Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Takane no Hana, fleur sur un haut sommet [ Pv ♥ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Takane no Hana, fleur sur un haut sommet [ Pv ♥ ]   Lun 6 Juin - 13:17


Elle fut fort désappointée quand l'empereur s'écarta de sa personne, elle s'était semble t'il faite un peu trop vite a la chaleur du corps de son dragon contre le sien, a la douceur de ses lèvres ... Si le froid que l'absence de son étreinte créa la saisit violemment, il fut pire encore de ses mots. Bien sur tout était histoire de politique, elle le savait. Il était le père d'une nation, elle était première princesse d'un royaume, il ne pouvait s'agir seulement de deux cœurs épris l'un de l'autre. Elle ne lui en tenait pas rigueur, loin de la. Pourtant au moment des au-revoir, pas meme les mots brûlants du fils des cieux ne surent lui arrachés un vrai sourire. "Allez a vos occupations mon dragon, je ferais de meme. Comme vous l'avez dit, il y'aura bon nombres d'étapes avant que ne soient célébrés nos noces. Nous aurons jusque la bien des occasions de parler a nouveau."

Elle le salua, a peine l'ombre d'un sourire venant étiré ses traits, puis elle le quitta a regret. Sur le chemin, toute aux prises qu'elle l'était par ses préoccupations, c'est a peine si elle remarqua les regards curieux et les messes basses. Étaient elles causées par l'état de sa tenue ou par ce moment passée en intimité avec le père de la nation ? Pour l'heure cela lui importait peu, les mots de son dragon étaient venus trouvés un sombre écho en elle, réveillant ses inquiétudes et obscurcissant son esprit de doutes malvenus. Néanmoins, cela lui avait fait résolument prendre conscience que si son tendre aimé devait lui, informé ses ministres, elle devait en informé Soriyeo. Ils devaient savoir, comme elle l'avait dit, la décision ne concernait pas que leurs deux vies, ils ne pouvaient se montrés égoïstes. Rester a espérer que la réaction des ministres et des nobles, tant coté empire que coté royaume serait celle espérée, sinon comment savoir si il y'aurait meme des fiançailles a célébrer.

Alors que son cœur son contractait douloureusement par les diverses inquiétudes qui la tiraillaient, elle se rendit compte qu'il y'avait une réaction qu'elle craignait encore bien plus que celles des ministres, que celle de son frère. Elle allait devoir informer son seul ami, le meilleur qui soit, son protecteur, le commandant Choi Young. Pour sur sa réaction serait virulente, leurs mœurs étaient bien différentes, il aurait du mal a concevoir qu'elle ne devienne qu'une femme parmi tant d'autres, qu'importe que le plus haut titre lui soit octroyé. Elle meme peinée a croire qu'elle avait acceptée cela, qu'adviendrait il quand pendant les nuits solitaires, elle saurait que son dragon en visiter une autre qu'elle ?! Elle se sermonna contre ses pensées bien impures et indigne d'une future épouse. La vertus la protégerait de la jalousie, du moins devait elle l'espérer de toute son ame. Qu'est ce qui serait le pire après tout ?! Perdre l'empereur pour toujours ou le partager avec d'autres femmes ?! Elle aurait aimée que la réponse lui vienne naturellement, tel un second souffle mais ce ne fut pas le cas. Elle se raccrocha donc aux paroles de son dragon pour calmer les émois tumultueux qui agitaient son etre, il l'aimait, il ne voulait nul autre femme a ses cotés.

Une fois de retour dans son pavillon et après s’être changer, elle s'installa a sa table de travail, elle était dans la rédaction de sa lettre a Choi Young quand une visite inattendue se fit annoncée. "Zhuge Fei Niangniang." Murmura distraitement la princesse, tandis qu'elle se demandait ce qui poussait la dame a une visite si peu protocolaire, d'autant que la n'était pas dans ses habitudes. Elle referma doucement le parchemin qui s'étalait devant elle et reposa sa plume quand Lin pénétra dans ses appartements suivis de plusieurs servantes. La princesse s’apprêtait a lui souhaiter la bienvenue quand la concubine la fit taire subtilement. Que se passait il dont ? La n'était guère des manières convenables, c'était d'autant plus choquant que Lin était une dame des plus vertueuses. Qu'avait il dont bien pu se passer. La princesse posa un regard inquiet sur son interlocutrice, avait t'elle l'air inquiète ? Contrariée ? Difficile a dire. L'empereur l'aurait il informé de leurs projets ? Voila épine a laquelle elle n'avait pas pensée, les réactions des autres femmes de l'empereur. Surtout celle de Lin si vertueuse, si dévouée, celle qui entre toutes aurait méritée la place qui serait bientôt sienne. La question de confiance de la dame la troubla donc quelque peu alors qu'elle meme commençait a se trouver gêner de sa position a venir. Elle hocha la tete, ne s’attendant guère a ce qu'en réponse les servantes de Lin pénètrent ses appartements pour visiblement les fouiller.

La princesse se leva d'un geste vif, le regard interloqué, observant les déambulations des servantes avant de retourner toute son attention sur la concubine impériale. "Zhuge Fei Niangniang, ma confiance vous est certes acquise, mais je vous serais fort gré de me dire a quoi rime tout cela ? Une intrusion dans mes appartements, une violation de mon intimité voila qui ne vous ressemble guère, j'imagine dont que la situation est grave. " Avant que la dame n'ait pu répondre, une de ses servantes réapparue, un mouchoir en main. Mouchoir qu'elle tendit a sa maîtresse. A y regarder de plus près, il s'agissait de bien plus qu'une simple pièce de tissu, Sian Nyang eut un mouvement de recul quand elle découvrit de quel genre d'ouvrage il s'agissait. Sorcellerie, malédiction, elle ne savait guère si les croyances de Miyong rejoignaient celle de Soriyeo en ce domaine, mais pour elle ce que Lin tenait entre ces mains annonçait un bien funeste destin. " Ou avez vous trouvé cela ? M'est il destiné ? " Il ne serait guère étonnant qu'une princesse d'une autre nation, soit visée par quelques illuminés, œuvrant contre l'unité envers les autres peuples. La vérité était toute autre, si bien que les paroles de Lin la couvrir d'effroi. Elle porta une main a sa poitrine qui se comprima douloureusement, tandis qu'elle palissait dangereusement. C'est a peine si elle eut la force de retenir une manifestation de sa condition de Gumiho, si bien qu'elle regretta de ne plus porter le bracelet qu'il l'immunisait contre ce genre d'incidents.

C'était bien pire qu'une menace a son encontre, il était question la d'une menace a l'encontre du père de la nation et si cela n'avait pas été assez inquiétant, le plus troublant restait qu'on ait voulut lui en faire porté le blâme. Le visage crispé tant par la colère que par ses interrogations, elle regarda tout ses serviteurs présents. " Qui est responsable de cette ignominie ? Si l'un de vous sait quelque chose qu'il parle. Je ne saurais pardonnée un silence qui pourrait mettre en danger sa grandeur ou l'amitié entre nos deux peuples. " Le ton était froid, autoritaire, intraitable, cela la blesser autant qu'eux mais les circonstances l’exigeaient. Tous baissèrent les yeux. Puis vinrent des murmures respectueux. Ils ne savaient rien. Aucun d'entre eux. Elle leur faisait confiance. Elle se tourna ensuite vers Lin, le regard déterminé. " J'ose espérée Zhuge Fei Niangniang que vous ne me croyez pas responsable de cela. Je ne saurais mettre en péril sa grandeur, ni entachée l'amitié entre nos nations. Vous avez assurément ma confiance, mais ai je la votre ? " Pas une seconde, elle n'avait pensée que la concubine put etre celle qui avait amenée la poupée, cherchant ainsi a la piéger, c'est dire la confiance qu'elle lui accordait. Elle ne sue guère si la confiance était réciproque vu que avant que la dame n'ouvre la bouche, un eunuque pénétra les lieux.

"Des rats ?!" Elle jeta un regard entendu a Lin, voila qui était fort pratique. Il n'y'avait jamais eu de rat dans son pavillon et elle savait fort bien qu'aucun des serviteurs a son service n'avait porté pareilles allégations. Mais la était un bon motif pour fouiner dans ses appartements et y découvrir un instrument coupable. Si elle trouvait qui avait fait mandaté le bureau des affaires personnelles, elle saurait sans nulle doute qui était responsable de l'odieuse poupée et de ses mots blasphématoires. Elle acquiesça doucement au dernières paroles de Lin, tandis que cette dernière venait se placer a son coté. " En effet Zhuge Fei Niangniang, je ne voudrais pas que l'empereur se fasse quelques inquiétudes. " Un sourire, détendu, sans nul traces du trouble qui l'habitait un peu plus tot. Puis ensuite a l'adresse des serviteurs se mettant en chasse de pseudo vermine, elle ajouta. " Faite votre ouvrage, mais je crains que vous ne soyez venus pour rien. Nul doutes que quelques vermines doivent bien occupés le palais, mais elles ne sauraient s’être loger en mon pavillon. " Et la vermine, a leur contraire a eux qui repartiraient bredouille, elle comptait bien la trouver.

Ils fouillèrent minutieusement les lieux, visiblement ils avaient fort a cœur le confort de la princesse, a moins qu'ils ne cherchent autre chose. Ses propres gens, eunuques et servantes se montrèrent fort agités, nerveux et craintifs. Et pour cause, que ce soit des rats ou une poupée de mauvaise augure, d'un simple mot la faute pouvait retombée sur eux et leur faire encourir le pire des châtiments. Quand le bureau des affaires personnelles en eu finit de son inspection et eu prit conger, elle se tourna vers Lin, tandis que ses serviteurs s’attelaient a tout remettre en ordre. " Lin, que veut dire tout cela ?! J'imagine que vous n’êtes point venu jusqu'ici sans une idée précise de ce qu'il se tramait ? " La voix était douce, mais elle avait perdue toutes les marques de protocole. Un soupçon d’inquiétude perça dans ses paroles suivantes. " Pensez vous vraiment que sa grandeur puisse etre visée ou cela n'est il qu'un leur pour me piéger moi ? " Elle espérait qu'il s'agissait de la deuxième option et que quiconque ait voulu la faire tomber et probablement Soriyeo avec elle, ne se soit pas risquer pour se faire a mettre l'empereur en danger. Était il bien raisonnable d'avoir donner son cœur a son dragon ?! Assurément non, elle l'avait toujours sue, mais n'avait il pas été folie que lui accorder sa main ? N'aurait t'elle pas due se montrer plus vertueuse, plus courageuse, plus déterminée a repousses ses avances ?! Était ce la un message des dieux ou seulement les actes isolés d'un etre vil ?

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Takane no Hana, fleur sur un haut sommet [ Pv ♥ ]   Sam 11 Juin - 3:36


Takane no hana, fleur sur un haut sommet


Without your love, I have lost my direction. Without your heart, I am always afraid of loneliness. Without your smile, I do not even dare to imagine it. Without your dream, how can I pretend to be strong. Do not miss out on true love, what are you afraid of?


La concubine de l’empereur considéra longuement la princesse de Soriyeo. Cette jeune femme était très belle et possédait une personnalité remarquable. Elle ne pouvait pas nier être parfois fasciner par cette étrangère venue de loin. Cependant, elle ne semblait pas être la seule ayant aperçu les regards curieux qui s’étaient posés sur cette noble personne. Une femme qui aime un homme voyait toujours lorsque celui-ci tournait la tête vers une autre. C’était un phénomème naturel, et pourtant, malgré toute rationalité, un brin de jalousie venait piquer un point douloureux dans son cœur.

Pourtant, elle n’arrivait pas à désirer du mal de la princesse. Elles s’entendaient si bien depuis leur première rencontre officielle, il serait stupide de gâcher cette nouvelle amitié pour l’amour d’un même homme, car oui, il n’y avait aucun doute quant à la façon dont la dame de Soriyeo posait les yeux sur l’empereur et cette harmonie qui semblait exister entre le dragon et sa nouvelle flamme.

- Pardonnez-moi, Votre Grâce, mais je ne souhaite pas perdre plus de notre précieux temps, quand nous avons les yeux fermés, les ennemis bougent rapidement, rétorqua doucement la dame en s’inclinant humblement. Les explications attendront en temps et lieux.

La situation n’était probablement pas aussi grave que cette scène le prétendait, mais Lin préférait prévenir plutôt que guérir. Les pièges pouvaient être nombreux dans le palais impérial, hommes et femmes de l’empereur combattaient sournoisement pour gagner les faveurs de celui-ci. Chacun désirait un plus haut statut et il était difficile de refuser les cadeaux et la sécurité qui venaient avec celui-ci. Ha, sécurité ? Les dangers devenaient soudainement plus nombreux en s’élevant. L’arbre le plus haut de la forêt était le premier à être soufflé par le vent.

Peu de temps après, elles se retrouvaient avec l’horrible figure en leur possession. Qui avait pu faire cela ? Une silhouette sombre, sournoise, avait tenté de faire du mal à la réputation de la princesse de Soriyeo ou à sa nation. Cela n’avait pas vraiment d’importance, le mal était fait, même s’il n’y avait pas un public pour y assister.

- Un mauvais sort, certes, souffla la concubineen baissant les yeux, un travail de débutant malgré tout l’effort qui y a été mis. Heureusement, aucun mal ne sera fait en ce jour, elle ne voulait pas admettre à voix haute qu’elle avait fait surveillé les appartements et les agissement de la princesse, celle-ci devait déjà s’en douter, j’espère que Votre Grâce comprend les raisons derrières mon manque de bienséance.

Songeuse, Zhuge Lin fit rapidement la liste des gens qui pouvaient en vouloir personnellement à la princesse de Soriyeo, voir même à l’empereur. Évidemment, il y avait ceux qui s’opposaient à un mariage unissant Miyong et le pays de Soriyeo. Cette pensée la fit frémir, la jalousie piquait à nouveau, mais elle resta de marbre, ne dévoilant rien de son désarroi. Malgré l’opposition, elle ne pensait pas que les offiers de la cour en étaient au point de vouloir se débarasser ouvertement de la princesse par un moyen aussi immature. Ils avaient beau être contre un mariage, ils n’étaient pas nécessairement tous contre une alliance potable. Il n’y avait que quelques femmes dans le harem, mais Lin doutait fortement qu’elles aillent toutes payé attention à l’énergie qui circulait entre leur époux et l’étrangère.

Elle n’eu pas le temps de répondre à la question de son interlocutrice qu’un eunuque était venu leur annoncer la présence des serviteurs venant de la maison des affaires personnelles. Ils avaient fait étrangement vite, ceux-là. Visiblement, il s’agissait d’un coup monté, cela ne pouvait être qu’une simple coïncidence. Un véritable travail d’amateur. Toutefois, si Lin n’avait pas agit aussi vite, la princesse serait probablement déjà aux prises avec la sécurité du palais.

- Les rats sont porteurs de terribles maladies, j’espère que nos serviteurs de la maison des affaires personnelles peuvent chasser rapidement ses horribles bestioles, commenta-t-elle avec un sourire étrangement serein. Elle sentit le poids de la figurine maudite être trimbaler dans la manche de son hanfu et se déplaça discrètement vers le mur derrière elle afin de laisser le passage libre pour les eunuques qui venaient fouiller les appartements de la princesse pour une deuxième fois.

Les eunuques complétaient diligemment leur travail, mais aucun n’avait l’air plus suspect que son prochain. Ils ne faisaient qu’honnêtement faire ce qu’il leur avait été dit. Toutefois, l’un deux se détacha du groupe et alla traîner près du lit de la princesse, faisant mine de fouiller sous les oreillers et les draps repliés. Soudainement, il se pencha vers le dessous du lit, une expression étrangement appréhensive sur le visage. Lin considéra longuement l’individu, observant chacun de ses mouvements et son faciès.

L’homme castré glissa la main sous le lit un peu trop hâtivement et fouilla. Puisqu’il ne toucha rien, son expression devint confuse et il se coucha presque sous le sol pour examiner plus attentivement sous le lit. Son visage changea à nouveau lorsqu’il ne découvrit qu’un vide embêtant. Il se releva et sa racla bruyamment la gorge, ordonnant à ses collègues qu’il n’y avait pas de vermine dans les quartiers temporaires de Sa Grâce de Soriyeo.

L’homme s’approcha des deux nobles femmes et s’inclina très bas, s’excusant de manière un peu arrogante de l’ouragan qu’ils avaient causé dans la chambre et le reste des quartiers de la princesse. Lin le regardait toujours lorsque celui-ci lui offrit une nouvelle révérence.

- Zhuge Fei Niangniang, paix à vous, dit-il avant de s’éclipser à la suite des autres, laissant l’épouse bien pensive. Il ne pensa même pas à la façon bien trop amicale avec laquelle la princesse s’adressa  à elle.

Elle congédia les quelques servantes qui l’avait suivi, tous sauf Jaxia qui était sa plus loyale compagne et sa confidente. L’épouse s’approcha de la renarde, l’expression tranquille, mais un pli entre ses sourcils indiquait que quelque chose la troublait suffisamment. C’est à voix basse qu’elle conversa à nouveau avec la princesse.

- Cette concubine, elle s’inclina soudainement, n’est pas une femme malhonnête et elle vous répond que certains de ses observateurs ont remarqué la présence d’un sombre individu pénétrant dans vos appartements avec un paquet et ressortir les mains vides. Je suis tout bonnement chanceuse d’être arrivé à temps pour éviter… une désagréable confrontation.

Malgré toute l’affection que l’empereur pouvait avoir pour cette étrangère, il aurait eu bien du mal à conserver sa bonne réputation si un scandale s’abattait sur la princesse. La sorcellerie et ces malédictions étaient formellement interdites dans la cité interdite, aucun chamane n’avait le droit de mettre le pied dans les lieux. Il s’agissait d’une totale interdiction et aller à l’encontre de la loi était une trahison envers l’empereur et son empire. Quelle folie avait bien pu pousser une personne à commettre une telle bêtise ?

- Peut-être est-ce un peu des deux, admit finalement Lin en baissant les yeux, écrire de tels mots est une trahison envers l’empereur, mais, visiblement, vous êtes également impliqué dans ce délit.

La dame se déplaça élégamment jusqu’au foyer placé plus au centre de la pièce. Jaxia s’approcha aussitôt et attrapa un linge épais pour soulever la cage. Le charbon encore ardent craqua sous l’air frai qui le frôla. Alors que sa servante personnelle taquinait les morceaux noirs, Lin releva sa manche et fouilla pour en ressortir l’objet illicite. Elle l’observa un moment avant d’échanger un regard complice avec la princesse.

- Le mal sera vaincu par le feu, pria la favorite de l’empereur avant de laisser tomber la figurine dans le charbon et laissa les flammes faire disparaître la fausse preuve d’un crime qui n’avait jamais été commis. Cette concubine vous conseille de ne pas dire un mot ce qui s’est produit aujourd’hui et de ce que nous avons trouvé. En temps et lieux, nous trouverons le rapace qui chasse quand nous avons le dos tourné.

Elle se tourna vers la princesse et la considéra silencieusement pendant un moment. Elle lui offrit un sourire discret. Elle doutait que Sa Grâce pu oublier ce qui s’était produit aujourd’hui, mais il était inutile d’alerter davantage l’ennemi tapit dans le noir. Jusqu’à ce qu’on puisse mettre un visage sur le mal, il valait mieux rester discret.

- Cette concubine vous dit au revoir, elle fit une basse révérence, je suis restée trop longtemps, je dois retourner au pavillon des chrysanthèmes. Je n’ose pas rester plus longtemps qu’il ne le faut, sinon les gens se mettront à jaser et des rumeurs seront créées et je ne crois pas qu’elles seront flatteuses.

Elle était déjà partie trop longtemps et maintenant, elle devait se sauver telle une voleuse. Lin espéra sincèrement que la princesse ne lui en voudrait pas trop.

- Reposez-vous bien, Votre Grâce, elle se dirigea solennellement vers la sortie et prononça quelques mots supplémentaires à voix basse lorsqu’elle passa près de l’oreille de la dame de Soriyeo, bienvenue à la cité interdite.

Puis, elle quitta les lieux.



© Grey WIND.



_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Takane no Hana, fleur sur un haut sommet [ Pv ♥ ]   Sam 11 Juin - 12:26


La première princesse royale de Soriyeo, ne sut guère ce qu'elle devait penser des aveux de la favorite de l'empereur. Il ne pouvait y avoir d'erreur sur les conclusions a en tirer, elle l'avait fait espionnée. Mais a qu'elles fins ? La nouvelle étant dérangeante, non pas car elle avait quelque chose a caché, enfin ...., mais elle s'était d'une affection sincère pour la dame. Pour l'heure, elle choisie de mettre sa déception de coté pour se préoccuper de ce qui venait d’être évité et de justesse. " Zhuge Fei Niangniang, bien que je ne comprenne pas ce qui pu vous poussé a observer mes faits et gestes, je vous suis reconnaissante en ce jour de m'avoir sauver de ce qui aurait pu etre une véritable catastrophe pour nos deux peuples. " Le ton était un peu moins familier que précédemment et sans doute un peu moins affectueux, mais il restait courtois et sincèrement reconnaissant.

Elle fut presque soulagée du fait que Lin sembla bien plus encline a penser qu'elle était visée plutôt qu'un réel mal est menacé sa grandeur. " Il semblerait que certaines personne en ce palais ne portent pas l'amitié de nos peuples en leurs cœurs. " A moins que cela soit son amitié avec le dragon qui soit des plus mal perçues, mais cela mieux valait ne pas le porter a hautes voix, pas encore. Surtout alors qu'elles étaient entourées d'eunuques et de servantes, donc de possibles oreilles indiscrètes. Le visage légèrement anxieux a l'idée que quelques rumeurs ne s'échappent de ses appartements, elle regarda la concubine se dirigeait vers le foyer brûlant de la pièce, elle y jeta l'odieuse poupée. Les mots de Lin n'eurent pourtant pas l'art de la soulager. Le menace était pour l'heure écartée certes, brûlant dans les flammes et les libérant de tout mal, mais qu'en serait il de demain ? Ce quelqu'un qui semblait en vouloir a Soriyeo ou a la princesse serait il prêt a tout pour accomplir ses méfaits ? Irait t'il jusqu'a mettre la sécurité de l'empereur en danger. Tandis qu'un frisson la parcourait, son regard se fit déterminé, elle ne permettrait pas cela.

Elle acquiesça a la demande de Lin de taire l'incident. Elle comprenait la démarche, mieux valait que l'ennemi se croit a l'abri, sans quoi il irait se tairer pour que jamais il ne soit découvert. Néanmoins, si le silence était nécessité, elle n'était pas en joie a l'idée de le cacher a tous. D'ailleurs, elle trouvait fort mauvaise idée de taire cela a son dragon. Surtout en l'état actuel des choses. " Désolée Lin, mais quelqu'un doit savoir. " Elle se promettait de ne pas impliquer la dame, de ne mentionner ni son, nom, ni son implication mais l'empereur devait etre mit au courant. Il ne pouvait ignoré ce genre de choses alors meme qu'il allait œuvré pour unir leurs deux peuples, leurs deux familles de façon plus définitive. Elle répondit d'un sourire et d'un inclinement de tete a la révérence de Lin. " En ce qui vous concerne Zhuge Fei Niangniang, les rumeurs ne sauraient qu’êtres flatteuses sans quoi, elles seraient mensongères. " Les mots étaient sincères malgré le désappointement causé par le fait que la dame avait mit ses appartements sous surveillance. Avant que la dame ne disparaisse la princesse ajouta. " Je vous remercie une fois de plus, c'est a vous que nous devons d'avoir aujourd'hui évité le pire. Veuillez prendre grand soin de vous et des filles de sa grandeur. "

Elle resta un instant perplexe a contempler la porte par ou était sortie la concubine, son escorte avec elle. Ses derniers mots l'ayant laissée quelque peu perplexe. " Bienvenue dans la cité interdite " , qu'avait t'elle pu vouloir dire. Était ce simplement la une manière de lui expliquer qu'elle faisait désormais parti des intrigues du harem de Miyong, ou était ce la une façon détournée de lui dire qu'elle n'ignorait rien de ce qui l'unissait a l'empereur. La princesse secoua doucement la tete, l'heure n'était pas a ce genre de questionnements. Le visage résolu, elle contempla un a un les domestiques présents. " Je demanderais ce jour a chacun d'entre vous de prêter serment sur sa vie. Ce que vous avez vu et entendu, doit etre tue a jamais. Il en va de l'avenir de Soriyeo et de notre amitié avec Miyong. " Chacun de ses serviteurs venant de Soriyeo, ils y avaient probablement toujours de la famille et elle espérait qu'ils auraient a cœur de les protéger. Néanmoins dans le doute, elle devait prouvée que l'ordre n'était pas qu'une simple demande. " Je pense etre bonne et honnête envers chacun de vous, j'espère que vous ne me pousserez a l'avenir de par vos actes ou vos mots a vous prouver que je suis capable d'un tout autre comportement. "

Bien qu'elle ait répugnée a prononcer ses mots, ils eurent l'effet escompté, c'était une menace claire. Servantes et eunuques passèrent un par un devant elle pour prêter serment de silence avant de retourner vaquer a ses occupations. La princesse elle s'en retourna au parchemin qu'elle destinait au commandant Choi Young, son esprit tourmentait de bien des doutes et inquiétudes. Que fallait il voir en cet incident ? La malveillance d'un etre humain ou l'avertissement des dieux ? Les yeux fermés, elle soupira. " Oh mon dragon, puissions nous ne point avoir laissés nos sentiments nous égarés, apportant le malheur sur nos deux maisons et nos deux peuples. "

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Takane no Hana, fleur sur un haut sommet [ Pv ♥ ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Takane no Hana, fleur sur un haut sommet [ Pv ♥ ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le plus haut sommet à partir du centre de la Terre.
» Hana - Une fleur avec un coeur rebelle
» Haut les Nains ! [Messagers du Rêve - MJC Savouret, Epinal]
» Reflexion sur la saga Michelet Casimir - Jean Saint-Fleur
» L'habitat au haut Moyen-Age

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Empire Miyong :: Cité impériale :: Le palais impérial-
Sauter vers: