Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'objet d'une dangereuse affection. (Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: L'objet d'une dangereuse affection. (Solo)   Sam 10 Jan - 15:25


Année 1 du douzième cycle, Mi Okang.


Bien que l'automne fusse encore jeune, tout comme cette soirée d'Okang, les températures se faisaient si fraîches, que parvenaient a voler ici et la quelques flocons de neige. Légers, fragiles et délicats, ils ne parvenaient néanmoins pas a recouvrir le paysage de la pureté de leurs manteaux blanc, trop vite emportaient par le vent qu'ils étaient. Un détail qui aurait pu sublimer l'endroit ou se rendait la première princesse royale Sian-Nyang, mais qui au demeurant se suffisait a lui même. Dans la douce lumière de la nuit étoilée, les coures intérieurs du palais royal étaient un enchantement a l’œil. Particulièrement ses pontons en bois massifs, sculptés avec soin et brillant de couleurs laquées, qui s'étendaient au dessus de bon nombres de points d'eau artificiels. L'un d'entre eux était fort affectionné de la princesse depuis son retour des empires et pour cause, il lui rappelait Miyong et par la même son empereur. Son ami, Sun Liu Ma.

Ses pas la menant enfin la ou elle l'avait désirée, Sian-Nyang resserra autour d'elle les pan de sa cape blanche, bleu et or. Une parure nécessaire pour faire barrière au froid, son Hanbock, bien que de saison, étant bien incapable de garder son corps a l'abris du froid, sitôt les rayons du soleil disparus. Elle glissa ses main sur l'une des balustrades du ponton, retrouvant avec délice des sensation familières tandis que son regard embrassait tout et a la fois rien. Comme trop souvent ses derniers temps, son esprit se fit fuyant. Se dirigeant volontiers et sans doute avec un peu trop d'aisance vers d'autres contrées. Vers un autre palais. Un palais que peut être, elle ne reverrait plus jamais .. Quand cette pensée douloureuse vint étreindre son cœur de manière sournoise, s'eut au moins le mérite de la tirer de ses rêveries et de lui rappeler le motif de sa présence en ces lieux a une heure si tardive. Elle laissa ses yeux arpentaient chaque direction pour constater avec soulagement qu'elle était seule.

De ce fait, son regard glissa sur le bracelet familier qu'elle portait a son poignet, tandis que d'une main fébrile, elle le retirait. Voila 2 cycles de cela, elle avait échappée de peu a une tentative d'assassinat, elle aurait probablement perdue la vie si le commandant Choi Young n'était pas intervenu a temps et cela aurait été la faute de ce bracelet. Car si tout être humain aurait succomber a la blessure infligée par l'assassin, de par sa nature de Gumiho et les compétences qui y étaient  associés, la princesse, elle aurait été apte a s'en remettre en un battement de cils ou presque .. D'accord un peu plus. Mais la n'était pas le propos. Ce bracelet qui lui garantissait de taire a tous sa véritable nature était un barrage naturels a ses compétences de Gumiho. Une bonne chose sauf quand les dites compétences pourraient vous sauver et qu'inconsciente vous, vous retrouvez dans l'impossibilité de retirer ce qui d'ordinaire est votre salut au risque qu'il devienne votre perte.  

L'incident lui avait permit de décider qu'il était temps qu'elle apprenne a contrôler sa véritable nature sans passer par de tels artifices. Cela comportait certains risques, être découverte ou pire encore, blesser quelqu'un. Néanmoins, elle s'accrochait a l'espoir qu'a force de volonté, d'entrainement et de persévérance cela devait lui être possible. La tache n'était pas aisée, d'autant plus quand vous ne connaissez pas l'exacte nature des dons surnaturels que vous possédez, mais l'essentiel rester pour l'heure de savoir contrôler sa transformation ou plutôt sa non transformation sans l'aide du bracelet. Elle aurait bien eu besoin d'en savoir plus sur sa nature profonde, malheureusement la seule personne de sa connaissance qui aurait pue lui en apprendre d'avantage n'était plus. Une pensée a sa mère et voila qu'une marée émotionnelle vint s'abattre sur la princesse. Précisément ce qu'elle avait escomptée. C'était dans les moments de grandes émotions, bonnes ou mauvaises que sa nature de Gumiho se manifestait.

Elle glissa lentement son regard vers l'eau et comme elle s'y attendait, elle vit briller un reflet tout autre que celui qu'elle offrait un instant plus tôt. Ses yeux étaient d'un bleu translucide, identiques a la couleur des nombreuses veines qui parcouraient sa peau. Et cela encore, c'était seulement de par ce que cette douleur qu'elle ressentait quand a la perte de sa mère, elle la maîtrisait depuis un moment. Sans quoi sa transformation se serait répercutait en bien plus grandes manières. Elle inspira profondément, fermant ses paupières et faisant le vide en elle a la recherche des pensées qui sauraient l'apaiser. Sans surprise, son esprit l'emporta dans un autre empire, dans un autre palais, un autre jardin, sur un autre ponton. Son esprit libre de toute attache y vagabonda jusqu’à sentir la présence espérée. Lui celui que son cœur chérissait sans doute trop, bien que sa raison se refusait a l'admettre. L'image lui sembla si réelle qu'il lui sembla un instant sentir sa présence a ses cotés, lui arrachant des fourmillements familiers. " Vous êtes la. " Murmura t'elle.

Contre toute attente, il sembla l'entendre. Le cœur de la princesse s'apaisa et alors qu'elle aurait souhaiter pouvoir se blottir contre cet ami qui lui manquait tant, ses yeux se rouvrirent brutalement ne rencontrant rien d'autre qu'un ponton sombre et la morsure du froid, elle était seule. Secouant doucement la tête, elle jeta un coup d’œil a son reflet. L'eau lui renvoyait désormais l'image de ce qu'elle était en tout temps, peau d’albâtre et regard chocolat. L'illusion avait fait son oeuvre, la pensée apaisante de l'empereur a ses cotés lui avait insufflée la force de contrôler sa transformation. Néanmoins l’illusion lui avait semblait cette fois si réelle que la quitter lui serrait le cœur plus douloureusement qu'elle ne serait jamais permise de l'admettre. Décidant que s'en était assez pour aujourd'hui, elle se saisit du bracelet familier qui trônait non loin et le glissa de nouveau a la place qui était sienne depuis toujours.

Tandis qu'elle s’apprêtait a quittait le ponton et a rejoindre son pavillon, elle sentie un frisson désagréable lui parcourir l'échine. Rien avoir avec ce qu'elle avait ressentie un instant plus tôt en pensant a un certain empereur. Non, c'était une sensation glaciale. Elle sentait un regard pesant traversait la nuit, comme pour épier chacun de ses gestes. Pourtant elle eu beau fouiller les lieux du regard, elle n'aperçue rien d'autres que des bâtiments. De plus aucun bruit ne venait troublé la quiétude de la nuit, si ce n'est le clapotis discrets des vagues. Il lui suffirait d’ôter a nouveau son bracelet pour s'assurer qu'elle était bel et bien seule, mais cela aurait été un risque trop grand pour ce qui n'était sans doute qu'une crainte injustifiée, probablement en rapport avec les derniers événements qu'elle avait subie. Malgré l'ardeur avec laquelle, elle se persuada de cela, elle ne put s’empêcher de guetter chaque recoins alentour tandis qu'elle se dirigeait d'un pas peut être un peu hâtif vers ses appartements. Car a la vérité, cette sensation froide et désagréable, de toute sa vie une seule personne avait eut l'art de la lui faire ressentir. Elle pourrait bien se convaincre autant qu'elle le voudrait que cela ne pouvait pas être, elle savait que son corps ne la trahissait pas. Il était la. Il l'épié, attendant probablement son heure pour obtenir ce qu'il désirait. Et ce qu'il désirait, c'était elle !

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: L'objet d'une dangereuse affection. (Solo)   Sam 17 Jan - 2:15



Un cycle plus tard ..

A l'instant ou elle pénétra dans ses appartements la princesse Sian Nyang sentie que quelque chose n'allait pas. Une impression, un sixième sens. Rien de tout ça. Pas plus que le désordre ambiant qui régnait en les lieux, ses effets éparpillés en tout sens. Non cela, elle le remarqua après. Ce qui l'alerta fut cette horrible sensation qui lui glaça l'échine et qui lui était de par trop familière. Il ne lui fallut guère longtemps pour avoir la confirmation de ce qu'elle savait déjà. Sortant de l'ombre, se tint bientôt Tankishi Guan. Appuyé contre une poutre, un sourire arrogant aux lèvres, il était tel qu'elle l'avait toujours connu. Tout du moins a un détail prêt. 3 balafres, 3 cicatrices grossières fendait sa joue. Comme si il avait perçut son regard et sans se départir de son sourire, il glissa un doigt le long de ses marques visiblement récentes et qui par malheur n’ôtaient rien a son charme insolent. " Un souvenir de notre ami commun. Il s'est senti obligé de me marquer, croyant probablement qu'il obtiendrait de moi une certaine disgrâce. " Quelques mots tintés d'amusement, mais pas suffisamment pour cacher l'amertume et la haine qui s'y devinaient.

A bien y regarder et en connaissant les faits, Sian Nyang reconnut sous les cicatrices, la marque des traîtres. Une marque savamment camouflée. Bien entendu, les cicatrices apportaient la sympathie voir d'avantage avec un physique comme celui de cet homme arrogant, mais la marque des traîtres s'était autre chose. Devinant une fois de plus le fil de ses pensées, il lâcha un rire léger. " Il faut admettre que ce genre de cicatrices a un certain succès chez les dames et leur histoire est tellement plus intéressante que celle de ce qu'elles cachent. " Sans se départir de son calme, la princesse fit quelques pas en avant et ce malgré la sensation glaciale qui continuait de lui courir dans les veines. Manœuvre subtile destinée a lui prouver qu'elle n'avait pas peur de lui. " Un récit brodé de toutes pièces par vos soin .. Comme vos cicatrices j'imagine. Avez vous eu le courage de vous tailladé vous même ou avez vous payé quelqu'un pour exécuter cette sale besogne si tenter que vous en ayez encore les moyens ? " La réplique avait fait mouche, le regard de Tankishi s'embrasa d'une dangereuse lueur tandis qu'il quittait sa position. Elle, elle ne bougea pas, pouvant au contraire enfin observée tout a loisir, mais avec discrétion une petite mâle posée dans le fond de la pièce. Par chance, elle demeurait fermée. Tankishi n'avait pas poursuivie sa fouille jusque la a moins que la chance n'ait voulue qu'elle n'arrive avant qu'il n'en ait l'occasion.
  
Elle se retint de soupirer d'aise, Tankishi était peut être bel et bien en Soriyeo, bel et bien en ses appartements mais tant qu'il ne découvrirait pas l'important document garder a l'abri et sous clé dans ce coffre tout irait bien. Trop occupée a s'assurer de l'état du coffre, elle remarqua trop tard a quel point Tankishi s'était approché. " On ne laisse pas n'importe quel boucher s'approchait d'une oeuvre d'art. " Par les dieux, il ne s'étoufferais pas de modestie. La captivité et le fait d'avoir tout perdu, quoi qu'elle doutait que ce soit vraiment le cas, ne lui avait pas ôté sa suffisance, loin de la, il n'avait pas changer. " J'imagine que vous avez préféré confié cela aux mains douces de certaines dames de mauvaises vies. " Il s'approcha a nouveau, dangereusement prêt, si bien qu'il put saisir du bout des doigts un des pans de son Hanbok. " Serais ce une note de jalousie qui perce en vos mots tigresse ?" ronronna t'il presque en enchaînant aussitôt. " Je ne laisserais aucunes mains aussi douces soient t'elles s'approchaient de moi armes en mains .. " Un regard brillant, un regard de prédateur qui réveilla la Gumiho en elle. " Quoi que pour vous ma tigresse, je pourrais faire une exception .... " Cela sonnait telle une désagréable et révoltante invitation. Un courant familier commença a courir dans ses veines tandis que Tankishi partait d'un grand éclat de rire. "Mais peut être devrais je dire ma renarde .. "

Elle n'avait guère besoin d'un miroir pour savoir ce qu'il voyait en l'instant. Elle le sentait. La peur passait encore, mais la colère que causait sa présence avait libérée sa nature profonde, du moins en partie, sans quoi probable qu'il ne serait plus la a lui sourire. Comme pour le lui confirmer, il ajouta. " Ne manque t'il pas un bijoux familier a votre poignet ? " Un bijoux familier qui se trouvait a proximité, pendant au bout d'une cordelette sur son Hanbok, il lui suffirait d'un simple contact pour repousser la Gumiho en elle, mais cela il n'avait pas besoin de le savoir. Pas plus qu'il n'avait a savoir, qu'elle commençait a peine a s’essayer a contrôler sa nature. " Finement observer, depuis quand vous intéressez vous dont aux parures féminines .. En seriez vous a vivre de quelques larcins ? " Un pas de plus, elle sentait presque son souffle courir sur sa peau. " Allons tigresse ne croyez pas qu'en essayant de me vexer vous me détournerez de l'émoi visible que ma présence vous cause. " Un pas de plus. " Je ne suis pas sans ignoré que votre nature profonde se manifeste en cas de grandes émotions. " Elle ne bougea pas, pas même un battement de cil, allant jusqu'a planter son regard dans le sien. " Les seules émotions que vous me procurez Tankishi sont d'une profonde répulsion. Vous feriez bien de reculer si vous ne voulez pas me voir vous montrer toute l'ampleur de mes sentiments a votre égare. "

N'importe quel homme sain d'esprit aurait probablement reculer, car elle savait l'image qu'elle donnait d'elle même en l'instant. Des veines bleutés parcourant sa peau, des yeux d'un bleu translucide. Des yeux d'un froid glaciale. Des yeux emplit d'une colère froide a la vue de celui qui avait tué sa mère et qui avait voulut la faire sienne. Mais Tankishi Guan n'était pas n'importe quel homme. Courage, folie ou arrogance, qu'importe, il se saisit brutalement d'elle, l'attirant contre son torse, l'emprisonnant d'un bras sur sa taille et d'une main sur sa nuque. " Ne me tentez pas avec d'aussi délicieuses menaces alors que nous sommes seules tigresse, chaque homme a ses limites. " Elle aurait voulue lui arracher la tête, la maintenant. Les dieux lui en étaient témoin. La gumiho gronder en elle, rêvant de déverser sa sauvagerie sur cet être infâme afin qu'il ne puisse plus déverser sur le elle le flot de ses paroles abjectes. Mais elle en fut bien incapable. Pas a cause d'un quelconque sentiment humain. Culpabilité. Sensiblerie. Non. Elle en était physiquement incapable, une véritable poupée de chiffon entre ses bras, comme si on venait de la déposséder de toutes ses forces. Percevant son trouble, il afficha un air possessif, la serra un peu plus fort puis la relâcha brusquement, tout sourire, si bien qu'elle faillie en perdre l'équilibre.

A mesure qu'il s'éloignait et tendis qu'elle calmait le martèlement de son cœur dans sa poitrine, elle se sentie mieux et ce de façon quasi immédiate, la cause s'affichant bientôt avec horreur a ses yeux. Non, impossible et pourtant. Devant elle, ayant relevé ses manches et libéré sa nuque d'une écharpe qui pendait jusqu'alors négligemment, Tankishi affichait des bijoux. Oh pas n'importe quels bijoux. Non ces pierres sombres, elle ne les connaissait que trop bien. Bien sur Tankishi était un chasseur, mais jamais elle n'avait craint qu'il pu s'en procurer autant. Comme pour ajouter a on trouble, il fit miroiter sa main dans un rayon de soleil filtrant a travers les fenêtres. Sur ses paumes, se dessinait un tatouage, qu'importe son motif, sa couleur, ce qu'elle retint ce fut la profondeur de ses lignes et ce qui l'ornait, des éclats de pierre sombre, presque de la poussière. Une poussière parfaitement identifiable. Tankshi était un piège vivant pour tout Gumiho a sa proximité. Il suffirait qu'il la touche a nouveau pour qu'elle se retrouve impuissante. Une pensée a vous glacer l'échine, si bien qu'elle du mettre tout son courage pour ne pas trembler. Avec autant de pierres sur lui, faisant même parties de lui, il ne ferait pas que bloquer ses aptitudes surnaturelles, il la réduirait a un désagréable état de faiblesse.

Elle était seule avec lui. Elle n'était pas armée. Peut être pour la première fois de sa vie, elle se sentie véritablement vulnérable et le destin dans sa cruauté avait voulut que ce soit face a lui, cet homme qu'elle méprisait pour lui avoir voler sa mère. Pourtant elle ne cria pas. Courage, fierté ou la peur qu'il débite simplement a la garde ce qu'elle était en réalité. Qu'importe, elle resta la a le fixer en espérant qu'il ne lirait pas en ses yeux a quel point sa soudaine vulnérabilité la déstabiliser. " Ne m'en veuillez pas tigresse, mais quand on se veut a être prêt d'une femme de votre trempe, on prend quelques précautions indispensables. " A nouveau ce sourire arrogant. La pensée qu'il veuille être a ce point auprès d'elle fit montée une nouvelle vague de colère en elle. Que ne donnerait t'elle pas pour lui arracher son sourire, sauf qu'en l’occurrence même si elle le voulait vraiment, elle en serait bien incapable. Refusant de céder a l'impuissance qui la gagnait peu a peu, elle alla simplement s'asseoir sur une chaise, calme et déterminée comme si sa présence bien qu’indisposante ne lui était rien. " Hormis agiter vos nouveaux jouets sous mes yeux, que faites vous la Tankishi ? Miyong était dont devenu si dangereux pour vous qu'il vous aura fallut fuir ? Je vous savais arrogant mais pas lâche. " Calmement comme un chasseur guettant sa proie, il s'approcha a nouveau d'elle. Il se jouait de son impuissance, elle le savait mais elle ne lui donnerait pas la satisfaction de le craindre.

Il s'installa face a elle. Au moins une table les séparer. Tant qu'il ne la touchait pas, elle pourrait le supporter et surtout elle ne serait pas privé de sa nature profonde. " Ce genre de provocation ne marchera pas avec moi tigresse .. Il est amusant que je ne parvienne pas a vous appeler ma renarde alors que c'est ce que vous êtes .. " Il n'imaginait pas a quel point elle bénissait les dieux qu'il ne puisse le faire. Ces mots appartenaient a un autre et elle ne supporterait pas de les entendre dans sa bouche. Bien loin de se douter de ses pensées et dans sa grande arrogance, Tankshi poursuivit. " Mais qu'importe que cela, puisque vous semblez soucieuse de mon bien être et de mes déplacements, je vais satisfaire votre curiosité. " Il allongea ses jambes, si bien qu'il la toucha presque. Elle prit sur elle pour ne pas reculer. " Qu'importe Miyong, je n'avais que de bien maigres possessions la bas. Mes vrais trésors se trouvent avec les miens. Et je ne parle pas de ces lâches qui me tiennent lieu de famille. " Bien entendu, comme elle s'en était douté, Tankishi ne manquait pas de ressources. Il avait du rejoindre son clan de bandit, celui la même qui avait l'avait attaqué lors de leur première rencontre.

Au sourire qu'il lui adressait, elle avait vue juste et lui aussi se souvenait de cette rencontre. Maudit soit il. Pourtant plutôt que lui faire ravaler son sourire arrogant, elle garda le silence. Plus il en dirait. Plus elle en apprendrait. Mieux ce serait. Malheureusement Tankishi n'était pas qu'arrogant, il était malin. Il se garda donc bien dans dire d'avantage sur le sujet. " J'avais déjà quitté Miyong quand j'ai appris les fâcheuses nouvelles qui m'ont conduit en Soriyeo. " Elle remarqua un changement discret mais bel et bien la. Une posture plus dure, un sourire moins dessiné et un regard glacial. Si bien qu'elle se demanda ce qui avait pu l'amener en Soriyeo et lui causait de tels sentiments, lui d'ordinaire ne perdant pas sa superbe. La réponse lui glaça le sang bien plus que son apparition en ses appartements et tout ce qui avait suivit. " Quand j'ai sue que vous aviez quitté Miyong, je fut soulagé de vous savoir loin de ce pantin qui se dit empereur, mais c'était avant d'apprendre qu'en Soriyeo votre vie serait menacée. " L’inquiétude qu'elle lut sur ses traits fut bien pire que l'arrogance qu'il arborait d'ordinaire et pour cause il avait l'air sincère. Elle pouvait supportait bien des choses, mais rien que l'idée que Tankishi ait pu s'attacher a elle d'une quelconque façon la glacer d'effrois.

Par bonheur, cela ne dure qu'une fraction de seconde avant qu'il ne reprenne un masque qu'il lui était plus coutumier. " J'aurais du me douter que rien ne viendrait a bout de vous. Mais maintenant que mes inquiétudes se dissipent, il me vient des questions auxquelles il va me falloir obtenir réponses. " Il se leva, la dominant bientôt de toute sa hauteur. Elle ne bougea pas. Comme si cela n'était rien. Un banal échange avec un invité autour d'une tasse de thé. Sauf que leur échange n'était pas banal, qu'il n'y'avait pas de thé et que Tankishi n'était pas un invité. " Qu'est ce qui peu bien pousser un assassin a accepter le risque d'un contrat sur la tête d'une princesse et pas n'importe laquelle, la première princesse royale de Soriyeo. " Elle releva la tête pour que ses yeux soient a hauteur des siens.  " A vous de me le dire, ces gens la vous sont plus proches qu'ils ne me le sont, des mécréants de basses extractions tout comme vous. " Sourire aux lèvres et avec une assurance qu'elle était loin de ressentir, elle ajouta. " Qui me dit d'ailleurs que ce n'est pas vous qui me l'avez envoyé ? Vos dernières acquisitions en matière de bijoux me laisse a penser que vous me craignez. Aviez vous dont trop peur pour faire vous même le travail ? "

Le provoquer était risqué, elle le savait mais elle ne lui donnerait pas la satisfaction de paraître faible face a lui. Il s'approcha d'elle, glissant ses bras de chaque coté de sa chaise tandis qu'il venait lui murmurer a l'oreille. " Tigresse si je vous voulais morte, vous le seriez déjà, j'ai de tout autres désirs concernant votre personne. " La voix s'était fait rauque, doucereuse et désagréablement suggestive,  tandis que dans le même temps il s'était saisi d'une de ses mèches de cheveux pour l'enrouler sur ses doigts. Elle eut beau tenter de se maîtriser, s'en était trop, elle le repoussa violemment, minimisant au mieux le contact. Le projetant lui en avant, elle en arrière. La chaise termina au sol tandis qu'elle sifflait dans ce qui ressemblait presque a un feulement: " Je vous interdis de me toucher. " Un sourire satisfait. " Ou sinon quoi tigresse ? Serait ce un défi ? Une invitation ? " Elle grogna presque, il était a bonne distance, sa nature de Gumiho prenait le dessus. Dangereux ou pas, elle allait le mettre en pièce. Des voix au loin. Des bruits de pas. Tankishi aussi les avait entendu. " Malheureusement, il semble que nous devions remettre ça a plus tard tigresse. " Il la détailla de long en large, doucement, de manière insolente et y prenant visiblement son plaisir. Un jour elle le tuerait. " Vous feriez bien de vous calmer, ni vous ni moi ne voudrions qu'ils découvrent votre secret n'est ce pas ? "

Il s'approcha d'une des fenêtres, grande ouverte qu'elle était. C'était dont par la qu'il était entré. Mais il n'avait pas pu entré sans appuis au palais. Il était bien plus dangereux que ce le commandant Choi Young et elle même avaient craint. Alors qu'il enjambait la fenêtre et que les pas se rapprochaient, il se retourna une dernière fois vers elle. " Je découvrirais pourquoi on a voulut s'emparer de votre vie .. Je découvrirais ce que vous me cachez et alors vous serez mienne. " Un sourire arrogant de plus et il avait disparu, bien trop vite pour avoir entendu ce qu'elle avait répliquée dans un cri rageur. " Soyez maudit Tankishi Guan. " Elle s’efforça de se calmer rapidement tout en glissant a son poignet un bracelet au contact familier. Pourtant pour l'heure, sa crainte n'était en rien lié a la possible découverte par la cours de sa véritable nature. Non ce qu'elle redoutait c'était l'arrivée de Tankishi en Soriyeo et de ce qu'il serait susceptible d'y découvrir. Elle jeta un coup d’œil vers le coffre, il s'en était fallut de peu. Et comme ci cela ne suffisait pas, elle avait la crainte effroyable d’être devenu pour Tankishi l'objet d'une dangereuse affection.


_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'objet d'une dangereuse affection. (Solo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plante dangereuse
» quel est cette objet
» Amour affectueux...ou Affection amoureuse ?
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]
» Objet de Collection

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Royaume de Soriyeo :: Cité Royale :: Le palais-
Sauter vers: