Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parce que je t'aime ma soeur.. [Pv Sian Nyang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sian Chio

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 24/10/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 16 Ans

MessageSujet: Parce que je t'aime ma soeur.. [Pv Sian Nyang]    Sam 8 Nov - 20:10

Une douce brise glacée s'était désormais levée sur le royaume. Elle signait probablement le début d'un froid inquiétant, putride et décuplé de malheurs.. Chio gardait ses petit mains près d'elle pendant le sa marche, *même si le modeste manteau qu'elle avait enfilée lui servait en l'instant plus de parure que de véritable vêtement.* L'annonce de ce temps gris avait bel et bien entretenu l'idée d'un premier malheur, mais elle n'osait pas vraiment se l'avouer par peur de le voir réaliser.

Il était pourtant bien là, ce malheur et ces funeste nouvelles qui fusaient à tout les coin de sa vie.

"Votre soeur madame, elle est morte !" avait même tentée de lui vendre une de ses servante. Chio criait sa détresse devant autant d'ignorance de la part de ces aînés. Elle avait d'ailleurs garder la mine révolter sur tout le voyage jusqu' à sa chambre et n'en aurait pas changer devant cet affront.. Bien sûr que Nyang était digne ! et cet tentative de massacre, fut t-elle emplois à la faire disparaître, ne le rendrait pas moins honorable à ses yeux..

La douceur de la brise s'était une fois encore adoucie avant son arrivée, mais Chio avait parcourue les couloirs du château le coeur emplois à un méli-mélo de révisions de langage.. Que dire ! et surtout quoi faire.. Quels mots auraient pu ainsi apaiser le coeur de quelqu'un que l'on ne connaissait pas. Chio réfléchie, encore et encore, frustrée et honteuse avec cela de n'avoir autre à lui offrir que sa petite compagnie. Parler avec pitié rendrait la situation dramatique, ignorée le malheur l'aurait fait dissoudre d'une certaine colère. Chio se torturait l'esprit et elle le faisait ma foie avec brio dans sa logique.. Il faudrait être naturel, encourager le renouveau et sa force de réussite avec douceur et patience, le temps, voilà l'arme qui pourrait des lors sauver sa lourde peine au travers de la méchanceté de ses aînés.  Le coeur lourd, Chio arriva à hauteur de sa chambre et entra le coeur panique..

De toutes ses belles promesses de mort, Nyang en avait pourtant garder la douceur de ses traits et la fraîcheur dont son enfance.. Chio n'avait fait que l'apercevoir.. Encore, toujours durant son enfance. Mais là, désormais apte à voir ce qui l'intriguait, la petite dame n'en fut que ravie.

 Timide, Chio garda les mains près d'elle, comme si  toucher sa soeur aurait été un affront. Elle avait peur de la visite d'un de ses frères pouvant, elle en était sur, la condamée à une punition sévère. Chio scruta la couverture un moment, elle semblait elle aussi dérivée de réfléxion en scrutant d'un visage angélique et posé le jolie minois de sa soeur. Son sourire reprit alors, puis elle s'autorisa un petit geste affectueux, presque maternelle, sur son visage..

_________________
Les dieux, s'il en existe, créent les brebis pour que les loups mangent du mouton et ils créent les faibles 
pour que s'en amusent les forts. Suis je donc une faible pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Parce que je t'aime ma soeur.. [Pv Sian Nyang]    Sam 8 Nov - 22:00


Devoir garder le lit alors que vous avez la pleine santé n'est point chose aisée, surtout quand en vous, gronde une nature de Gumiho prompte a réclamer sa liberté. Néanmoins les apparences devaient êtres sauvées. La première princesse royale Sian-Nyang avant été victime d'un tentative d'assassinat moins de 48 heures plus tôt, une tentative d'assassinat a laquelle elle n'aurait pas due survivre .. A laquelle elle n'aurait pas pue survivre. Mais cela était sans compter sur les aptitudes dus a la nature surnaturelle de son être. Il fallait dont rester allongée, faignant la plupart du temps l'inconscience et la faiblesse dans la crainte que sinon, les médecins royaux ne s’intéressent de trop prés a ce rétablissement soudain qui tenait du miracle .. Et miracle il n'y'avait pas eu. Tout ne serait pas si compliqué si s'eut  avait été le cas.

Les yeux grands ouverts dans la pénombre de sa chambre, Sian-Nyang contemplait sans réelle attention le plafond qui s'élevait au dessus d'elle. Si elle s'était attendue a ce que ces nouveaux pouvoirs a la cour ne plaisent pas a tous, particulièrement aux partis politiques soutenant le roi, elle ne s'était pas attendue a ce qu'ils veuillent attenté a sa vie .. Du moins, pas si vite, pas alors même qu'elle n'avait encore rien tenter de significatif. Enfin hormis l'acquisition d'une place au conseil et son contrôle sur les "Lunes Rouges". Elle repensa au roi, a ce frère qu'elle connaissait si peu, aux paroles qu'ils avaient échangés un peu plus tôt alors qu'il était venue la visiter, visiblement soulagé de la voir sorti de l'inconscience. Une visite motivée par ses craintes de la voir lui porter le blâme de son malheur présent. Qu'importe leurs différents, jamais elle n'aurait pu imaginée qu'il ait tenté d'attenter a sa vie .. Aurait t'elle due ? Y'avait il raison de douter ? Était il un grand simulateur ? Après tout n'était ce pas a lui que sa mort profiterait le plus ? N'était t'elle pas une ombre menaçante sur son pouvoir ?

Secouant doucement la tête, elle s’efforça de chasser les vilaines pensées qui s'agitaient en son esprit. Elle ne voulait pas se perdre en doutes et en suspicions, surtout envers celui qui malgré tout restait son frère avant d’être le roi. Bientôt son être s'apaisa, tandis que ses pensées s'en venaient a voguer en bien d'autres destinations .. Des destinations lointaines, vers un empire et un homme auquel elle devrait s'interdire de penser. Et la plupart du temps, elle faisait cela avec brio, mais l'alitement forcé pour l'heure ne l'y aida pas. Une porte qui s'ouvre non loin, des murmures. Une visite probablement. Des pas résonnent dans le couloir. La lueur d'une bougie filtre sous les portes de ses appartements. Bien qu'elle s'attende a voir arrivé le commandant Choi Young avec quelques nouvelles, elle ferme les paupières. Prudence n'est t'elle pas mère de sûreté ? Les portes s'ouvrent en un grincement discret. Une faible lueur s'avance vers elle tandis que des bruissement de tissus glissent sur le sol. Ce n'était pas le commandant.

Aux aguets, les paupières toujours closes, elle guette le moindre signe de danger, se rappelant néanmoins que gardes, eunuques et servantes ont laissés entrer son visiteur ou plutôt sa visiteuse au vu ds bruissements de tissus et des effluves de parfum qu'elle perçoit bientôt. Les servantes ne portaient pas de parfum. Une visite noble donc. Royale peut être. Elle s'étonne, mais bien d'avantage encore une caresse subtile se fait sentir sur sa joue. Un geste aussi hésitant que tendre. Sans mouvement brusque, elle feint une reprise de conscience, permettant a sa visiteuse de se suspendre son geste. Ses paupières s'ouvrent ensuite doucement, après quelques battements. Ce qui est sur c'est qu'elle ne s'attendait guère a trouver la visiteuse qui se trouve a son chevet, ce pourquoi son visage se peint d'étonnement, rapidement suivi d'un sourire d'attendri.

Pas tout a fait femme, pas tout a fait enfant, se dessine a la lueur d'une bougie, les courbes harmonieuses et délicates de sa plus jeunes sœur. Un trésor de gentillesse, de bienséance et de discrétion dont la voix était réputée dans tout le royaume. Sian-Nyang avait eu elle même le loisir d'en profiter durant les banquets familiales. C'est d'ailleurs en ces seules rares occasions qu'elle avait croisée la jeune fille. Comme le reste de la fratrie, elle s'était toujours tenue a l'écart d'elle. Dans son cas sans doute plus par soucis d'obéir a ses aînées que par envie. En contemplant le visage de la jeune fille, elle se remémora la première fois ou elle l'avait vue, alors âgée de 7 ans, cette dernière était venue la saluer d'une révérence parfaite, faisant preuve de l'enthousiasme et de l'innocence du a son age. Elles avaient échangées quelques mots, probablement leur plus longue conversation a ce jour, puis la reine était intervenue, priant l'enfant de regagner ses appartements. Après cela, une distance infranchissable s'était glissée entre elle deux.  Un regret mais qui pouvait t'elle, elle ne pouvait en vouloir a l'enfant puis a la jeune fille qu'elle était devenue de craindre les réprimandes qu'il lui en coûterait sans doute de braver les interdits familiaux.

Se redressant tant bien que mal, sans oublier de devoir feindre quelques grimaces et faiblesses du a l'état qui aurait du être sien, elle se cela contre ses oreillers puis posa son regard dans celui de la jeune princesse. " Qui vient dont se poser prés de mes fenêtres, ne serait ce pas l'oisillon royal ? " Surnom que la jeune princesse devait a sa voix mélodieuse. " Princesse, si cela est possible, je vous trouve plus belle et plus gracieuse a chaque fois que vous m'apparaissez. " Un sourire encourageant et un signe de tête vers ce qui trouvait au delà de ses appartements. " Que faites vous dont la a pareille heure ma sœur ?  Quelques insomnies vous guetteraient elles ? J'ose espérée que ce n'est pas les actes commis contre ma personne qui troublent votre sommeil ? " Si elle était heureuse que la princesse soit la, elle n'en restait pas moins soucieuse des raisons de sa venue. Avait elle quelques craintes après les événements du jour ? S’inquiétait t'elle de sa santé ? Quand bien même, elle s'expliquait difficilement la présence de la jeune princesse dans ses appartements. En effet jusqu'alors la jeune fille s'en était toujours tenue a ce qu'il lui avait été enseigner. " Se tenir loin de la princesse Sian-Nyang. " Oui, mais voila, comme elle pouvait le constater en l'instant, la princesse n'était plus une enfant et peut être qu'elle avait décidée qu'il était temps de braver les interdits familiaux.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Parce que je t'aime ma soeur.. [Pv Sian Nyang]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ai rien à te dire parce que je t'aime pas ♥
» N°1 - Episode : "je te vide ton frigo parce que je t'aime..."
» Parce que je t'aime
» Parce que je t'aime, Artété !
» Ne m'oubliez pas.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Royaume de Soriyeo :: Cité Royale :: Le palais-
Sauter vers: