revenu comme les autres avec un refus a toute conciliations et avec des menaces. " Cette fois la princesse vit rouge. " Des menaces ?" tonna t'elle. L'homme hocha a nouveau la tete visiblement honteux d'avoir a dévoiler de si terribles nouvelles. " Comme vous le savez de par nos propositions diplomatiques, notre royaume n'a plus envoyés de tributs depuis de nombreux cycles. Hors Kyang a décrété que si ils n'en recevaient pas dans les plus brefs délais, ils doubleraient chaque mois le nombre de tributs esclaves et le montant en or et en denrées comestibles. " Et comme si cela n'avait pas suffit, il ajouta. " En cas de refus de son altesse le roi, Kyang a menacé Soriyeo d'une guerre longue et sanglante. "

Tous retenir leurs souffles en attente de la réaction de la princesse, les poings serrés, elle demanda d'une voix chargée de colère. " J'imagine que le conseil et mon frère n'ont eu nuls autre choix que de répondre par la favorable a leur insultante demande." Le lieutenant hocha la tete, le cœur visiblement bien trop lourd pour ajouter quoi que ce soit. Elle ne pouvait en tenir rigueur a son frère ou a ses ministres, une guerre, bien que Kyang soit bien loin d'avoir l'assurance de la gagner, serait bien plus destructrice que de devoir payer des tributs, mais cela en restait intolérable. L'idée meme la révoltait. S'en voulant d'en demander plus a ses pauvres " Lunes Rouges " deja forts ébranlés, elle dut pourtant demander. " Des criminels .. Ce sont des criminels qui ont étés envoyer n'est ce pas ? Comme le veut la nouvelle lois que moi et le commandant Choi Young avons réussis a faire adopter avant mon départ ? " Cela ne lui serait en rien un soulagement, mais c'était la au moins plus acceptable. Pourtant a la mine du lieutenant, elle sue que la réponse allait la révolter bien d'avantage encore. " C'est ce qui devait etre votre altesse, c'est ce qu'avait ordonné le roi .. Le commandant Choi Young a livré tout les prisonniers que nous avions .. Mais .. " Son regard était fuyant, sa voix tremblant légèrement. " Kyang avait exigé de récupérer les tributs des cycles manquants, les cachots ne contenaient pas assez de prisonniers. " Devant le regard horrifié de la princesse, il s'empressa d'ajouter. " Le commandant Choi Young n'a pas cédé, il a dit que Kyang devrait se contenter de cela. Pourtant quand les pirates ont pris possession du navire, ils ont découverts des femmes et des enfants cachés dans les cales. Des esclaves pour Kyang. Je vous jure votre altesse que nous en ignorions tout et le commandant Choi Young lui meme n'en n'avait point été informer. " Cela, elle n'en doutait pas, son ami aurait probablement risqué sa position et sa tete pour empêcher telle ignominie de se produire a nouveau.

Ils avaient tant lutés pour leur peuples, elle avait obtenue un accord avec le Tsian, son dragon avait de lui meme renoncé au tributs de Miyong et elle avait convaincu le conseil et son frère d'envoyer des criminels comme tributs. Tout cela réduit a néant par l’orgueil et l'avarice de kyang. Le cœur lourd, elle demanda. " Qu'est il advenu des esclaves, sont ils ... " Elle n'eut pas la force de prononcer a voix hautes les craintes qui hantaient son esprit. " Bien que nous n'en ayons pas l'assurance, je les pense sauf votre altesse. Ce pirate, ce bougre d'homme, bien qu'il n'ait rien d'un gentilhomme avait l'air de ne leur vouloir nul mal. " La princesse hocha la tete quelque peu soulagée, au moins une nouvelle rassurante en ce jour bien sombre. Elle veilla a ce que tout les nouveaux arrivés soient bien traités et soignés, puis les remerciant pour leur bravoure et leur honnêteté, elle prit congé en compagnie du capitaine. " Il faut que je vois l'empereur et rapidement, il y'a grand nombres de choses dont j'ai a discuter avec lui. " Une discutions qui s'annonçait houleuse. " Veuillez faire préparer une escorte capitaine, je vais partir sous peu pour Kyang. " Le capitaine stoppa net pour lui faire face. " Votre altesse nous sommes trop peu pour mené la princesse du royaume en territoire hostile, qu'adviendrait il si ils venaient a s'emparer de vous ? " " Capitaine vos inquiétudes sont forts louables, mais je suis également diplomate de Soriyeo, il est temps que kyang entende raison, pareille abomination ne saurait se reproduire. " Le capitaine hocha la tete, bien conscient que quoi qu'il dise elle ne renoncerait pas, voila qui pourrait lui coûter sa tete, si il devait arrivé quoi que ce soit a la dame, pour sur le commandant Choi Young aurait sa peau.

Il prit congé de la princesse pour aller organisé les choses. Ni lui, ni elle ne s'était rendu compte que quelques serviteurs guettaient leurs pas et que toute leur conversation avait été entendue. Bientôt la rumeur que la première princesse royale de Soriyeo quittait Miyong avec précipitation allait se répandre. Peut etre meme atteindrait t'elle l'empereur avant que Sian Nyang elle meme ait pue l'en avertir. C'est le front soucieux qu'elle se dirigeait vers le pavillon de son dragon, ils avaient a parlés. La conversation serait désagréable, probable qu'il voudrait empêché son départ, mais elle n'était pas sa prisonnière et pour l'heure elle n'était pas encore sa fiancée. Elle ferait son devoir. Elle irait a kyang et le plus tot possible, mais avant ça il allait falloir survivre a un affrontement douloureux avec l'homme qu'elle aimait. Un regard vers le ciel. " Est ce dont comme cela que cela doit etre, pour chaque pas en avant, un obstacle encore plus grand sur le chemin ? " Bien sur les dieux ne lui répondirent pas et elle continua son chemin jusqu"au pavillon impérial, une question taraudant son esprit déjà de par trop tourmenté, qu'est ce qu'un navire en partance pour Kyang était il venu faire dans les eaux de Miyong pourtant en parfait opposé a leur destination ?

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Mer 22 Juin - 17:10


Récolter la tempête


Without your love, I have lost my direction. Without your heart, I am always afraid of loneliness. Without your smile, I do not even dare to imagine it. Without your dream, how can I pretend to be strong. Do not miss out on true love, what are you afraid of?


L’ amiral Wei Shi s’attarda un peu dans le fort, observant silencieusement une bande de gardes de Miyong qui riaient autour d’un feu de bois, prenant une pause pour réchauffer leurs extrémités refroidies. Il tourna ensuite la tête vers les Lunes Rouges qui entraient dans une partie du bâtiment, clairement l’endroit qu’il leur était désigné. Il soupira, l’empereur avait réellement gâté Soriyeo depuis son arrivée sur le trône, il permettait même aux soldats de ce petit pays à mettre les pieds dans le fort, à admirer la façon dont leurs défenses étaient construites et les failles de celles-ci. S’il avait pu conseillé autrement, ces étrangers seraient restés hors de la cité interdite pour des raisons de sécurité, de protocole et de sens commun.

Le groupe d’hommes autour du feu de camp s’ébroua et ils se levaient tous en même temps pour s’incliner poliment au passage d’une femme qui avait visiblement l’air importante. Ses habits étaient de bonne qualité, sa démarche élégante malgré son flagrant empressement. Elle possédait l’air hautain de la noblesse, mais ne semblait pas du tout être de Miyong. Curieux, il se pencha vers un serviteur qui l’accompagnait toujours lors de ses séjours à la capitale. Le jeune homme jeta un coup d’œil à l’étrangère et haussa un sourcil.

- D’après les circonstances et mes quelques connaissances de la cité interdite, je supposerais qu’il s’agit de la première princesse royale de Soriyeo, princesse royale Sian Nyang de Soriyeo, diplomate de sa nation et protectrice de leurs Lunes Rouges. Sa Majesté lui a également attribué le nom de Lei Li.

L’amiral haussa un sourcil.

-Lei Li ? répéta le vieux soldat, confus. C’est un bien intéressant choix de mots, commenta-t-il ensuite simplement en regardant la dame rentrer dans le fort comme si l’endroit lui appartenait. Ces étrangers de Soriyeo ont réellement envahi la cité interdite.

Ce dernier commentaire lui valu une expression inquiète de la part de son serviteur et Wei Shi se contenta d’hausser silencieusement les épaules. À croire que l’empereur n’aimait plus la compagnie de femmes provenant de leur nation, il allait chercher ailleurs, désormais. Toutefois, et cela avait été vu dans les légendes et dans le passé, les étrangères ne faisaient qu’apporter de terribles catastrophes. L’amiral était au courant de l’alliance par marriage que l’empereur songeait provoquer entre son empire et le petit royaume de Soriyeo. Wei Shi n’avait pas une opinion sur la chose, à proprement parler. En tant que soldat et patriote, il voyait un peu le sang impérial se faire ternir par celui étranger de leur voisin. En tant qu’homme à l’âge avancé, il se disait qu’une ère de paix serait plus que la bienvenue.

Il ne restait plus qu’à savoir s’il désirait donner une chance à Soriyeo et à ses gens. D’après les rumeurs et ses informations reçus sur la cour royale du pays voisin, il n’était pas impressionné plus que nécessaire par le roi et son gouvernement. Peut-être que son opinion était biaisée, c’était difficile de forger une opinion claire sur le gouvernement d’une autre nation et ce n’était pas forcément sa place.


*


Le père de la nation de Miyong poussa un long soupir à faire pâlir et laissa tomber un rouleau sur son bureau. Deux paires de doigts se placèrent sur ses tempes et il massa nonchalamment celles-ci, l’air un peu embêté. Sa lettre lui avait été retourné sans même avoir été ouverte. Il ne savait pas s’il devait prendre cela comme une insulte, de l’arrogance ou quelque chose qu’il n’était pas en mesure de comprendre par lui-même. À ce point-là, il devrait probablement se déplacer lui-même pour porter personnellement son message.

Du bruit se fit entendre et le dragon leva des yeux embêtés vers son eunuque impérial et le dévisagea en silence. L’homme s’inclina respectueusement, les mains enfouies dans les manches de son uniforme. Chen Po était un bon exemple de serviteur et son humeur s’adoucit aussitôt.

-Qu’y-a-t-il, Chen Po ? s’enquit l’empereur en glissant la lettre dans un tas où attendaient plusieurs rouleaux semblables.

Le serviteur ne se fit pas prier et lui annonça que la première princesse royale de Soriyeo attendaient impatiemment à l’extérieur pour recevoir une audience. Le dragon haussa un sourcil, sachant très bien ce qui devait apporter la princesse à sa porte et ce n’était certainement pas lui-même si l’idée lui aurait plu plus que nécessaire. Il tourna la tête vers le petit miroir de bronze placé sur son bureau qui servait plus de décoration qu’autre chose et considéra un moment son reflet. Il avait l’air acceptable.

- Qu’est-ce que tu regardes comme cela ? demanda l’empereur qui avait surpris la petite expression amusée de son eunuque qui tenta immédiatement de revenir de marbre. Les deux hommes échangèrent un sourire complice. Dit lui de me rejoindre, sinon elle pourrait prendre froid.

Chen Po hocha doucement la tête avant de porter les ordres qu’on lui avait confié. Il alla rejoindre rapidement la princesse qui attendait dehors pour autoriser son entrée dans le bureau de Sa Majesté.

- Sa Majesté accepte de vous recevoir, lui souffla-t-il avant de faire signe aux deux eunuques de soulever l’épais rideau placé devant les portes, une façon de garder un peu plus facilement la chaleur à l’intérieur du bâtiment, mais j’aurais été très surpris du contraire, ajouta ensuite le serviteur avec un honnête sourire qui voulait en dire beaucoup sur la relation que partageait la princesse avec l’empereur.

Pendant ce temps, l’empereur patientait devant son bureau, les mains liées dans son dos. Ses pensées étaient calmes, mais une ride soucieuse s’était insinuée entre ses deux sourcils bien malgré lui. Il savait pertinemment bien ce qui apportait la noble princesse chez lui et il avait ce profond sentiment qu’il allait recevoir quelques mauvais commentaires sur la façon dont il avait gérer les choses. Honnêtement, il ne ressentait aucun tort à la façon dont les chsoes s’étaient déroulées, mais il connaissait amplement le tempérament de sa renarde et son amour de sa nation et ses soldats d’élite.

Quand il sentit finalement sa présence à l’entrée, il pivota et lui sourit simplement. Son expression douce exprimait sa joie de la voir. Elle lui avait manqué depuis ses derniers jours. Il aurait aimé pouvoir lui exprimer de bonnes nouvelles comme le respect de sa cour quant à sa décision de l’épouser, elle, personnellement, mais il n’y avait encore rien de tel. Une partie de lui-même craint soudainement qu’elle fut revenu pour lui dire un refus catégorique. Le pli soucieux se forma à nouveau sur son visage.

N’aimant pas la distance qui les séparaient, il fit les premiers pas vers elle et c’est sans gêne qu’il approcha ses mains de celles de la dame et les prit délicatement dans les siennes. Les mains étaient un peu froides, mais rien de dérangeant.

- Votre Grâce, comment vous portez-vous ? demanda-t-il poliment, trop heureux de partager à nouveau cette proximité avec sa renarde. J’espère ne pas vous avoir fait attendre trop longtemps.






_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Mer 22 Juin - 18:38


La princesse se contenta de sourire a Chen Po et de le remercier avant de pénétrer dans les appartements de l'empereur. Elle aurait aimée avoir l'assurance que semblait avoir l'eunuque en ce qui concernant les sentiments du père de l'empire a son égare. Hors pour sa part il n'en était rien, elle avait toujours beaucoup de difficultés a savoir ou se tournerait le cœur de son dragon. Pour l'heure néanmoins, ce n'était pas ce genre de préoccupations qui l'amenaient en ces lieux. Après une révérence, elle releva son regard pour croiser celui de son aimé, comme toujours a sa vue un petit picotement se fit ressentir dans tout son etre, tandis que les battements de son cœur allaient en accélérant. " Je remercie votre grandeur de me recevoir alors qu'elle est tant occupé. " Princesse amoureuse certes, mais princesse qui n'oublie pas aisément. Elle retint un frisson tandis qu'il s'emparait de ses mains. Voila qui n'aidait pas alors meme qu'ils étaient censés discuter de choses désagréables. " Je me porte aussi bien qu'il se peut au vu des circonstances. " Elle détacha leurs mains a regrets, mais elle trouvait le geste inapproprié au vu de la teneur des mots qu'elle avait a lui dire.

" L'attente ne fut guère longue, je viens a peine d'arriver. Il y'a encore un instant, j'étais au fort en compagnie des " Lunes Rouges " fraîchement arrivées. " La voix était calme, posée, honnête. Le regard quoi qu'un peu lasse de la princesse ne révélait aucune trace d'animosité, mais beaucoup de questionnement. " Je suis gré que votre grandeur les ai fait loger, nourrir et soigner avec toute la courtoisie qu'ils méritent. " Ses lèvres se pincèrent légèrement tandis qu'elle poursuivait. " Néanmoins la façon dont ils furent traités avant de paraître devant vous me laisse quelque peu interdite. Nos peuples ne sont ils pas amis ? Hors ses hommes en situation de faiblesse, meurtris dans leurs honneurs et blessés ont étés traîner jusqu'a vous, pieds et points liés dans un état peu digne de leurs conditions. " La princesse secoua la tete, une expression visiblement bloquée entre la déception et la colère, néanmoins elle gardait parfaite maîtrise de son ton. " Ils avaient pourtant informés leur "geôlier" des motifs qui les avaient poussés a entrer en Miyong sans permission. " Elle accrocha son regard dans le sien. " Je pense que vous meme seriez fort désappointé si des soldats de Miyong se faisaient traités ainsi en Soriyeo. "

Elle ne voulait pas paraître en colère, pourtant l'éclat dans son regard trahissait sans doute un peu de cela. Il était heureux que ce soit elle qui soit informé de la situation et non son frère. Qu'importe le nom que l'on donnerait a ça, ces hommes avaient étés maltraités alors qu'ils cherchaient simplement assistance. " En plus d’êtres mes compatriotes, des hommes issus de mon peuple, en tant que " Lunes Rouges ", je suis leur protectrice. Il est dont de mon devoir de demander a ce que des excuses leur soient présentés. " L'ombre d'un sourire. " Pas de vous votre grandeur, une fois de plus je ne peux qu'appréciée la façon dont vous leur avait accordé le droit de résider au fort. Néanmoins des excuses de celui qui les a malmenait jusqu'a vous me paraissent indispensable pour la suite de la bonne entente de nos deux peuples. " Elle attendis silencieusement que l'empereur réponde. Il n'aimerait sans doute pas ses propos. Il protégerait son amiral, comme elle protégeait ses " Lunes Rouges ", ni l'un ni l'autre ne pouvait donc décemment en vouloir a l'autre de ses réactions. Néanmoins, l'affaire était épineuse. D'autant plus qu'elle devait également l'informer de son futur départ pour Kyang. Du moins si des rumeurs en ce sens ne lui étaient pas déjà parvenues.

Elle songea aussi qu'elle n'avait pas encore eu l'occasion de lui faire part de l'incident survenu quelques jours plus tot dans son pavillon. Le coupable du complot visant visiblement a la faire tomber n'avait toujours pas été démasquer. Il lui avait été fait mander de n'en parler a personne pour pouvoir le débusquer plus aisément, néanmoins elle jugeait que son dragon devait etre mit courant, mais il semblait fort ardu d'ouvrir la conversation sur ce sujet délicat alors qu'ils en avaient deja tant a aborder tout aussi susceptibles de leur exploser au visage. Elle posa un regard triste sur son dragon, leurs fiançailles n'étaient meme pas encore officialisés, qu'elles risquaient déjà d’êtres annuler. A cette simple pensée, son cœur se serra douloureusement. Les dieux seraient ils cruels au point de lui arracher un bonheur si fraîchement acquit ?

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Ven 24 Juin - 4:28


Récolter la tempête


Without your love, I have lost my direction. Without your heart, I am always afraid of loneliness. Without your smile, I do not even dare to imagine it. Without your dream, how can I pretend to be strong. Do not miss out on true love, what are you afraid of?


L’ empereur tiqua un peu lorsqu’elle mentionna les fameuses circonstances. Allaient-ils se ramasser face à une dispute ? Il espéra que non. Il n’avait pas envie de l’affronter de la sorte, ils étaient deux adultes dotés de nombreuses responsabilités, ils étaient bien capables de s’entendre ou de discuter de manière posée sur des sujets houleux. Il sembla que ses mains devinrent glacées lorsqu’elle le quitta, mettant une barrière invisible entre eux. Le dragon fronça des sourcils, mais il ne dit rien. Si la princesse était venue d’elle-même et aussi rapidement, cela signifiait qu’elle avait son morceau à dire et il ne briserait pas son élan.

Tel qu’il l’avait prévu, elle aborda le sujet difficile de la façon dont l’amiral Wei Shi avait accueilli les siens lorsqu’ils avaient mis les pieds sur les terres de Miyong. Un pli soucieux se forma à nouveau entre ses sourcils déjà bien froncés, ses doigts remuèrent subitement. Il n’aimait pas plus qu’elle la l’accueil suspicieux qu’avaient reçu ses protégés, mais il lui était impossible de changer ce qui était déjà. Même s’il souhaitait que cela tombe dans l’oubli, il ne pouvait pas nier l’incident diplomatique qui s’était produit sous leurs yeux. Techniquement, l’amiral s’était bien comportée dans le sens où il avait suivi les procédures adéquates quant à l’apparition de troupes étrangères sur le territoire sans un ordre impérial, toutefois, les Lunes Rouges faisaient partie de l’armée de Soriyeo. Soriyeo était effectivement et officiellement, les alliés de Miyong.  Il connaissait suffisamment Wei Shi pour avoir des pensées conservatrices, mais jamais il n’avait exprimé un refus d’une alliance avec le pays voisin. Par contre, il était un patriote et n’acceptait aucune transgression des règles, et ce, même malgré d’exceptionnelles circonstances.

Le père de la nation soupira, lasse.

- Je comprend votre point de vu, rétorqua l’homme simplement. J’avais déjà l’intention de discuter plus amplement de la situation avec l’amiral Wei Shi. Il ne quittera pas la capitale avant que je n’ai pu échanger avec lui à ce sujet, toutefois…

Il avait beaucoup à cœur la relation qu’il partageait avec l’amiral. L’homme avait été fait partie de ceux qui avaient supporté son accès au trône du dragon. Il était un loyal serviteur, un bon soldat, un excellent amiral, mais surtout, un ami. Franchement, il ne pouvait pas lui en avoir d’avoir accompli diligemment son devoir, mais sa prudence et son profond respect des règles s’étaient retournés contre son empire. En tant qu’homme fier, il refuserait probablement et catégoriquement de s’excuser auprès des Lunes Rouges et il préférerait mourir par suicide que de présenter formellement des excuses à la protectrice des Lunes Rouges. Il ne poserait même pas un genou à terre devant une femme.

Nouveau soupir.


- Il est vrai que j’apprécierai que mes soldats reçoivent un accueil plus chaleureux si un incident semblable devait se produire, voilà pourquoi il interdisait à ses navires militaires de traverser les frontières à moins d’un cas extrême et dont la permission dépendait du bon jugement d’un général ou d’un amiral présent, je vous présente mes plus sincères excuses quant aux décisions de mon amiral, il hésita un moment, perplexe, il cherchait une solution qui pourrait l’aider à faire flancher la fierté de l’homme vénérable. Si Votre Grâce accepte cette humble requête, j’apprécierai que vous écrivez une lettre de votre plus belle éloquence afin de la dédier à l’amiral Wei Shi.

L’empereur pivota légèrement, son regard se perdit sur son courrier et cet unique rouleau que son destinataire n’avait jamais prit la peine d’ouvrir. S’il n’y avait pas une dame pour être la mère de la nation, il allait devoir aller chercher une alliée ailleurs. Il baissa les yeux, le poids de nombreuses responsabilités affaissèrent ses épaules. S’il n’avait pas commi un meurtre, aurait-il eu la chance de rencontrer la princesse de Soriyeo ? Aurait-il simplement eu une alliance entre leurs deux peuples ? Peut-être serait-il mort aujourd’hui s’il n’avait pas passer à l’offensive en premier. Il considéra brièvement ses mains, elles étaient pleine de sang et il ne pouvait rien faire contre cela.

- Ma demande vous paraît peut-être étrange, mais j’ai le sentiment qu’elle m’aiderait à entretenir un dialogue, il chercha rapidement ses mots, plus agréable et plus prompt à nous réconscillier quant à ce conflit. Il considéra longuement la princesse, il espérait sincèrement qu’elle pourrait lui faire confiance et garder son calme alors qu’il s’apprêtait à tâter le terrain avec l’amiral. J’espère que vous me croyez quand je dis que je n’approuve pas de la manière dont l’amiral à gérer la situation de son côté, mais il s’agit d’un homme respecté au travers de mes armées et il possède un tempérament très conservateur, je ne peux pas simplement lui ordonner de faire quelque chose sans faire connaître adéquatement votre point de vu et le mien.

Il espéra ardemment qu’elle n’était également de ceux qui pensaient que son rôle était facile à interprêter. Un empereur prenait rarement des décisions lui-même. Si son gouvernement entier se retournait contre lui afin de prendre la défense de l’amiral, malgré toute ses bonnes intentions, il ne pourrait pas se permettre de se mettre tout le monde à dos. Il était pourtant très ouvert à l’idée d’une solution mutuelle.

- Je doute que cela est l’unique raison pour votre présence ici, est-ce que je me trompe ? s’enquit-il ensuite, ne cherchant pas nécessairement à changer le sujet. Il savait pertinemment que ce problème ne serait pas régler par une unique discussion entre les deux importants personnages. Il fallait cependant mettre le résultat en attente. Vous me semblez si sérieuse, soudainement…





_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -


Dernière édition par Sun Xian le Ven 24 Juin - 16:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Ven 24 Juin - 13:14


Elle écouta attentivement ce que l'empereur avait a lui dire et ce sans souffler mots, comme lui l'avait fait pour elle, bien que parfois les paroles n'aient pas eu grandes douceurs a ses oreilles. " J'ai confiance en vous votre grandeur, comme je l'ai dis je vous suis gré de la façon dont vous avez traité l'incident. J'aurais juste aimée que mes hommes soient traités avec la décence dus a leurs rangs et l'amabilité due a l'entente entre nos deux pays. Hors votre amiral, avec tout le respect qui lui ai du, n'a certainement en rien respecter ni l'un ni l'autre. " De ce fait, elle s'étonnait que ce soit a elle d'écrire a cet homme, que faudrait il en plus, qu'elle lui présente des excuses alors meme qu'il était en tord ? Elle soupira lourdement, la migraine menaçant de l'envahir, la journée avait été rude et longue. " Conservateur, avez vous dit ? Nous savons tout deux ce que cela veut dire. Probable qu'il est réfractaire a toute idée d'amitié avec Soriyeo, alors qu'aurait il a faire d'une lettre écrite de ma main, qui plus est moi qui suis une femme. J'imagine qu'il a aussi des idées bien arrêtées sur ce fait ? " La place des Femmes en Miyong était loin d’être aussi avancée qu'elle ne l'était a Soriyeo, aurait elle vraiment la chance de faire évoluer cet état de fait en devenant impératrice ou serait elle relayée a une décoration dans un harem ? Elle refoula ses pensées, l'heure n'était guère a ce genre de préoccupations.

" J'écrirais cette lettre mon dragon puisque c'est la votre souhait. " Dit t'elle lassement, une pointe évidente de déception dans sa voix. Probable qu’inconsciemment elle avait espérée qu'il la soutienne dans sa demande. " Néanmoins que votre grandeur n'oublie pas que je suis ici en tant que diplomate, qu'il est dont de mon devoir d’aplanir les choses. Je doute par contre que le conseil de Soriyeo ou le roi mon frère, apprécient les manières de votre amiral quand ils en seront informés, ce qui arrivera tot ou tard. " Mieux vaudrait t'il que ce soit tard et que d'ici la, l'amiral est revue sa position et présenter des excuses adéquates. Finalement elle glissa son regard dans les yeux de son dragon, ses yeux étaient tristes et son visage exprimait tout les regrets du monde. " Mais la n'est en effet pas le seul motif a ma présence en vos appartements. " Elle s'approcha a nouveau de lui pour glisser ses mains sur les siennes. " Je crains que votre grandeur n’apprécie pas ce que j'ai a lui dire, croyez bien que les mots pèsent sur mon cœur, néanmoins en ce jour je ne suis pas encore officiellement votre fiancée et mes obligations font que je dois vous quitter. " Elle baissa les yeux, de crainte de voir dans le regard de son dragon de la déception.

" De par les " Lunes Rouges " arrivés ce jour sur vos terres, j'ai appris des nouvelles fort pertubantes. Des nouvelles inquiétantes qui demandent réponses, en tant que diplomate royale, c'est a moi d'aller régler cela. " Elle pressa les mains de l'empereur dans les siennes. " Je dois me rendre a Kyang dans les plus brefs délais. " Son regard remonte lentement jusqu'au yeux de son dragon. " J'ai deja pris des dispositions pour mon départ. " Elle hésite, puis finalement dans un soupire elle conclut. " Ma visite en leurs terres ne sera pas bien accueillie, il se peut que j'y sois ensuite ... retenue  pendant un certain moment. " Doux euphémisme pour déclarer qu'elle pourrait bien y finir otage. Néanmoins pour l'heure, elle se souciait bien peu de sa propre sécurité, il en allait de l'avenir de son peuple. C'est d'ailleurs en passant a lui qu'elle ajouta ces dernières paroles. " Je pris instamment votre grandeur de ne pas s'opposer a mon départ et si quelque chose de malheureux devait se produire en mon absence, j'aimerais avoir l'assurance que vous veillerais sur mon peuple autant qu'il se peut, en vous montrant un ami loyal et de bon conseil pour mon frère. "

Elle avait conscience que ses paroles étaient fort sombres et que l'empereur ne pourrait que se douter de l'issue possible de son voyage. Mais si il fallait que ce soit la leurs possibles derniers instants, elle voulait que tout deux en est pleinement conscience afin de les savourer comme il se devait. Inconsciemment peut etre espérait t'elle a nouveau sentir les lèvres de son dragon sur les siennes. Voila qui lui donnerait courage et qui la ferait partir avec le plus doux des souvenirs. Rien ne garantissait cela malheureusement, rester juste a espérer qu'ils ne se quitteraient pas sur un conflit ou sur de mauvais mots.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Ven 24 Juin - 18:14


Récolter la tempête


Without your love, I have lost my direction. Without your heart, I am always afraid of loneliness. Without your smile, I do not even dare to imagine it. Without your dream, how can I pretend to be strong. Do not miss out on true love, what are you afraid of?


Le dragon connaissait suffisamment sa renarde pour savoir que l’idée de devoir contacter un homme aux mœurs plus traditionnelles devait la rebuter. Cependant, si les mots de la belle dame pouvait forcer l’amiral à réfléchir davantage à ses actions avant qu’il ne lui adresse la parole, l’empereur savait que le reste de la tâche serait beaucoup plus aisé pour lui. Même un homme aussi vénérable et puissant que l’amiral avait ses faiblesses et le père de la nation en connaît quelques uns. Il n’aimait pas agir ainsi envers ses loyaux serviteurs, mais parfois, il fallait savoir mettre son pied sur le sol.

- C’est justement parce que vous êtes, il sourit brièvement, une femme qu’il souhaitera de vous lire. Même s’il est conservateur, il ne manquerait pas l’occasion de voir une personne faire ses preuves. Brisez les attentes qu’il posséde venant d’une femme, une étrangère de surcroît et peut-être nous offrira-t-il son support lorsque nous en aurons besoin le plus.

Il ne parlait pas nécessairement du mariage qu’ils avaient tout les deux en tête, mais de d’autre circonstances. Une guerre, par exemple, ou un conflit quelconque. Si jamais une catastrophe naturelle s’abattait sur les terres de Soriyeo, l’amiral n’hésiterait pas à envoyer lui-même une aide précieuse pour aider les victimes ou il traiterait mieux également les navires appartenant à leur allié.

- J’ai pleine confiance en vos habilités, ma renarde, commenta le dragon sous un ton trop doux contrairement à ce que demandait la bienséance. Nous avons des règles strictes sur la bienséance de l’hôte, mon amiral ne s’est pas présenté sous son meilleur jour et je m’en excuse, je veillerai à ce que cela ne se reproduise plus jamais. Et il était sincère. Il commença même à douter des motifs de l’amiral quant au comportement qu’il avait eu à l’envers des Lunes Rouges. Était-ce seulement une question de patriotisme et d’arrogance ou y avait-il plus encore ?

Quand elle lui annonça son départ, son corps en entier se crispa, mais il garda étrangement son calme. Il était un homme rationel, il savait que cela devait arrivé tôt ou tard et même si des fiançailles auraient été officielles, elle aurait tout de même dû retourner dans sa contrée pour diverses préparatives politiques et formelles. Même s’il dissimula désarroi, il ne cacha cependant pas la déception qui fit s’affaisser ses larges épaules.

- Kyang est un pays dangereux, devez-vous réellement vous y rendre avec tant de hâte ? s’enquit-il sous un ton neutre. Il savait qu’il ne pourrait jamais l’empêcher de partir sinon il serait celui accusé de la prendre pour otage. Cet inutile empereur veut simplement savoir que vous êtes bien préparé, nous savons fortement tout les deux qu’ils ne portent le pays de Soriyeo en très haute estime.

L’empire de Kyang était doté d’un peuple et de mœurs belliqueuses. Certes, ils possédaient un très fort sens de l’honneur et de fiers et puissants guerriers, mais ils allaient même jusqu’à faire la guerre entre eux au même rythme qu’on partageait une tasse de thé en Miyong avec ces voisins. Il redoutait l’arrivée de Sian Nyang sur les terres kyangaises, mais il ne pouvait pas bloquer son chemin. Si elle devait se faire capturer par la famille impériale de Kyang, elle serait bien chanceuse de ne se faire qu’exécuter par mauvais foi. Non, la tête de Kyang voudrait probablement la briser et faire d’elle un objet de divertissement. Une lueur enragée brilla dans le demi regard de l’empereur, mais ce n’était pas de la faute de la renarde en face de lui, mais plutôt de ses terribles images qui s’immiscaient dans son esprit quant au destin qui pouvait l’attendre en terre étrangère.

- Je n’ose pas m’opposer à votre départ, ma renarde, lui dit-il finalement même si cela ne taisait pas ses inquiétudes. Même s’il m’attriste, avoua-t-il ensuite. Je n’irai pas contre votre requête, je veillerai sur vos gens au travers des accords entre nos deux nations, mais en tant que souverain, je n’ose pas conseiller votre frère. Des individus vicieux pourraient croire que je songe à prendre possession de votre royaume par l’intermédiaire de la tête de celui-ci ou que je ne prend pas votre frère au sérieux.

Il tourna la tête vers son bureau et s’y dirigea prestemment. Le fils des cieux passa lentement sa main sous la surface plate et glissa la main dans une cavité secrète d’où il sorti un mouchoir d’un joli rouge orné d’une fleur de prunier brodée de fils noir et or. Une fois l’objet en main, il se déplaça à nouveau jusqu’à la princesse et glissa le fin tissu entre ses doigts, serrant intimement celles-ci dans les siennes.

- Si vous avez besoin d’aide une fois arrivé dans l’empire de Kyang, tentez de décerner mes loyaux serviteurs des autres, utilisé ce mouchoir pour attirer leur attention et dites les mots suivants, il plongea son regard dans le sien, « Si le vent peut comprendre mon cœur » et la fin de cette phrase est « Alors il ne me brisera pas ».

Il teint plus fermement les mains de la dame entre les siennes. La douleur qui vient avec le sentiment d’abandon lui revint. Une femme qu’il aimait aussi sincèrement allait le quitter à nouveau. Lui qui avait prit tant de temps à reconnaître le précieux cadeau qui s’offrait à lui regrettait de ne pas y avoir goûter plus tôt. Son cœur souffrait, mais sa tête savait qu’il se comportait de juste façon.

- Est-ce que ce dragon inutile peut baiser ses jolies lèvres qui sont les vôtres pour une dernière fois ? Un sourire narquois apparut sur son visage brièvement. Avant la prochaine…







_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Ven 24 Juin - 20:42


Bien que la princesse douta fortement que ses mots puissent changés quoi que ce soit de l'opinion visiblement borné d'un amiral conservateur, elle acquiesça aux paroles de l'empereur. " Fort bien mon dragon, je me fierais a votre avis sur la question et je veillerais a ce qu'une lettre lui parvienne. Souhaitons que vos espérances se vérifient, je ne désire en rien devoir plaider la cause de Miyong en Soriyeo, alors meme que nos deux peuples ont fait tant de progrès sur les chemins de l'amitié. " Nouer une alliance était chose laborieuse et délicate alors que la dissoudre était dangereusement facile et rapide. Tant d’efforts parfois réduit a néant d'un seul petit malentendu. Non, ils n'en arriveraient pas la. Elle avait deja fort a se soucier de Kyang, elle ne pouvait y ajouter des inquiétudes en provenance de Miyong.

Elle adressa un sourire a son tendre aimé. " Vous n'avez pas a vous excuser pour les actes d'un autre. Je ne vous tiens en rien rigueur de cet incident. Votre attitude a été irréprochable et je vous suis gré de votre bonté envers mes " Lunes Rouges". " Si cette première partie de la discutions c'était bien passée, mieux qu'elle ne l'avait craint d'ailleurs, elle redoutait qu'il n'en soit pas de meme pour la suite. Pourtant contre toute attente, bien que visiblement inquiet, son dragon sembla bien prendre son départ imminent, elle fut grandement soulagée. " Je crains en effet que kyang soit un empire plus dangereux que jamais, sous la menace d'une guerre ils exigent de Soriyeo des tributs encore plus lourds que de coutume. " Elle secoua la tete tristement. " Ce qui pourrait poussé mon frère bien malgré lui a rompre nos traités visant a n'envoyer que des criminels comme tribut humains. D'après les hommes avec qui j'ai parlée ce jour, nos prisons sont vides. Nous ne pourrons plus répondre bien longtemps aux demande de cet empire hostile. " Sur les traits de la princesse se lisait toute l’inquiétude qu'elle avait pour son peuple. Elle en semblait bien lasse, d'autant que s'y ajouter la peine de quitter son dragon.

" La situation est telle que je crains de ne pouvoir faire autrement que partir a la hâte, mais n'ayez crainte, j'ai toute confiance en les hommes que le commandant Choi Young a mit au service de ma protection. Tout se passera bien. " Un sourire, quand bien meme elle ne peut promettre que tout irait bien, ce serait possiblement mentir. Elle se rendait en territoire hostile. Dans un empire privé d'empereur et dont on disait l'héritier atteint de folie. " Et veuillez ne plus jamais dire devant moi que vous êtes inutile, simplement vous voir me sourire me donne la force de mener les combats les plus ardus. " Elle glissa un regard tendre dans le sien. " L'idée de vous quitter ne serait ce que brièvement, m'est un fardeau douloureux après nos promesses échangés, sachez le. "

Elle fut triste que l'empereur se refuser a conseiller son frère, néanmoins elle comprenant ses craintes et ses arguments. " J'écrirais a mon frère pour lui dire de se fier a votre jugement. Si les choses devaient mal tournés, peut etre se tournera t'il vers vous pour un appuis et des conseils. C'est un homme fier, mais c'est aussi quelqu'un de profondément bon. Il ira outre cette fierté si c'est pour le bien de son peuple. " Elle en avait la certitude, voila pourquoi il était librement sur le trône sans qu'elle n'exige d'avoir le moindre Control sur ses décisions. " Il s’inquiétera probablement de me savoir en Kyang avec si peu d'hommes. Je vous pris au besoin de le tranquilliser. " Un sourire. " Qu'il ne commette pas d'actes inconsidérés. J'irais bien, quoi qu'il arrive. " D'un ton qui se voulait rassurant, elle ajouta. " Lui l'ignore, mais vous et moi savons fort bien que je n'ai rien d'une faible créature. Quoi qu'il se passe, j'irais bien. " Difficile de savoir qui elle tentait réellement de rassurer lui ou elle.

Elle apprécia la caresse de l'empereur sur ses mains, bien que celle ci ne visait qu'a lui remettre un mouchoir et des instructions qui pourraient s'avérés fort utiles. " Je garderais ceci et vos mots précieusement. Vous m’êtes d'un si grand appuis alors que moi je ne vous apporte que du tracas. " Elle baissa les yeux, prête a lui dire que si il désirait reprendre sa promesse, elle comprendrait, quand il lui fit une demande qui la fit frissonner en meme temps que les battements de son cœur venaient a s'accélérer. " La princesse bien peu vertueuse que je suis quand il s'agit de vos étreintes, ne saurait vous refuser un baiser mon dragon. Elle ira meme jusqu'a souhaiter qu'il ne soit que le premier d'une liste bien plus longue. " Le regard brillant, elle inclina légérement la tete pour qu'il puisse venir cueillir ses lèvres dans un baiser ou elle se perdrait volontiers.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Ven 1 Juil - 3:55


Récolter la tempête


Without your love, I have lost my direction. Without your heart, I am always afraid of loneliness. Without your smile, I do not even dare to imagine it. Without your dream, how can I pretend to be strong. Do not miss out on true love, what are you afraid of?


Sun Xian considéra silencieusement la princesse qui se tenait devant lui. Elle était née avec de lourdes responsabilités sur les épaules, le fardeau de ceux qui naissaient de manière si privilégiée. Kyang était un adversaire redoutable, par les armes et par le pinceau. Sa tête était si arrogante qu’elle oserait tout à fait emprisonner ou même tuer sur le champ un diplomate ou une personnalité importante venu d’une nation qu’elle intimidait depuis de nombreuses années. Évidemment, l’empereur qu’il était aujourd’hui n’était pas tout à fait fier du passé que sa nation partageait avec le petit royaume de Soriyeo. C’était grâce à ses nouvelles lois et à ses nombreuses amitiés et connections qu’il avait mis un terme aux exigences de Miyong envers Soriyeo. Ainsi, ils avaient pu entièrement se concentrer sur l’économie bâtie sur leurs propres terres et non en volant d’une autre nation sans rien donner en retour. Son empire se retrouvait plus prospère aujourd’hui depuis son arrivée sur le trône du dragon.

Même si la nation de Miyong et le pays de Soriyeo étaient considérés alliés en ce jour, l’empereur n’avait pas grand chose à dire sur le comportement de Kyang envers leur voisin commun. Bien sûr, peut-être se retiendraient-ils de plus de cruauté en sachant que l’ombre de l’armée de Miyong passaient dans le sillage de celle de Soriyeo. Est-ce que le continent pouvait être en paix ne seraient que pour quelques années ?

- Je ne connais pas votre frère, le roi, aussi bien que vous, je le crains, mais je vous fait confiance, si vous dites qu’il est ainsi, alors je ferai de mon mieux pour améliorer notre harmonie à tous, répondit simplement le dragon. Il avait pleinement confiance en le bon jugement de sa renarde. Après tout, il ne désirait qu’elle sur le trône du phénix afin de veiller sur sa nation à ses côtés. Vous n’êtes pas une faible personne, je le sais fort bien et c’est ce que j’apprécie chez vous, ma renarde, toutefois, même vous et la force qui vous habite ne peuvent arrêter une armée qui en veulent à votre sang.

Puis, alors que son cœur tambourinait avec un peu plus de force contre sa poitrine, elle accepta son indélicate requête. Plus grand d’une tête, le dragon la regarda un moment, un sourire amoureux aux lèvres avant de se pencher doucement dans sa direction avec le but bien précis d’emprisonner ses lèvres contre les siennes et c’est ce qu’il fit, sans hésitation. Il était bien trop vieux pour avoir peur des jeux du cœur et pourtant, il était effrayé à l’idée que cette femme l’abandonne alors qu’il y avait tant de fleurs dans son jardin qu’il pouvait récolter sans difficulté, sans hésitation.

Il goûta à peine aux lèvres de la belle princesse en face de lui que des pas se précipitaient dans l’entrée de son bureau et qu’une voix familière se fit entendre.

- Votre Majesté, désolé de vous dérangez, mais…. Oh, il y eu un long et terrible moment de malaise alors que l’eunuque impérial s’arrêta à l’entrée, dévisageant brièvement l’empereur et sa compagne au beau milieu de leur étreinte avant qu’il ne se souvienne de sa place et baissa humblement ou plutôt honteusement les yeux, les joues telles des pivoines.

Un grognement embêté et purement masculin s’échappa de la bouche du père de la nation alors qu’il s’éloignait à regret de la royale diplomate. La pièce était emprisonnée dans un silence si morbide qu’il était maintenant possible d’entendre le passage d’un vent hivernal juste derrière le mur. Le souverain se détourna, croisa ses mains dans son dos avant d’ordonner à son serviteur de cracher son morceau avec une certaine frustration dans le ton de sa voix.

- Je, il s’inclina vers la princesse pour la saluer respectueusement, l’un des serviteurs attribués à Sa Grâce est arrivé avec un message scellé, dit-il aussitôt avant de tendre au bout de ses deux bras le précieux rouleau. Votre Grâce…





_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Ven 1 Juil - 13:13


Il y'eut beau avoir a peine quelques secondes entre l'instant ou il s'inclina vers elle et celui ou il captura ses lèvres, la princesse eut l'impression que ce fut beaucoup plus long, tant son cœur cognait durement dans sa poitrine au rythme de l’impatience. La caresse des lèvres de l'homme qu'elle aimait sur les siennes lui procurait un millier de sensations plus délicieuses les unes que les autres, que jamais rien d'autre ne lui avait fait connaitre. Son corps se laissait aller contre celui de son dragon, en réclamant d'avantage quand soudain une irruption vint tout gâché, poussant l'empereur a s'éloigner d'elle, laissant son corps froid et frustré. La princesse jeta un regard peu amène au pauvre eunuque, qui par bon sens heureusement avec les yeux tournés vers le sol. Présentement, si elle avait écoutée la Gumiho en elle, elle lui aurait volontiers arrachait la tete. Une pensée qui la fit grimacer tandis qu'elle remerciait les dieux d'avoir parfaite maîtrise de cette partie d'elle meme.  

Néanmoins le désappointement d'avoir été arracher aux bras de son aimé fit rapidement place a une curiosité mêlée d’inquiétude quand ils apprirent le motif de l'apparition de Chen Po. Ses mains étaient fébriles quand elle prit le rouleau que l'eunuque lui tendait, elle le remercia d'un signe de tete. Le regard distrait par le sceau parfaitement reconnaissable qui le sceller. C'était le sceau du conseil royal de Soriyeo, celui réservé aux urgences. Son cœur se serra, Kyang avait il déclaré la guerre ? Ses projets diplomatiques étaient ils vains avant meme qu'elle n'en ait eu l'idée ? Se refusant a tergiverser d'avantage, elle brisa le sceau et commença sa lecture. Dés les premiers mots, elle n'eut nul mal a reconnaître l'écriture de son grand ami, le commandant Choi Young. Si cela aurait du la rassurer de par le fait que si il y'avait eu une guerre en préparation, ce fut son frère qui l'en aurait informé, elle en ressenti au contraire une curieuse appréhension.


A la première princesse royale de Soriyeo, son altesse Sian Nyang.


Ma princesse, c'est le cœur lourd que je prends ma plume pour vous écrire. J'eu aimé que ce soit en d'autres circonstances, néanmoins je suis reconnaissant que par la place que vous m'avez donné au conseil, je puisse etre celui qui vous transmets ces nouvelles.

Il n'y'a pas de douces façons de vous dire cela et je sais que vous détesteriez que je vous ménage, alors je me contenterais de vous dire les choses avec honnêteté. Quelques jours après votre départ, les médecins ont détectés chez le roi votre frère, une faiblesse de cœur. Au cours des cycles son état n'a visiblement fait qu'empiré. Si je ne vous en ai point informé avant, c'est qu'au meme titre que le conseil, je viens seulement de l'apprendre. Et pour cause l'état de sa majesté est telle que désormais il doit gardé le lit.

Vous savez ce qu'il en est de la noblesse et de la hiérarchie, il n'y'a guère de place pour les sentiments, si bien que la préoccupation de tous est la succession du roi au cas ou le pire devait arrivé. C'est a ce titre que le conseil m'a mandé de vous écrire. Ils désirent votre retour. Ils veulent vous voir prendre la place qui est légitimement votre. Moi aussi je veux vous voir rentrée votre altesse, mais pour des raisons bien différentes. Je sais que votre retour pourrait bien etre la seule chose capable de sauver sa majesté le roi.

Bien que j'ai grande hâte de vous revoir et que je ne néglige pas le fait que vous puissiez etre le seul remède dont il ait besoin, je vous pris instamment de prendre garde a vous. Les routes sont dangereuses ces derniers temps. Je voulais venir moi meme vous chercher, malheureusement le conseil a réfuté ma demande. Nous sommes toujours sans traces de Suno Uji, notre commandeur des " Lunes Rouges " si bien qu'en plus d'occuper deux sièges au conseil, le sien et le votre, je suis, en attendant la nomination d'un nouveau commandeur, celui qui occupe cette place.

Le rouleau que vous tenez présentement entre vos mains a été apporter dans les terres de Miyong par bateau. Si je n'ai pue faire dépêcher pour votre retour, un bateau militaire alors meme que Kyang se fait menaçant envers Soriyeo. Celui ci est résistant, son capitaine est un ancien "Lunes Rouges" et il a formé chacun de ses marins au combat. Je sais qu'ils ne vous feront pas défaut et qu'ils donneront leurs vies avant que quoi que ce soit ne pusse vous arriver. Je vous invite donc a rejoindre notre royaume par la mer et non par voie de terre, cela me tranquilliserez quelque peu.

Veuillez prendre grand soin de vous ma princesse, prenez garde a votre sécurité. Je promets de mon coté a veiller sur votre frère et sur ses intérêts comme vous meme l'auriez fait si vous aviez été la. Que les dieux vous gardent.

A bientôt, votre fidèle et dévoué serviteur, Choi Young.


Pendant toute sa lecture, la princesse était restée droite, impassible. Mais il était évident que le contenu du rouleau n'avait rien de plaisant. Tout observateur minutieux pouvait voir le léger tremblement de ses doigts sur le parchemin et ses yeux qui se faisaient insidieusement plus brillant. La princesse soupira lourdement alors que le rouleau se voyait quelque peu malmené tandis qu'elle le serrer contre son cœur. " D'abord les vôtres qui peut etre ne m'accepteront pas, ensuite Kyang et maintenant ça. Mon dragon les dieux eux mêmes auraient ils décidés de faire barrage aux projets que commandent nos cœurs ? " Elle savait Chen Po toujours la, mais l'empereur avait toute confiance en lui. C'était un serviteur digne qui n'irait pas se répandre en commérages. De toute façon ses paroles étaient bien peu de choses a coté de ce a quoi il avait assisté un peu plus tot.

Elle s'approcha de son dragon, glissant un regard exprimant toute sa confiance dans le sien puis elle lui tendit le rouleau. " Lisez par vous meme, je crains de ne point avoir le courage de vous en faire la lecture. " En effet si elle avait l'air parfaitement maîtresse de ses émotions en l'instant, il suffirait de pas grand choses pour que des larmes traîtresses s'échappent de ses yeux. Son frère se mourrait et la seule chose pouvant le sauver, c'était son sang. Son sang a elle qui par égoïsme s'éternisait dans des contrées lointaines. Était ce la, la punition des dieux ? Ou un avertissement de tout ce qu'ils pourraient déclenchés sur eux si ils persistaient dans cette voix ? Le message n'était il pas clair ? Une créature telle qu'elle ne pouvait monté sur le trône au coté du dragon désignait par les cieux. Quand l'empereur eut fini sa lecture, elle déclara tristement. " Je vais bien quittée Miyong, mais point pour Kyang, je dois rentrée a Soriyeo et le plus vite possible. "  Si elle arrivait trop tard .. Par les dieux, elle ne voulait pensée cela, l'idée était bien trop douloureuse et pourtant, si elle arrivait trop tard alors tout changerait. Absolument tout. Son dragon aussi devait y penser. Car si elle perdait son frère, le royaume perdrait son roi, une décision s'imposerait, elle deviendrait reine et alors elle devrait reprendre sa promesse. Son cœur explosa dans sa poitrine, se révulsant a cette simple idée, tandis qu'une larme discrète venait coulée sur sa joue.


_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Sam 2 Juil - 2:25


Récolter la tempête


Without your love, I have lost my direction. Without your heart, I am always afraid of loneliness. Without your smile, I do not even dare to imagine it. Without your dream, how can I pretend to be strong. Do not miss out on true love, what are you afraid of?


Alors que l’eunuque tendait le message à la dame, l’empereur se tourna vers lui, le regard chargé d’une tempête prêtre à être lancée sur le serviteur encore tout penaud à  la suite de son entrée sur scène. Lui qui connaissait la relation ambigue entre le dragon et la princesse royale de Soriyeo, il n’avait même pas fait l’effort de songer que peut-être quelque chose d’intime avait lieu dans le bureau du souverain. Pour l’instant, les deux hommes – et la princesse, étaient profondément embarassés. C’était le genre de chose qui ne se faisait pas devant un public. Même en présence d’une autre de ses concubines, s’ils ne faisaient que tendre la main vers Lin, les serviteurs savaient aussitôt baisser les yeux.

Une décevante séparation.

Sa renarde ne perdit pas son temps et prit rapidement possession du message avant de l’ouvrir avec hâte. Il espérait sincèrement de bonnes nouvelles de la part du petit royaume de Soriyeo, mais en examinant l’expression inexistante de la princesse, il su immédiatement que les informations que détenait le message n’étaient pas des plus réjouissantes. Sun Xian ne pouvait pas réellement savoir pourquoi il pensait cela, peut-être que le regard et la renarde étaient plus connectés qu’il ne le parraissait ? Le père de la nation jura silencieusement, la vie ne pouvait-elle pas être simple pour quelques semaines ? On dirait que les dieux avaient encore des obstacles pour les simples mortels qui les servaient si aveuglément.

- Je ne crains par les desseins des dieux, ma dame, peu  importe ce qu’ils nous arrivent, nous affronterons tout cela ensemble, telle est mon affection et ma loyauté envers vous, des paroles intimes, oui, mais il s’était tout de même gardé une petite gêne, sachant que l’eunuque Chen Po était toujours à l’écoute. D’ailleurs, il ne tarda pas à remarquer le petit sourire emplit de sous-entendus que le serviteur tentait de dissimuler en baissant davantage la tête. Pourquoi votre cœur se retrouve si affligé, ma renarde ?

Et elle lui tendit le rouleau. Il considéra silencieusement l’objet d’une si grande importance, puis le prit délicatement entre ses mains. Si elle lui offrait elle-même la lettre et lui faire la requête de la lire par lui-même alors il ne pouvait qu’acquiescer sans hésitation. Il déroula le précieux papier et ses yeux se mirent à parcourir immédiatement les lignes bien écrites. Xian tiqua un peu en découvrant qu’il s’agissait d’un message de la part du capitaine Choi Young, l’insolent bonhomme qui avait accompagné la princesse lors de son premier voyage sur ses terres. Heureusement qu’elle ne connaissait pas tout à fait son opinion sur la présence de cet homme à cet côté, ainsi elle ne devinerait pas que le pli qui s’était à nouveau formé au milieu de ses sourcils était un indicateur d’un brin de d’envie mal placé.

Une lueur brilla dans son regard lorsqu’il reconnu un nom en particulier. Commandeur Suno Uji. Il avait déjà rencontré cet homme, il avait même chevauché à ses côtés et combattu pour mettre un terme à des activités criminelles lors d’un exercice militaire mutuel où il avait permi à des soldats de Soriyeo de venir s’entraîner aux côtés des siens. Sa disparition était un évènement dont ses espions n’avaient pas daignés lui faire part. Très intéressant.

Il tiqua à nouveau, les sourcils définitivement froncés quand il lu « ma princesse » vers la fin de la lettre. Quel manque de bienséance et il s’agissait d’un ton bien trop familier que l’ancien capitaine possédait envers sa future impératrice. Il n’aimait pas cela, mais peut-être que les coutumes à Soriyeo étaient plus étrangers qu’il ne le pensait ? La condition dans laquelle se retrouvait le roi de Soriyeo était un cas encore plus urgent. Il était surpris de la façon dont celui-ci semblait être subitement tombé malade et il connaissait déjà l’idée qui devait trotter dans la tête de sa jolie renarde. Même s’il reconnaissait les traits uniques que sa nature bestiale offrait, l’empereur appartenait encore sensiblement à la vieille école où il songeait que certaines choses étaient inévitables et qu’il fallait laisser les dieux faire ce qu’ils voulaient, car ils n’étaient que de pauvres mortels.

- Je ne vous retiendrai pas plus longtemps, Votre Grâce, souffla-t-il, la condition de votre frère est inquiétante et il est tout à fait normal que sa sœur retourne à ses côtés afin de l’accompagner dans… ce moment difficile. Il détourna le regard, cherchant quelques mots doux à prononcés, mais rien ne lui vint dans l’immédiat. Si Sa Grâce consent à mon humble requête, ce dragon aimerait poursuivre à lui transmettre ses pensées lorsqu’elle sera au loin.

Il échangea avec elle un regard complice.

- Chen Po, transmet mes ordres, il prit un air solennel, une escorte de ma garde personnelle accompagnera Sa Grâce ainsi que ses Lunes Rouges jusqu’au port de Kyanam où ils seront également récompensés du ravitaillement nécessaire pour leur voyage de retour, cadeau de l’empereur !

L’eunuque s’inclina, signifiant qu’il acceptait les ordres.





_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Sam 2 Juil - 4:07


Elle fut presque peinée qu'il accepte si facilement son départ imminent, bien que nul autre choix n'ait été possible en pareille circonstance. Son cœur s’inquiétait pour son frère et de ce fait elle avait grande hâte de rejoindre les terres de Soriyeo, pourtant en parfaite contradiction, l'idée de quitter Miyong lui était intolérable et pour cause nul ne pouvait garantir qu'elle y remettrait un jour les pieds. Et si tel était le cas, serait t'elle toujours la fiancée du dragon, si tenter qu'elle l'ait réellement été ailleurs que dans leurs rêves a tout deux ? " Je vous écrirais sitôt après avoir vu mon frère et sachez que chacun des mots que je recevrais de vous me saura d'un grand soulagement. " Quelque peu mal a l'aise de la présence de l'eunuque, elle se tourna vers lui. " Pourriez vous allé faire prévenir mon escorte de notre départ imminent pour Soriyeo ? " Chen Po acquiesça, disparaissant rapidement après une révérence respectueuse. Il eut bien pu envoyé quelqu'un d'autre, probable qu'il le ferait d'ailleurs, mais l'homme n'était point stupide, il avait compris que que le père de l'empire et la princesse de Soriyeo avaient besoin de quelques instants d'intimité pour se dire au-revoir. Sitôt que la porte se fut refermait derrière lui, Sian Nyang se rapprocha de l'empereur.

Elle accrocha son regard au sien tandis qu'elle glissait une main sur son bras. " Mon dragon, je vous remercie pour les attentions que vous avez a mon égare alors meme que je m'en vais loin de vous, emportant avec moi les promesses que je vous avais faites et dans l'incertitude de pouvoir un jour les tenir. " Elle baissa les yeux, honteuse a l'idée qu'il les voit briller de quelques larmes qu'elle contenait dificilement. Présentement, il était dure de paraître forte, elle s’inquiétait pour ce frère froid et distant qu'elle avait pourtant appris a aimer, tandis que dans le meme temps son cœur se briser a l'idée de quitter l’être aimé. " Au risque de me répéter, mais les événement me donnent raison, je crains de ne vous etre une perpétuelle source de tracas et pourtant vous m’êtes toujours d'un réconfort sans faille. Un appuis sans lequel je ne saurais désormais plus vivre .. " Déglutissant avec peine, sa main s'agrippa un peu plus a la manche de l'empereur, tandis qu’inconsciemment son corps se rapprochait un peu plus du sien. " Vous allez manqué a la femme peu vertueuse que je suis mon dragon. " Elle releva finalement son regard brillant vers lui. " Infiniment et a chaque instant. " Prenant sur elle pour sourire, elle ajouta d'une voix enrouée par l'émotion. " Que diriez vous de me dire convenablement au-revoir avant que Chen Po ne débarque a nouveau avec un message important a me transmettre ? "

Il était évident qu'elle l'incitait de par ses mots a reprendre leur baiser. Un comportement peu vertueux pour une dame, si bien qu'elle sentie ses joues se colorer légérement de rouge. Pourtant elle ne regrettait pas de désirer sentir une fois encore la caresse des lèvres de son dragon sur les siennes. Seuls les dieux savaient quand elle aurait a nouveau le plaisir de goûter a la sensation que ça lui procurait, si tenter qu'elle pusse a nouveau y goûter un jour. Elle voulait qu'il l'embrasse comme si leurs lendemains étaient certains, comme si l'avenir se dressait victorieux devant eux, comme si la certitude qu'elle serait un jour sienne pour toujours leur était acquise. Elle voulait que ce baiser soit la promesse d'un destin sceller. Mais elle ne pouvait rien exigeait de tel. Pas plus qu'elle ne pouvait demander qu'il garde sa promesse jusqu'a son retour. Car son retour lui n'était pas certain, pas plus que leur avenir. Pourtant, elle ne voulait pas penser a cela, pas plus qu'au déchirement de le quitter. Non la seule chose qu'elle voulait emmener avec elle c'était le souvenir de l'étreinte de ses bras, de la caresse de ses lèvres, de son corps contre le sien. Puissent les dieux au moins lui accorder cela avant son départ. Les yeux accrochaient a ceux de son dragon, le corps tendu vers le sien, elle attendait anxieuse qu'il se décide. Mieux vaudrait qu'il ne tarde pas trop, car ironiquement au vu des attentions des cieux a leur égare, Chen Po pourrait bien véritablement débarqué a nouveau d'une seconde a l'autre. Cette pensée eu au moins le mérite de la faire sourire.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   Mer 6 Juil - 3:07


Récolter la tempête


Without your love, I have lost my direction. Without your heart, I am always afraid of loneliness. Without your smile, I do not even dare to imagine it. Without your dream, how can I pretend to be strong. Do not miss out on true love, what are you afraid of?


Le dragon qui veillait sur l’empire de Miyong sourit discrètement. Il repensa à leur première séparation et des multiples lettres qu’il avait partagé avec la princesse de Soriyeo à ce moment-là. À ce moment-là, ces intentions envers elle étaient encore bien nébuleuses, incertain de ses propres sentiments à l’égard de la noble dame et des raisons derrière ses émotions chamboulées. Si elle lui permettait de lui écrire avec tant d’enthousiasme, alors il ne manquerait pas de s’y mettre. Il lui enverrait de la poésie à faire frémir les plus grands poètes du continent et dont ils en feraient la mention dans les plus belles collections histoires d’amour. Ah, peut-être était-il un romantique après tout ?

- Quelle arrogance, maintenant vous vous amusez à commander le plus fidèle de mes serviteurs, commenta moqueusement l’empereur en dirigeant un sourire narquois vers sa tendre amie. Son corps fut parcouru d’un doux frisson alors qu’elle posait si familièrement sa main sur son bras. Une promesse sera toujours tenue, ma mie, dans cette vie… ou dans la prochaine. Ne craignons pas notre futur incertain, ne vivons que le présent tel qu’il s’offre à nous.

Même si dans cette vie, ils ne seraient tristement jamais réunis, il avait espoir que les dieux seraient plus cléments au cours de leur prochaine vie. Dans la pensée de Miyong, la réincarnation existait, peu importe qui une personne se disait être et peu importe ce qu’il avait. Comme les amants papillons, disparus si cruellement et pourtant, les dieux leur avaient permis de revivre l’un à côté de l’autre sous la forme de magnifiques créatures ailées.

Il aperçu son regard larmoyant et s’approcha d’elle, le regard amoureux et inquiet. Le père de la nation préférait lui dire qu’il était pleinement la source de ces tracas. S’il avait été un homme ordinaire, il aurait pu la suivre partout où elle allait, il aurait pu la protéger fièrement et être son loyal compagnon à défaut de ne pouvoir l’épouser. Il aurait pu être un bien meilleur ami, mais sa place demaurait à la cité interdite, là où résidaient les siens et sur les terres de son peuple et ses ancêtres.

Ses joue se colèrent doucement de la couleur de la joie quand elle lui partagea son requête hors de l’ordinaire. Enfin, hors de l’ordinaire de la part d’une femme de Miyong, mais pas de sa renarde. Non, sa renarde était incomparable et semblait savoir ce qu’elle voulait. En tant homme, il valait mieux en profiter pendant que la séparation n’était pas officielle. Il lui décocha un sourire peu vertueux avant de de passer dangereusement ses bras autour de ses hanches, emprisonnant sa taille féminine entre ses bras et l’attira fermement contre lui en une audacieuse étreinte. Son regard se perdit brièvement dans les siens, cherchant son consentement muet avant de se pencher vers son délicat visage. Il captura doucement ses lèvres, ses doigts se crispant dans la matière qui recouvrait si chastement le corps de sa renarde, cherchant un contact qu’il ne goûterait peut-être jamais. Il voulait frôler de ces mains cette chair blanche et soyeuse et baiser chaque parcelle tendre de sa peau.

À défaut de pouvoir l’aimer comme une épouse, il se contenta de muer son baiser avec une passion qu’il n’avait jamais connu, mordillant doucement la lèvre inférieure de la belle femme afin qu’elle consente à le laisser passer la barrière de ses lèvres goûteuses et si généreusement offertes. Une main aventureuse abandonna la taille de la princesse de Soriyeo, frôla la main de celle-ci et remonta délicieusement le long de son bras, s’attardant sur l’épaule avant de s’arrêter sur la peau nue de sa nuque. Il frémit violemment, appréciant longuement ce contact peu vertueux, profitant largement de ce brin de peau dissimulé si sensuellement sous le col du hanfu.

C’est grâce à une force mentale olympienne que l’empereur se sépara finalement de la princesse de Soriyeo, le souffle légèrement haletant, le regard un peu perdu et les joues rosies énormément. Il n’était pas dans son état normal, il était séduit par le portrait que la dame affichait. Afin de ne pas s’humilier davantage à rougir comme un adolescent étourti, il baissa humblement les yeux et inclina doucement la tête.

- Cette étreinte pourrait créer une guerre, ma chère, dit-il finalement avec un brin d’humour dans la voix, mais c’était seulement pour cacher l’embarras qui l’obnibulait, je crains ne devoir vous dire aurevoir maintenant, ma vertu est à sa limite, ajouta ensuite le dragon sans cacher le sourire concupiscent qui agrémentait ses lèvres.







_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Récolter la tempête [ Pv ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Récolter la tempête [ Pv ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» [TopikaMétéo] La tempête...
» Tempête de Feuilles au pays des merveilles... (LIBRE)
» En pleine tempête [PV Ezylryb et Volt]
» ¤ Température glacée & Tempérament de feu ¤

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Empire Miyong :: Cité impériale :: Le palais impérial-
Sauter vers: