Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La chute [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sun Xian
Admin


Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: La chute [Solo]   Lun 3 Nov - 4:21


Dans cet endroit lugubre, on pouvait se compter chanceux lorsqu'un brin de lumière osait pénétrer à l'intérieur. Les escaliers menant plus bas venaient d'être balayés avant la venue de l'empereur qui rendait l'endroit sensiblement plus menaçant avec sa prestance impériale. Des gémissements se réverbérèrent sur les murs de pierres vieilles. Si on avait fait l'effort de retirer la poussière des marches grinçantes, certaines taches rouges maculaient toujours le pavé, mais le sang était une chose dont il était difficile de se défaire. De plus, Liu Ma ne désirait pas que ces donjons aient l'air aussi propres qu'une maison de courtisanes.

Trois jours s'étaient écoulés depuis la chute de Zhū Tankishi et ses alliés n'avait pas cherché à plaider pour sa libération. De toute façon, il s'était lui-même avoué traître devant toute la cours impériale et les preuves allant contre sa famille et lui étaient bien trop flagrantes. N'importe qui, alliés ou pas, n'auraient pu prendre sa défense, car cela aurait été interprété comme une traîtrise par complicité et la trahison apportait toujours l'exécution de soi. Les ministres et les officiers de l'empire tenaient beaucoup trop à leur vie pour souhaiter se mettre en péril pour l'arrogant personnage qu'était Tankishi. Heureusement, cette situation ne semblait pas trop affecter l'impératrice qui venait d'une branche respectée de la famille Guan.

Un cri le fit lever la tête prestement, mais il conserva son sang-froid. Les individus qui se trouvaient dans ce sous-sol dissimulé du palais impérial étaient les individus considérés comme les pires criminels ayant marché sur les terres de Miyong ou les traîtres. Il s'agissait aussi d'une chambre de torture discrète et dont les gémissements plaintifs et les hurlements se rendaient difficilement à l'extérieur.

D'un pas assuré, l'empereur descendit la totalité de l'escalier qui semblait crier de douleur sous son poids. Il allait devoir demander à ce que ceux-ci reçoivent quelques rénovations durement mérités. Il ne manquerait plus que quelques gardes se cassent le cou en montant - ou descendant - des corps ou que leurs jambes passent au travers d'une marche pourrie. Des gémissements distinctifs attirèrent aussitôt son attention et le souverain poursuivit son avancée dans les lieux lugubres. Plus il s'engouffrait dans ce sous-sol morbide, plus des odeurs de sang et de chair brûlée emplissaient l'air déjà suffisamment pernicieux. Des torches suspendues aux murs sinistres étaient les seules sources de luminosité dans cet ensemble de pièces puantes. Un hurlement se fit entendre, bien qu'il ne fut pas de la même personne que quelques minutes plus tôt.

Deux gardes avancèrent dignement dans son sillage, puis au bout de quelques minute supplémentaires, ils débouchèrent dans une pièce plongée dans une pénombre. Au centre était attaché fermement un homme habillé simplement de ses dessous blancs au bords effilochés et recouvert de sang à quelques endroits. Des marques de brûlures rougies et noirâtres figuraient sur ses jambes inertes. Le traître été décoiffé, ses longues mèches retombaient sans élégance devant son visage, mais il ne bougeait pas. L'empereur devina, cependant, par son souffle contrôlé et encore régulier qu'il était encore parfaitement vivant. Le fils d'ancien ministre remua légèrement, une lueur sembla passer dans son regard sensiblement fatigué. Un sourire plus sadique et arrogant que courtois ourla les coins de ses lèvres lorsqu'il découvrit finalement le personnage important qui se tenait à une certaine distance de lui.

- Zhū Tankishi, mentionna calmement Sun Liu Ma en baissant les yeux vers l'individu mal en point. Il remarqua qu'il était nul pied et il ne pu empêcher un sadique sentiment de satisfaction l'envahir en apercevant finalement la déchéance de ce traître qui lui avait causer tant de problème, autant à son peuple qu'à lui-même. Cette racaille ne semblait pourtant pas souffrir de la perte de sa famille. L'amour filial ne faisait visiblement pas partie de ses valeurs personnelles.

-Votre Majesté, répliqua Tankishi en osant lever les yeux plus clairement vers son souverain. Il soutenu le regard de l'empereur avec arrogance. De toute façon, il n'avait rien à perdre. Son corps avait déjà été meurtri par la torture; son orgueil blessé par l'autorité de l'empereur, l'abandon de ses «alliés», le refus de la part du roi de Soriyeo et les moqueries des gardes et des tortureurs qui s'en étaient donnés à cœur joie pour le pointer du doigt. Cependant, il était Guan Tankishi et il ne faiblirait point face à cet empereur qu'il n'avait jamais appris à aimé. Ou plutôt, il n'avait jamais appris à aimé personne.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin


Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: La chute [Solo]   Lun 17 Nov - 8:02


Les deux hommes se fixèrent intensément, rendant l'ambiance de la sombre pièce plutôt inconfortable pour les deux gardes postés derrière l'empereur et les deux tortureurs qui attendaient patiemment à quelques pas derrière le traître Tankishi. Même si Liu Ma était fort satisfait de voir Tankishi tombé et perdre tout le pouvoir et l'influence qu'il avait réussi à obtenir par le passé, il ne pouvait s'empêcher d'être un peu déçu par la tournure des évènements. La chute de ce traître allait secouer la cour impériale et tout ses anciens alliés allaient certainement lui cirer les pompes pendant plusieurs mois jusqu'à ce qu'il les pardonne explicitement, mais il n'en avait pas envie.

-Comment allez-vous, Votre Majesté? souffla le fils d'ancien ministre d'une voix impertinente. Je vois que votre santé est toujours aussi fille, quant est-il de ma princesse?

La pique finale ne le toucha pas, mais le souverain ne pu s'empêcher de froncer des sourcils face au comportement arrogant de Tankishi. Il lui répondit tranquillement que sa santé n'avait jamais été autant à son meilleur et rappela gentiment au criminel qu'il ne possédait pas de princesse et en ce sens, il ne savait pas du tout de quoi il parlait. Le mécréant assit devant Liu Ma sourit sournoisement, l'ombre d'un rire s'échappa même de sa bouche. Tankishi s'amusait de la situation dans laquelle il l'était, quant à l'empereur, lui, n'était pas amusé du tout. Un tortureur s'approcha vivement et donna un coup monumental sur la joue déjà meurtrie du traître.

-Comment oses-tu rire devant Sa Majesté, porc!

Tankishi foudroya le tortureur du regard, mais cessa tout de même de rire. Toutefois, son sourire arrogant restait figé sur ses lèvres sèches. Le fils du ciel ne lui en tint point rigueur, s'il souhaitait prendre un brin de plaisir malsain avec sa dernière heure, grand bien lui en fit! Liu Ma savait tout à fait qu'il ne pouvait pas changer l'individu et encore moins le rendre fidèle à son empereur ou même l'aimer.

-Certaines choses ne changent jamais, n'est-ce pas, Tankishi? commenta le dragon en croisant ses mains dans son dos et observant le mur derrière Tankishi sans vraiment le voir. Son expression était plutôt calme. Une chose reste, cependant, et c'est moi, l'empereur. Je suis le fils du ciel et l'empire m'appartient, cela ne l'oublie jamais, même dans la mort.

L'homme resta stoïque, il était plutôt difficile de l'intimider, et ce, même lorsque la mort était prêtre à s'abattre sur lui n'importe quand. Il était Guan Tankishi et il ne faiblirait jamais. Visiblement, il ne pouvait plus compter sur l'impératrice pour tenter d'amadouer l'empereur ou la cour impériale avec son amour filial pitoyable. De toute façon, il ne pouvait compter que sur lui-même. On était toujours mieux servi par soi-même. Le fils d'ancien ministre resta plutôt calme, jusqu'à ce qu'il voit un garde arriver dans la pièce avec une longue barre de métal dont le bout était recouvert d'une forme lui rappelant bizarrement un caractère de la langue de Miyong. Au bout de quelques secondes de réflexions, il comprit finalement de quoi il s'agissait au moment ou le garde plana l'objet dans les flammes rougeoyantes d'un petit foyer qui n'était pas très loin. Les flammes cracha des braises sous le poids du nouvel objet.

-Tu n'es plus aussi calme, Tankishi? fit remarquer l'empereur avec l'ombre d'une expression sadique. Puisque ton père était un ministre réputé, ou du moins, il l'était il y a quelques années, tu dois bien connaître nos lois pour les criminels.

-Ne dois-je pas déjà mourir? répliqua froidement le cousin de l'impératrice avec un brin de hargne dans la voix. Son apparence physique, loin d'être laide, était bien l'une des sources de son arrogance et il avait une bonne idée de où cette situation se dirigeait. Même s'il ne l'admettrait jamais à voix haute, il n'aimait pas cela.

L'empereur commença à faire tranquillement les cents pas devant Tankishi, une expression sereine et confiance sur son visage. Son doigt s'agita vaguement en l'air comme lorsqu'un adulte récitait une leçon à un enfant ou sermonnait celui-ci. Le fils du ciel examina brièvement le plafond humide.

-Tu ne sembles pas comprendre l'étendu de tes actions, Tankishi, dit Liu Ma en secoua la tête de déception. Ta famille a ouvertement supporté l'empereur précédent, et ce, même après sa mort malheureuse et a toujours comploté dans le dos de la famille impériale. Tes propres actions ont causés non seulement du danger pour la princesse aînée de Soriyeo, mais aussi aux citoyens de ton propre peuple. Tu as pillé, volé, détruit les biens d'autrui et insulté gravement la famille royale de Soriyeo en plus de celle de ton empereur, il s'arrêta un moment, prit une pause cruelle avant de s'avancer vers la barre de métal. Il en saisit le bout, puis s'approcha ensuite lentement de Tankishi. Il leva le bout rougeoyant vers l'homme, le mettant à proximité de son visage. Une torture parmi tant d'autre. Et je ne t'apprécie pas beaucoup...


Le traître Tankishi basculait cruellement entre l'éveil et l'inconscience. La douleur qui lui mordait le visage était insoutenable et l'odeur de chair brûlée lui donnait une nausée incroyable, mais ses pensées ne cessèrent de se défiler à toute allure. L'envie de vengeance était forte et souhaitait rien de plus que de poser ses griffes sur le salaud qui siégeait sur le trône de Miyong, mais avant cela, il voulait reprendre la princesse de Soriyeo. Pour ses raisons tout à fait légitimes, il devait de se trouver un moyen de sortir d'ici avant son exécution qui devait avoir lieu le lendemain matin. Il sursauta lorsqu'il entendit la porte de sa cellule s'ouvrir doucement. Malgré sa douleur et la faiblesse de son corps meurtri, il ne pu empêcher une lueur surprise illuminer son regard face à la personne qui se tenait à l'entrée de sa cage.


-Votre Majesté! une voix alarmée cria en défonçant presque les portes de sa chambre privée, une dizaine de gardes derrière lui. J'ai de mauvaises nouvelles, Votre Majesté!

L'empereur Sun Liu Ma était en train de vaquer à ses occupations matinales, accompagné de sa fidèle Lin Pin et Chen Po qui accourait déjà vers le serviteur un peu trop excité. Le fils du ciel ne retint pas son expression mécontente, puis leva sa main pour intimer le calme dans la pièce qui était dédiée à son repos. Ce chef de la garde était paniqué au point où il se demandait si une guerre avait débuté sans en avoir été averti la nuit dernière.

-C'est Tankishi, Votre Majesté, il n'est plus là!

Le temps sembla s'arrêter l'espace d'un instant. Liu Ma s'était levé de bonne humeur, ayant eu un bon sommeil reposant. Ces plans pour la matinée? Manger en compagnie de la jolie concubine impériale qui avait toujours une oreille attentive à lui offrir, puis assister à l'exécution officielle de Tankishi une bonne fois pour toute. Les mots du garde l'assaillirent avec une terrible force et ce fut la main délicate de Lin se crispant sur son avant-bras qui le ramena à la réalité.

-Que veux-tu dire, Tankishi n'est plus là? demanda l'empereur qui serra les poings, ses jointures devenant blanches sous sa soudaine frustration et la crainte de la suite, sa cellule était surveillée et dans l'état où il était, je doute qu'il est pu bouger.

Le chef jeta des regards nerveux autour de lui avant de se jeter à genoux, se prosternant face à son empereur, l'implorant de le tuer pour son incompétence. Les gardes qui l'avait accompagné firent de même peu après. L'un d'eux débita des explications qui ne firent qu'attiser la colère de l'empereur au fur et à mesure qu'il comprenait ce qui arrivait. Tankishi n'était plus là, il n'était plus dans le palais. Il avait disparu, évitant de près son exécution méritée grâce à une aide extérieure. L'ambiance de la pièce changea subitement et Chen Po recula de quelques pas. Pendant ce temps, Lin s'était agenouillée devant Liu Ma, la tête baissée docilement.

-Ne soyez pas en colère, Votre Majesté, pensez à votre santé, lui rappela la concubine d'une voix calme et doucereuse.

Malgré l'envie de lancer un objet qui lui picotait férocement les doigts, le dragon prit une grande inspiration puis toisa les hommes qui se tenaient toujours prosternés à ses pieds. Il prit quelques minutes pour réfléchir, mais ses doigts tremblèrent toujours sous la vive émotion qui le parcourait.

-Qu'une enquête débute de ce pas, il n'a pu fuir le palais par lui-même et encore moins s'être éloigné des terres de Miyong, il pensa cruellement à l'état dans lequel il avait laissé le traître et trouva un certain soulagement dans l'idée qu'il n'était certainement pas allé très loin, même avec de l'aide, je veux que vous entrez en contact avec tout les médecins pratiquant en dehors des murs du palais, herboristes, apothicaires, chamanes, tout le monde! Qu'on mette des avis de recherche et que la récompense soit salée, un homme défiguré par de la chair brûlée ne passera pas inaperçu.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La chute [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» La chute de l'homme fort tunisien Zine El Abidine Ben Ali après 23 ans
» lourde chute pour allan jlr
» chute du roi a EBLY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Empire Miyong :: Cité impériale :: Le palais impérial-
Sauter vers: