Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 S'envole la permanence sous le souffle du changement. (Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: S'envole la permanence sous le souffle du changement. (Solo)   Lun 20 Oct - 14:06


Le palais royal de Soriyeo. Grand, fastueux, s'étendant au delà de ce que les yeux peuvent voir. Un peu effrayant par bien des cotés. Pourtant quand la princesse en passe la porte principale, ce n'est point d'un regard inquiet qu'elle embrasse le paysage. Les yeux sont déterminés, le regard résolu. Le palais n'a pas changé, mais elle si. Des murmures se font entendre, des têtes s'inclinent, on se prosterne. Son nom est sur toutes les lèvres, son retour dans toutes les discutions et sur toutes les mines se pose la question de sa venue non annoncée. On s'agite en tout sens. Trop tard. La surprise est totale. L'effet est voulu. Elle avance la tête haute, le buste droit, d'une démarche rapide. Son but, la salle du trône. Cela n'échappe a personne. Les Eunuques s'agitent. Qu'importe, ils ne lui barreront pas le chemin. Sa propre escorte est déjà prés d'elle. Les portes enfin.

Se croisent devant elle, deux lances sous la main de deux gardes royaux. Elle hausse un sourcil a peine intéressé. Le capitaine restait jusqu'alors en retrait a sa suite aux cotés de son eunuque et de sa servante, fait un pas en avant. Elle le retient d'un subtile geste de la main. Remuant a peine la tête, elle fixe un a un les gardes, se délaisse de leurs vues et fait un nouveau pas en avant. Les lances se croisent plus fort. "Princesse, le roi est en audience avec ses ministres, nul ne peut entré. " Elle relève le menton, l'air nullement impressionné. " Dois je vraiment vous demander de m'ouvrir cette porte ? " Regard glacial, ce qui surprend les gardes, guère habitués a cette attitude chez la princesse.  Un sourire indifférent s'étend sur ses lèvres. " Fort bien, je suis la première princesse royale Sian-Nyang, veuillez m'annoncer. " Avant qu'il n'hésite, elle ajoute imperturbable. " Ne me forcez pas a vous le demander une seconde fois, les circonstances deviendraient alors fâcheuses ... Pour vous. " Ils se regardent l'air interdit. Les lances se décroisent et s'écartent. Les gardes s'inclinent et clament a l'unisson. " Puisse votre altesse nous pardonner. " Un Signe de la main désinvolte. Ils se redressent, ouvrent les portes et tendit qu'on annonce sa venue, elle pose un pied dans la sale du trône. " La première princesse royale, son altesse Sian-Nyang. "

Un silence pesant se fait entendre, les regards se fixent sur elle, trois en particulier, ceux de ses frères. Les portes se referment lourdement derrière elle. Un pas après l'autre, elle s'avance vers le trône, vers le roi. Sur son visage ne transparaît que sa détermination. Le désappointement et le désagrément que lui a causé son attitude envers les gardes se terre bien au fond de son être. Pour ce qu'elle se devait de désormais accomplir, elle devait se montrer forte, cela exigerait quelques sacrifices, dont une attitude de façade. Elle devait faire sa place dans la cour. Une cour retords, dure et par trop souvent corrompue. Etre douce et aimable reviendrait a se déclarer faible en ces lieux, elle n'était pas sans le savoir. La façade ne sera qu'apparence public. Elle saurait faire avec. Du moins le faudrait t'il bien. Face au trône, elle s'incline en une révérence parfaite  avant de défier du regard ses deux jeunes frères, visiblement mécontent de la voir en ses lieux. Puis son regard se tourne vers son aîné, le roi. " Ma sœur, qu'elle surprise que de vous voir ici, alors même que l'on ne m'avait pas fait part de votre retour. " Sourire de façade, le même qu'elle lui rend. " Qu'est ce que cela aurait changé mon frère, auriez vous fait envoyer une escorte a ma rencontre ? " Il la fixe un instant, semblant chercher quelque chose puis abandonne. " Bien entendu en tant que votre frère et votre roi, j'ai a cœur votre protection. "

Le sourire de la princesse se tord en ce qu'il serait facile de prendre pour une moue amusée, mais qui oserait face au roi ? Impertinence, prétention, sacrilège .. C'est pourtant si peu face aux paroles qu'elle prononce ensuite et qui soulève un brouhaha indigné autour d'eux. " Votre inquiétude a mon égare m'émeut mon frère, presque autant que la rapidité que vous avez eu a conclure pour moi une union  avec le premier mal bien né, mais brigand de peu de foi ayant demandé ma main. " Leurs regards s'affrontent, elle ne baisse pas le sien. Le roi se lève, le brouhaha se calme. Il s'approche d'elle, elle ne bouge pas. " Ma sœur peut être serait il plus opportun de poursuivre cette discutions en privé ? " Elle incline la tête, plus narquoise que respectueuse. "Au bon vouloir de votre majesté .. Comme toujours. "  Leurs regards s’affrontent a nouveau, le roi se détourne et d'un geste de la main lui indique de venir a sa suite. Un pas derrière lui, tel qu'il convient au protocole, elle s'avance sous l’œil attentif de tous sans jamais faillir a son attitude indifférente.

Quelques instants plus tard, ils pénètrent dans les appartements privés du roi. Après qu'il ait congédié tout le monde, il s'installe a une table en acajou, entourée de deux chaises, il l'invite a faire de même. Ce qu'elle fait, ne le quittant pas des yeux. C'est la sans doute le plus long échange de regards qu'ils auront partagés en 9 années. Un silence pesant et gênant s'installe, le roi finit par soupirer avant de prendre la parole. " Vous avez changée ma sœur, vous avez toujours été impétueuse, rebelle, inébranlable, mais il y'a quelque chose de plus .. Il m'est juste impossible de déterminer quoi. " Il n'avait pas idée d'a quel point elle avait changée et bien qu'elle se permettrait a l'avenir de lui dévoiler certains de ses changements, il ne serait jamais combien elle avait changée dans bien des domaines. " Ne dit on pas que toutes les femmes changent une fois mariée ? Bien que ma foi par la grâce des dieux mon union ne fut pas portée a son terme. " Sourire glacial, le roi lui plisse les yeux et arbore une mine .. Difficile de dire si elle est contrariée, agacée ou tout simplement soucieuse. " J'ignorais tout des bassesses qui faisaient cet homme avant que le commandeur n'exige une session d'urgence du conseil sans quoi ... " " Sans quoi vous n'auriez pas accordé ma main au premier mal influent vous la demandant sans rien savoir de lui ? " L’interrompt t'elle. Le roi lui jette un regard courroucé. N'est pas permit a qui veut d'interrompre le roi. " Sachez que je permets cela car nous sommes en privé, par les dieux, si je croyais cela possible, je dirais que vous êtes encore plus impertinente qu'avant votre départ. "

Sourire lumineux mais regard glacial. " Vous vous fourvoieriez en faisant cela. Mon tempérament est le même, si ce n'est que j'ai peut être moins de réserves a me heurter a un roi qui a si peu de respect pour sa sœur, qu'il l’envoi au loin dans le but de fomenter a son insu, une union profitable a tous, sauf a elle. " La main du roi claque violemment sur la table, elle ne semble pas s'en émouvoir. Il prend sur lui pour se contenir et se radoucit. " Sachez princesse que ses idées de mariage n'étaient pas de moi, il a été penser en haut lieu qu'il était tant de vous marier. J'avais espérée pour vous un mariage avec l'empereur ... " A cette mention, une curieuse lueur passe dans le regard de la princesse, un semblant de mélancolie mêlée a quelques regrets ? Mais elle se reprend vite. Sa main balaye l'air d'un geste rapide, comme si tout cela n'était rien. " Qu'importe que cela votre majesté, ceci n'est pas ce pourquoi je voulais m'entretenir avec vous. " Elle jugea bon d'en venir aux faits avant que ne dessinent a nouveau sur ses traits quelques émotions malvenues. Glissant une main dans une de ses manches, elle en sort un rouleau, un rouleau portant le sceau royal. Un sceau royal qui attire immédiatement l’œil du roi. Elle lui tend. Il le regarde sans esquiver un geste. " Qu'est ce que cela. " Elle lui tends a nouveau le rouleau. " Prenez le et lisez le avant que je ne choisisse de vous le taire a jamais. " Le roi consent finalement a s'en saisir. Ses yeux parcourent rapidement le document. Sa mine se fait surprise, inquiète, colérique, triste puis indifférente voir glaciale. " Est la votre revanche ? " Lache t'il amère. " Votre revanche pour ses 9 années ou je ne vous ai pas accordé la place que vous recherchiez auprès de nous ? Vous avez attendue que je m’habitue a être roi pour pouvoir mieux savouré ma chute ? " 

Elle le regarde, presque tristement, non pas presque, tristement car qu'importe les résolutions et sa détermination, ces mots la font mal, impossible pour elle de prétendre ne pas les avoir entendue. Ils sont le triste reflet de la réalité. " C'est don la, l'image que vous avez de moi ... Vous m'en voyez peiné VOTRE MAJESTÉ. Mais après tout, nous ne sommes guère plus que des étrangers. Mais je ne porterais pas le poids de cette faute, elle est votre. Dés mon arrivée a la cour, vous m'avez rejetée. Qu'étais je pour vous, si ce n'est une vagabonde indésirable que l'on vous imposer comme sœur et princesse n'est ce pas ? " Le roi la regarde d'un regard qu'elle ne lui avait jamais vue. Visiblement touché par ses mots et l'air incrédule. " Vous pensez dont que c'est pour cela que je me suis montré distant avec vous toutes ces années ? Grands dieux est ce la l'image que je vous donne. Celle d'un homme accordant plus de valeurs aux rangs qu'aux personnes ? " Il soupire lourdement puis jette un regard bref sur l'édit royal. " Est ce dont ainsi que père me voyez également ? Voila qui expliquerait que ses derniers mots aient étés pour vous et non pour moi son fils aîné ? " La princesse pose sur lui un regard étonné. " Si telle n'étaient pas vos motivations alors pourquoi ? " demande t'elle sans comprendre ce qu'il avait bien pu lui reprocher d'autres que ce qu'elle avez toujours crue. Le roi se lève, fait quelques pas puis pose a nouveau son regard sur elle. " Vous lui ressemblez plus que vous ne l'imaginais. "

Elle le regarde sans comprendre, puis la lumière se fait dans son esprit. " Ma mère. " Il pose sur elle un regard froid, mais cachant difficilement une souffrance gardée trop longtemps sous silence. " Votre mère ? La seule mère que j'ai jamais connue. Celle qui m'a bercée, celle qui a ramenée un père aimant vers moi. Celle qui a illuminée notre solitude. Celle qui m'a comblé de bonheur quand il s'est murmurer a la cour qu'elle me donnerait bientôt un petit frère ou une petite sœur. Savez vous combien j'étais désireux de votre venue au monde, qu'elle joie cela représentait pour moi de ne plus être seul dans ce grand palais intimidant avec sur moi le poids de l'héritage royal. " Il se détourne, la gorge de la princesse se noue, tandis que son cœur se sert, mais elle ne veut pas l'interrompre, elle reste silencieuse, sans bouger. Il poursuit. " Non vous n'en savez rien, car vous avez disparue avant même que je ne puisse vous connaitre .. Une nuit elle s'est juste envolée, sans un mot, sans un aurevoir .. Rien que le vide de son absence et de la votre alors même que je n'avais pas eu la chance de vous connaitre. " Il revient vers la table, pose son regard sur les derniers mots du défunt roi. "Elle vous a choisie vous, comme notre père vous a choisi aussi semble t'il, n'était ce pas suffisant de m'avoir volé la seule mère que j'eusse connue, vous désirez également me voler mon trône ? " La princesse pose sur lui, un regard nouveau et plein de compréhension. Elle comprend ce qu'a représenter son retour a la cour. Elle réalise aussi tout ce que sa mère avait laissée derrière elle pour sa protection. Honteusement elle n'avait jamais réalisée de quoi sa simple naissance avait privée son frère. La vie avait été trop injuste avec lui, par deux fois il avait perdue une mère. Elle n'avait pas été la seule a souffrir.

Le roi se saisit de l'édit et le serre violemment entre ses doigts. " Qu'adviendrait il si je le déchiré maintenant ? " L'heure n'était pas a la sensiblerie, comprit t'elle, un jour peut être, a moins que cela se doive de rester des regrets éternels. Qu'importe. Elle se pare a nouveau de son masque froid et déterminée avant de se lever et de poser sur lui un regard indifférent. " Faites dont, mais vous m'obligerez alors a dévoilé aux yeux de tous sa parfaite copie. Notre père a rédigé cet édit en deux exemplaires. " Le roi laisse celui qu'il détient glissé sur la table, un sourire lasse. " N'est ce pas de toute façon ce que vous comptez faire ? Je comprends mieux pourquoi vous me dévoilez celui ci. " " Vous, vous méprenez parfaitement sur mes intentions, comme sur tant de choses. Je ne désire pas le trône. " La confusion se lit sur les traits du roi, puis la dérision. Il ne la croit pas, qu'importe elle ne le laisse pas l'interrompre. " Quoi que la jalousie puisse vous pousser a croire, père vous aimez. Si il m'a choisie comme héritière, c'est par ce qu'il a en vue en moi le soucis du peuple avant le soucis de la politique. Il avait raison sur ce point. Depuis votre entrée au pouvoir, vous avez fait bien trop de politique .. Mais c'est ce que fait un roi. C'est la que père s'est trompé en pensant que je désirerais être reine. " Le roi désigne l'édit, un sourire désabusé aux lèvres. " Alors pourquoi ne me montrer cela si vous ne désirez pas le pouvoir ? "

Elle pose son regard dans le sien, tandis qu'un sourire étire ses traits. Pure stratégie. " J'ai dis que je ne voulais pas du trône, je n'ai pas dis que je ne voulais pas du pouvoir. " Le roi écarquille les yeux, ses lèvres forment un rictus colérique. " Ne croyez pas pouvoir faire de moi votre pantin. " Elle s'approche, prend l'édit entre ses mains. " Vous, vous méprenez encore, je n'ai que faire de votre trône, que faire de votre politique, que faire de votre pouvoir. Je veux mon propre pouvoir afin d'accomplir ce que père voulez me voir accomplir en tant que reine. Je veux le pouvoir que vous et quelques ministres me devez. " Elle range l'édit dans une de ses manches. Son regard est inébranlable. " Un pouvoir que vous allez m'aider a obtenir si vous tenez a votre trône. " Il la fixe l'air menaçant. "Sinon quoi ? Vous dévoilerez cela au conseil, a la noblesse, au peuple ? Vous me prendrez le pouvoir par la force ? " Elle fait un pas vers lui, accroche son regard au sien. " En effet. " lâche t'elle indifférente .. Du moins l'est t'elle en apparence. " Mais seulement si vous m'y contraignez, j'espère que vous n'en viendrez pas la. Tant de troubles inutiles, probablement des émeutes, une guerre civile, des conflits internes .. Le royaume en souffrirait beaucoup .. En tant que roi, vous ne pouvez désiré cela n'est ce pas ? " Indifférence, se commande t'elle, indifférence. Un coup de bluff d'une témérité incroyable aux yeux de tout ceux qui la devinerait ayant renoncé au trône pour le bien du peuple.

Le roi la regarde un long moment, son regard est dure, puis il se fait plus doux. Il hoche la tête, elle craint qu'il ne l'ait percé a jour, mais il prend rapidement le même masque d'indifférence qu'elle. " Une place au conseil ne dépendra pas que de mon vote, vous me demandez l'impossible. " Sourire triomphal, du moins le croit il. " Ne vous souciez pas de ce genre de détails, pour vous un seul choix s'impose, une place au conseil ou votre trône .. j'obtiendrais l'un ou l'autre, de gré ou de force. " Un regard échangé. Point d’animosité semble t'il. Mais peut être n'est ce qu'apparence, si il joue le même jeu qu'elle. " Fort bien et si tenter que je vous accorde mon soutien pour cette folie qui n'aboutira jamais, est cela tout ce que vous demanderez ? Vous contenterez vous de cela ? " Perspicace .., prudent Ou paranoïaque. " Cette demande ne vient pas seule, mais avant que cela n'alimente votre folie de voir en moi quelques noirs desseins, veuillez m'écouter. Cette place au conseil me servira a obtenir la Control des "Lunes Rouges. " " Vous avez perdu l'esprit. Jamais vous n'obtiendrez cela. Comment osez vous même y prétendre ? Par quel folie , pensez vous que je vous accorderais cela ? " Elle le regarde sans sourciller. "Je ne vous demande rien. Pas plus que je n'ai besoin de votre accord. Par respect pour ce que vous représentez, je vous informe simplement de ce qui sera. Cette place au conseil je l'aurais. Le Control des "Lunes Rouges" sera mien. J'ai besoin de ces deux choses, tant pour servir le peuple, que pour assurer ma protection. "

" Allez vous m'accuser de vouloir attenter a votre vie ma sœur ? " Elle lui sourit, d'un sourire lumineux. " Ne le feriez vous pas pour garder votre trône .. " Elle soulève la main contre toutes possibles protestations. " Tss Tss, soites si vous ne le faites pas alors cela viendra forcément de l'un de vos soutiens, un de vos partis politique, un noble qui profite de votre règne ou a n'importe quel fanatique. Qu'importe avec les "Lunes Rouges" sous mon Control, toute personne saine d'esprit y réfléchira a deux fois avant de vouloir me faire disparaître. " Elle contourne la table, puis se dirige vers la porte. " Pensez vous vraiment que vous parviendrez a accomplir tout cela ? Que je vous laisserais faire ? Qu'ils vous laisserons faire ? " Elle ne se retourne pas. " Pensez vous que père serait fière de vous ? " Elle stoppe ses pas, mais ne se retourne pas. Paroles de maître. Mais il la sous estime. " Et vous alors le sera t'il de vous ? " Elle reprend sa marche, elle atteint la porte. " Une dernière chose encore votre majesté, Sachez que ma courtoisie s’arrête ici. Considérez dés aujourd'hui que seul le bien être de MON peuple et de MON royaume m'importe. En conséquence, je serais votre ombre, je marcherais dans chacun de vos pas. A chaque fois que l'un ou l'autre aura a souffrir de l'une de vos décisions, vous me contraindrez a intervenir et croyez bien qu'en cela je ne faillerais pas. " Elle pose la main sur la poignée de la porte. " Qu'est ce dont que cela, une menace ? " Elle se retourne, sourire aux lèvres. " C'est une promesse." Elle pivote sur elle même, clanche la poignée, laissant bientôt le roi seul alors que se referme sur elle l'imposante porte.  

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: S'envole la permanence sous le souffle du changement. (Solo)   Lun 20 Oct - 15:50


Après avoir quittée les appartements du roi, elle se dirigea rapidement vers les siens, ignorant les nombreux regards curieux qui se tournaient vers elle en même temps que leurs porteurs se plier en des révérences respectueuses. Elle s’efforça de garder la tête haute tout du long et de ne rien laisser paraître du tumulte qui l'agitait intérieurement. Devant ses portes, l'attendait sans surprises, le capitaine Choi Young, elle le pria d'un geste de la main de ne point se courber mais aussi de ne point parler avant qu'ils ne soient dans l'intimité de ses appartement. Sitôt ses gens congédiés, un eunuque et une servante, elle n'en avait jamais tolérée plus, elle se laissa choir sur une chaise avant d'inspirer et expirer lourdement. Le capitaine s'approcha l'air inquiet. " Votre altesse se sent t'elle mal ? " Elle le rassura d'un sourire, bien qu'elle est du mal a se parer d'un nouveau masque après avoir passée de longues minutes a déjà devoir le faire en compagnie du roi. " Tout va bien capitaine. Il est juste que paraître ce que l'on n'est pas, est bien plus épuisant que l'on ne pourrait le croire. " C'était vrai, chaque mot, chaque sourire, chaque regard glacial lui avait coûter tout le long de cette mascarade qu'elle avait du tenir devant le roi. Mais il en allait de l'avenir. Du sien et de celui du royaume. Toutes autres préoccupations que celles ci étaient sensibleries, du moins essayait t'elle de s'en convaincre. " Tout s'est il passé selon vos espérances ? " Un sourire a nouveau, un sourire qui se voulait confiant, mais ses paroles elles se firent honnêtes et fidèles a la vérité. " Nous serons fixés bien assez vite. "

Il ne fallut en effet guère bien longtemps pour que la suite des événements ne se profilent a l'horizon. Un eunuque vint rapidement quérir sa présence que le roi réclamait en salle du conseil. Il avait parait il, fait demandé une session exceptionnelle afin de présenter un ordre du jour. Qu'il demande sa présence était soit de bonne augure, soit de très mauvaise augure. Elle suivit dont l'eunuque en compagnie du capitaine Choi Young, autant dire que leur entrée fut autant remarquée que contestée. On demandait réponse a sa présence en ces lieux, ainsi qu'a celle du capitaine. Le roi fut le premier a prendre la parole pour imposer le silence. " La princesse royale Sian-Nyang est la a ma demande car la motion que nous allons mettre au vote en premier lieu la concerne directement. " Tout les regards se tournent vers elle. Certains ravis, certains méfiants, certains totalement menaçants. Bref rien de plus que ce a quoi elle s'attendait. Elle s'avance l'air indifférente, taisant aux yeux de tous, les battements effrénés de son cœur.  Le roi se lève." Je soumets a votre vote aujourd'hui, l'acquisition d'un siège au conseil pour la princesse Sian-Nyang. " Silence pesant, puis brouhaha assourdissant se résumant facilement en " Hors de question. " " Qu'est ce que cette folie ? " " Votre majesté. " " Mon frère avez vous perdu la tête ? " Du moins c'était la pour les contestataires, certains restaient silencieux. Certains pour le meilleur, mais d'autres peut être bien pour le pire avec leurs regards lourds de menaces. La main du roi s'abattant soudain sur la table ordonna a tous un silence pesant. " C'était la, la volonté de mon père, votre défunt roi. Quelqu’un verrait il a redire a cela ?  "

La princesse porta son regard vers lui. Il leur servait un subtile mais dangereux mélange de vérités et de mensonges. Habile. Aucun d'eux n'iraient contre cela, pas plus qu'ils ne s'abaisseraient a faire offense a leur roi en demandant une preuve attestant de ses paroles. Ne s'avouant pourtant guère vaincus, ils portèrent alors toutes leurs attentions et oppositions sur le capitaine. Clamant que la n'était pas sa place entres autres choses. Ce fut cette fois autour de la princesse de prendre la parole. " Le capitaine Choi Young n'est point la en tant que mon escorte, il représente la voix du commandeur Suno Uji. " Le capitaine fit un pas en avant et glissa sur la table du conseil, la procuration signée du commandeur et trois tablettes de vote portant ses initiales et son sceau. Aucun doute n'était permit. Alors que les murmures allaient bon train, ce fut autour du roi de poser son regard sur la princesse. Il hocha la tête discrètement, ainsi dont il l'avait sous estimé devait il penser. Elle avait plus de flèches a son arc que ce a quoi il s'était attendu. " Puisque cela est réglé, ne tergiversons pas, Messires, veuillez procédés au vote. " Sans surprise, la première tablette a rejoindre le centre de la table fut celle du commandeur Suno Uji, par le biais du capitaine Choi Young et portait bien entendue, la mention approuvée. Suivirent les 11 ministres qui avaient apposées leurs signatures sur l'édit faisant d'elle la souveraine légitime de Soriyeo. Leurs tablettes portées la même mention que celle choisie par le capitaine. Vinrent plusieurs mentions refusées, lancées avec hargne et regards réprobateurs, voir a nouveau lourds de quelques menaces. Elle pria pour que le capitaine n'en n'ait pas conscience, sans quoi tout cela risquait fort de se conclure par une esclandre. Le capitaine était un grand diplomate, sauf quand cela touchait a la sa sécurité, elle n'était pas sans l'ignorée. 

Les trois suivantes furent ce qu'elle espérait, réponse a ses prières et signe d'une fidélité a des amitiés de plusieurs décennies. Elles appartenaient au général des armées Royales, au chef de la police et au premier ministre. Tout trois n'avaient pas signés l'édit de leurs défunts roi, mais lui avaient étés des amis fidèles et connaissaient dont tout de ses dernières volontés. Ce qui faisait 15 votes en sa faveur sur 25 votant, en restait 5, dont ses trois frères. Elle sentit sur elle le regard du roi, leurs regards s’accrochèrent tandis qu'il jetait a son tour sa tablette au centre de la table. Elle posa son regard dessus et comme tout les autres, elle fixa un long moment les caractères inscrit dessus. " Mention approuvée. " Ainsi dont, elle avait gagnée cette bataille. Pourtant, elle n'en éprouva nulle euphorie ou satisfaction, juste un début de soulagement. Dés lors, les dernières tablettes s'entrechoquèrent bientôt, toutes a l'image de la décision du roi. Ce dernier se leva a nouveau sans quitter sa sœur du regard. " La mention est approuvée a la majorité. 20 votes contre 10. A compté de ce jour, la première princesse royale Sian-Nyang bénéficiera d'un siège au conseil. Que cela soit écrit dans les archives et entendu de tous. "

Entre les regards pleins d’excitations et ceux de mécontentements mal dissimulés, le roi demanda a ce que lui soit porté un siège, signifiant par la même que la réunion du conseil n'en était pas terminée. Elle y prit place, sous les yeux observateurs de tous tandis que la voix du roi s'élever a nouveau. " J'ai a vous soumettre aujourd'hui une deuxième question revêtant de la plus haute importance. Elle est également le reflet des dernières volontés de mon père. " Une moitié du conseil lève des regards surpris alors que l'autre porte toute son attention sur la princesse. Le roi soulevait beaucoup de questions. Des questions auxquelles il ne pourrait pas répondre. Pas du moins si il tenait a la stabilité de son pouvoir. Mais c'était la sa façon de plier sans en avoir l'air. Les mots de la princesse avaient fait mouche visiblement, a son grand soulagement. " Je soumets a votre vote la passation du Control des "Lunes Rouges" a la princesse royale Sian-Nyang. " Bientôt la main du roi se voit a nouveau obliger de claquer sur la table pour calmer le brouhaha et le tumulte causer par ses mots. Cette fois les regards ne sont plus fait de demie mesure, ils sont soient parfaitement appréciateurs, soient totalement menaçants. Par les dieux, dans quoi c'était elle lancée, hésite t'elle un instant avant que sa détermination et ne sa motivation ne l'habite a nouveau. Elle ne faillerait pas, elle se l'était promit a elle même. 

Le débat s'éternise sur de longues minutes interminables, si bien que la migraine menace de guetter la princesse. Ses défendeurs et ses détracteurs se heurtent, tandis que le roi garde le silence, un léger sourire flottant sur ses lèvres. Est ce dont la sa revanche ?  Croit il qu'un siège au conseil suffira et qu'elle saura se satisfaire d'un appuis en demie mesure ? Elle se lève de son siège, privilège d'ordinaire réservé au roi. Roi qu'elle fixe d'un regard inébranlable tandis qu'elle a captée l'attention de tous. Elle dirige une main vers sa manche. Manche dans laquelle le roi sait ce qu'il se trouve. Le regard qu'il porte sur elle souffle qu'il sait qu'elle bluff, mais peut il en prendre le risque ? Leurs yeux s'affrontent, elle ne scille pas. " Au vu de la délicatesse de ce débat, j'ai en ma possession un argument que je souhaiterais vous exposer afin que plus aucun d'entre vous n'ait a douté de la légitimité de ma demande. " Sourire éclatant. Le roi se lève a son tour. " Nous avons assez débattues de cela princesse. Procédons aux votes. " Il jette sa tablette dans la foulée afin de faire taire toutes protestations. "Mention approuvée". Tous retiennent leurs souffles. Puis le reste des tablettes vient bientôt s'entrechoquer sur la table.

La dernière se posant sur la pile est celle de la princesse, pour l'heure c'est une tablette sans initiale et sans sceau, une de celles d'ordinaire réservées aux participations exceptionnelles. 31 votant. La majorité l'emporte. 17 contre 14. " La mention est approuvée. Le Control des "Lunes Rouges" passent des mains royales a celles de la princesse. " La princesse reste un moment a fixer les tablettes puis son attention se reporte sur son frère. Elle a gagnée cette victoire mais pas la guerre semble t'il dire. Ce qu'il ignore, c'est que c'est une guerre qu'elle ne désire pas mener. Elle a eu tout ce qu'elle désirait. La pression retombe, elle se permet de sourire au capitaine qui vient la féliciter. Un sourire sincère, le premier de la journée. Le roi est le premier a prendre congé, suivit de ses deux autres frères. Les ministres suivent un a un. Pour ses appuis, il n'est ni le lieu, ni l'heure de venir lui parler, mais elle sait qu'elle ne leur échappera pas pour toujours. Qu'importe, elle ne sera pas le pion qu'ils espèrent. Une fois seule et libérée de tout ces regards qui demandaient beaucoup ou promettaient trop, elle se tourne vers le capitaine. " Veuillez convoqué tout les "Lunes Rouges" gradés présents dans la grande salle je vous pris, j'ai a m'entretenir avec vous tous. " Un ordre qu'il s'empresse d'accomplir, non sans lui adresser a nouveau sourire lumineux. Ce qui a le don de lui mettre du baume au cœur. Il a une telle confia,ce en elle, qu'elle peut s'accrocher avec foi au besoin de ne pas le décevoir. Ce qui n'était pas un luxe, elle avait besoin de toutes les motivations a sa disposition. Il y'avait désormais fort a faire. La cérémonie de passation de pouvoir viendrait rapidement, elle s'en assurerait et pourrait ainsi s'entretenir avec tout  les "Lunes Rouges" présents dans la capitale, gradés ou non, mais pour l'heure, elle devait parée au plus urgent et s'assurait la fidélité de chaque escouade. Elle devait trouvée les mots justes et atteindre le cœur, il n'y'avait qu'ainsi qu'elle aurait d'eux, le genre de fidélité qu'elle recherchait. 

............................


Moins d'une heure plus tard, s'avançait vers elle, l'élite des armées de Soriyeo. "Les Lunes Rouges", tout du moins ses plus hauts membres présents dans la capitale. Son cœur se gonfla de fierté et d'émotion a leurs vues. Il était désormais de sa responsabilité de faire bon usage du pouvoir qu'elle avait sur eux. Un pouvoir qu'elle veillerait a être juste et bienveillant. Le capitaine était a leurs têtes et ouvrait la marche, le regard brillant. Un regard qui déversait sur elle, toute la fierté qu'il éprouvait en l'instant. Elle espérait que son père éprouverait la même en la voyant. C'était la un premier pas vers l'idéal qu'il avait eu avant avant elle. Un idéal qu'il n'avait pas pu voir arrivé malheureusement. Un Soriyeo unit, fort, humble et sans peur sans distinctions de rangs ou de classes. Un idéal qu'elle allait s'employée a mettre en place. Un idéal qui prendrait ses racines en ce jour, en cet instant. 

Alors qu'ils se plaçaient devant elle, elle les fixa un a un, posant sur eux un regard bienveillant et adressant a chacun sourire lumineux, témoignage de sa sincérité et sa gratitude. " Le capitaine Choi Young a du vous informer des récents événements concernant la passation de pouvoir du Control des "Lunes Rouges". J'imagine que cela doit vous causer quelques inquiétudes et questionnements. Avant d'y répondre, je désire vous faire savoir que mon intention n'était nullement de me servir des "Lunes Rouges" comme de pièces sur un échiquier. C'est peut être la l'image que cela vous donne, alors que votre sort est décidé par d'autres sans que votre avis ne soit mit au vote. Sachez que je l'ai fait en accord avec le commandeur Suno Uji après que nous en ayons longuement discutés tout deux.  " Elle fait quelques pas vers eux sans les quitter du regard. " Le commandeur et moi même partageons l'envie de voir les "Lunes Rouges" revenir a ce qu'ils étaient de vocation. Un soutien pour le peuple. Des protecteurs. Et non une élite dévalorisée par la basse besogne de protéger les nobles et leurs intérêts depuis trop longtemps déjà. " Des mines sérieuses la regardent. Les regards s'allument. Elle poursuit, anxieuse mais déterminée. " Je souhaite redonnée aux "Lunes Rouges", leurs vocations premières. Pour m'aider dans cette tache, j'en appelle au capitaine Choi Young. " Ce dernier la regarde surprit et pour cause, ce qui va suive il en ignore tout. Ainsi elle ne lui laissera pas le loisir de lui refusait ce qu'elle souhaite, pas devant témoin. Il s'approche. D'un geste elle fait venir un eunuque a elle, il glisse entre ses mains une tenue. Une tenue reconnaissable entre toutes.

Le capitaine écarquille les yeux avant de lui jeter un regard ou se mêlent reproches silencieux et grandes reconnaissances. Elle s'avance d'un pas vers lui, d'un regard lui commande d'ouvrir les bras, elle y dépose son précieux fardeau, leurs regards se croisent. Dans le sien se dessine la fierté, dans celui du capitaine l'émotion. Elle se recule d'un pas. " Capitaine Choi Young, pour votre distinction et votre excellence au service de la princesse royale Sian-Nyang, vous obtenez en ce jour le grade de commandant. Par la même, vous devenez le second plus haut gradé dans l'élite des armées de Soriyeo, que sont "lunes Rouges", après le commandeur Suno Uji. En conséquences en son absence, c'est a vous que reviendra le commandement des "Lunes Rouges". " Elle délaisse un instant le capitaine de son regard pour le porter sur les autres hommes toujours un peu retrait, mais visiblement satisfait de son choix. La réputation du capitaine le précède comme ses faits d'armes. N'a t'il pas été promu capitaine le plus jeune dans l'histoire des "Lunes Rouges". " Par la bouche du capitaine, ce sont mes mots que vous entendrez. Accordez lui confiance et respect comme vous me l'accorderiez a moi ou au roi. " D'un signe de la tête elle indique au capitaine de reprendre sa place, il s'y soumet non sans lui avoir a nouveau jeté un regard chargé d'émotions. " J'ai le fort désir de venir en aide a notre peuple, d'aider notre royaume a prospérer et je sais que je ne saurais trouvée meilleur ou plus fiable alliés que vous. Je m’efforcerais de faire votre fierté comme je sais que vous ferez la mienne. C'est pourquoi je vous demande aujourd'hui de m'accepter comme votre protectrice. A la vie, a la mort. " D'un même mouvement ils s'inclinèrent tous devant elle, genoux a terre. Têtes baissées. Regards brillants. C'était la le signe de leur acceptation, de leurs promesses muettes. Ils étaient désormais siens. A la vie, a la mort. 


_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
S'envole la permanence sous le souffle du changement. (Solo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bourgeon grandit sous le souffle de l'ours qui observe sa vie |Rp Kuchiyose|
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Royaume de Soriyeo :: Cité Royale :: Le palais-
Sauter vers: