Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mi-humains, mi-démons (PV)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Shado Kodokuna

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 22

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 22

MessageSujet: Mi-humains, mi-démons (PV)   Ven 26 Juin - 16:37



Depuis que j'avais pris la vie du Prince du Tsian, Lims Xaï, il n'y avait pas à dire, les choses s'étaient réellement compliqué. Désormais, l'Empire entier était à ma recherche. Des affiches reprenant une grossière description de ma personne trônaient dans les villages, promettant récompense à qui pourrait me stopper. Chaque fois que je passais devant l'une d'elle, je ne pouvais m'empêcher de rire, avant d'arracher ces morceaux de papiers. Personne ne peux me stopper, je suis Shado Kodokuna, la Lame du Chaos, l'hôte des Lames Jumelles Fuun et Zetsubo, le plus grand Assassin de l'histoire! Quelle idée farfelue de la part du Khagan que de mettre ses citoyens sur ma trace, dans l'utopique espoir de gloire et de richesse... C'est les envoyer à une mort certaine pour quiconque aurait le malheur de croiser ma route. J'ai déjà fait face à un avis de recherche, je sais m'en sortir, rester dans l'ombre, ma seule et meilleure alliée. Certes, j'ai fait face, ces derniers cycles, à quelques imbéciles m'ayant reconnu, mais je m'en suis vite débarrassé, profitant même parfois de leurs habitations et ressources avant de repartir. Il n'y a que comme ça que je puis survivre, car désormais, me montrer dans une auberge serait assez risqué. J'en ai trouvé quelques une, dans les banlieues sombres des différentes régions, qui acceptaient de me servir sans poser de question, en se basant sur une quelconque vendetta stérile contre la famille Impériale, mais elles furent bien rare.

En faisant mon retour de l'autre côté des montagnes, dans l'Empire Kyang, j'avais espéré que ma situation s'améliore. Un espoir la encore bien futile: le souvenir de mon passage au Palais Impérial Kyangais était loin d'être effacé dans les esprits de ces impériaux. Ainsi, je devais de nouveau avancer lentement, un pas après l'autre, toujours avec la plus grande prudence. Pour un adepte de la vitesse tel que moi, cela revenait à de la torture. Avancer de nuit, sauter certains repas, être à l'affût de la moindre opportunité de se restaurer ou de se reposer. Ne dormir que d'un seul œil, car des gardes vous recherche... la vie de meurtrier rechercher est épuisante. Mais en contrepartie, cela est tellement jouissif! L'adrénaline ne quitte que rarement mon corps, et savoir que je suis la principale inquiétude du monde entier me rempli de fierté. Les têtes couronnées du monde entier ont ordonnés mon arrestation, et je ne peux que m'en sentir gratifié. Et redoubler encore de prudence, car ceux à qui je n'ai fais aucun cadeau ne m'en feront pas non plus. Faire des détours, éviter les grands chemins, privilégier les allées sombres, la même routine, chaque jour. Sur la route de Daechong, mes pas devront me mener jusqu'à la province de Sanesawa. Là, je devrais trouver un moyen d'embarquer pour l'île. Un défi intriguant, pour lequel je n'ai pas encore établi une quelconque stratégie.

Mais sur mon chemin, dans quelques auberges en mal de clientèle, et de sombre réputation, j'ai entendu des rumeurs. Des bruits de comptoirs, qui enflent un peu plus au fur et à mesure que je me rapproche de la Cité Impériale. Le Prince Impérial, héritier de Kyang, Commandant des Aigles d'Or Katsutani Tsunahiro, fils de feu l'Empereur Hiro Tsunahiro, ce serait éveillé de son coma, conséquence directe de son escapade dans l'impardonnable forêt d'Ossoro. Cette nouvelle m'a mis la puce à l'oreille. Ce Prince, pour lequel j'ai risqué ma vie, aux côtés de la chamane, du caniche et d'un gouverneur, est enfin éveillé? Combien de temps a-t'il dormi, des mois? Cela m'intrigue. J'ai envie de lui parler. Bien qu'il doive encore se trouver au Palais Impérial, et qu'il serait folie que de m'y rendre, je ne peux résister à l'appel du danger. J'ai envie d'échanger quelque mots avec cet homme. Peut-être saura-il se montrer redevable, et faire quelque chose en retour. Tant de choses sont envisageable, que je prends ma décision sans vraiment peser le pour et le contre. J'irais au Palais, une nouvelle fois. Mais cette fois, j'aurais un réel objectif. Reprenant précipitamment ma route, il me faudra encore deux jours avant de retrouver les rues de la capitale. Elles sont telle que dans mes souvenirs: animées, bondées, pleines de vie. Le contexte parfait pour passer inaperçu. Au loin, c'est sans peine que j'aperçois le Palais Impérial, qui trône en haut de cet immense rocher, dont le seul point d'accès est solidement gardé. Néanmoins, je possède mon propre point d'entrée: une avancée dans ce pauvre caillou, suffisamment large pour servir de plate-forme de réception à un saut. C'est ainsi que j'avais pénétré dans l'enceinte impériale la première fois, et c'est encore ma meilleure chance aujourd'hui.

Me dirigeant vers le Palais, contournant plusieurs fois des patrouilles de gardes, je retrouve finalement mon tremplin. Complètement sans surveillance, pas un homme en armure aux alentours. Ces imbéciles n'apprennent donc pas... je soupire pour moi-même. Franchissant l'obstacle, j'escalade prestement les parois rocheuses, comme je l'avais déjà fait. Pour un humain normal, cela serait une réelle épreuve. Mais je ne suis pas normal, je suis la Lame du Chaos, rien n'est normal à propos de moi. Parvenu sur la terre ferme, je me met à nouveau en route. Comme lors de mon premier passage, je ne sais pas vraiment où aller, mais bizarrement, je marche avec la plus grande assurance, comme si quelque chose me guidait dans mes pas. Je passe devant le pavillon de la Princesse Hitomi, et ne retient pas un grand sourire. Marmonnant un air inventé, je continue d'avancer sans réfléchir, avec la certitude de prendre la bonne direction, alors que je n'ai aucune idée de là ou je me trouve. Je parviens finalement devant un nouveau pavillon, aux murs blancs, parsemés de dessins travaillés. Je m'arrêtes, C'est ici... me dis-je. Aucun moyen d'être sur, seulement cette sensation étrange au fond de moi. La porte n'est pas gardée, mais par mesure de sécurité, je privilégie un balcon, dont je force l'ouverture avec doigté. Pénétrant dans la pièce, je n'y trouve rien d'intéressant. Continuant mon investigation, je finis vite par trouver l'objet de mon désir. Derrière une porte entrouverte, je découvre le fameux Prince. Allongé sur sa couche, le corps fortement amaigri et couvert de cicatrices, ses yeux sont clos. Pénétrant doucement dans la pièce, je m'assois sur le rebord d'une fenêtre adjacente, m'offrant ainsi une porte de sortie rapide en cas d'imprévu. Le Prince ouvre les yeux au moment ou les premières syllabes s'échappent de mes lèvres:
Honnêtement... vous venez de passer des mois à pioncer, ne venez pas me faire croire que vous êtes encore fatigué. Je ris doucement, marque une pause, avant de reprendre. Mais c'est bien, vous êtes en vie, tant mieux. Cela m'aurait attristé de vous savoir mort. Risquer sa vie pour en sauver une autre n'est pas dans mes habitudes, alors si en plus vous aviez rendu l'âme... Et alors que je regardais par la fenêtre jusqu'alors, je tourne la tête vers lui. Les yeux grands ouverts, il me regarde fixement. Et oui... moi, un assassin activement recherché, je t'ai sauvé la vie. Enfin, ce qu'il en reste, vu ton état. Je le tutoie, signe évident que le respect de son rang et des protocoles ne s'applique pas à moi. Mais ne prends pas peur, je suis pas là pour te tuer. Je viens en ami... enfin, ami non. Plutôt, je viens sans hostilité.

Il se redresse, et je moi-même je fais quelque pas dans sa direction, non sans ouvrir légèrement la fenêtre. Le pavillon est assez bas pour que je puisse sauter sans me blesser. De plus, je reste sur mes gardes. J'ai beau dire que je viens sans volonté de tuer, je suis prêt à toute éventualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsutani Tsunahiro

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 20/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Ven 26 Juin - 20:18

« Tu étais faible avant que tu ne viennes à moi. Tu n’étais qu’un vulgaire habitant de ce que vous autoproclamez « Empire », mais je suis là maintenant et je compte bien rester. Ensemble nous pourrons accomplir de grandes choses. Dans le sang, les larmes et les lames, un destin s’offrira à nous. Mais pour se faire, il te faudra tuer et voir périr ceux que tu aimes. Il n’y a que le chaos dans mon monde, Katsu, tu le découvriras bientôt. »

Inerte dans son couchage, Katsu entendait cette inlassable voix qui intervenait sans prévenir. Il n’y avait jamais de moment de repos. Il n’y avait que ce démon qui le persécutait toujours et encore. Petit à petit, Katsu se sentait partir et faillir. Le démon prenait toute la place et lui n’avait plus que ses yeux pour assister impuissant à son déclin. Il aurait voulu crier et même s’enfoncer une lame dans son corps pour en finir, mais même cela il ne le pouvait pas.

« Tiens, nous avons de la visite »

Ses yeux s’ouvrirent doucement et il vit apparaître non loin de lui dans l’ouverture de ses appartements, une silhouette qui lui était familière. On aurait dit une ombre prête à décamper au moindre mouvement. Sa mémoire lui jouait des tours, mais il se souvint de cet être lors de sa libération dans la forêt d’Ossoro. L’individu masqué parla alors sans s’arrêter, ne manquant pas d’être direct et familier avec lui.

« Voici ton libérateur, Katsu, n’es-tu pas heureux ? »

Katsu sourit tranquillement en direction de cet hôte inattendu. Il s’assit sur le rebord de son matelas et laissa apparaître toutes les stigmates sur son corps. D’un air enjoué, il reprit la parole pour répondre à l’assassin qui lui assurait d’être venue sans hostilité. Si seulement il pouvait savoir… Il comprendrait dès lors que la plus grande menace dans cette pièce n’était certainement pas lui.

-Activement recherché ? dit-il avec ironie. Pas assez pour que vous ayez pu franchir l’enceinte du palais impérial apparemment.

Il laissa s’échapper une rapide esclaffade avant de reprendre.

-Je suppose que je devrais vous remercier pour m’avoir tiré de la forêt. Si c’est cela que vous souhaitez, sachez que je vous transmets mes salutations éternelles. Puisse cela vous donner une bonne place dans l’au-delà.

Katsu fixait l’assassin avec une petite lueur d’amusement. Si cet homme avait été assez fou pour venir jusqu’à lui, alors ils ne pourraient que bien s’entendre tous les deux.

-Je pense néanmoins comprendre que vous n’êtes pas venu que pour prendre des nouvelles sur mon état de santé. Même si cela m’aurait touché au plus profond de mon cœur, je crois percevoir une autre attente de votre part, n’est-ce pas ?

Bientôt, il découvrirait ce qui amenait l'assassin et cela ne faisait pas de doute qu'il aurait le temps de pouvoir s'amuser un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shado Kodokuna

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 22

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 22

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Dim 28 Juin - 19:17



Cela avait beau faire des mois que Katsutani Tsunahiro avait été secouru de la forêt d'Ossoro, on aurait dit que ses blessures refusaient de cicatriser. Quand il s'était redressé et m'avait totalement fait face, je n'avais pu retenir une petite moue entendue, l'air de dire "pas mal, les cicatrices". Je ne savais toujours pas ce qu'il avait pu vivre dans cette grotte, peut-être devrai-je lui demander. En attendant, je le vois qui ironise et s'esclaffe sur mon indice de recherche. C'est vrai que son état à du inciter un peuple entier à une extrême prudence, et que le sommeil du prince a du être épié jour et nuit, sans relâche. Me voir m'introduire dans ces appartements privés avec tant de faciliter peut donc légitimement pousser l'héritier de Kyang à minimiser mes dires. Répondant à son rire par le rire, c'est avec une fierté non dissimulée. Et pourtant, crois-le ou non, mais je suis bien l'homme le plus recherché du monde. A l'heure actuelle, probable que tes chers soldats me croient encore au Tsian. Il faut dire que j'ai bien fait honneur à mon surnom là-bas. La Lame du Chaos y a décimé un village entier, et tué un Prince Impérial. Ces souvenirs m'arrachent un soupir et un sourire satisfait. Attendant sa réaction, je reprends ensuite: Tu peux donc bien te douter qu'en termes d'infiltration de Palais Impériaux, je n'en suis pas à mon coup d'essai. La gamine imprudente qui te sers de sœur et qui se dit Princesse peut en témoigner! Ha ha! Tu aurais du voir sa tête quand j'ai décapité sa servante sous ses yeux, c'était d'un jouissif... Je restes un instant à rire seul. Sacré princesse, quelle journée ça avait été. Presque nostalgique, je reprends: Et oui, ce n'est pas la première fois que je viens sur ton caillou. Honnêtement, tu devrais penser à changer de gardes. Ces blaireaux en sont encore à se demander comment je suis arrivé la première fois, et bien sûr, aucun n'a pensé à vérifier les environs. Vraiment, même les rats sont plus malins que tes gardes. Comment est-ce que tu fais pour te sentir en sécurité?

Lorsqu'il apprend que je suis celui qui l'a sauvé, il s'empresse de me remercier. Son rapprochement avec le traitement qui me sera réservé après mon dernier souffle manque de me faire hurler de rire. Il me faut un effort surhumain pour ne pas faire trop de bruit. Ah, pauvre imbécile... Sauver tes fesses est sûrement la seule bonne action que j'ai accompli dans ma vie. Le temps, contrairement à toi, je ne le passes pas à roupiller tranquille dans mes draps en soie. Moi, je m'occupe en tuant des innocents, en blasphémant à tout va, en en tuant encore plus. Bondissant sur le rebords de la fenêtre, et écartant les bras de manière théâtrale, je bombe un peu plus le torse et clame: Car je suis Shado Kodokuna! Soldat de formation, assassin de profession et meurtrier par passion! La Lame du Chaos, le Tueur de Héros, le Pourfendeur Noir, j'en passe et des meilleurs. Tout ça, c'est moi. La dernière incartade dans ton jolie Palais? C'est moi. Le massacre d'un village au Tsian? C'est moi! L'exécution du Prince Impérial Lims Xaï par décapitation de sang-froid? C'est! Moi! Ha ha! Ma vie est tellement géniale!

Regagnant la terre ferme, je ris de plus belle, sans vraiment prêter attention au Prince. Me déplaçant aléatoirement dans la pièce, tel un serpent, je regagne quelque temps mon sérieux. Pour la forêt, pas la peine de me remercier, ni d'espérer pour moi un futur meilleur dans l'au-delà. Quoi que si, remercie moi encore! Sans moi, l'expédition d'incapables envoyée à ta rescousse serait encore dans la forêt, et pas forcément en un seul morceau! Heureusement que je passais par là, hein?

De nouveau face à lui, je note un regard amusé émaner de sa personne, tandis qu'il me demande les réelles raisons de ma visite. Il croit deviner que je viens chercher autre chose en ces lieux. Plus personne ne croit aux visites de courtoisie de nos jours... Je soupire en secouant légèrement la tête. Et si c'était le cas? Et si j'étais juste venu défier la mort une fois de plus pour obtenir des nouvelles de la tête couronnée que j'ai sauvé pour ainsi dire seul? Le croirais-tu? Non. Bien sûr que non. Je bondis dans son dos, debout sur sa couche. Mais tu as raison. Vu que je suis là, autant que tu me serve à quelque chose. Pour une fois dans ta vie. J'hésite un instant, bondissant ici et là, avant de revenir face à lui, l'air confiant. Pour être honnête, je prends la route de Daechong. Mais qui voudrait m'y emmener, pas vrai? Tu peux peut-être faire quelque chose... Et puis, papa est mort, ça par contre, c'est pas moi, je te jure. Oh! Et ça fait bien longtemps que je n'ai pas tué sur commande. Si tu as un contrat pour moi, et que tu ne te sentirais pas trop déshonoré de collaborer avec l'être humain le plus proche du Démon, je suis preneur.

Tout en parlant, je continuai à me déplacer avec frénésie, jetant des regards vers la fenêtre, me tenant prêt à toute éventualité, toute arrivée intempestive dans les appartements princiers. Mon air enjoué, mon manque certain de respect des protocoles et mon absence apparente de précautions doivent bien le divertir, le Katsu. Mais je m'en moque, je vis comme je l'entends. Car c'est bien cela, la liberté qu'ont les hors-la-loi. La possibilité de faire ce qu'ils veulent, quand ils le veulent. Et moi, Shado Kodokuna, la terrible Lame du Chaos, je me délecte de chaque instant de cette liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsutani Tsunahiro

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 20/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Dim 28 Juin - 20:30

Une fois de plus, Katsu se mit à sourire en entendant l’assassin raconter son parcours pour venir jusqu’à lui. Si le vrai Katsu désespérait de ne rien pouvoir faire, le démon s’amusait incontestablement de cette visite. Il n’y avait pas de doute, cet individu était hors norme. Non pas pour les faits dont il se vantait, mais bien pour son manque cruel d’humilité. Il se souvenait bien de lui, dans cette forêt qui avait été animé par ses morts qu’il leur avait envoyés. Cet homme s’était bien battu, mais de là à dire qu’il avait plus excellé que les autres, il en était moins sûr. Après tout, s’il l’avait réellement voulu, cet assassin aurait fait partie de ses serviteurs comme tant d’autres. S’il était là, c’était bien parce qu’il l’avait voulu et c’est précisément cette situation qui le distrayait au plus haut point.

Indéniablement, l’assassin ignorait que plusieurs aigles d’or montaient la garde devant ses appartements et que d’autres tenaient des positions tout autour. Mais l’heure n’était pas encore à l’exercice. Alors une fois de plus, le démon prit la parole à la place de Katsu.

-Meilleur guerrier du monde ? Rien que ça ? dit-il en riant. Ce qui est intéressant avec les hommes de votre acabit, c’est que tous s’autoproclament ainsi. Mais cela ne m’a jamais empêché de dévisser leur tête afin de leur faire comprendre qu’il y a toujours meilleur.

En tout cas, je suis heureux que le meilleur guerrier du monde ait prit part à ma libération. J’imagine que je serai mort sans vous.
Dit-il en souriant une fois de plus. Mais trêve de bavardage, revenons-en à vos mots. Vous dite avoir décimé un village entier, et ce, par plaisir…. Excellent ! Il semblerait que ma quête pour trouver un homme plus fou que moi se termine enfin.

Il se servit une tasse de thé qu’il but aussitôt d’une seule gorgée alors que le liquide verdâtre était encore bouillant.

-Alors comme ça, vous avez décapité la servante de ma sœur devant ses yeux ? Cet exploit a dû l’impressionner, ça ne fait aucun doute. Un homme de votre stature qui tue une âme sans défense, un moment inoubliable je présume.

Vous êtes intéressant Shadokuna, la « lame du Chaos » et le « tueur de héros », ou bien même le « pourfendeur des dindons de Miyong ». Appelez-vous comme il vous sied le plus, cela ne me dérange pas le moins du monde. Pour dire vrai, je n’ai pas grand-chose à faire de vos exploits et autres basses œuvres comme l’assassinat d’un prince impérial. Cela m’est un peu égal. Mais je vois en vous un homme sans valeur morale, sans loyauté, sans attache et cela m’intéresse grandement voyez-vous.

L’assassin avait beau gesticuler et se déplacer dans tous les sens, Katsu lui, n’avait pas bougé d’un pouce. Cette hyperactivité de la part de son hôte était peut être un signe de nervosité. Un assassin nerveux ? Mauvais mélange ! Il en arrivait alors à la deuxième partie de l’entretien, la plus intéressante peut-être.

-Collaborer avec l’être le plus proche du démon vous dites ? Mais bien sûr ! Je suis preneur ! Je n’attends que ça depuis des milliers d’années, dit-il avec une petite lueur de folie dans le regard.

Au même moment, une vingtaine d’aigles d’or déboulèrent dans la chambre et finirent par les entourer en seulement quelques secondes. Les meilleurs guerriers de Kyang leur faisaient face avec leurs visages masqués et leurs fronts parsemé de l’aigle doré. Ces hommes étaient encore vivant pour l'heure, mais lui les préférerait mort.

-Avez-vous pensé une seule seconde que vous étiez attendu ? dit-il en riant encore. J’ose espérer que vous me montrerez de quoi vous êtes capable, sinon, je crains fort que nous n’ayons jamais plus l’occasion de pouvoir collaborer.

Il n’y avait rien de mieux qu’un peu d’action pour se remettre d’aplomb. Ainsi, il verrait de quoi l’assassin était fait car s’il y avait une chose qu’il détestait plus que tout, c’était bien qu’on lui mente sur la marchandise. Au loin, Katsu assistait à la scène en restant l’homme le plus impuissant du monde.

« Profites-en, Katsu, le spectacle va bientôt commencer ».




Mjitage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Dim 28 Juin - 22:44


Intervention du Maître du Jeu

La joute verbale se termina sur une note enjouée de la part du prince héritier de l'empire de Kyang. Cet homme, emprisonné dans une vil torpeur démoniaque, n'était plus le maître de ses mots et la voix peu impressionnée qui s'échappa de sa bouche n'eut pas a donné de quelconques ordres avant que le véritable spectacle ne commence. Une vingtaine d'Aigles d'or, les soldats d'élite de l'empire débarquèrent dans la chambre privée de Sa Grandeur et bloquèrent machinalement toute sortie possible avec une vitesse impressionnante. Vêtus de leurs belles armures et de leurs masques de guerriers, ils examinaient l'intrus avec une froideur et un sérieux à rendre le plus brave des héros frémissant à l'idée d'une mort certaine. La pièce était relativement exigüe, davantage depuis que tout ses soldats s'étaient dévoilés. Ils entouraient le corps solitaire de l'étranger tels des vautours autour d'une charogne en plein désert. Puisque l'espace était restreint, les Aigles d'or s'armaient de leur lames wakizashi, plus favorables aux faibles dimensions de l'endroit.

Si l'assassin aux yeux pourpres était désavantagé par le nombre armé qui l'entourait, celui-ci connaissait cependant les diverses sorties qui lui permettraient de sauver sa peau. Toutefois, confiant comme il l'était dans ses propres habilités,  il s'arma de ses lames jumelles, prêt à en découdre avec la pitance qui se jeta directement sur lui. Protégé par une armure simple et légère, il possédait une meilleure agilité que ses opposants, même dans un lieu restreint. Un courageux s'élança sur lui, brandissant sa lame courte, visant le visage, mais les réflexes d'assassin de Kodokuna le désarma presque aussitôt et c'est avec un moment habile qu'il planta son épée dans une ouverture de l'armure, c'est-à-dire vers le visage, là où un œil reposait. Le bruit dégoûtant de la chair fauchée se fit entendre et c'est avec un intense cri de douleur que le corps recouvert d'armure s'effondra par terre. Cela n'empêcha pas d'autre Aigles d'Or ne sauter dans l'ombre du cadavre avec la bravoure propre aux Kyangais.

Le prince héritier, de son côté, se contenta de se mettre à l'écart afin de s'amuser de la situation, un sourire plaisantin aux lèvres. Certains auraient pu juger que son comportement était anormal, toutefois qui était assez haut pour porter un jugement envers un individu aussi important? Les Aigles d'Or étaient docilement au service des membres de la famille royale et davantage envers le commandant de ceux-ci. Ils combattraient un dieu venu sur terre si tel était son ordre.

Malgré les aptitudes et le savoir de l'assassin au combat et de ses anciens réflexes de Lune rouge, celui-ci fut peu de temps après étouffé sous les efforts de la foule qui se jetait sur lui en même temps. Un guerrier de l'ombre comme lui était plus efficace dans les coins sombres et selon les circonstances dans des duels. Son corps souple fut mis à genoux, quatre lames ennemies menaçaient de lui trancher la gorge à tout moment. En menaçant d'une quelconque façon un membre de la famille impériale, le prince héritier qui plus est, l'étranger aux yeux pourpres se méritait aussitôt la peine capitale, c'est-à-dire la mort, par tout les moyens possibles. Cependant, avant que ses soldats ne puisse commettre l'irréparable, le prince ordonna le repos. Peut-être que cet arrogant personnage pouvait lui être utile?


Arbitrage de l'Être Suprême, à la demande du membre Tsunahiro Katsutani pour le sujet « Mi-humains, mi-démons ». L'arbitrage du Staff prend en compte la situation, les forces et les faiblesses ainsi que les avantages et désavantages de chaque personnages concernés dans l'histoire de ceux-ci. En cas de conflits, mécontentements ou questionnements, veillez à contacter Être Suprême. - Être Suprême
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shado Kodokuna

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 22

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 22

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Lun 29 Juin - 13:26



Mes mouvements, aléatoires et désordonnés, n’impressionnaient guère mon hôte. Au contraire, j'ai le sentiment qu'il me prend pour un clown de bas étage. Sa théorie sur l'arrogance des assassins va également dans ce sens, en plus d'être assez proche de la vérité. En même temps, n'importe quel vagabond tueur se doit de se croire le meilleur s'il souhaite réellement survivre. Du moins, c'est là mon point de vue. Mais c'est avec confiance que je me dresse face au Prince et lui répond.J'adorerais te prouver mes dires, mais te tuer maintenant n'aurait aucun intérêt. Quand tu seras totalement rétabli, fais moi signe. On se fera un petit duel.
Et alors qu'il poursuit en parlant de la forêt d'Ossoro, je ne peux une fois de plus réprimer un léger soupir. Personne ne me prend au sérieux dans ce foutu Empire. La Princesse n'avait pas eu peur de moi, jusqu'à ce que découpe sa servante. La femme-serpent rigolait sans doute encore de ma visite. Et ce Katsu passait son temps à ironiser sur mes mots. Il semblerait que je sois obligé de prouver ma valeur, une fois de plus... Toutefois, mon soupir encore souriant se change en un visage curieux et des sourcils froncés. Il a bien dit que sa quête pour trouver plus fou que lui prenait fin? Voilà qui est assez étrange. Prenant à nouveau le parti de l'humour, je lance Et bien, avec un futur Empereur à moitié fou, ça promet de belles années pour l'Empire!

Mais alors que je continue mes vagabondages extravagant dans la pièce, je me pose des questions. De son côté, le Prince vient de descendre une tasse de thé encore fumante d'une seule gorgée, et continue de se moquer de moi et de ma manière d'agir. Rabaissant à nouveau mes accomplissements, il se dit intéressé par mes services, voyant en moi un homme sans attaches, sans morale et sans loyauté. Alors que je lui fais face à nouveau, je réponds avec le sourire: Je suis un homme libre comme l'air. Pas d'amis, pas de famille, rien. Je tue qui je veux, si je le veux, et sans jamais échouer. C'est ça qui fait de moi le meilleur au monde. Une collaboration avec l'homme le plus proche d'un Démon est sans risque d'échec. Et à ces dernières paroles, le voici qui rit de plus belle. Il attends cela depuis des milliers d'années... Et dans son regard, une lueur loin, bien loin de la lueur humaine me fixe. Fronçant les sourcils de plus belle, je me pose d'autant plus de questions. Ce n'est pas Katsutani Tsunahiro qui est en face de moi. Il y a un problème dans l'affaire. Qui es-tu? Ce n'est pas le Prince Impérial. Du moins, pas à l'intérieur.

Et alors que je prononces cette accusation, la porte de la chambre impériales s'ouvre brusquement, et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, me voilà totalement encerclé par vingt Aigles d'Or, qui bouclent toute issue possible. Enfin presque: je pourrais toujours sauter à travers la fenêtre, mais les éclats de verre pourraient me blesser. Les hommes en armure s'arment d'épées courtes, plus propices à un affrontement dans cet espace clos, rendu microscopique par l'arrivée des soldats. Même si à l'intérieur, je suis des plus sérieux, je ne me suis pas départi de mon sourire de tordu. Dégainant Fuun et Zetsubo, mes deux lames maudites, je lance par dessus mon épaule: Un test? Très bien. Je parle avec confiance, mais au fond de moi, j'ai conscience qu'il faudrait un miracle pour que je m'impose. Je sens la puissance des démones jumelles dans mes mains, et peut-être que la chose que je soupçonne d'être à l'intérieur du Prince Katsutani la sens aussi. Les vingt guerriers en armure lourde et aux masques me font face. L'assaut est imminent. Mais soudain, l'un d'entre eux brisent la formation et se lance seul sur moi, toute lame dehors. Mes yeux brillent d'un éclat mauvais, et je souris de plus belle tout en chuchotant: Stupide. Je pare facilement son attaque avec Fuun, et lui transperce l'œil avec Zetsubo, faisant pivoter la lame dans sa chair, le faisant hurler de plus belle, avant de le laisser inerte sur le sol. Aussitôt, je ressens la terrible malédiction de la femme-serpent s'abattre sur moi, sous la forme d'une nouvelle ligne de brûlure, en plein milieu de la cage thoracique. La douleur, assez vive pour me déconcentrer un quart de seconde, lance le reste des Aigles d'Or sur moi. Dans ce combat injuste, je me défends aussi bien que possible, en parant de nombreuses attaques, en esquivant d'autres coups. Dans la mêlée, j'ai également réussi à toucher, sans tuer, deux, peut-être trois hommes supplémentaires. Mais au bout de quelques minutes seulement, l'avantage du nombre se fait sentir, et je suis mis au sol, quatre lames sous la gorge, prête à en finir de moi. Sous les masques des Soldats, j'en entends certain murmurer: C'est lui. C'est la Lame du Chaos!. Mais alors que d'ordinaire, je me serais gonflé de fierté à l'ouïe de cela, je n'y porte pas attention. Mon esprit est accaparé par ma défaite. Vingt soldats, est-ce là ma limite? Ne suis-je donc pas capable de triompher de vingt soldats? Cela me rappelle une scène de combat, datant de l'année précédente. Mon combat contre les Lunes Rouges de Soriyeo, à la frontière du Royaume. Douze contre un, et aucun ennemi ne m'avait seulement touché. Depuis, j'ai pourtant énormément progressé, voyagé, et pourtant, face à vingts hommes, je n'ai pas été capable de gagner. Pourquoi? Les Aigles d'Or sont-ils supérieurs aux Lunes Rouges? Ma vie d'assassin m'a-t'elle fait perdre mes qualités de soldats? Non. Seulement une pauvre histoire de circonstances. Mon combat contre les Lunes Rouges s'était déroulé dans un espace ouvert, me permettant de me déplacer à ma guise. Et surtout, ce n'était pas moi, en quelque sorte, qui m'était battu, mais l'autre. L'esprit qui sommeille au plus profond de mon âme, ou les esprits des lames jumelles qui avaient pris possession de mon corps. L'un ou l'autre, qu'importe, ce n'était pas Shado Kodokuna qui avait vaincu les Lunes Rouges seul, c'était Shado Kodokuna en forme possédé. Là était la grande différence. Et maintenant, j'en viens à penser que si j'étais capable d'appeler à moi cette forme quand j'en ai besoin, plutôt que de la laisser se manifester lorsque je suis sujet à la colère, serait un énorme avantage. Mais au lieu de ça, je n'ai pas su vaincre les Aigles d'Or, qui s'apprêtent désormais à m'exécuter sommairement, sans aucune forme de procès. Une fin mérité pour moi. En fin de compte, la chamane avait raison: c'est mon arrogance qui a causé ma perte. J'aurais tenter de fuir dès que j'en avais l'occasion, mais je n'ai pas saisi l'opportunité qui s'offrait à moi. Et je vais en payer les conséquences.

Soudainement, alors que la lame de celui qui se destinait à être mon bourreau se soulevait dans les airs, le Prince, resté en retrait jusqu'alors, ordonne le repos. Relevant un regard circonspect vers lui, je l'interroge du regard? Que peut-il avoir derrière la tête? Aurait-il senti un potentiel en moi? La puissance de mes démons? Ma prestation l'aurait-elle convaincu? Mon regard se fait interrogateur, alors que je suis tout ouïe aux paroles du Prince Impérial Katsutani Tsunahiro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsutani Tsunahiro

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 20/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Lun 29 Juin - 16:47


Comme prévu, le combat fut intéressant et le démon qui possédait Katsu se délecta du spectacle en se resservant une tasse de thé pendant que les aigles d’or tournoyaient autour de l’assassin. Sans grande surprise, celui qui se faisait appeler « lame du chaos » mit à terre un des assaillants sans trop de difficultés. Katsu esquissa un bref sourire en attendant la suite avec impatience, mais l’héritier impérial était déjà impressionné par la rapidité et la réactivité de l’assassin. Il vit alors l’un des aigles chuter par terre avec une petite marre de sang se formant juste en dessous de sa tête et de son torse.

« Ses lames sont intéressantes. Pas étonnant qu’il soit si avide de sang »


Mais juste après, les aigles d’or finirent sans mal à mettre l’assassin à genou. Ainsi, quatre lames entouraient déjà le cou du meilleur guerrier du monde. Cela le fit sourire de nouveau tandis qu’il terminait sa tasse bien bouillante encore une fois. L’un des aigles qui tenait sa lame son le menton du pauvre fou se tourna vers lui afin d’avoir son accord pour poursuivre l’exécution, mais Katsu fit un signe de main pour arrêter la manœuvre.

-Non, laissez le moi, lieutenant, je m’en occupe. Vous et vos hommes pouvez disposer.

Aussitôt, les quatre lames se levèrent sans même effleurer l’épiderme de l’assassin encore à genou devant lui. La garde disparut alors sans sourciller, ni même poser une seule question quant à l’avenir de cet homme. Ils se retrouvèrent de nouveau seul même si l’un des gardes gisait encore sur le sol complétement inanimé.

-Levez-vous Shadokuna, lame du chaos. Vous avez réussi à tuer l’un de ces hommes, je vous félicite.

Sans attendre, Katsu mit un genou à terre de façon à pouvoir toucher le crâne de l’aigle qui avait déjà gagné l’au-delà. Ses yeux devinrent aussi rouges que du sang et ses veines noircirent tout le long de son épaule et de son bras qui touchait le visage du pauvre aigle. Après quelques convulsions de la part du cadavre, celui-ci rouvrit les yeux tout en dévisageant l’assassin avec un regard aussi froid que de la pierre. L’aigle se releva alors d’une façon presque machinale et fit de nouveau face à l’assassin d’un air menaçant. A côté de lui, Katsu s’était relevé et assistait au spectacle avec le plus grand plaisir.

- Apporte-moi mon katana ! dit-il en direction du mort.

L’aigle à l’allure chancelante obtempéra sur le champ et lui apporta sa lame quelques secondes après. Ce sur quoi, Katsu le décapita d’un coup sec juste après l’avoir récupéré. Un petit filet de sang arriva jusqu’à sa joue, qu’il lécha aussitôt avec sa langue.

-Etes vous toujours prêt à collaborer, lame du chaos ? j’ai un travail pour vous. conclut-il avec la même petite lueur de follie dans ses yeux. Si oui, je vous offre la vie en échange d'un petit service que vous pourriez me donner.


Dernière édition par Katsutani Tsunahiro le Mar 30 Juin - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shado Kodokuna

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 22

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 22

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Lun 29 Juin - 19:54



Après m'avoir vu me battre quelques minutes, le Prince avait stoppé mon exécution, et renvoyé ses hommes de là où ils arrivaient. Seuls restaient lui, moi, et ma seule victime du combat, qui gisait au sol, le visage baignant dans son propre sang. Je me redresses immédiatement. Au cours du combat, je n'ai même pas été blessé, tout au plus quelques coups que je ne sentirais plus dans les cinq prochaines minutes. Observant Katsutani, je décèle de nouveau cet air amusé se peindre sur son visage. Le fait qu'aucun de ses hommes n'aient protesté une seconde lorsqu'il les a renvoyé m'impressionne également. C'est donc ce genre de dévouement que les Aigles d'Or ont pour leur chef? Face à moi, le Prince m'a félicité d'avoir réussi à tuer un seul homme. Est-il sarcastique, ou croit-il vraiment ce qu'il dit? L'un ou l'autre, c'est avec une grimace que je réponds: Pas mal, ton petit test. Tu m'as eu, j'accepte. La prochaine fois, je ferais mieux. Je viens pour la première fois de ma vie de goûter à l'échec, et je n'ai pas vraiment apprécié. Je le toise encore un peu, avant d'ajouter: Et appelle-moi juste Shado. Ta manière de mixer mon nom et prénom est énervante.

A mes paroles, je ne sais pas s'il a porté attention. Agenouillé au chevet de l'Aigle d'Or mort, il a posé sa main sur son crâne. Ne sachant que dire, je me contente d'observer. C'est alors que se produit l'impossible: Petit à petit, ma victime revient à la vie, et les caractéristiques de sa personne ne peuvent que rappeler le soldat possédé qui m'avait fait face dans la forêt d'Ossoro. Le fait que j'ai moi-même tué cet homme ce jour-là est sans doute la raison pour laquelle je ne semble pas plus perturbé que ça par cette résurrection. Toutefois, lorsque le mort-vivant se met à me fixer, je raffermis tout de même ma prise sur mes lames. Katsu lui ordonne d'aller lui chercher son katana, et immédiatement, l'éventualité d'un deux contre un se profile. Cela ne m'effraie pas. Je viens peut-être de perdre, mais il y avait alors dix fois plus d'ennemi. Je peux gérer deux adversaires simultanés. Mais lorsque le soldat tend la lame à son Prince, je comprends facilement que les projets de ce dernier étaient tout autre. D'un coup vif, il décapite son propre subordonné, et lorsque le crâne casqué heurte le sol, je ne peux retenir un ronronnement jouissif. D'abord bouche bée face aux événements dont je venais d'être témoin, mes yeux s'étaient peu à peu mis à briller d'une lueur mauvaise, et mes babines s'étaient progressivement étirées en un sourire dément, carnassier. C'était... c'était... Je bégaye, cherchant mes mots. C'était incroyablement stylé!!! Comment t'as fait ça? Et la décapitation! Splendide!! Tu sais y faire en terme de mise à mort. Ton geste était pas mal, sans doute pas ta première, mais on voit que tu ne privilégie pas forcément cette forme de meurtres. Si tu avais tranché en diagonale vers le haut, tu aurais donné un petit effet rotatif au crâne, et le bruit au moment du contact avec le sol aurait mieux résonné. Mais ce ne sont que des détails. J'ai parlé très vite, avec excitation. La décapitation étant ma méthode de prédilection, le bruit d'une tête qui heurte le sol me rends toujours très heureux.

De son côté, le Prince reste toujours dans une forme d'économie de mouvement. Sûrement à cause de ses blessures pas totalement cicatrisé, et de son corps encore faible. Cela donne un genre, c'est indéniable. Mais Katsu me propose désormais du travail. Bien que très intéressé dès qu'il s'agit de donner la mort, je garde un visage très sérieux, qui contraste avec l'attitude exubérante que j'avais auparavant. Si je suis prêt à collaborer? Bien sûr. Mais ces conditions ne me conviennent pas, et je n'hésite pas à le lui faire savoir. Travailler pour toi ne me poserai aucun problème, chose à l'intérieur du Prince. Mais je représente le haut du panier. Le sommet de la montagne. Si tu veux que je t'aide, il va falloir y mettre les formes. Quelques pas seulement nous séparent, mais je me place parfaitement face à lui. Il est un peu plus grand que moi, mais qu'importe, ce n'est pas cela qui va me stopper. Tu n'as pas répondu à ma question, tout à l'heure. Qu'est-ce que tu es? Ce n'est pas la manière d'un Prince que de parler ainsi. Et tu sembles encore bien jeune pour quelqu'un qui attends un homme de ma trempe depuis des millénaires. Alors, qu'est-ce que tu es? Au fond, ce n'est pas important, tant que nous parvenons à un accord. Mais pas la peine d'essayer de me leurrer davantage. J'ai bien compris que je ne m'adressais pas à Katsutani Tsunahiro. De nouveau, je marque une pause, plantant mon regard dans le sien. Ce face à face dure quelque temps, le temps de sa réponse. Mais je reprends bien vite: A l'heure actuelle, tous les autres assassins de ce monde accepteraient ton offre sans sourciller, et quitterais ce caillou sans demander leur reste, sans accomplir le contrat. Pas moi. En ce qui concerne ton offre, je l'ai dit, les conditions sont insuffisantes. Vois-tu, si tes Pigeons Jaunes étaient toujours là, avec leurs lames sous ma gorge, j'aurais sûrement accepté. Mais maintenant, le contexte est différent. Encore une pause, je continue de le fixer, avec une lueur de défi dans le regard. Rappelle les si ça te chante, je les décimerai. Je ne perdrai pas deux fois de suite. Du bluff, du moins en partie. Si de nouveau les Aigles d'Or m'encerclent, je perdrai à nouveau. Mais j'activerais ma forme possédé. Comment, je ne sais pas, mais d'une manière ou d'une autre, j'y parviendrais. Il apparaît évident que cette chose en moi a plus de chance que moi de réussir. Les rappeler, je reprends, C'est ta seule chance de me faire accepter le contrat dans les conditions actuelles. Tu pourrais essayer de m'y forcer seul, mais comme je te l'ai dit, je te prends quand tu veux en duel singulier. Par chance pour toi, je suis ouvert à la négociation, et je ne suis pas trop ennuyeux. Pour conclure notre accord, pas besoin d'or, je n'en ai que faire, je peux prendre ce que je veux dans ce monde, quand je le veux. Vie ou vivres. En revanche, je compte me rendre sur l'île de Daechong une fois ce rocher quitté. Si tu m'arranges de quoi quitter le continent sans encombres, alors j'exécuterais autant de personne que tu le souhaite. Ou alors, si tu n'es pas disposé à m'aider de ce côté là, j'ai une autre proposition. Vois-tu, depuis quelques temps déjà, je suis la victime d'une malédiction de la part de la chamane qui a pris part au sauvetage de ton corps. Rien de dangereux pour moi, seulement de quoi me gêner ponctuellement. J'ai vu ce que tu viens de faire. Si tu me débarrasses de ce maléfice, je suivrais tes demandes. Je m'approche d'un pas. Désormais à portée de bras, je lui laisse le temps d'assimiler mes demandes, avant de les résumer: Un voyage pépère pour Daechong, ou l'annulation d'un maléfice. Ou les deux, si tu es vraiment gentil, mais je ne me fais guère d'illusion. Bref, l'un ou l'autre, et je tue autant que tu veux. Voilà mes conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsutani Tsunahiro

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 20/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Mar 30 Juin - 11:38

Il était étrange qu’un assassin ait la langue aussi bien pendue. D’habitude, ces hommes étaient de véritables ombres, mais là, il était surement tombé sur une exception. Finalement, la discrétion de cette lame du chaos laissait à désirer. Non seulement, ses gardes l’avaient vu venir depuis longtemps, mais en plus cette trop grande curiosité commençait à le titiller. En réalité, ce shadokuna n’était qu’un enfant égaré de plus dans le monde des humains. Il ignorait ce qui avait amené cet individu à devenir aussi détestable, mais les aléas de la vie d’un homme pouvaient être difficiles, lui-même le savait. Néanmoins, Katsu s’amusait encore et toujours, mais comme tout, il s’en lasserait surement à un moment donné. Il écouta dès lors l’assassin d’une seule oreille comme si les mots n’avaient été qu’un petit bourdonnement. Une fois qu’il eut terminé, il ne put s’empêcher d’esquisser un bref sourire. Décidément, cela avait vraiment du bon d’être dans une enveloppe humaine.

-De l’aide ? Pensez-vous réellement que j’ai besoin d’aide ? Non, je vous propose un contrat, ni plus ni moins. Vous n’êtes qu’un pion sur un échiquier qui vous dépasse largement. Si vous n’êtes pas prêt à comprendre cela, alors nous ne pourrons conclure une entente. Quant à ce que je suis vraiment ? Mais vous le voyez vous-même, je ne suis qu’un homme qui possédera bientôt un empire et qui mettre à feu et à sang le monde que nous connaissons, mais cela ne vous concernera nullement si vous avez la justesse d’esprit de vous enfuir sur Daechong, ce que je vous souhaite.

Alors, revenons-en à notre entente si vous le voulez bien. Vos menaces sur ma personne ne me font ni chaud, ni froid. Je crois que vous n’avez pas l’air de bien comprendre qui est celui qui mène la barque. Car vous avez jusque-là un parcours parsemé d’erreurs depuis que vous avez franchi l’enceinte du palais impérial. Non seulement vous pensiez être entré sans avoir été vu, ce qui était votre première erreur. Vous venez en plein jour rendre une visite à l’homme qui est surement le plus craint de l’empire et le plus surveillé : deuxième erreur. Vous repassez au même endroit qu’à votre première visite dans les appartements d’une princesse impériale, après avoir exécuté sommairement une servante : troisième erreurs. Vous vous faites entourer par une vingtaine de gardes d’élite dans un endroit clos pour finir avec quatre lames prêtes à vous décapiter au moindre mouvement de mon petit doigt. Et vous me parlez de « mon unique chance pour moi de vous faire accepter le contrat » ? Mais à ce rythme-là, lame du chaos, ce serait plus à vous de vous mettre à genou afin de me supplier de vous engager malgré toutes les bourdes que vous avez commis.

Vous n’êtes pas indispensable pour moi, Shadokuna. Je peux me passer de vous ou vous permettre de rejoindre Daechong sans problème, à condition que vous exécutiez la mission que je souhaite vous donner. Et encore, je ne sais même pas si je vous la confierai vraiment. Votre pathétique entrée et votre indiscrétion flagrante est sur le point de me faire changer d’avis. Même si je dois noter néanmoins quelques bonnes aptitudes de votre part à vous distinguer un minimum des soldats lambda.

En ce qui concerne votre malédiction, je crois comprendre qu’elle a surement dû être méritée. Nous ne sommes jamais maudits pour rien. Croyez en ma parole, « meilleur guerrier du monde ». Même si vous êtes un cas désespéré pour apprendre l’obéissance et la soumission, cessez de vanter vos exploits sur tous les toits et de vous attribuer des surnoms aucunement mérité après ce que je viens de voir. Si vous êtes un assassin, devenez une ombre, pas un vulgaire crieur de marché. Mais ce ne sont que des conseils, faites en ce que vous voulez, votre existence m’est trop insipide pour oser dire que je me préoccupe de votre personne.

Alors écoutez-moi bien, ce sera la dernière fois que je vous poserai cette question : Souhaitez-vous travailler pour moi, oui ou non ? Si non, ne prenez pas la peine de me répondre et filez en douce tant que je suis encore relativement de bonne humeur. Si oui, il vous faudra être convainquant.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shado Kodokuna

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 22

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 22

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Mar 30 Juin - 12:54



Face à face, le Prince et moi continuions d'échanger de vives paroles. Il était désormais certain que je ne parlais pas vraiment à Katsutani, et pour couronner le tout, mon interlocuteur, quel qu'il soit, n'était pas impressionné par moi le moins du monde. Désormais, la conversation était des plus sérieuses. Le temps de l'amusement était passé, maintenant, il était l'heure de parler business. Comme à son habitude, le Prince tend à rabaisser et à moquer chacun de mes mots. Je commence à en avoir l'habitude, mais quand même, cela continue de me titiller. Il tente vainement de m'expliquer qui il est, mais je ne mords pas dans son excuse. Toutefois, son projet de mettre le monde à feu et à sang allume une nouvelle lueur d'intérêt dans mes yeux. Bien... tu ne souhaites pas me révéler qui tu es vraiment... pas grave, je m'en fous. Ton idée de détruire le monde, j'aime bien ça, j'apprécie. Quand je reviendrai de Daechong, je t'aiderais peut-être, si le cœur m'en dit. J'espère que je ne manquerais pas la fête, je m'en voudrais.

Le ton du Prince se fait plus menaçant. Ce dernier se place comme le maître d'un jeu qu'il me serait impossible de comprendre, et ressasse ce qu'il considère comme mes erreurs. Je lui souris, l'air arrogant: Je suis assez d'accord. Je ne sais pas vraiment qui mène la barque ici... me ce n'est sûrement pas toi. Tu peux croire que tu es le roi du monde, au final, tu n'es qu'une entité inconnue bloqué dans un corps meurtri. Bientôt, tu comprendras les limites actuelles de ce corps, j'ose le croire. En ce qui concerne les menaces que je t'ai faites, bah! Tant mieux si elles ne te font rien. Ce n'étaient pas vraiment des menaces, seulement... une invitation? Considère ça comme il te chante, ne le considère pas, c'est pas mon problème de toute manières. Pour mes erreurs, je dois admettre que n'ayant croisé personne devant ta porte, j'avais bien pensé être revenu incognito. Alors je te fais plaisir, et je considère ça comme une erreur. Je rends visite à l'homme le plus craint et surveillé de l'Empire? Surveillé peut-être, mais dans le contexte actuel, que tu n'as peut-être pas eu le loisir de suivre depuis ton lit, le plus craint, c'est moi. Considère comme folie de ma part de venir te voir et tu auras sûrement raison. Mais je ne me suis jamais vraiment considéré comme saint d'esprit de toute manière. Revenir sur les terres d'un des exploits qui ont fait ma légende? En quoi est-ce une erreur? Je connais cette phrase qui dit qu'un assassin ne revient jamais sur les lieux du crime, mais je n'en ai que faire. Tu peux me croire prévisible, dès lors que l'on m'a vu une fois, et tu auras de nouveau raison. Mais le truc qui fait que je suis unique, que je suis le meilleur au monde, c'est que ceux que personne ne vit pour me voir une deuxième fois. Alors peut-être que j'ai finis avec quatre lames sous la gorge, mais ce n'était pas ta seule chance de me faire accepter ton contrat. C'était ta seule chance de me faire accepter le contrat, sous tes conditions. Je suis toujours enclin à travailler pour toi, et actuellement, nous travaillons sur un accord. Pour finir, ce n'est pas que je répugne à m'agenouiller devant toi... mais je ne suis pas de ce bord là.

Un clin d'œil entendu, et je m'approche encore de lui, alors qu'il me rappelle que je ne suis pas indispensable à ses plans. Il se dit hésitant à me confier le contrat, étant donné ce qu'il a vu jusqu'ici. Cela m'arrache un nouveau sourire, et alors que chacun peut sentir le souffle de l'autre sur sa peau, je lui lances: Tu sais... tu n'es pas indispensable pour moi non plus. Je trouverais un moyen d'aller à Daechong seul si tu refuses de me donner le travail. Et c'est d'ailleurs pour cela que tu dois me confier le travail: aucun de nous n'a besoin de l'autre pour réussir. Nous deux... c'est simplement une association professionnelle réalisée dans le but d'arranger tout le monde. Tu pourrais trouver quelqu'un d'autre pour ton contrat, je pourrais trouver un moyen de me rendre sur l'île seul... mais quand on a l'occasion de s'associer aux meilleurs, il serait bien dommage de laisser passer cette chance, tu ne crois pas? Ses mots concernant la malédiction de la femme-serpent, et ses réprimandes sur ma manière de me conduire suffisent à me faire comprendre qu'un accord passera par mon transfert vers l'île. Cela me convient. Quand à ses injures faites à ma personne, je ne prends pas la peine d'y répondre. Nous sommes toujours face à face, fier comme des paons, et alors qu'il me propose, pour la dernière fois selon lui, le contrat, mon sourire s'élargit. Et bien, tu as l'air disposé à m'envoyer à Daechong si je fais ton travail, cela me suffit. Alors maintenant, donne moi le nom de tes cibles, avant que je décide que tu en es une.

Je souris de plus belle. J'adore faire le malin, c'est même sûrement ma deuxième chose préférée au monde, après la décapitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsutani Tsunahiro

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 20/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Dim 5 Juil - 18:33

La discussion entre l’héritier impérial et l’assassin suivait son cours et bien que la lame du chaos n’ait pas eu l’air de se soucier des erreurs commises, il se mit à renchérir sur sa supériorité. Voyant qu’un voile semblait obscurcir son jugement, Katsu jugea bon d’abréger la conversation puisqu’il restait encore tant de choses à réaliser. Une fois que l’assassin eut fini de parler en demanda le nom de sa cible pour finir, Katsu acquiesça du chef et s’assit en face de son interlocuteur.

-Noichi Iwamae, voilà le nom de votre cible. Il exerce la régence depuis la mort de l’empereur et compte la garder jusqu’à devenir lui-même le nouvel empereur de Kyang. Je pourrais faire un coup en force avec mes hommes qui me sont fidèles, mais si vous pouvez le faire vous-même, autant que cela soit fait en silence.

Agissez cette nuit, lorsque la garde du régent sera la plus réduite. Il loge dans les appartements non loin de ceux de mon défunt père et il ne doit disposer que d’une vingtaine d’hommes disséminés dans les jardins et couloirs qui entourent sa résidence. Cela ne devrait pas vous poser de problèmes j’imagine.

Une fois fait, lorsque je saurai que vous avez éliminé la cible, vous trouverez la somme nécessaire pour voyager jusqu’à Daechong dans le bordel tenu par madame Mizuichi. Si vous échouez et que vous êtes fait prisonnier, j’agirai avec mes hommes et nous ne vous épargnerons pas. Est-ce clair ?


Finalement, les deux éventualités ne le dérangeaient guère. Il y en avait juste une qui pouvait s’avérer plus discrète que l’autre, mais dans tous les cas la nuit serait sanglante. Il se rendit compte à ce moment-là que les protestations de Katsu s’était estompée. Comme si son hôte avait complétement disparu, il ne l’entendait plus. Est-ce que l’héritier s’était enfin soumis au démon qu’il était ? Il le saurait bientôt de toute façon. Les têtes tomberont et Katsu assistera au spectacle quoiqu’il en soit.

-Je pense que nous ne serons plus amené à nous revoir alors je vous souhaite bonne chance et vous dis adieu « lame du chaos ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shado Kodokuna

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 22

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 22

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Dim 5 Juil - 20:04



Noichi Iwamae, tel était le nom de ma cible. Et alors que le corps du Prince me donnait de plus amples informations sur le déroulement des opérations, je demeurais silencieux, parfaitement attentif au moindre détail donné. Si je venais à échouer, je serais exécuté sans sommation. Si je réussis, j'obtiendrai l'argent nécessaire pour embarquer direction Daechong, à bord d'un bordel géré par une certaine madame Mizuichi. Tout ceci me convient, et lorsque Katsutani me le redemande, j'acquiesce et commence à quitter les lieux tout en ajoutant: Très clair. Désormais, il ne me reste plus qu'à attendre une ouverture.

Celle-ci arrive peu après la tombé de la nuit. Dans le noir total de cette soirée froide d'hiver, les soldats postés autour des appartements du régent Iwamae commencent à relâcher leur attention. Perché sur un toit voisin, à l'abri des regards indiscrets, j'ai eu tout le loisir d'observer leurs va et vient. Toutes les heures, réglé comme du papier à musique, les soldats postés à l'extérieur échangent leurs places avec leurs camarades à l'intérieur.. Bien que cela me semble curieux, je ne m'en formalise pas, comme je l'avais fait plutôt, quand Katsu m'avait expliqué les ambitions du régent. Je n'avais pas compris comment il pourrait se débrouiller pour conserver le trône, sachant que mon désormais employeur était le Prince Héritier légitime, mais je n'avais rien dit. Je n'ai pas l'habitude de m'enquérir des motivations de mes patrons. C'est aussi cela qui me rend excellent: je ne pose pas de questions. Je prends les noms, et j'exécute.

Avec les observations réalisées, j'ai eu tout le temps du monde pour formuler mon plan d'attaque. La première étape consistera à profiter de la rotation des soldats pour sauter sur le toi du pavillon. De là, j'entrerais par un balcon, après avoir éliminé discrètement le soldat qui s'y trouve posté. Si je me fie aux dires du Prince, il ne devrait pas y avoir plus de cinq soldats aux côtés du régent. Du gâteau pour moi, d'autant plus que je bénéficierai de l'effet de surprise. Enfin, il ne me restera plus qu'à tuer l'ami Noichi, et revenir à mon point de départ pour récupérer ma récompense. Patientant encore plusieurs longues minutes dans le froid, ce que j'attendais se produit enfin. L'heure de la rotation, peut-être le moyen de se protéger sur la durée des affres de l'hiver, est arrivé. Me redressant sur mon toit, je prends ma course d'élan, et au moment ou le soldat du balcon s'engouffre à l'intérieur, je bondis en direction du pavillon voisin.

Jet de dé n°1
Réussite: Le saut est réussi et aucun garde n'est alerté.
Echec: Le saut est réussi, mais la réception est mauvaise et bruyante, alertant plusieurs gardes.  

Le timing était pourtant parfait. Bondissant et m'élevant au-dessus des toits, je profite de la rotation pour me déplacer dans la discrétion la plus totale. Malheureusement, c'est seulement à mi-saut que je me rends compte que j'ai légèrement sous-estimé la distance qui séparait les deux pavillons. Toutefois, je parviens à bon port sans mal, mais trébuche à la réception, et fait s'effriter un peu le mur. Me redressant, je parviens à me cacher juste avant d'être vu. Mais le garde à été alerté, et des renforts ont été appelés immédiatement. Plaqué contre le mur, je prends le parti de rester immobile pour l'instant. Désormais, il est probable que je sois attendu. Mais je peux encore tirer avantage de la situation. Plusieurs soldat placés à l'extérieur ont été dépêchés, et il est peut-être possible que je contournes et entre par l'autre côté. Me déplaçant sans un bruit, presque en lévitation au-dessus du sol, je parviens sans mal de l'autre côté, et remarque une ouverture dans le mur. Le saut est difficile, mais réalisable. Toutefois, impossible de savoir ce qui m'attendra une fois entré. Mais c'est ma seule chance. Inspirant un grand coup, je ma lance de nouveau dans le vide.


[HRP]: Si possible, je demande un arbitrage d'Être Suprême pour la fin de la mission. Smile


Dernière édition par Shado Kodokuna le Dim 5 Juil - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fée du Destin

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 29/04/2015

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Dim 5 Juil - 20:04

Le membre 'Shado Kodokuna' a effectué l'action suivante : Méandres du Destin

'Voie du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Ven 10 Juil - 2:04


Intervention du Maître du Jeu

La nuit était tombée sur la nation du Kyang, emportant dans son sillage sa nappe de givre. La froidure mordait sans difficulté les extrémités des moins protégés et dès que le soleil se dissimulait timidement derrière les montagnes, les familles se réfugiaient à l'intérieur de leurs modestes maisons et réchauffaient leurs membres près du feu de cuisson. Les plus chanceux d'entre eux vivaient dans de beaux bâtiments comme le château où logeaient habituellement la famille impériale et ses précieux membres. La saison morte était arrivée et tout résidu d'humidité gelait à la moindre baisse de température. Cela expliquait pourquoi les nombreuses parois et les toits étaient des endroits trop dangereux pour qui osaient s'y aventurer au beau milieu de l'hiver.

Pourtant, avec son agilité forgée pendant plusieurs années, l'assassin Kodokuna Shado bondit sans peur, mais sa hâte causa presque son trépas, faisant l'erreur de mal estimer la distance qu'il avait à parcourir dans les airs. Heureusement, il se rattrapa fermement à la surface, lui offrant qu'un bref moment de répit. La matériel usé de la toiture s'effrita, glissa sur la surface escarpée et s'échappa vers le bas du bâtiment où quelques gardes ne manqueraient pas de remarquer l'évènement. L'étranger de Soriyeo eut la bonne idée de rester immobile dans l'ombre de la nuit, caché des yeux curieux qui s'élevaient dans sa direction de la part de plusieurs gardes aux sourcils froncés et aux mains sagement placées sur leur katana. Hélas, quelques minutes plus tard, maculé de noirceur, l'assassin contourna les gardes alertés par les bruits de minuit et s'élança à nouveau dans les airs afin d'atteindre une nouvelle ouverture.

Un vent froid s'engouffra dans les vêtements sombres du meurtrier alors qu'il se sentait flotter dans l'air hivernal. Sa chute devint soudainement plus effrayante lorsqu'il pénétra en force au travers de l'ouverture, trébucha sur une cheville hésitante et traversa de manière cocasse le fusuma séparant une pièce éclairée de quelques chandelles et la figure volante.  Des cris de femme s'élevaient dans les airs lors de l'atterrissage houleux de l'assassin et un regard masculin et mûr se posa sur la lame du chaos. Un silence de mort glaça l'espace restreint.

L'homme aux airs aristocratiques, la main sur le katana qui traînait toujours près de lui, fronça des sourcils et observa silencieusement Kodokuna Shado avant de congédier les deux femmes d'un mouvement de tête. Les deux demoiselles, vêtues proprement de magnifiques jūnihitoe, abandonnaient rapidement leurs instruments de musique avec lesquels elles avaient amusé le régent de Kyang puis s'éclipsaient sans demander leur reste. On disait que les hommes éduqués et de bonne famille pouvaient apprécier la musique dans tout les situations, sauf celle-ci. À peines les deux femmes s'étaient enfuie au travers d'un fusuma dans la direction opposée que deux gardes armés s'enfonçaient dans la pièce occupée par le régent, Noichi Iwamae.


Arbitrage de l'Être Suprême, à la demande du membre Kudokuna Shado pour le sujet « Mi-humains, mi-démons ». L'arbitrage du Staff prend en compte la situation, les forces et les faiblesses ainsi que les avantages et désavantages de chaque personnages concernés dans l'histoire de ceux-ci. En cas de conflits, mécontentements ou questionnements, veillez à contacter Être Suprême. - Être Suprême
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shado Kodokuna

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 22

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 22

MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   Lun 13 Juil - 16:08



Décidément, ce n'était pas mon jour. Après être passé proche de la correctionnelle sur mon premier saut, me voilà qui m'engouffrait dans les appartements du régent d'une manière bien ridicule. L'hiver kyangais est froid, les parois glissantes, et l'absence d'une bonne luminosité rend les choses bien plus compliquées qu'elles ne pourraient l'être. Tout cela, je l'avais pris en compte, mais face à l'angle réduit dont je disposais pour mon second bond, je pouvais tout de même m'estimer heureux de ne pas m'être blessé en chutant. Traversant un fusuma, je chute droit dans la pièce, mais parviens tout de même à me redresser d'une roulade, pour faire face à celui qui est sans conteste ma cible. Noichi Iwamae, régent de Kyang, l'homme qui ambitionne de garder le trône à jamais. Au fond, je n'ai rien contre lui, mais dans les sphères que je fréquentent, il n'y a pas de places pour les émotions. C'est cela qui me rend unique, je ne montre aucune émotion. Je tuerai ma mère si la contrepartie proposée me convenait. Et si je connaissais ma mère, accessoirement.

Contrairement aux informations fournies par Katsutani, la garde présente aux côtés d'Iwamae est inexistante. Prêt à en découdre avec une demi-douzaine de garde, me voilà déçu. Seules deux femmes se trouvent aux côtés de l'aristocrate, et leurs cris se sont vite arrêtés. Face à moi, l'homme que je toise à dans les cinquante printemps. Des cheveux grisonnants, un léger bouc, un air hautain et sévère, des habits riches. Il a déjà saisi son katana. Le visage caché sous ma large capuche, j'esquisse un sourire. Finalement, cela sera bien plus simple que prévu. D'un signe de tête, le noble renvoie ses deux courtisanes. Elles sont vite remplacées par deux soldats en armure. Quand même, un minimum de challenge, sinon ce ne serait pas drôle. je murmure pour moi-même. Les deux nouveaux venus sont armés d'épées classiques. Ce ne sont pas des Aigles d'Or, ils n'en arborent pas le symbole. Dans leurs protections, je trouve bien plus d'ouverture. La décapitation devient plus qu'une possibilité, elle devient la tactique la plus adaptée. Pas la seule, mais c'est celle que je choisi. Iwamae s'exclame soudainement: Saisissez-vous de lui! et ses deux sbires n'en demandent pas plus. Plusieurs mètres me séparent d'eux, mais leurs carcasses se rapprochent dangereusement. Plus léger qu'eux, je vais pouvoir profiter de ma vitesse pour esquiver leurs coups et effectuer une double décapitation. Fléchissant les jambes, raffermissant ma prise sur mes deux chères lames, je bondis soudainement vers l'avant.

Jet de dé n°1
Réussite: la tactique de Shado fonctionne et les deux gardes sont décapités.
Echec: la tactique de Shado échoue, et aucun des coups ne trouvent de cible.

Un large sourire se forme rapidement sur mon visage. Après plusieurs faux pas consécutif, ma nouvelle entreprise est cette fois une réussite totale. Les gardes ont été stupides, et n'ont pas compris que le seul moyen viable de m'arrêter était de me tuer. Au lieu de tenter des coups létaux, ils ont privilégiés des attaques visant à me blesser. Me voyant avec deux épées, ils ont chacun tentés de me trancher un bras. Mais cela, je l'avais bien prévu, et j'avais tout fait pour les attirer dans cette direction. D'un mouvement rapide, j'esquive leurs épées, pivote sur moi-même pendant qu'eux sont emportés dans leur élan, et sans coup férir, leur tranche la tête. Un rictus apparaît sur mon faciès, que semble se diviser en deux: une partie de mon visage transpire l'extase dû au son des boites crâniennes heurtant le sol froid, tandis que l'autre grimace de douleur, en réponse à la formation de deux nouvelles marques de brûlures sur mon corps, plus précisément dans le bas du dos. Mais il y a déjà quelque temps que j'ai pris le plis de cette fâcheuse malédiction, vestige de mes retrouvailles avec la femme-serpent, et je ne perds pas mon calme, faisant de nouveau face à ma réelle cible. Celui-ci me fixe d'un air horrifié. En regardant plus intensément ses yeux, je comprends qu'il sait. Il sait qu'il va mourir cette nuit, que son heure est venue. Il s'avance de quelques pas hasardeux, tremblant comme une feuille, s’emmêlant les pinceaux dans ses habits, qui ne sont pourtant pas si gênant. Il dégaine d'une main frêle, et tente un coup désespéré, si faible, si prévisible, que je me contente de l'esquiver d'un demi-pas d'une lenteur incroyable. Puis, d'un coup fort de Zetsubo, je le désarme, envoyant la lame valser au loin. Enfin, sans dire un mot de plus, je lui tranche à son tour la tête, frissonnant au bruit désormais bien familier du contact avec le sol. Mais alors que je redoutais la suite, c'est-à-dire la punition chamanique, je ne ressens rien. Pas la moindre trace de brûlure n'apparaît sur mon corps. Seulement les picotements désagréables des marques précédentes, et la sensation encore bien douloureuse des deux gardes tués, mais cette fois, rien. Suis-je guéri? La malédiction est-elle brisée? Est-ce autre chose que je ne comprends pas encore? Cela m'étonne, mais je m'en accommode volontiers. J'ai beau m'être habitué à ces brûlures, il n'en demeure pas moins que ce n'est pas une sensation des plus agréables. Satisfait de mon méfait, je prends désormais la direction de la sortie. Deux choix s'offrent à moi: la grande porte, ou la fenêtre par laquelle j'étais entré. Face à l'inconnue représentée par l'espace entre la fenêtre et le sol, j'opte pour la porte, quitte à croiser quelques soldats.

Jet de dé n°2
Réussite: Shado sort par la porte, et parvient à quitter les appartements du régent sans encombres.
Echec: les gardes restant pénètrent dans les appartements du régent, obligeant Shado à une retraite par la fenêtre.

Alors que je me hâtais vers la sortie, pensant déjà à récupérer ma récompense, la porte s'ouvre brusquement devant moi. Instinctivement, je bondis vers l'arrière, tandis que devant moi, c'est une quinzaine de gardes qui fonce sur moi, et m'accule. Mon sang ne fait qu'un tour, et je n'y réfléchis pas à deux fois: je n'ai pas de temps à perdre, et les Aigles d'Or peuvent arriver à tout instant. Je pourrais tuer tous ces gardes, mais ce n'est pas mon objectif à cet instant. Sans hésiter davantage, je bat en retraite, et bondis par le fusuma détruit, vestige de mon irruption quelques minutes plus tôt. Sans savoir quand mes pieds rencontreront à nouveau le sol, je m'écrase lourdement dans une fine couche de poudreuse. Allongé sur le dos, je prends peu à peu conscience que la neige tombe avec flegme sur le palais impérial. Grimaçant de douleur, je tente de faire un premier bilan: à première vue, je n'ai rien de cassé, ce qui est une excellente nouvelle. Mon corps entier reste cependant douloureux, et j'ai le souffle coupé. Toutefois, ce n'est guère le moment de faire le mort, tant ce nouveau coup d'éclat m'a permis de glaner de précieuse seconde dans la course poursuite qui s'annonce. Me relevant difficilement, j'entame une course à rythme moyen, et cherche déjà un moyen de reprendre de la hauteur, pour échapper plus facilement aux gardes qui vont inévitablement me poursuivre.

Une heure plus tard, après un jeu de cache-cache bien mené, enfin, le gros des gardes se sépare pour couvrir une plus large zone de recherche. Profitant de cette décision, je reprends enfin la direction des appartements princiers de Katsutani Tsunahiro. Là, à défaut de trouver celui qui fût le temps d'une nuit mon employeur, je découvre une bourse, disposé en évidence sur la table. Avec prudence, je m'en saisis. Puis, avec une inhabituelle mais non moins infinie prudence, je fuis à nouveau le Palais Impérial de Kyang. Ma prochaine destination: la province de Sanesawa, où je devrais trouver la directrice d'un bordel. Dans la nuit sombre, l'ombre que je suis se déplace avec le sourire. Mon objectif final, l'île de Daechong, n'est plus très loin.


Dernière édition par Shado Kodokuna le Lun 13 Juil - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mi-humains, mi-démons (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mi-humains, mi-démons (PV)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les Humains, tout ce que vous devez savoir
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006
» la Commission Intéraméricaine des Droits Humains (CIDH) va poursuivre la Dominic
» I. Autremonde, les autres planètes, et les Dragons et Démons
» Les démons d'Ohara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Empire Kyang :: Cité impériale :: Le palais impérial-
Sauter vers: