Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Enfants de la Lune Rouge [ PV Shado ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Badaui Yong

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 13/09/2015

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age::

MessageSujet: Enfants de la Lune Rouge [ PV Shado ]   Mer 27 Jan - 1:27


Enfants de la Lune Rouge


All things in the world are empty. As such, appearances are meaningless. My field of vision is filled with beautiful women. Though I am drunk in the middle of a brothel, my laughter is full of heartache. Who will share with me an embrace of deep affection.

Un grognement purement masculin s'échappa de sa bouche sèche. Un rayon de soleil tout à fait désagréable se fraya un chemin entre les rideaux de soie et lui harponna cruellement l'oeil gauche. Le capitaine de La Baleine Blanche dissimula ses yeux fatigués de son poignet et gémit de douleur.  La lumière du soleil qui s'était levé depuis déjà quelques heures lui brûlait le visage. Un froissement de soie attira son attention et il écarta son bras pour jeter un coup d'œil à la présence féminine qui se maquillait tranquillement dans un coin de la pièce. Ses lèvres s'ourlèrent pour former un fin sourire et il ne détacha pas ses yeux de la jolie silhouette. Hua Luan, la fleur ravissante. Il appréciait bien sa compagnie. Il s'agissait d'une jeune femme pleine de ressources, mais qui savait se faire discrète. Elle ne posait jamais de question et se contentait de lui tenir compagnie. Bien sûr, il y avait un prix pour une compagnie aussi délicate et intelligente, mais cela lui convenait amplement.

- Putain, je suis encore ivre, râla le capitaine qui se tourna paresseusement sur le côté afin de considérer silencieusement le jeune femme qui appuyait doucement de la poudre blanche sur son visage déjà pâle avant d'appliquer un rouge discret sur ses lèvres. Il s'agissait de son rituel matinal. En fait, il devait s'agir du rituel de tout les femmes habitant une maison de fleurs. Un joli terme utilisé en Miyong pour désigné une résidence de courtisanes.

- N'est-ce pas le cas à tout les matins? rétorqua la dame avec un fin sourire.

Elle se releva gracieusement et se dirigea vers lui, laissant le délicieux chuchotement de la soie dans son sillage. La majorité si ce n'était pas l'entièreté de sa garde-robe et son coffre à bijoux était des cadeaux de sa part. Des objets cambriolés ici et là, vestiges de ses attaques de pirates contre des navires qui le méritaient bien.

La fameuse courtisane lui attrapa la main et l'extirpa des draps. Il la suivit en titubant jusqu'à la petite pièce adjacente séparé par un simple rideau. À l'intérieur se trouvait une baignoire qui ne fumait plus depuis longtemps.  Il plongea d'abord un pied à l'intérieur et recula aussitôt en sentant l'eau tiède lui torturer les orteils. Hua Luan l'aida à se débarrasser de ses quelques vêtements. La baignade fut évidemment accompagnée  de quelques frissons, mais sa chère Hua Luan était là pour lui frotter le dos et il s'agissait bien de l'unique réconfort dont il avait besoin.


- Oh là là, le voilà, notre patron, tout fin tout propre! s'exclama une grosse voix lorsque son propriétaire apperçu la tête fraîche du capitaine Badaui Yong.

Le concerné accueillit la remarque d'un coup de poing amical contre l'épaule du grand gaillard qui lui parlait aussi familièrement. On surnommait cet immense homme Pang. Parfois Pangpang, pour faire plus mignon. L'intelligence et l'agilité qui lui manquait se faisait remplacer par sa puissance physique phénoménale et sa loyauté à tout épreuve. Il avait été cruellement abandonné par ses parents au cours de sa jeunesse et s'était trouvé bien assez vite sous le joug d'esclavagistes. Il avait passé son adolescence et ses jeunes années d'adultes à travailler sur une ferme, maltraité par le seigneur à qui appartenait la terre. Il travaillait aussi fort que trois bœufs et ne se plaignait jamais. Il ne savait ni lire, ni écrite, mais il arrivait à concevoir de petits plats à partir de n'importe quoi. Il avait rejoint l'équipage de La Baleine Blanche après avoir été faussement accusé du viol et du meurtre d'une servante travaillant sur la même ferme que la sienne, la vérité visant le seigneur en personne, mais qui aurait cru la parole d'un esclave?

Le célèbre Badaui Yong savait reconnaître un regard honnête lorsqu'il en apercevait un et voilà pourquoi il n'avait pas hésité à accueillir Pangpang sur son navire.

- Ça m'arrive de me laver, une fois de temps en temps, marmonna le capitaine en haussant les épaules.

Tout les deux prirent la route menant jusqu'à une petite auberge miteuse près du port où résidait la majorité des grands vaisseaux appartenant aux pirates les plus riches, ou les plus doués, de l'Île.  Cette auberge était réputé pour ses bagarres publiques ou les paris devenaient s'empilaient en même tant que les coupes de vins. Les chambres étaient sales, la majorité du temps, les paillasses étaient pleines de bestioles, la bouffe était... acceptable, mais si on voulait de l'information, ou retrouvé un ivrogne sans revenu, c'est là qu'il fallait aller.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shado Kodokuna

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 20

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 22

MessageSujet: Re: Enfants de la Lune Rouge [ PV Shado ]   Jeu 4 Fév - 11:16



L'endroit est miteux. Pas d'autres mots pour décrire ce trou à rat. Enfin, ce n'est rien d'autre qu'une nouvelle taverne malfamé, pas bien différente des dizaines d'autres que j'ai visité sur le continent. À l'exception d'un espace central, ou deux ivrognes tentent maladroitement de se battre, malgré leur état. Accompagné de Kiyoshi, je m'installe le plus confortablement possible, les pieds sur une table, et profite du spectacle. Leur nullité est hilarante, mais l'un des deux finit tout de même par mettre l'autre KO. Aussitôt, plusieurs clients s'avancent vers le comptoir, et le tenancier leur donne quelques pièces. La quantité varie selon le client. Surpris, je demande au gamin:

C'est quoi ça?
Ici, on peut parier sur les combats. J'ai entendu certains dire que ça rapportait bien, mais moi j'ai pas le droit, je suis trop jeune.

Voilà qui est intéressant. Être payé pour frapper des gens dans la bouche. Pour moi, c'est de l'argent facile. T'as de l'argent sur toi? Kiyoshi fouille ses poches avec frénésie, mais n'en sort qu'une simple pièce d'or. J'ai que ça mais... c'est mon repas. Je m'esclaffe. Une seule pièce d'or, un repas? T'iras pas loin avec ça, gamin. Pas de réponse, seulement un soupir. Il apprend vite. Je pense. Sans hésiter, je reprends: Garde bien ta pièce, je vais t'offrir un vrai festin. Puis je me met à observer les combattants potentiels. Pour maximiser mes gains, il faudrait quelqu'un de connu pour sa force, un favori de la foule. Plus ma côte sera élevé, mieux ce sera. Je m'avance vers l'aubergiste et l'apostrophe. Je veux me battre.

Il ne me regarde même pas, mais répond tout de même: Trouvez-vous un adversaire. C'est alors qu'un incongru duo fait son apparition dans la taverne. Le premier semble de taille normale, de long cheveux sombres et une moustache soignée. Mais aux côtés de son camarade, il semble minuscule. Une vraie montagne de muscle, mesurant facilement plus de deux mètres. Parfait. Je jubile intérieurement, avant de l'interpeller. Hé toi! Le gros! Ramène toi, j'ai besoin d'un adversaire à piétiner! Des rires moqueurs fusent. Je sens Kiyoshi me tirer par la manche. Je me penche vers lui, tandis qu'il me chuchote à l'oreille: Tu ne vas pas te battre contre lui quand même?! C'est Pangpang! C'est un pirate de La Baleine Blanche! Je ris à mon tour, et tapote le crâne de mon jeune ami: Non seulement je vais l'affronter, mais en plus je vais lui coller une raclée monumentale. Observe, admire et retiens, c'est comme ça qu'on se bat.

Le dénommé Pangpang me fait désormais face dans l'espace de combat. De près, il semble encore plus grand, mais je ne suis pas intimidé le moins du monde. Sans le quitter des yeux, j'annonce à voix haute: Gamin! Parie sur moi tu veux. Le festin arrive! Le bruit des parieurs derrière moi m'informe que Pangpang sera, sans surprise, l'immense favori. Avant de donner le signal, le tenancier me réprimande: Sire, les armes sont interdites dans la zone de combat. Je lève les mains en signe d'excuses, détache Fuun et Zetsubo de mon dos, à contrecœur, et confie mes chères lames à Kiyoshi, avec quelques recommandations: Tu les tiens par le fourreau. Si toi, ou n'importe qui d'autre, essaye de toucher au manche, ou de te prendre les épées, je décapite tout le monde ici, c'est clair? Le petit hoche la tête, et s'accroche immédiatement aux fourreaux comme s'il s'agissait des objets les plus précieux au monde. Quand à moi, je retourne face à Pangpang. Le pauvre, il n'a aucune idée de ce qui l'attend. J'ai été entraîné par les Lunes Rouges de Soriyeo, à l'art du maniement des armes, mais aussi au combat à mains nues. L'art martial du Royaume n'a aucun secret pour moi. Au signal, je me met en position de garde, tel qu'on me l'avait appris. Le géant prend l'initiative de l'attaque, mais ces mouvements, surpuissants au demeurant, son exceptionnellement lents, et donc aisés à esquiver. Mes mouvements, pour l'œil avertis, sont reconnaissables entre mille. Je me déplace comme une Lune Rouge, vif, insaisissable. Pangpang me rate à chaque fois, et j'en profite pour placer des coups rapides derrière ses genoux. Mon travail de sape paye rapidement ses fruits, alors que mon adversaire met un genou à terre, essoufflé, tandis que je ne transpire même pas. Tirant parti de l'opportunité qui s'offre à moi, je ressors tous les enchaînements de coups que j'ai en mémoire, me déchaînant sur le visage et le corps de la montagne. Pour en finir, je lui place mon coup de pied sauté-retourné-circulaire-dévastateur, en plein dans la tempe. Il tombe, inconscient. Dans un silence absolu, je suis nommé vainqueur. J'effectue une courbette pleine d'arrogance à l'assemblée, avant de récupérer mes lames, tandis que Kiyoshi part empocher ses gains. Je reprends ma place à table, les pieds posés dessus. Quand mon jeune disciple revient, un sac plein d'or à la main, je lui souris et lui dit: Règle numéro une: quand je dis que je vais faire quelque chose, je le fais. Maintenant, va nous chercher à manger. Fais-toi plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Badaui Yong

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 13/09/2015

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age::

MessageSujet: Re: Enfants de la Lune Rouge [ PV Shado ]   Mar 23 Fév - 2:29


Enfants de la Lune Rouge


All things in the world are empty. As such, appearances are meaningless. My field of vision is filled with beautiful women. Though I am drunk in the middle of a brothel, my laughter is full of heartache. Who will share with me an embrace of deep affection.

Adossé à une vieille poutre ayant connu de bien meilleurs jours, le capitaine de la Baleine Blanche observa les alentours et plus précisément, Pangpang qui se faisait défier par une tête qu'il n'avait encore jamais aperçu jusqu'à ce jour. Un nouveau venu? Peut-être bien, ce n'était pas impossible, même s'il était rare que n'importe qui s'aventure aussi près de l'Île, encore moins sur l'Île en question. Il semblait qu'il avait compagnie un gamin dont le visage était familier. Le gosse devait faire partie de ceux qui faisaient des petits boulots ici et là pour avoir quelques bouchées de riz. Il y en avait tellement. Malheureux étaient ceux qui ne possédaient pas un protecteur ou un emploi quelconque sur Daechong. Il lui restait bien un peu de cœur, mais il ne pouvait pas venir en aide à tout le monde. La loi du chacun pour soi était la plus forte ici.

Il croisa les bras, observant la petite joute qui se déroula assez rapidement entre son compagnon Pangpang et le mystérieux individu. Les sourcils froncés, il scruta les mouvements agiles de l'assassin, observa ses pieds, la façon dont ses épaules se mouvaient avec une aisance époustouflantes. Ce jeune homme bougeait telle une Lune Rouge, tout comme lui.

Il traça soigneusement sa moustache de son pouce et son index, une lueur curieuse animant ses yeux sombres. Les Lunes Rouges étaient les soldats d'élite de Soriyeo et s'entraînaient rigoureusement à l'art martial de leur premiers ancêtres. Ah putain, les heures qu'il avait passé lui-même à lire et à apprendre tout ce qu'il y avait à savoir pour ensuite partager ce savoir avec les nouvelles recrues. Tout cela était si loin aujourd'hui.

Le trentenaire se pencha paresseusement au-dessus de Pangpang qui était resté par terre, un peu de sang dégoulinant d'une narine. Il s'était pris un coup bien intéressant sous le nez, mais rien de bien grave. Ce costaud bonhomme était bien chanceux d'avoir pu sauver les os de son détecteur d'odeur.

- Bah qu'est-ce qui se passe, Pangpang? lui chuchota l'homme à la moustache. Le gros matou s'est fait déjoué par la souris?

Le gros homme planté par terre se contenta d'hausser les épaules en guise d'excuse. C'était génial d'avoir un subordonné si peu rancunier. Peut-être qu'il le cachait vachement bien, mais Pangpang n'avait pas les méninges assez affutées pour faire preuve d'hypocrisie.  Pauvre garçon. Le capitaine lui tendit ensuite la main et l'aide à se relever, cela ne servait à rien d'honorer le sol sale de son gros postérieur. Des regards curieux toisaient dans leur direction, mais ils revinrent aussitôt à leur verres de vin douteux dès que le pirate répondit avec des œillades de son crue.

Il lissa à nouveau sa mouche et marcha en direction des deux gamins dont l'un avait osé s'en prendre contre Pangpang avec ces pas à la Lune Rouge. Enfin, ses mouvements étaient finement dessinés, mais il arrivait tout de même à percevoir l'origine des gestes. Silencieux tel un chat, il se faufila derrière les deux morveux et passa ses deux bras autour de leur épaules, un grand sourire aux lèvres. Il se plaça de façon à pouvoir s'adresser directement aux creux de leurs oreilles opposées.

- Ça arrive sur l'Île et ça attire déjà l'attention sur soi, j'ai jamais vu ça, il se tourna vers le plus jeune, celui qui avait l'air le plus perdu d'entre les deux, sauf toi, toi tu vivais déjà ici, mais toi? Il tourna à nouveau la tête vers l'assassin, ou plutôt celui qui avait l'air le plus dangereux. Mes félicitations pour cette petite bagarre, tu mérites bien ta victoire, ça te permettra de manger, mais pas ici, je t'en pris. Il baissa le ton. Si tu veux te prendre une maladie incurable, tu es au bon endroit, mais tu peux me suivre et je t'offre des petits mets dignes du roi de Soriyeo.

Il fronça subitement des sourcils et se pencha davantage sur le sombre inconnu avec de murmurer discrètement quelques mots. Le capitaine espéra sincèrement qu'il ne fut pas assez bête pour manquer le sens de ses paroles.

- On ne voit pas souvent d'enfants de la Lune Rouge par ici, tu n'en aurais pas croiser un, par hasard? lui souffla-t-il sous un ton mesquin. Je ne vois pas pourquoi l'un de ces gosses s'aventurait ici, à part pour espionner, mais ce serait bête du roi d'envoyer des racailles dans cette direction. Peut-être que l'enfant s'est perdu lui-aussi, qui sait? Il ne faudrait pas que l'Île soit au courant de la présence de cet enfant ou alors, il pourrait y avoir une chasse à l'homme et la dernière et bien... disons qu'il ne reste pas suffisamment de morceaux à retrouver.

Sur ce, il pivota fabuleusement sur ses talons, agitant une main en l'air comme s'il chassait la puanteur des lieux. Si seulement c'était aussi facile...

- Le gamin doit bien connaître mon adresse! dit-il avant d'éclater d'un grand rire.

Les regards se tournèrent dans sa direction, pendant qu'il se rendait à la sortie, Pangpang traînait les pieds dans son sillage et il manqua de se taper la tête dans le cadre de porte. Un duo bien embêtant et il était difficile de croire que l'un deux était le capitaine de l'un des vaisseaux pirates les plus redoutés sur les océans et les mers environnantes.

Décontractés, ils allèrent rejoindre les autres membres de son équipage vers le port. Il ne savait pas si les deux gosses comptaient prendre son invitation au sérieux, mais de toute façon, il avait tout les moyens possibles de les retrouver sur Daechong.


© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enfants de la Lune Rouge [ PV Shado ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enfants de la Lune Rouge [ PV Shado ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lily-Lune Araé. [Reine des Orines]
» Intrigue· Lune Rouge
» Lune rouge - Derek et Olympe (machine à RP)
» [HJ] Ϟ Les Enfants de la Lune —
» Un soir de Lune Rouge [PV Loup-Gris]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Les îles :: L’île de Daechong-
Sauter vers: