Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au delà du mur - Partie 1 [Event]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Lun 6 Oct - 20:58

AU DELA DU MUR - Partie 1




Les portes chaudes apparaissaient majestueuses au milieu de cette chaîne de montagne qui servait de frontière naturelle entre l’Empire Kyang et les terres désolées plus communément appelés « contrées sauvages ». Mais en ce début d’Okang, beaucoup de choses avaient changé…. A commencer par cette brume opaque qui avait recouvert les hauts remparts et ne laissait aucune chance aux veilleurs de savoir ce qu’il se passait au-delà du mur. Cette brume avait plongé les fiers portes chaudes dans une ambiance morne où l’on pressentait ici et là qu’une chose grave allait se passer.

Depuis tant d’années, les portes chaudes n’avaient connu aucune incursion de clans ou tribus nomades. Dès lors, le nouvel empereur Hiro dans sa jeunesse, avait jugé bon de n’y mettre qu’une faible protection. Seulement de quoi assurer une douane pour tous les marchands souhaitant entrer dans Kyang. Mais de nouveaux arrivants bouleversèrent ce relatif équilibre…

L’héritier impérial, envoyé de force aux portes chaudes par son père fut un de ces deux hommes. Le second homme n’était rien d’autre que le seigneur de Sawaki, celui chargé de veiller à ce que les portes chaudes restent infranchissables. Leurs pas les menèrent alors au lieutenant de la garnison qui leur annonça qu’aucuns des éclaireurs ne leur étaient revenu depuis des jours entiers. Sans attendre, les deux hommes se chargèrent de monter deux petites expéditions avec pour but de savoir quel était ce mal qui animait ces terres. Deux troupes partirent alors, mais une seule revint jusqu’aux portes. Ce qui ne devait alors qu’être une simple mission de reconnaissance prit des proportions démesurées.

La peur s’empara du cœur de tous les hommes qui étaient présent en ces lieux car le fils, héritier légitime de l’empereur Hiro Tsunahiro était porté disparu. Lui et ses 30 aigles d’or censé représenter la fine fleur de l’armée de Kyang n’étaient jamais revenus de leur reconnaissance. Que leur étaient-ils arrivé ? Et surtout, étaient-ils toujours en vie ?

Au même instant que le fils héritier fut déclaré disparu, une nuit sans fin recouvrit au loin les forêts mystérieuses des contrées sauvages. La pluie se mit à frapper de toutes ses forces les remparts et lorsque celle-ci s’arrêtait, c’était une odeur de charogne putride qui la remplaçait.

Alors que la pénombre recouvrait les portes, une petite troupe de cavalerie à l’étendard impérial se fit apercevoir au loin par les gardes sur le mur. Les portes restaient fermées jusqu’à nouvel ordre virent de nombreux voyageurs, aventuriers ou rodeurs se précipiter suite à l’annonce de cette disparition et les soldats qui assuraient la garde, redoublèrent d’effort et affutèrent leurs lames au cas où un drame devait avoir lieu. Il était désormais venu le temps de préparer une nouvelle expédition au-delà du mur, même avec l’incertitude de revenir en vie.

Mais ne commettez pas les mêmes erreurs, pour éviter d’attirer l’attention sur vous, ne choisissez que ceux en qui vous pourrez faire confiance et surtout, en ceux qui sauront se battre car long et périlleux seront les chemins que vous et votre troupe devront surmonter !


Précisions HRP:
 


Dernière édition par Être Suprême le Mar 7 Oct - 20:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsubasa Hinokaze

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 30/09/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Mar 7 Oct - 14:00

« Un mal à venir ? »

En ce début d'Okang la température chuta drastiquement. La saison des pluies approchait rapidement. La brume qui surplombait les terres sauvages se posa à même sur les portes à la sortie du royaume de Kyang. Laissant peu de visibilité à ceux ayant un poste là-bas. Cependant un mal rongeant le royaume de l'extérieur se trouvait dissimuler dans cette brume. Les troupes principales envoyer en premier lieu étaient celle du Commandant des Aigles d'or, Katsutani Tsunahiro, digne héritier, futur empereur de l'empire.

Accompagné du Seigneur de Sawaki et de ses hommes. Tous deux montèrent des expéditions et partis en éclaireur, seulement Katsutani ne revint plus jamais et le seigneur informa le royaume tout entier. Bien évidemment il ne fallut que peu de temps pour que l'information me parvienne. Je pris avec moi les meilleurs hommes dont je disposais, ceux que je pensais le plus aptes à en découdre face à l'inconnu, les plus doués en combat, ceux en qui j'avais une entière confiance.

Après moult préparation nous arrivâmes rapidement devant la grande porte menant aux contrées hostiles. Peu de personne n'oserait s'y aventurer sans une bonne escorte, sans braves soldats. A dos de cheval, avec les étendards de notre empire, une trentaine de soldats, après de courtes salutations avec les vigiles. Je me mis en avant, je gérais tout ce petit monde en tant que Général. Je vis à chaque minutes qui passaient des nouvelles têtes, des aventuriers, des errants en quête de gloire, ou simplement en quête de sang et de violence gratuite. Je descendis de mon cheval et j'engageais une discussion avec un garde de la porte pour avoir le maximum d'informations possible. Je me retournais suite à cela, face à la troupe, rejointe par un certain nombre de personnages inconnus. Je me devais de me présenter à eux, bien que cela devais être surement inutile vu mon rang.

« A tous ceux qui ne me connaîtraient pas, je me présente. Tsubasa Hinokaze ! Je suis le Général en Second des Armées de Kyang, cependant je ne suis pas là pour vous diriger, mais vous aidez à sauver l'héritier. Je ne vais pas m'attarder dans un discours plus longtemps, ce n'est vraiment pas mon genre... Je laisse la parole au seigneur de Sawaki, puisse-t-il nous expliquer plus en détails.»

Je regardais dans sa direction, un regard froid, une expression neutre se figea sur mon visage. J'étais assez inquiet pour Katsutani, pas que nous étions proches ou quoi que ce soit, mais l'avenir de Kyang est en jeu. De plus ayant partagé quelques années à ses côtés me donnais d'autant plus envie de le sauver. Après tout il ferait pareil pour moi, du moins je le pense.

Pour l'heure, éclairé faiblement par les torches, l'obscurité régnais en maître, le silence lui, pas du tout. Les discussions se faisaient bruyantes, dérangeant le calme qui avait commencé à s'établir il y a peu. Les esprits se chauffaient, les cœurs s'emballaient. Moi j'étais insensible à ça, ou du moins je le faisais paraître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sukeharu Yasushima

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 26/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 27 ans

MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Mer 8 Oct - 15:44

Sukeharu n'avait plus revu Katsutani depuis que ce-dernier était parti en patrouille au-delà du mur. Depuis, le jeune seigneur n'avait cessé de tenir la garnison en alerte. Le retour du jeune seigneur avait été salué mais le fait que l'héritier ne soit jamais revenu n'annoncait rien de bons. Peu de temps après, c'était une brume, plus opaque que toute celles que l'on avaient pu observer qui s'était installée à la frontière. Les veilleurs ne parvenait pas à distinguer le sol de l'autre côté à plus de quelques mètres. Les soldats postés au mur n'étaient rassurés que par la présence de leur chef, mais il aurait fallu d'un rien pour les ébranler. La température avait chuté après les pluies torrentielles qui avaient battus le mur. Une odeur putride flottait encore dans l'air. L'odeur d'un mal qui semblait ronger à la fois Kyang et le territoire sauvage. Sukeharu sortit et lorsqu'il ouvrit la bouche pour souffler, il remarqua le nuage de buée qui sortit de sa bouche. Il faisait plutôt frais.

Sukeharu avait aussi appris la récente arrivée du général des armées. Un certain Tsubasa. On disait de lui qu'il était courageux et fidéle. Le seigneur de Sawaki ne l'avait pas encore véritablement rencontré, il venait d'arriver, mais il préparait déjà le mur. De nombreuses armes, que ce soit des flèches, des lances, des Katana et autres, étaient arrivées, et les quelques forgerons du mur avaient travaillé d'arrache-pied pour fournir une énorme quantité de flèches aux archers. Les entraînements avaient redoublés d'intensité et avaient permis de développer les capacités de combat de certaines personnes. Armés correctement, près au combat, les quelques soldats présents au mur étaient prêt à repousser un éventuel agresseur.

Finalement, Revêtu de son armure légère, en cuire solide, ses deux katanas dans le dos, son Jian à ses côtés, et son aigle sur l'épaule, le seigneur de Sawaki ressemblait bien plus à un mercenaire, un guerrier errant, un homme vivant d'aventure qu'à un chef de guerre et un gouverneur de province. Mais cet aspect était le premier, et sukeharu possédait un port de tête fiére, digne d'un seigneur, et son regard ne flanchait pas. Il possédait aussi une certaine noblesse, que ce soit dans ses mouvements, ou dans ses traits. Le jeune seigneur écouta attentivement les propos du général. A la vérité, ce-dernier avait bien parlé, et sukeharu percut en lui une trace d'humilité et de franchise. C'était un homme que Sukeharu apprécierait connaître. Mais pour le moment, il allait devoir donner des explications au groupe de personnes. Le seigneur vint se placer aux côtés du général dont le regard froid, neutre, ne laissait lire aucune émotion. Un homme détérminé. Sukeharu prit alors la parole:

-Comme vous le savez, l'héritier impérial à disparu. Sa patrouille n'est pas revenue, et de mon côté, j'ai eu la chance de ne rien trouver de désagréable. Aujourd'hui, il est de notre devoir de lui porter secours où qu'il soit. Vous avez aussi remarqué différents éléments dans le temps qui sont assez perturbant. Ils me perturbe aussi, ils vous perturbent, mais n'oubliez pas que notre but premier est de trouver l'héritier impérial et sa troupe. Néanmoins, pour cette mission, je ne prendrais qu'une dizaine d'entre-vous, et le général, si il le désire bien sûr, nous accompagnera. Le reste restera au mur pour protéger la frontière de l'empire. Pour ceux qui m'accompagnent, sachez que les dangers sont grands, et que ce ne sera sans doute pas l'une des missions les plus facile que nous connaissions.

Sukéharu s'arrêta. Si au début les hommes avaient bavardé bruyamment, le silence avait empli le camp tout entier. Le jeune seigneur nota que bon nombres d'aventuriers, de marchands en tout genre et de mercenaires étaient présents. Ils formaient la majeure partie des hommes présents. Puis, finalement, le jeune seigneur se tourna vers le général et déclara:

-Je vous laisse choisir les hommes qui participerons à cette mission. Nous serons tous à cheval, sans exception. Nous retrouverons l'héritier ensemble, et nous le ramènerons...

C'était une affirmation. Sukeharu comptait bien trouver Katsutani, mais de là à ce que tous reviendraient...Il en doutait fort. C'était la fine fleur de l'armée de Kyang qui n'était pas revenu, et là...là, ils ne possédaient que des soldats certes entraînés, mais qui était loin de valoir des aigles d'ors. Sukeharu resta là à regarder la camp se mettre en mouvement, il précisa que l’expédition partait au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoruichi Onimura

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 26/09/2014
Age : 23

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Jeu 9 Oct - 16:19

Plic, Ploc. Dans ce brouillard et cette odeur de charogne, quelques gouttes d'eau tombaient d'ici de la, comme si les nuages débordaient sans pour tant lâcher tout leurs ressentiments sur cette terre infertile, meurtrie et déserte. Si le champ de vision n'était pas obstrué par cette purée de poix, des feux de camps et des torches, offrant des sources lumineuses aussi nombreuse que les étoiles seraient en vue du Rônin. Toutefois, cette fois, il n'était pas seul.

Plic, Ploc. La chamane était à ses cotés, et le suivait sans rechigner, bien qu'à une allure réduite. Tantôt silencieuse, tantôt bavarde et animant ses fines lèvres d'un débit de paroles dense et mystérieux, dans des délires que seul elle pouvait parfois comprendre. Le serpent autour du cou, assez petit pour s'infiltrer dans ses habits et surtout dans ses manches, elle lui parlait, sans que l'homme l'accompagnant n'y prête réelle attention.

Plic Ploc. Les deux protagonistes marchaient, leurs geitas raclant le sol et le mélange de poussière et de boue humide sous leurs pieds, sans pour autant ralentir leur cadence. Une journée plus tôt, ils s'étaient arrêtes dans la cité de Sawaki, ou plutôt un des nombreux villages composant la cité aux allures de campagnes organisés. La ba, Yoruichi put enfin changer de tenue, troquant son kimono bleu devenue marron et écarlate, contre un de ses homologues neuf. Néanmoins, je vous parlais plus tôt de caprice, lors du départ pour leur voyage mystérieux. Et la chamane en fit un nouveau. Ainsi, bien que le Rônin voulut rester dans son habituel ton de couleur, bleu et clair, Hebi insista pour changer d'apparence. Un simple service, qu'elle disait. C'est ainsi que le guerrier ressortit avec un nouveau kimono. Le rouge prédominait, les bords des manches, la ceinture et les desseins finement ouvragés sur le pan droit de l'habit, d'un noir absolu. Yoruichi prit même le luxe d'accepter un cadeau de la part du vendeur, étant le dernier client avant de fermer boutique pour la journée : un sugegasa, d'une couleur paille unie et lisse. Comme à son habitude, le Rônin laissa sortir son bras du kimono, laissa la manche droite flotter dans le vide, son avant bras poser sur la jointure des pans et la ceinture de son nouvel habit. Ils arrivèrent enfin près des fameuses portes chaudes. Bien qu'il passa par l'endroit des dizaines de fois par le passé, le loup trouvait toujours l'architecture de l'édifice magnifique, rompant la désolation des terres environnantes avec cette merveille visuelle et cette prouesse de construction.

Quelques minutes passèrent, et le brouillard se dissipait légèrement, assez pour permette de voir la porte, ainsi que la véritable armée siégeant à ses pieds. Des voyageurs, des mercenaires, des contrebandiers, des guerriers, et l'armée. Marchant au milieu de la plèbe et de la boue sans sourciller, Yoruichi ralentit la cadence pour se rapprocher d'Hebi, toujours aussi distraite et je m'en foutiste. Parmi ce genre d'attroupement, la tension montait, et éclatait parfois. Ce véritable Melting-Pot de classes sociales et de métier était des plus étranges et rares, mais il ne sourcilla pas. Continuant droit vers les portes, il les admira, ouvertes, donnant sur un autre type de brouillard, plus sombre et malsain que le précédent. L'odeur de cadavre invisible, et la sensation obscure d'un mal à l'aise se fit sentir, de façon plus intense chaque seconde qu'il passait à regarder dans l’inconnue qui s'étendait derrière les portes. Il fit un pas de plus, et soudain, une attroupement de gardes bloquèrent les passages, baissant deux lances devant le Rônin, qui ne leva pas la tête, les observant, le regard caché par son chapeau le protégeant des gouttes aléatoires tombant, suintant de la brume malsaine.


Plic, Ploc

Dans une collision rapide, illuminant la noirceur des environs, le visage d'Hebi s'illumina, sous les étincelles provoqué par le choc entre Akashusen et deux nouvelles lances qui cherchaient à encercler la chamane sans pour autant l'attaquer. Elle avait quitter son visage d'enfant, pour une teinte plus sérieuse, lui saillant à merveille. Un sourire à la fois beau, froid, satisfait et calculateur se dessinait sur son visage, laissant s'échapper un petit message à l'intention de son garde du corps.
"Merci mon Loup, quel zèle dans ta besogne..". Le Rônin, les jambes légèrement arqué, repoussa les deux armes sans sourciller, dans un deuxième flot d'étincelle qui laissait propager dans la brume la lumière éphémère. Rengainant son arme en signe de bonne volonté, Yoruichi se tourna vers le cinquième membre de l'escouade.

"Ainsi, on ne peut voyager en toute liberté de nos jours? En quel droit pouvez vous nous bloquer l’accès, parlez, soldat de Kyang.".

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hebi On'na

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 26/09/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 26

MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Ven 10 Oct - 7:26


Habituellement, Hebi appréciait la pluie, même si son élément était la chaleur et les flammes. Cependant, ce n'était pas de la pluie à laquelle ils avaient droit, mais bel et bien à un crachin mesquin qui était plus apte à la mettre de mauvaise humeur. C'était une température qui collait désagréablement à peau, qui rendait sa tenue humide sans pour autant la détremper. Le temps s'était réchauffé et la blague de pluie se mélangeait plutôt mal avec sa sueur créée par la chaude humidité. Avant de partir complètement du village qu'elle avait gardé sous sa protection pendant quelques années, ceux-ci étaient restés une demi-journée, le temps que Hebi puisse participer aux funérailles suite au massacre causé la soirée précédant l'arrivée du samurai chez elle. Plusieurs hommes étaient mort pour défendre les leurs et Hebi avait mis un point d'honneur à calmer les esprits et les guider vers les cieux par un grand rituel. Cela était le dernier présent qu'elle pouvait offrir aux villageois. Sa folie ne la rendait pas ingrate, malgré ce que certains pouvaient penser.

La femme serpent suivait docilement l'homme brisé devant elle, son regard arpentant les alentours. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas observé la faune et la flore kyangaise et tout ses mystères. Les esprits la suivaient, où elle allait, parfois elle sautillait joyeusement, parfois elle s'arrêtait brusquement en s'exclamant qu'elle avait mal aux pieds et qu'elle voulait se reposer. Lorsqu'ils s'étaient finalement arrêté un moment dans un village, la jeune femme avait vendu le bracelet d'or précédemment possédé pour une bonne somme d'argent. La bourse avait ensuite été avalé par Aka qui en prendrait sagement soin pendant qu'elle n'en aurait pas besoin. Évidemment, elle avait «encouragé» son loup à trouver une nouvelle tenue qu'elle trouvait plus convenable... ou répondant plus à ses goûts.

Bref, ils arrivèrent finalement à destination, c'est-à-dire aux portes qu'elle avait mentionné quelques jours plus tôt, les Portes Chaudes de Kyang, une merveille de l'architecture typique du pays. La chamane soupira bizaremment, peu impressionnée par les créations des hommes. Les plus belles choses provenaient du monde invisible, les mortels ne savaient rien faire digne de son intérêt. Quoique... Hebi examina le dos de son compagnon pendant un bref instant, puis l'attention de ses yeux descendit jusqu'à ses fesses. Elle rigola, ah oui, les mortels étaient bons à faire une chose, en effet, surtout les mâles, ils avaient des morceaux très pertinents.

Toc.

Distraite, Hebi avait foncé dans le dos de son partenaire, puis tombée brusquement sur son postérieur. Un juron très expressif s'échappa de sa belle bouche, puis elle se releva en passant une main pâle sur son derrière recouvert de poussière et de boue malpropre. Elle allait à nouveau s'exprimer pour insulter le mur de chair qui s'était arrêté sans prévenir devant elle, mais elle se calme en voyant les nombreux gardes devant eux. Ah, il n'y avait pas que des gardes, mais aussi des mercenaires un peu plus loin et d'autre individus dont elle se foutait carrément. Comment elle avait pu ne pas se rendre compte d'une pareille foule? Ah oui, elle était plutôt distraite, la chamane. Sa folie la préservait de se soucier des gens débiles qui l'entouraient. Sa tête était prisonnière du monde invisible, sa vision n'apercevait que les esprits et évitait sagement les mortels qui s'agglutinaient dans le paysage.

Il y eu un bref affrontement, pour lequel elle laissa échapper un commentaire en l'honneur de son nouveau garde du corps. Ah oui, on avait osé l'encercler et pointer des lances vers elle. Pourquoi? Avait-elle l'air si menaçante? Pourtant, Aka était présentement invisible aux eux des autres, sauf elle, bien sûr, et le mâle qui lui servait de garde du corps.

"Ainsi, on ne peut voyager en toute liberté de nos jours? En quel droit pouvez vous nous bloquer l’accès, parlez, soldat de Kyang.".

Hebi soupira, la main se plaquant vivement sur son front.

-Quel esprit tordu, mon loup! s'exclama-t-elle aussitôt. Ah oui, c'est elle qui osait parler d'esprit tordu. Il n'y a que moi pour sentir que l'atmosphère est noir et chargé d'un mystère pernicieux? Ah, j'oublis, tu ne possède pas LE don. Je suis la chamane ici, je vois tout, je sais tout, je goutte sur ma langue les secrets qu'on ne voit pas! Elle se tourna vivement vers un garde qui avait osé faire un pas vers elle. Hey toi! Tu t'approches encore et je te mets ta lance dans le c...

Son mot vulgaire ne traversa pas la barrière de ses lèvres, car une voix typiquement mâle se déplaça jusqu'à ses oreilles. Attentive, elle écouta les mots jetés par un homme en armure légère debout dans le lointain, un aigle perché sur son épaule. Ah, un aigle, prédateur du serpent. Elle grogna avant de s'approcher, ignorant complètement le samurai et les hommes armés qui pour une raison inconnue, c'étaient déplacés hors de son chemin mystérieusement. Elle murmura un bref «Démerde-toi, mon loup, mon destin m'attend!»

-Je vous laisse choisir les hommes qui participerons à cette mission. Nous serons tous à cheval, sans exception. Nous retrouverons l'héritier ensemble, et nous le ramènerons...

Elle sauta sur place à deux reprises, la main s'agitant dans les airs pour attirer l'attention des deux hommes vers elle.

-Moi, j'ai une grotte, pas d'anguille, mais je suis spéciale, plus spéciale que vous tous, plus spéciale que tout les possesseurs d'anguilles ici! s'écria-t-elle. Je vois des choses que vous ne voyez pas, les héritiers, ça me connait, elle regarda l'aigle, arrête de me regarder créature du ciel ou je te ferai brûler les entrailles et je lirai mon avenir avec!

Elle marqua une pause et attrapa le bas de Onimura lorsque celui-ci s'approcha. Hebi lui leva le bras en l'air avec une expression plutôt victorieuse.

-Mon serviteur et moi, nous sommes à votre service! dit-elle joyeusement avant de se calmer et jeter un œil sur son loup pour lui murmurer, souris un peu, on dirait que tu n'as connu que la mort dans ta vie, aller, il s'agit de notre destin d'être ici et retrouver ce prince débile qui s'est perdu dans les bois! Oh et regarde ce bel homme avec l'aigle sur l'épaule, je vais peut-être réussir à le faire copuler avec moi dans un buisson! Oh oui, la copulation divine, divine, divine, copulation divine, divine copulation...


HRP: Hebi On'na is in the house!

_________________

- I will never die by fire, I am FIRE itself -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Ven 10 Oct - 17:41

Le vent semble s’engouffrer dans les milliers de petites failles que comporte la muraille. Un vent du sud, un vent qui pousse la pluie dans l’Empire et qui ne semble jamais s’arrêter. Tandis qu’une activité humaine semble s’accroître aux grandes portes, provoqué par l’arrivée du second général de Kyang, le seigneur de Sawaki semble prêt à tout pour récupérer celui qui incarnerait surement le futur de l’Empire. D’autres individus s’étaient amassés dans le petit attroupement et deux personnalités paraissait se distinguer, l’un par son silence, l’autre par sa langue.  

Mais un élément vint bouleverser le petit rassemblement lorsqu’un des veilleurs positionné sur l’une des plus hautes tours donna un signal d’alarme en faisant sonner la grande cloche. Tous attendirent alors de savoir vite combien de coup allaient être sonnés, mais un seul plongea la muraille dans un silence de morne.

« Retour des éclaireurs » ou du moins, d’un seul homme.

Les portes s’ouvrirent avec peine, une vingtaine d’hommes étant nécessaire pour le faire, la boue amassée depuis des jours n’aidait pas. Un cavalier rentra alors et tous purent apercevoir que le cavalier qui s’approchait vers l’attroupement avait été décapité et solidement harnaché sur sa monture. Torse nu, il portait les stigmates de tortures perpétuées. Le cheval stoppa sa route devant le seigneur de Sawaki et du Général en second, et s’écroula de fatigue avant de jeter un dernier hennissement. Le corps de l’homme sans tête heurta alors la boue brusquement et laissa à la vue de tous, les multiples cicatrices plus ou moins profondes qui semblaient former…des symboles ?

Symbole des temps anciens ? Rites nouveaux ? il était évident que jamais dans Kyang, de tels symboles n’avait été vu avant. En tout cas, il était désormais sûr que cet homme n’était pas arrivé ici par hasard et que ceux qui avait commis une telle atrocité savaient exactement où se trouvait ces portes. Le temps devint alors subitement glacial, comme pour dire « La mort arrive »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsubasa Hinokaze

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 30/09/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Mer 15 Oct - 3:15

Des voix étrangère se firent remarquées, des têtes inconnues pour moi. Je découvrais en même temps que les autres deux personnages singulier, mais hautement mystérieux. Un samouraï, et une femme s’autoproclamant « Chamane ». J’aimerais bien voir cela !
 
L’obscurité de la nuit se faisait toujours plus dense, la brume devenait de plus en plus opaque. L’on ne voyait bientôt plus à plus de 10 mètre à la ronde. Tous semblaient se calmer mais l’arrivée des deux inconnus bouleversa le calme présent.  L’homme tenta de passer outre la garde, mais fut vite bloquer faces au lances des gardes…Cependant contre tout attente il voulait en découdre avec les soldats, affichant un regard neutre, mais des plus inquiétants. Il semblait avoir échangé un regard avec la mort plus d’une fois, en voyant les quelques cicatrices sur le visage on se doutait que son quotidien était constitué de combat incessant. La femme l’accompagnant n’avait pas l’air commun elle non plus, sa grossière façon de parler, cette vulgarité… Je n’émettrais pas ce genre de mots en public, et pas même en privé a bien y réfléchir…Passons… Peut-être avons-nous là de parfait compagnons de route et d’armes. Cette curieuse femme nous annonçait qu’elle pouvait voir l’invisible, le mystérieux, l’énergie de toute chose en ce monde. Je la mettrais bien au défi un de ces cycles à venir, bien que je n’espère plus la rencontrer si le choix se pose à moi.
 
Après un discours plein d’ambition de la part du seigneur de Sawaki… La folle… Oui c’est vraiment une folle, je la nommerais comme ça à l’avenir… Elle commença à gesticuler avec enthousiasme, prenant le bras de son suiveur et le fis bouger vivement en le tendant en l’air, se proposant pour la mission de sauvetage. Je n’eus pas le temps de dire un mot à leur sujet que la porte demeurante fermé commença à se faire ouvrir par une vingtaine de soldats. Un cheval arriva en titubant, portant un cadavre. Il s’écroula de fatigue entre moi et le seigneur. Certains détournèrent le regard a sa vue. Moi j’étais impassible, insensible… En tant que soldat j’ai plus d’une fois rendu des ennemis comme ça sur un champ de bataille.
 
Ce qui m’interpella le plus était les coupures dans son dos. Les cicatrices formant un symbole étrange… Ma première réaction fut de tourner le regard vers la « chamane ». J’étais accroupi un instant pour voir de plus près les blessures, je me relevais après quelques secondes d’observation. Je m’avançais d’un pas décidé vers le duo d’extravagant, en fixant la dame dans les yeux et en lui demandant une faveur.
 
« Pas que je ne vous crois pas, vous devait être une fantastique chamane. Je ne vous mets point au défi quant à vos « compétences » mais j’aimerais bien voir l’étendu de vos connaissances, à commencer par identifier le symbole dans le dos de cet être défunt. »
 
Une fois posté devant les deux étrangers, mon regard croisa celui de l’homme armé… Une tension se fit ressentir facilement entre nous. Il dégageait une aura sombre, une envie de tuer irrépressible émanait de lui.
C’était du moins mon impression. Me sentant de plus en plus mal à ces côtés, je me reculai de quelques mètres en leur tournant le dos. J’avais une légère impression de déjà-vu… Un souvenir horrible le jour de l’extermination de mon village natal… Etant petit j’avais croisé le regard d’un homme pareil, le jour ou tout bascula, lorsque je m’enfuyais, poursuivi par ces bêtes assoiffés de sang que peuvent être les humains aveugler par la guerre.
 
L’air ambiant devenait glacial… Une simple expiration formait un nuage blanc devant le visage, la tension présente devenait de plus en plus oppressante. L’arrivée de ce cavalier sans tête sonnait le glas d’une rude bataille, ou d’une défaite écrasante ? Je me tournais à nouveau vers le corps inerte, et les soldats, leur donnant quelques directives.
 
« Détacher le et allonger le sur un linge blanc, puis reculez-vous, laissons cette femme faire une analyse. »
 
J’avançais ensuite jusqu’à la porte, laissant mon regard se perdre vers l’horizon, camouflé dans la brume épaisse. Croisant les bras, me laissant aller à une réflexion plus intense, imaginant ce qu’il pouvait se tramer à quelques lieux de là.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sukeharu Yasushima

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 26/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 27 ans

MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Ven 17 Oct - 15:37

Sukeharu avait certes parlé avec ardeur mais les soldats en face de lui ne semblaient pas vraiment partant pour oser s'aventurer de l'autre côté du mur. Deux personnages assez étrange vinrent briser le bruit ambiant. Tout d'abord, les lances des gardes s'étaient abaissées avec rapidité vers un homme à la forte carrure et qui avait déjà vécu plus d'un combat, les cicatrices qu'il portait en témoignaient. Puis ce fut cette femme assez étrange qui hurlait des grossièreté sur les hommes. Elles avaient fini par ne pas terminer sa phrase mais tous en avait très bien compris la suite, ensuite, les hommes s'écartèrent sur son passage. En fait, elle sautait sur place en agitant le bras de son compagnon comme pour signifier qu'elle voulait être choisi pour cette expédition en plain inconnu. L'homme semblait un peu moins...Attirer par l'aspect du voyage. La femme se disait être une chamane, l'autre était sans doute un guerrier. En tout cas, à la vue de la femme, l'aigle de Sukeharu ébouriffa ses plumes comme à la vue d'un adversaire. Il plaça sa tête un peu en retrait mais ne lâcha pas une seconde du regard la femme.

Comme pour effrayer d'avantage tout le monde, le temps devint glacial, le vent forcit et les troupes présentes ne purent qu'en frissonner. La porte qui était resté fermé depuis le retour de Sukeharu entra alors en mouvement. Ouverte par une vingtaine d'hommes, la porte grinça, et la boue rendait difficile son ouverture. Lorsqu'elles furent totalement ouverte, les portes laissèrent voir le paysage qui attendait la future expedition, et ce paysage n'était constitué que de brumes, de mystères et de dangers. Sukeharu s'occupa tout premièrement du cavalier qui arrivait . Enfin, ce qu'il restait du cavalier, car la tête, il n'en avait plus. Le cheval se fraya péniblement un chemin vers le général et le jeune seigneur et s'écroula devant eux, émmettant un dernier hénissement avant de retomber lourdement, mort de fatigue. Le corps de l'homme sans tête tomba dans la boue. Son corps étaient couverts de plusieurs stigmates assez étrange, et jamais Sukeharu n'en avait vu de pareil. On aurait dit des symboles, des dessins, comme si le corps du pauvre homme avait été le tableau des dieux...Ou des démons.

Le général s'accroupit et observa le corps un instant avant de se diriger vers l'étrange duo. Sukeharu s'accroupit à son tour et observa longuement les traces laissés sur ce corps. On aurait dit que des griffes avaient taillés le corps comme pour s'amuser, mais avec une certaines aisance, il fallait l'avouer. Le seigneur de Sawaki ne prit même pas la peine de toucher ce corps, il ne savait même pas si ce corps était empreint ou non d'une maladie quelconque, ou d'un sortilège. L'aigle non plus n'osa pas y toucher. Les soldats et les autres personnes présentes avaient pour la plupart, détournés le regard, pris de dégoût. Le début des ennuis commençait. Sukeharu se releva et finit par donner son accord quand à l'ordre du général en second. Il ordonna simplement au soldat de prendre des gants de cuir pour le détacher, et de les brûler ensuite. Trois soldats s'en chargèrent avec précaution tandis que Sukeharu caressait le museau du cheval mort qui avait accompli sa mission jusqu'au bout. Il ordonna qu'on en brûle la carcasse. Les carcasses apportaient les maladies, et par ce temps, la garnison n'avait guère besoin de tomber malade. Le feu était le seul purificateur efficace face à cela.

Sukeharu finit par désigner quelques soldats qui participeraient à l'expédition et demanda rapidement à quelques uns de préparer le voyage. A savoir, il fallait des vivres, des chevaux, des armes bien entendu, des fourrures en cas de température trop basse, et tout le nécessaire à une expedition de ce genre. Finalement, Sukeharu s'approchea à son tour du duo dont la femme commençait l'examen du corps. L'aigle la fixait sans plus cligner des yeux et rester attentif à chacun de ses mouvements. Le seigneur de Sukeharu finit par s'accroupir et déclara:

-Vous faîtes parti de cette expédition toi et ton compagnon si vous parvenez à me donner une explication quand à ces mystérieux symboles. En vous remerciant.

Il se leva respectueusement et finit par mettre un semblant d'ordre tandis que l'on rassemblait le matériel, les chevaux et les vivres dont l’expédition aurait besoin. Sukeharu monta au sommet du "mur" et regarda au loin, c'est à dire dans le brouillard, plutôt opaque. Il laissa l'aigle s'envoler et ne tarda pas à le perdre de vue. Le vent glacé qui soufflait en haut du mur obligeait les soldats à tenir des braseros allumé. Sukeharu en fit la revue et leur déclara qu'il comptait sur eux pour les accueillir lorsque l’expédition reviendrait. Il ne précisa pas si ils reviendraient morts ou vifs, mais il ferait tout pour revenir. L'aigle ne tarda pas à revenir, il ne semblait ni inquiet, ni en état d'alerte, sauf en présence de cette femme. Sukeharu s'en méfierait sans doute, si l'aigle faisait attention à cette femme, c'est qu'il devait y avoir une raison. Le seigneur redescendit du mur, rafraîchit si l'on pouvait dire.

Le général n'avait pas bougé de la porte, mais Sukeharu ne le rejoignit pas, il voulait savoir, connaître plutôt, le verdict de la femme quand au corps de l'homme et il espérait qu'elle aurait une réponse à lui fournir. L'homme qui l'accompagner lui serait plus qu'utile pour cette expédition. En effet, il dégageait une aura de force, de puissance, et une certaine noirceur qui laissait entendre que ses talents de guerrier étaient multiples. Voyager avec des guerriers de ce type serait plus un avantage qu'un inconvénient si il pouvait faire tomber plus d'une cinquantaine d'ennemis avant de tomber. Avantage non négligeable, quand à la femme, qu'elle ait réellement ou non des pouvoirs, elle pouvait elle aussi être utile, et Sukeharu n'en doutait pas. Si l'aigle y faisait attention, c'est qu'elle avait quelque chose de...Particulier. Et ce quelque chose pouvait être utile à tous.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoruichi Onimura

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 26/09/2014
Age : 23

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 32

MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Lun 20 Oct - 17:09

Encore cette cassés de folie de la part de la chamane. Un délire grivois, sans aucun lien et sans réelle importance. La manche de son kimono, tendue et mouillée, il suivit sa "maitresse", presque à contre cœur en la voyant prendre si peut de précautions. Seule femme des environs, provoquer des hommes de l'armée n'était pas forcément la meilleur idée, surtout devant tout ces blancs becs n'ayant aucune idée de que pouvait apporter la guerre, et toutes les atrocités possible de ce monde. Jetant un dernier coup d’œil aux assaillants de l'armée, il posa ensuite son regard sur ce qui semblait le chef de l'attroupement. Dans quoi Hebi les avait-elle embarqué ? Il écouta attentivement les instructions de la jeune femme, car malgré tout, c'est elle qui choisissait le chemin. Il n'était pas en passe de prendre les choses en mains. En effet, il ne possédait pas LE don, comme elle disait. Il ne savait pas quel chemin prendre, par ou commencer, malgré toutes ces années de recherche. Et c'est ainsi qu'il se retrouvait embarqué dans la recherche d'un héritier trop idiot pour assurer ses arrières ? A ces pensées, Yoruichi jura et cracha sans retenue sur le sol boueux martyrisé par la pluie. C'est a contre cœur qu'il donna un regard a Hebi, comme pour accepter avec haine cette sale besogne. Qu'est ce que cela allait leur apporter ? Aucune idée. Le sujet de l’expédition était-il vivant ou mort ? Aucune idée. Il détailla l'homme qui se onnmait Sukeharu. Il avait entendu ce nom dans un faible échange près d'eux, et il l'observa de la tête aux pieds. Puis, Tsubasa. Il avait entendu parlé de lui, une certaine renommée, parait-il, au combat et au sein de l'armée. Il tiqua, se pinçant la langue pour la tenir. Il parla bas, presque dans sa barbe, juste assez pour qu'Hebi l'entende.  

"Tss. Des gamins. Des idiots. Aucune expérience de la mort, et ils prennent leurs grands airs. Regarde les. des enfants. On le voit sur leur visage et dans leur regard."

Yoruichi rengaina son arme, après tout ce temps, comme un signe d'acceptation et d'appartenance au voyage. Un maigre sourire, fugace et teinté d'ironie se dessina sur son visage. Détachant son chapeau, il le laissa tomber au sol, et reposa son bras entre les pans de son kimono, avec désinvolture. Il connaissait les grades et titres de ces deux hommes, ils lui revinrent en mémoire. Un homme en passe de devenir général d'une des plus grandes armées du monde, selon certaines rumeurs, et un seigneur dont la réputation n'est plus à faire. Au contraire. Pour Yoruichi, tout était encore à prouver. Puis, rompant avec la tension palpable, déjà présente à cause de l'ambiance mais amplifiée depuis les contacts visuels entre ces trois hommes, un grincement gigantesque et horrible, grave et imposant se fit sentir jusque dans son corps. En se retournant, il regarda la porte qui auparavant leur été hermétiquement fermé s'ouvrir lentement, nécessitant un nombre impressionnant d'hommes pour libérer le chemin. Quelqu'un voulait rentrer ? Un survivant ? Maintenant qu'il devait, de force, rejoindre cet attroupement, autant donner tout ce qu'il pouvait pour régler de problème le plus rapidement possible. Il devait s'agir d'un cache-cache, tout au plus, s'imaginait le Rônin, avec un attrait soudain pour l'humour noir. Mais ce qu'il voyait détruit instantanément ce sourire rare, et éveilla l'attention de l'ancien Samouraï. Ce cadavre. Mutilé. Attaché. Décapité. Il avait déjà vu cela. A l'instant même ou le corps sans vie toucha le sol, des souvenirs envahissaient le crâne de Yoruichi.

Il y a de cela environ un an et demi, une secte diabolique enlevait des dizaines de personnes afin de pratiquer des rites profanateurs. Ayant d'abord pensé avoir à faire avec des démons quelconques, il déchanta vite en découvrant le repère du culte. S'approchant prudemment, il pu observer  un des rites de ce groupuscule d’illuminé. Enfin, groupuscules. Un attroupement de quarante cultistes, il s'agit presque d'une nouvelle religion. Au moment ou le regard de Yoruichi se posa sur l'autel ensanglanté, il était trop tard, et il le savait. Lorsque la lame entra entre les côtes de leur sacrifice, la femme cria et ne pouvait plus être sauvée. Même si ils la laissaient partir, rien n'aura pu la sauver. C'est donc à contrecœur que l'homme, caché dans les ombres, observa la scène. Levé par des cordes, afin de se faire mutiler de toute part, les fanatiques récitaient des incantations tournés vers des démons, des diables, des onis.. Avant d'attendre la ligne de fin de vie de leur sacrifice et de lui trancher la tête. La suite ? Avant que les cultistes n'attrapent une autre victime dans leurs cages comptant une douzaine de sacrifices, un des leurs perdit la tête. Au sens propre. La suite ? Encore ? Un carnage. Un bain de sang, au milieu de cette grotte sombre, tapissé de cadavres et d'entrailles, de dessins d'Onis, de trophées de chasse mêlant animaux, démons, victimes..

Ce souvenir s'arrêta lorsque les pions de l'armée laissèrent place au duo étrange. Sans attendre, Yoruichi pressa le pas, doublant son binôme pour retirer le haut de son kimono et disposer de ses deux bras. Il se pencha sans d'abord toucher le cadavre. En sortant sa lame, il la passa dans le mollet droit du morceau de viande froid et sans identité, avant de retirer la lame et d'attendre quelques secondes. Il était mort depuis un bon moment. Demandant service a Akashusen, ce dernier consentit à l'aider aujourd'hui. Il était de bonne humeur, ce vil démon. Mort depuis un moment donc.. Le sang est souillé. Malsain. "Dégueulasse", pour reprendre ses termes. Il a été saigné un bon moment avant d'avoir la tête separé du corps, selon l'Oni. Et rien ne lui rappelait ce procédé parmi ses congénères. Opinant du chef en remerciant la lame, il la rangea avant de l'essuyer, et passa sa main sur le corps, avant de le retourner sans ménagement, observant toutes les marques rituels avec insistances, des bribes de souvenirs embrasant son esprit. Il observa le cou. Point d'objet tranchant. Plutôt de la force brut. Comme si on avait arraché la tête de la cible avec sauvagerie, bestialité. Les cicatrices maintenant. Il s'approcha pour observer les traces, point de similarité avec les cultistes de son passé. Et pourtant les symboles, les marques béantes ressemblaient énormément. Une crainte envahit le Rônin. Et si il ne s'agissait pas que d'illuminé ? Que leur "Dieu", existait réellement. Un frisson a la foi d'effroi et d'excitation prit d'assaut l'échine de Yoruichi, un sourire carnassier et presque malsain, ornant son visage d'habitude si calme.


"Je t'ai trouvé.."

Qu'il s'agissait d'hommes, de démons, il avait trouvé la source de corruption qui hantait certaines de ses rêveries malsaine. Avant de se relever, il passa ses doigts sur une marque béante, imprégnant sin index et son majeur de sang. Froid, collant, il dégoutait bon nombre de recrues autour de lui. Certains vomirent, d'autres détournaient le regard. Bande de gamins, se répétait-il. En observant toutes les forces accepté et mobilisé par les deux dirigeants, il ouvrit de grands yeux d'étonnement, et cracha une nouvelle fois au sol. Il pressa le pas vers Sukeharu et se posa devant lui, le visage grave.

"Yasushima. Je dois être honnête avec vous. Il s'agit d'une mission de sauvetage, n'est ce pas? Vous compter sauver un homme, a supposer qu'il est toujours en vie, avec cette attroupement? Ce brouillard n'est pas naturel. A supposer qu'il s'agisse d'humain, vous pensez que le nombre fera la différence en terrain inconnue? A mon avis, et ce n'est que mon avis, Ô grand "seigneur", nous devrions être le moins possible, agir en toute discrétion. Si vous voulez faire cette expédition, vous devez prendre au maximum cinq hommes. Avec, ou sans moi. Et je parle bien dans le cas ou ce qui vous attends est humain. Hors, je serais du voyage, avec ou sans votre accord. Car ce qui nous attend... N'est pas humain."

C'est en laissant ces menaces en l'air qu'il s'approcha d'Hebi et, en ramassant son chapeau avec le dos trempé, qu'il lui posa sur la tête de façon négligé. Il tendit ses doigts, assez éloigné de son visage, posant son regard sur elle.

"Si tu goutes ce liquide, je le gouttes aussi. Si tu meurs, je mourrais aussi. Nos destins sont liés, comme je te l'ai dis. Toi seul peut m'aider et me sauver de cette malédiction. "Hebi-Sama". Maintenant, dit moi ce que je ne sais pas. Dit moi ce que je veux savoir. Ce n'est pas humain. Ce n'est pas naturel. Dit moi ce que nous faisons ici, et ne joue pas avec moi, pas maintenant. Hormis notre but initial, j'ai une affaire personnelle à réglé ici maintenant.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hebi On'na

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 26/09/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 26

MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Lun 20 Oct - 22:10


Un grand bruit se fit entendre et Hebi eut un frisson exquis parcourir sa colonne vertébrale. La mort venait, elle l'entendait dans sa marche funéraire, elle la sentait titiller ses narines et goûtait ses effluves particulières sur le bout de sa langue. L'ambiance autour d'elle changea et des impressions nouvelles la submergea au moment où un cavalier sans tête fit son apparition. Le cheval avança rapidement jusqu'à un cercle s'étant ouvert sur son passage. La noble bête s'écroula sur le sol boueux, visiblement épuisé de sa course folle. Les animaux avaient le don de sentir certaines choses, des choses que ces imbéciles d'humains ne pouvaient détecter. La jeune femme admira le cou vide de tête dont le rebord était taché de sang séché et poisseux, presque noir. Son visage se déforma en une moue appréciative pendant qu'elle hochait bêtement de la tête.

« Pas que je ne vous crois pas, vous devez être une fantastique chamane. Je ne vous mets point au défi quant à vos « compétences », mais j’aimerais bien voir l’étendu de vos connaissances, à commencer par identifier le symbole dans le dos de cet être défunt. »

L'une des figures d'autorité s'était approché de l'étrange duo. Oui, car une chamane et un samurai déchu formaient un couple plutôt bizarre, il fallait l'avouer. La tête de l'élue du monde invisible se tourna partiellement vers l'individu indésirable et elle pencha bizarrement la tête sur le côté tel un animal curieux, sur son visage se forma un expression peu impressionné et qui disait clairement «tu déconnes, bonhomme?» ou alors  «tu te fous de ma gueule, bâtard, tu veux que je te jette une malédiction entre les fesses, peut-être?»

« Détacher le et allonger le sur un linge blanc, puis reculez-vous, laissons cette femme faire une analyse. »

«Oui, laisse cette femme faire son analyse, pauvre connard!» songea froidement la chamane qui observa les larbins qui s'attelèrent immédiatement à la tâche. Elle sentit l'énergie que dégagea son compagnon de route. Celui-ci était en proie à des réflexions auxquelles elle n'avait pas accès. C'était une bonne chose, elle n'avait pas envie d'entendre les délires de son esprit. Haha, délires de l'esprit, c'était plutôt ironique venant d'elle. Elle s'accroupit agilement sur ses geta sales, recouvert de boue, de poussière, de sable et d'herbe mouillée. D'ailleurs, elle pu sentir un brin verdâtre et baladeur lui chatouiller l'espace entre son gros orteil et celui d'à côté. L'herbe morte était une putain d'invention. De nouveaux pas, oh, c'était ce séduisant jeune homme qu'elle avait un peu plus loin avec... la saleté de poulet qu'il portait à l'épaule. Elle avait à peine commencé à regarder les symboles étranges que celui-ci s'accroupit près d'elle. Sa réaction fut instantanée, elle fit rapidement un bond vers l'arrière. Une joute silencieuse se produisit entre la chamane et la poule qu'il avait sur l'épaule. Elle cracha, tel un chat menacé, vers la bête céleste.

-Vous faîtes parti de cette expédition toi et ton compagnon si vous parvenez à me donner une explication quand à ces mystérieux symboles. En vous remerciant.

Il avait peut-être un poulet sur l'épaule, mais il faisait l'effort d'être plus poli que son prédécesseur. Elle soupira, si elle voulait avoir droit à sa copulation divine, elle n'aurait pas d'autre choix que de se débarrasser de l'animal de compagnie perché sur sa belle épaule. Hebi alla se remettre à son analyse lorsqu'elle sentit son loup se mouvoir près d'elle. Peu de temps avant, elle avait partiellement entendu son mécontentement face à tout ses hommes militaires... ou presque. Celui-ci débuta sa propre observation. Ne pouvant réellement faire appel à ses pouvoirs d'élue avec l'agitation autour d'elle, Hebi attendit en grommelant, les bras croisés sous sa poitrine.

"Je t'ai trouvé.."

Elle haussa un sourcil pendant que son loup s'adressait à sa future proie sexuelle. Oh oui, elle lui ferait une bonne soupe au poulet et ensuite, elle lui ferait goûter mille et un délice et ce qu'était réellement une femme. Peut-être devrait-elle faire l'effort de mettre un peu de maquillage? Ah putain, elle n'avait plus de maquillage. C'était quoi du maquillage de toute façon? Oh oui, de la poudre et du rouge à mettre sur ses lèvres et ses joues, du noir au-dessus de ses yeux et elle devait rendre ses sourcils plus foncés sur sa peau pâle. Ah, du maquillage, c'était quoi déjà?

"Yasushima. Je dois être honnête avec vous. Il s'agit d'une mission de sauvetage, n'est ce pas? Vous compter sauver un homme, a supposer qu'il est toujours en vie, avec cette attroupement? Ce brouillard n'est pas naturel. À supposer qu'il s'agisse d'humain, vous pensez que le nombre fera la différence en terrain inconnue? À mon avis, et ce n'est que mon avis, Ô grand "seigneur", nous devrions être le moins possible, agir en toute discrétion. Si vous voulez faire cette expédition, vous devez prendre au maximum cinq hommes. Avec, ou sans moi. Et je parle bien dans le cas ou ce qui vous attends est humain. Hors, je serais du voyage, avec ou sans votre accord. Car ce qui nous attend... n'est pas humain."

Elle applaudit sarcastiquement, un sourire niais aux lèvres. Les mots de son loup l'avait peu impressionné, mais son arrogance, si. Il était un loup, en effet. Fier et apte à être un chef de groupe, cependant, si un grand problème nommé Akashusen faisait surface, il arrivait, la queue entre les jambes, haha queue, pour demander de l'aide à cette folle d'Hebi-sama qu'il avait trouvé dans les montagnes.

-Qu'est-ce qui te dit que ce n'est pas humain? s'enquit la chamane en baillant paresseusement. Rare sont les démons qui veulent se faire détecter par les mortels, ils ont des manières plus discrètes d'apporter le mal et la discorde autour d'eux. Je ferai aussi remarquer que les Hommes sont aussi démoniaques que leur cousins invisibles, débita-t-elle de manière étrangement sérieuse dans un moment d'éclaircissement. Si un démon désire quelque chose, il va s'évertuer à le prendre, et ce, le plus rapidement possible, je ne vois pas pourquoi un démon perdrait son temps à écrire des symboles qui n'ont aucun sens sur le dos d'un cavalier sans tête... à moins qu'il soit faible... ou son hôte trop forte ou même plus démoniaque que le démon lui-même et puis putain, pourquoi je parle de ça à tout ses connards et à toi?

Il s'était approché d'elle, ramassa son chapeau dégoulinant de la saleté de crachin qu'ils s'étaient tapé sur le chemin et le posa sur sa tête. Elle sentit des gouttelettes froides tomber sur le bout de son nez. Elle fit une moue d'enfant, les doigts crispés sur ses genoux à même le sol. Au moins, elle  ne s'était pas agenouillée stupidement dans une flaque.

"Si tu goutes ce liquide, je le gouttes aussi. Si tu meurs, je mourrais aussi. Nos destins sont liés, comme je te l'ai dis. Toi seul peut m'aider et me sauver de cette malédiction. "Hebi-Sama". Maintenant, dit moi ce que je ne sais pas. Dit moi ce que je veux savoir. Ce n'est pas humain. Ce n'est pas naturel. Dit moi ce que nous faisons ici, et ne joue pas avec moi, pas maintenant. Hormis notre but initial, j'ai une affaire personnelle à réglé ici maintenant.

La chamane tiqua agréablement sous le «Hebi-sama», un sourire moqueur ourla ses lèvres. Elle observa son doigt recouvert de sang un moment avant d'étirer son cou pour, premièrement, reniffler le sang séché, puis deuxièmement, approcher ses lèvres. Une fois près de la chose, elle s'arrêta, puis recula et lui lança une expression neutre, porteuse d'une panoplie de mystères. C'est en se déplaçant un peu vers l'arrière qu'elle eut une soudaine et violente vision. Elle chancela, son réflexe fut d'attraper les avant-bras de son compagnon et de le serrer très fort, au point d'enfoncer de manière incontrôlée ses ongles mal taillés dans sa chair déjà meurtrie plusieurs fois. Si le samurai pensait qu'elle s'amusait à ses dépens à le torturer inutilement, il allait se mériter une baffe plus tard, mais pour l'instant, la chamane était perdue dans une autre réalité.

Elle recula subitement, ses yeux fixant devant elle, mais ne voyant absolument rien. La jeune femme porta soudainement ses mains à son cou, puis à sa tête qu'elle semblait maintenir en place comme si une force invisible tirait sur ses cheveux. Puis, il n'y eu plus rien, la transe était terminée. Le corps long d'Aka vint se nouer autour de ses épaules, il était invisible aux yeux de tous, sauf ceux de Yoruichi et les siens. La chamane leva des yeux épuisées vers son loup, puis les deux figures d'autorité ainsi qu'à l'audience curieuse et terrifiée qui s'était assemblée autour d'eux. Elle sourit bêtement aussitôt.

-Je ne sais pas ce que ce cavalier à vu dehors, mais on peut dire que c'était quelque chose à en perdre la tête, ahahaha! s'esclaffa soudainement la chamane fortement, fière de sa blague pourrie et de mauvais goût. Son regard s'arrêta brièvement sur le fourreau dans lequel reposait l'épée maudite de son partenaire. Aller, dis-moi qu'elle t'a fait rire celle-là!

Les gens la regardèrent bizarrement. À qui parlait-elle cette folle? Pff, cela n'était pas important. La clairvoyante se pencha sur le cadavre à nouveau, il n'y avait plus personne pour la déranger. Elle passa la main au-dessus des inscriptions inconnues. Hebi était concentrée comme jamais elle n'avait été concentré auparavant. Ses yeux s'illuminèrent brièvement sous l'extase d'une nouvelle vision, mais celle-ci fut moins violente cette-fois. Les images et les réponses lui vinrent nébuleusement et elle resta longuement dans sa position prostrée à chercher des détails qu'elle aurait manqué, mais les esprits ne lui révéleraient pas plus de secrets pour le moment. Elle bouda, son regard fixé sur les divers symboles. Sa voix calme s'échappa finalement d'entre ses lèvres, mais elle ne s'adressait à personne en particulier.

-Vengeance... fils... mort, dit-elle d'une voix monotone, les sourcils froncés. Elle n'arrivait pas à déchiffrer davantage. Ces symboles ne sont pas nouveaux, ils ont déjà existés concrètement dans les jours anciens, une époque que nous ne connaissons pas, visiblement ils existent encore, mais ils sont les vestiges de notre langage d'aujourd'hui. Serait-ce un message des premiers Hommes?

Un silence pesant tomba sur la foule... Pendant que des murmures intrigués et effrayés parcouraient les différents hommes de la foule, Hebi porta des mains tremblantes à son cou. Son calme apparent n'était qu'une façade qu'elle arrivait à conserver avec une force olympienne. Un goût dégueulasse de sang lui parcourut la langue et elle cracha le fluide rouge par terre. Ah, elle s'était mordu la langue durant sa première vision... Putain, maintenant elle allait être enflée pendant au moins trois jours.

_________________

- I will never die by fire, I am FIRE itself -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Dim 26 Oct - 0:05


« Vengeance »….  « Fils »……. « Mort »…..

Les mots de la chamane résonnèrent dans chaque tête, l’écho se propagea ainsi et les hommes commencèrent à voir les mauvais présages qui s’annonçaient à eux. Vestiges d’un ancien temps ? Symboles provenant de nouveaux hérétiques ? Les hypothèses étaient multiples et pourtant, personne ne semblait encore pouvoir confirmer la chose. La seule solution ? Partir et voir de leurs propres yeux ce qu’il était véritablement advenu de l’héritier impérial.

La petite compagnie ne mis pas beaucoup de temps pour finir de se préparer. Ainsi, le seigneur de Sawaki et le général en second Tsubasa s’étaient mis d’accord pour emmener avec eux qu’une dizaine de soldats, les conseils du mystérieux guerrier les ayant surement aidés à faire leur choix. Comme il l’avait été dit, la chamane ferait aussi parti du voyage, ses talents pouvant peut-être les sortir de quelques mauvaises passes. Il leur fallait faire vite et cela, ils le savaient que trop bien aux vues des inquiétants signes qui leur étaient apparus. Une nuit sans fin, parsemée d’un épais brouillard continuait de recouvrir le mur et le corps sans tête venait d’entamer sa décomposition, faisant ainsi régner dans toute la forteresse une odeur de mort.

***********************

Dix hommes et une femme se tenaient à présent devant les larges et immenses portes. Un vétéran, patrouilleur depuis de longues dates s’était porté volontaire pour les guider en dehors de la frontière. Son nom, Toki Yama, il était un vieux de la vieille. Arrivé aux portes chaudes depuis de longues décennies, il serait là pour les aider à ne pas se perdre dans ces contrées sauvages. Les soldats qui avaient été réquisitionnés n’étaient autres que les hommes du seigneur de Sawaki qui en avait apporté trois, et trois autres pour le général en second.

Les hommes étaient prêts, la porte s’ouvrit et laissa s’engouffrer un vent glacial sur la petite compagnie. Lorsqu’elles se refermèrent derrière eux, ils n’eurent plus aucune autre alternative que d’avancer, toujours avancer !

Toki Yama en tête, il les menait à présent sur la route qu’avait emprunté l’héritier Katsutani Tsunahiro. Une route qui était réputée pour les âmes en peine qu’elle abritait la nuit tombée….


Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sukeharu Yasushima

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 26/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 27 ans

MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   Ven 31 Oct - 11:08

Sukeharu avait écouté le guerrier avec attention, et il le sentait, le guerrier, le samouraï les prenait pour des débutants, d'un côté, il n'avait pas tort, mais de l'autre, il ignorait que Sukeharu avait déjà mené des hommes aux combat, qu'il avait déjà remarqué que tout ce qui arrivait n'était pas naturel, et aucun homme dans la forteresse n'ignorait que ce qui se passait était loin d'être humain. Mais ce fut le verdict de la chamane qui étonnât le plus. Elle était certes un peu folle, mais une chose était sûre, les derniers mots qu'elle prononça était tout, sauf rassurant. Sukeharu souffla, cette fois, il devait l'admettre, le nombre de guerriers ne ferait pas la différence, mais aucune importance, il ne comptait pas en prendre des centaines, mais il n'allait pas partir avec seulement cinq hommes maximum, dix, c'était mieux, et il donna l'ordre, en plus de lui-même, du général en second et des deux "invités", il prendrait trois soldats du général, et trois de ses hommes. Finalement, il ordonna à des hommes de brûler le corps et finit par grimper sur sa monture, solidement harnaché pour le voyage. En peu de temps, les préparatifs s'étaient terminés. Sukeharu vit tous ses hommes monter sur leurs chevaux, et il ordonna que l'on en donne un pour le guerrier et un autre pour la chamane, hors-de-question qu'ils suivent à pieds, le temps jouaient contre eux, et la nuit sans fin arrivée au mur n'était pas des plus rassurante.

Alors, dans un grand grincement de bois et de gonds, les portes s'ouvrirent à nouveau, mais cette fois, elle ne laissèrent sortir que dix hommes. Leur guide montait un grand cheval dont la robe noire le rendait presque invisible. Toki Yama était leur guide, c'était son nom, et il semblait, malgré sa vieilesse, avoir encore assez de force pour terrasser un ennemi, Sukeharu n'en doutait guère. Les portes se référencement dans un grand "boum!" laissant maintenant les dix cavaliers devant la nature féroce qui avait engloutis Katsutani et ses hommes. Le seigneur de Sawaki finit par accorder un signe de tête au guide et la compagnie s'ébranla dans un bruit de sabots et le hennissement des chevaux. Nul ne savait ce qui les attendait à présent, et seul le guide connaissait à peu près l'endroit. Et cet endroit n'était pas réputé pour être très accueillant mais plutôt pour les âmes qui n'hésitaient pas à sortir la nuit tombée et à vous hanter. Mais Sukeharu ne se détourna pas, et ne regarda pas en arrière le mur, non, il avait une mission, il l'accomplirait.

Quelques jours plus tôt, il était allé lui-même au delà du mur, mais avait pris une direction opposé. L'Empire Kyang était-il à nouveau menacé, la province de Sawaki aussi? Nul ne le savait pour le moment, mais ils risquaient de le découvrir bientôt. La main sur la poignée de son épée, le Seigneur de Sawaki ne perdait rien de ce qui se déroulait, et le chemin sur lequel les menait le guide semblait s'enfoncer un peu plus dans une sorte de forêt maléfique. Pas étonnant que certains se soient perdus par ici. Sans guide, vous pouviez dire adieu à votre route, vous étiez perdu. Entièrement armé, le jeune seigneur avait tenu à être prêt, et comme il ne savait pas ce qui l'attendait, mieux valait ne pas se montrer sans armes et armures. Le jeune seigneur jeta un coup d’œil vers le samouraï dont il ignorait le nom, mais malgré les paroles de ce dernier, il n'éprouvait ni haine, ni colère envers lui, mais plutôt une crainte mêlée de respect, car cet homme avait du vivre plus d'une bataille dans sa vie, et il semblait plus attaché à l'idée de trouver ce "démon" que de retrouver l'héritier. Peu importait son but, il restait un atout. Sukeharu laissa son cheval arriver au niveau de celui du guerrier et déclara:

-Vous savez qui je suis, moi j'ignore qui vous êtes. Mais vous me semblez plus attaché à retrouver ce que nous allons affronter, ou du moins ce que nous risquons d'affronter, que de retrouver celui pour qui nous partons. Oh! Inutile de me dire ce que vous pensez de tout cela, mais puisque nous allons chevaucher et peut-être même combattre ensemble, pourrais-je connaître votre nom?

L'aigle sur son épaule s'envola alors. Il monta dans les airs et resta en vue pour profiter de quelques courants ascendants pour planer. Sukeharu attendait une réponse, mais ce guerrier inconnu était d'une autre trempe que tous ceux que le seigneur de Sawaki avait pu rencontrer. Il le sentait, au fond, ce guerrier était là aussi pour...Une chose personelle, il n'était pas venu pour apporter son aide, ni pour sauver qui que ce fut, non, il était là pour autre chose, et quoiqu'il en soit, si cet homme voudrait continuer seul son chemin, Sukeharu et toute les forces de ce monde ne serait pas assez fortes pour retenir cet homme dont le sang-froid impressionner et qui était sûr de lui, bien décidé à obtenir ce qu'il voulait. Quand à la chamane qui était avec lui...Sukeharu n'en doutait pas, elle était bien chamane, et elle leur serait sans doute aussi utile qui mille épées. Le guide traçait la route, imperturbable, et rien ne semblait pouvoir l'arrêter...Pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au delà du mur - Partie 1 [Event]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au delà du mur - Partie 1 [Event]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partie de plaisir
» event coupe du monde la semaine prochaine
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Au delà des mots...
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Empire Kyang :: Campagnes & Routes-
Sauter vers: