Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fuun & Zetsubo: La légende des Lames Jumelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shado Kodokuna

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 21

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 22

MessageSujet: Fuun & Zetsubo: La légende des Lames Jumelles   Lun 7 Sep - 19:04



La légende de Fuun et Zetsubo, les démones jumelles, débute dans des temps immémoriaux, sur les terres du naissant Royaume de Soriyeo. Les premiers citoyens à s'y installer, avide de paix et de tranquillité, avaient vite vus leurs quotidiens troublés par l'apparition de deux entités qui n'avaient d'humaine que la forme. D'anciens écrits retrouvés près de moult victimes ont offerts une description complète des deux esprits qui résident désormais dans les lames de l'assassin Shado Kodokuna.

Il s'agissait de deux femmes, cela était certain. Leurs démarche, leurs façons de s'exprimer, même la manière dont elles se battaient et ôtaient la vie, tout cela n'était jamais dénué d'une grâce et d'une douceur qui contrastait avec la cruauté dont elles faisaient toutes deux preuves. Leurs visages étaient entièrement dissimulés derrière des masques, dont les motifs et les couleurs changeaient au fil des cycles, mais restaient en permanence accordés aux tenues des démones. Toutes deux étaient vêtues d'amples kimono, finement ouvragés et fabriqués à partir de matériaux si rares qu'il était impossible de dire où et comment elles se les étaient procurés. Très larges, ces habits dissimulait leurs silhouettes des yeux des mortels. Seuls leurs cheveux, longs et lisses, d'un noir de jais, trahissaient leurs féminité. Enfin, à leurs ceintures, toutes deux portaient une épée. Là encore, l'objet était ostensiblement précieux : un manche sculpté avec talent, une lame si tranchante qu'elle semblait être constamment affûtée, en somme, une arme parfaitement équilibrée, qui si elle était d'une évidente qualité, ne croulait pas sous les ajouts précieux tel qu'un rubis dans la garde.

Bien sûr, les noms de Fuun et Zetsubo, Malheur et Désespoir, ne sont pas les vrais noms des jumelles, mais des surnoms macabres, octroyés par les familles des victimes, en référence à ce que les démones apportaient dans le cœur des rescapés de leurs assauts meurtriers. Des assauts qui bien souvent, selon les témoignages, étaient inattendus. Rare sont les récits traitant des Lames Jumelles qui ne débutent pas par « les deux démones sont comme tombées du ciel, répandant subitement la mort et le chaos ». Et pour cause : leurs conditions démoniaque donnaient à Fuun et Zetsubo des capacités physiques surnaturelles, dont des qualités de sauts extraordinaire. Certains paysans avaient même assurés qu'elles pouvaient voler, mais cela n'a jamais été prouvé. Le plus probable étant que les deux femmes possédaient une détente verticale proche des deux mètres, si ce n'est plus. Fortes de cela, elle procédaient à des attaques surprises, attaquant par les airs, puis profitant de l'effet de surprise pour décimer des villages entier. Le jeune royaume de Soriyeo, et son premier Roi Sori Hossouko, se retrouvait déjà sous la menace de ce dangereux duo. À plusieurs reprises, des missions d'interventions, menées par des soldats triés sur le volet, avaient été décrétées. Toutes, sans exception, c'étaient achevés avec le même résultat : aucun survivant. Les dépouilles étaient retrouvées baignant dans des mares de sang, et toutes avaient en commun la cause de leur état : gorge tranchée. Dans de rares cas, la décapitation avait aussi été observée. Les rumeurs se répandaient, et le petit peuple en était arrivé à croire les démones invincibles, et à simplement prier qu'elles ne passent pas par leurs terres.

Les agissements de Fuun et Zetsubo ne pouvaient plus durer. À la capitale royale, Sori Hossouko peinait à trouver une solution viable. Tuer définitivement les jumelles semblait impossible : quelques uns de ses meilleurs hommes avaient été décimés. À ce point-là de l'histoire, la nature démoniaque des esprits n'est qu'une rumeur de comptoir sans autre fondement que la puissance démesurée des deux femmes. Mais il s'agit là de la seule lueur d'espoir pour le Roi et fondateur des Lunes Rouges. Cette rumeur, il la fit vérifier, envoya des émissaires questionner les très rares survivants, des chercheurs étudier les points de passages connus des démones, des spécialistes militaires pour analyser leur stratégie d'attaque. Au cours d'un Conseil exceptionnel, les résultats s'étaient avérés concluants : la nature des jumelles était probablement démoniaque. Certes, cela n'était pas sûr à 100 %, mais c'était tout ce que le Royaume avait. En conséquence, Sori Hossouko décréta la tenue d'une ultime expédition, à laquelle il prendrait lui-même part. Épaulé par sept soldats d'exception, voués à constituer la base des Lunes Rouges, et trois chamans, le Roi prît le parti de défier les démones à un nouvel affrontement. Celui de la dernière chance, car s'il n'en réchappait pas, s'en était fini de Soriyeo, qui sombrerait à coup sûr dans le chaos causé par les deux femmes. La nouvelle se répandit comme une traînée de poudre, conformément au plan établit par Hossouko. Il rencontrerait son destin dans la forêt, là où quelque années plus tard se formerait la Province d'Altaïnan. Le choix des lieux avait longtemps fait débat : le risque d'embuscade était très élevé pour la petite troupe, mais cela était contrebalancé par le fait que les jumelles seraient incapable de lancer un assaut aérien, trahit qu'elles seraient par les bruits du feuillage. De plus, la forêt demeurant encore largement inoccupé, le risque de victimes collatérales parmi les civils étaient considérablement réduit, un point sur lequel Sori Hossouko n'avait rien concédé. Son choix finalement approuvé, l'expédition fût lancée.

C'était un jour pluvieux. Une bruine fine d'abord, qui avait commencée quelques jours auparavant. Mais quelques heures avant le début de l'affrontement, c'était une pluie torrentielle qui avait fait son apparition. Le terrain sur lequel les forces royales évoluaient était boueux, ce qui rendait l'avancée difficile. Depuis leur départ de la capitale, ils avaient tout mis en œuvre pour attirer les démones jusqu'à eux : traces de pas ostentatoires et sorts simples lancés par les chamanes avaient été leur quotidien. Désormais était venu le moment de vérité. En formation serrée, les chamanes placés en triangle à l'intérieur d'un cercle de soldat, Sori Hossouko attendait, tous les sens en éveil. Il avait plusieurs fois ressassé son plan : le but n'était pas de tuer Fuun et Zetsubo, mais de leur tenir tête assez longtemps pour que les chamans puissent enfermer l'essence démoniaque des jumelles dans leurs épées. Il s'agissait d'une manœuvre ardue, et le moindre contrecoup mettrait en échec la totalité de l'entreprise. Il ne fallut que quelques minutes aux jumelles pour mordre à l'hameçon. Comme Sori Hossouko l'avait prévu, les démones n'optèrent pas pour une attaque frontale. Au lieu de ça, elles se déplaçaient de branches en branches, à une vitesse irréelle, tentant de déconcentrer leurs adversaires. Il n'en fût rien, les soldats tenant la formation admirablement bien. Quelques instants plus tard, la première salve d'attaques survint, vive et précise. Chacune des deux jumelles frappa un des alliés du Roi, les blessant sans toutefois les tuer, avant de disparaître à nouveau dans l'épaisseur de la forêt. Sori Hossouka grinça des dents : la stratégie des démones était un problème, car elle réduisait ses hommes à parer au dernier moment, sans espoir de contre-attaquer pour ralentir l'ennemi. Un rapide coup d'œil dans son dos lui appris que les chamans avaient débuté leur rituel. À présent, il fallait tenir, coûte que coûte. Pendant plusieurs minutes, Fuun et Zetsubo continuèrent leur petit manège, frappant aléatoirement les soldats, qui se défendaient comme ils le pouvaient. Puis, alors que la phase finale du rituel débutait, les deux femmes comprirent ce qu'il se tramait. Attaquant de plus belle, elles tuèrent très vite trois soldats qui avaient déjà été gravement blessé au cours des assauts précédents. Réduits à cinq, les premières Lunes Rouges de l'histoire resserrèrent les rangs, alors que dans leurs dos, les incantations chamaniques reprenaient de plus belle. Désormais, le combat se déroulait sur la terre ferme. Empêtrés dans la boue, les mouvements de chacun étaient ralentis. C'est peut-être ce qui causa la perte des jumelles. Ralentis, leurs coups devenaient plus simples à parer, et des ouvertures devenaient exploitables dans leurs défenses. Redoublant d'effort, Sori Hossouko se battait avec toute sa hargne. Lui-même avait reçu plusieurs coups, fort heureusement superficiels, mais il s'était montré tout proche de toucher l'une des deux démones. À ses côtés, ses hommes montrait malheureusement leurs limites : l'un d'eux était tombé, portant à quatre le nombre de victimes, un autre continuait faiblement de se battre, malgré des blessures dont il ne se remettrait probablement pas. Tout à ses préoccupations, Sori Hossouko se retrouva à sa grande surprise désarmé, alors que face à lui, Fuun s'apprêtait à asséner un coup mortel. Soudain, la démone poussa un long cri strident, qui faisait écho à celui poussé par sa sœur, quelques mètres plus loin. Les chamans avaient réussis, et les yeux écarquillés, Sori Hossouko observa l'enveloppe charnelle de Fuun se décomposer, alors qu'une sorte de fumée sombre pénétrait à l'intérieur de la lame de son épée. L'esprit démoniaque de Fuun et Zetsubo avait été scellé.

Onze hommes avaient quittés la Capitale Royale, et seuls quatre étaient revenus. Aux quatre hommes morts au combat s'était ajouté un cinquième : le soldat qui avait été mortellement blessé avait vite succombé. Puis, sur le chemin du retour, Sori Hossouko avait lui-même du abattre l'un de ses frères d'armes. En effet, celui qu'il avait chargé de transporter les lames avait fini par être possédé par leurs pouvoirs. Il avait alors décapité l'un des chamans, avant d'être stoppé par le Roi, qui malgré son affection presque fraternelle pour l'homme, n'avait pas hésité. Arrivé dans la ville suivante, il fît l'acquisition d'un coffre, dans lequel il disposa des deux épées. Accueilli en héros à la capitale, il préféra taire sa dernière action, annonçant que le dernier soldat et le chaman étaient mort  sur le champ de bataille. Par la suite, les lames abritant les esprits de Fuun et Zetsubo avaient été entreposés dans la salle des reliques du Temple de Soyeo, où les nouveaux arrivants se voient conter la légende des démones jumelles.        
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fuun & Zetsubo: La légende des Lames Jumelles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les lames jumelles : Umi et Sora
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Bretagne magazine spécial légende arthurienne
» Les lieux de la légende...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Le Forum. :: L'autel des dieux. :: Propositions des joueurs-
Sauter vers: