Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les territoires et hauts lieux de l'empire Kyang.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Les territoires et hauts lieux de l'empire Kyang.   Mar 30 Sep - 20:05


Le territoire de  l'empire de Kyang s'étend jusqu'aux frontières des empires du Tsian, de Miyong et des contrées sauvages. L'empire de Kyang en est séparé par une longue muraille que l'on appelle aussi " Les portes de l'empire ". Outre les campagnes, routes et petits villages isolés, les territoires de Kyang se divisent en 11 hauts lieux. Les Portes de l'empire. La cité impériale. Les 6 provinces. Les terres des temples Temple Jesando,  Shiba, Uji.

Les Portes de l'empire

Dans le sud de l'empire Kyang, à la frontière avec les contrées sauvages, l'Empire s'est doté d'une longue muraille fortifiée pour séparer ses terres de celles dites sauvages. Afin d'éviter les incursions des peuplades sauvages, Sawaki s'est donc vu dans l'obligation de bâtir cette immense muraille. De tous temps, elle est gardée et protégée par les soldats de Sawaki et est par définitive, une étape obligatoire pour se rendre dans les contrées sauvages. Nombreux sont ceux qui l'empruntent pour partir, mais rare sont ceux qui la prennent pour y entrer.

Elle garde les anciennes stigmates des invasions et les hommes qui la gardent sont rôdés et bien équipés pour la défendre.

Palais impérial & sa cité

« Le palais »

Symbole absolu de la richesse et de la domination du clan Tsunahiro, le palais impérial dispose de la plus belle architecture jamais réalisée dans le Kyang. C’est véritablement sous le règne de Hiro que le palais a vu ses plus belles modifications et devenus ce qu’il est. Jalousé par les uns, admiré par les autres, le palais n’en est pas moins fortifié et repose ainsi sur un monticule rocheux entouré par le fleuve Ediing. On le dit imprenable, et il est vrai que jamais aucune armée n’a réussi à le prendre d’assaut. Seul un siège d’une très longue durée pourrait le renverser, mais jusque-là, cela ne s’est jamais produit.

Organisé en de multiples pavillons, dont l’un est réservé à l’empereur, un autre à l’impératrice, aux concubines et aux princes et princesses. Les pavillons sont séparés par des larges jardins formidablement bien entretenus ou petites fontaines et arbres impériaux sont disposés de façon à ce que l’on se sente comme dans une forêt.


En plein cœur du palais se trouve la grande salle ou l’empereur reçoit ses sujets ou des visiteurs. La grande salle possède un accès direct aux appartements de l’empereur et celui-ci peut donc y venir à sa guise. Tout autour du palais sont installés les petits palais des fidèles et nobles. Dans la deuxième enceinte sont à leurs tours installés les casernes de la garde impériale et celle des aigles d’or qui bénéficient d’un espace un peu plus à l’écart que les autres, avec leur propre camp d’entraînement et espace boisé.  

Bien entendu, l’entrée de palais est une grande cour que l’on appelle la « cour des sacrifiés » et est un accès obligatoire pour pouvoir pénétrer dans la grande salle impériale. Comme une mise en garde pour les visiteurs, cette cour est imposante et plutôt froide. C’est là que l’armée impériale et les différents seigneurs se réunissent si ils doivent partir en guerre.


« La cité »

Le palais est ainsi une sorte de ville dans la ville. Séparé par l’Ediing, la cité impériale se répand telle une pieuvre tentaculaire tout autour. La cité est en vérité le centre névralgique de l’Empire. Elle est l’endroit où l’on peut trouver tout ce que l’on désire. Divisée en plusieurs grands quartiers, possédant chacun sa fonction telle que « le quartier des artisans », « le quartier des échanges » ou « le quartier des temples ». Chaque quartier possède donc un rôle bien précis et il n’est pas rare que ses habitants y restent généralement à vie étant donné que l’Empire de Kyang marche exclusivement en caste. (voir les castes).



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Re: Les territoires et hauts lieux de l'empire Kyang.   Mar 30 Sep - 20:15


Les 6 Provinces

Province de SANESAWA

"Sa cité"



La cité seigneuriale de Sanesawa est située au Nord-Ouest de l'empire. Perchée sur ses hautes falaises au bord du Shirdoragon, Sanesawa est pour ainsi dire, presque imprenable. Cité froide et sommaire, ancien haut lieu de la ligue puisqu'elle était la cité de Kiyozawa. Bien qu'elle n'ait jamais cédée durant les guerres, elle n'est aujourd'hui plus que l'ombre d'elle-même où son peuple peine à refaire surface. Une haine séculaire réside encore et même si un nouveau clan a été mis en place par l'empereur, le clan "Katsujima", on entend gronder la colère dans chaque ruelles et dans chaque maisons.

"Son seigneur, son clan"

C'est le clan Katsujima qui est venu remplacer celui de Kiyozawa, alors qu'il y était installé depuis des millénaires. La rebellion de Kiyozawa a valu au clan Tadahichi d'être totalement déchu et de vivre dans la mendicité. Le seigneur Tsugu Katsujima fut alors installé avec ses hommes et fit régner depuis l'ordre de l'empereur. Dans un climat fragile où la mèche peut se rallumer à n'importe quel instant, son règne sur la province est brutal et il ne manque jamais de rappeler le passé de cette province lorsque des paysans insufflent une révolte.

"Sa province"

La province de Sanesawa est en bord de mer et a pu donc profiter du littoral pour bénéficier de sa principale ressource, la pêche et le commerce. Située dans une région froide et montagneuse, toutes les villes et villages sont pour le moins, assez rustiques et sont surtout conçus pour affronter les intempéries, les grandes marées et les grands vents glacials du nord.

Chaque village, chaque villes possèdent un port de pêche au minimum et les villes elles, possèdent les ports militaires impériaux qui sont étalés sur toute la côte.

Province de TOKINAKA

"Sa cité"


Cité la plus au nord de Kyang, presque frontalière à l'Empire Tsian. Elle bénéficie contrairement à Sanesawa une large plaine qui lui permet d'être autant performante dans son agriculture sur terre que sur mer. Grâce à sa situation très proche du Tsian, elle a put depuis de longues dates, commercer avec lui et ainsi s'enrichir au fil du temps. De plus, Tokinaka est la cité de l'empereur et il lui a bien rendu tous les efforts qu'elle a produit durant les guerres. De ce fait, on dit qu'elle est privilégiée et détient toutes les faveurs de l'empereur. Attisant par la même occasion, toutes les jalousies et convoitises.

"Son seigneur, son clan"

C'est le clan Tsunahiro qui est maître de la province depuis maintes générations. Le principal hértier étant l'empereur et résidant au palais impérial, c'est son frère cadet, Iwashima Tsunahiro qui a pour charge de régenter la province. Le clan Tsunahiro est aujourd'hui l'un des plus puissant de l'Empire. Sa victoire durant la guerre lui a permis de s'enrichir considérablement contrairement à leurs grands rivaux, les Tadahichi.

Iwashima régne en maître sur ses terres et aimé de ses sujets. Il a apporté la prospérité et la stabilité sur ses terres, ce qui lui permit de gagner les coeurs.

"Sa province"

Vaste et etendue sur tout le nord de l'Empire, la province de Jejura est parsemés de grandes plaines verte l'été et blanche l'hiver. Plusieurs forêts y sont disséminées un peu partout, mais la véritable puissance de ses terres restent tout de même ses champs céréaliers ou rizicoles.

Tout comme Sanesawa, elle possède un littoral, bien que moins étendu. Plusieurs ports y sont alors positionnés afin que la province puisse également vivre de la mer.

Sa population y est plutôt conséquente grâce à la proximité avec le palais impérial et la frontière du Tsian. Comme une sorte de carrefour économique, Tokinaka attire les populations qui souhaitent s'enrichir et rentrer dans les bonnes grâces de l'empereur. On dénote par conséquent une forte densité de la population dans les périphéries des villes et dans les villages alentours.

Province de Tomokuro

"Sa cité"


La cité de Tomokuro est la plus proche du palais impérial de Kyang. Longtemps grande alliée du pouvoir impérial, son rapprochement avec la ligue lors des guerres sanglantes la fit descendre dans l'estime de l'empereur. Néanmoins, la cité est restée comme à son origine et est presque aussi grande que la cité impériale. Comme une sorte de grande rivale de la cité impériale, les deux cités s'observent et se copient, même si Kyang garde toujours l'ascendant. On peut dire que Tomokuro peut en cas de destruction de Kyang, devenir une seconde cité impériale et son seigneur ne le sait que trop bien.

"Son seigneur, son clan"

A la tête de cette grande province se trouve le clan Ujihashi. Les Ujihashi font parti des clans les plus anciens et les plus riches de Kyang et leur position à Tomokuro font d'eux une puissance incontournable. Autant dire qu'ils pèsent largement dans les décisions impériales et l'empereur ne peut se permettre de les avoir en opposition comme lors "des ligues" ou Ujihashi prit le parti de Kiyozawa. Les guerres étant aujourd'hui terminée, les Ujihashi ont promit et juré leur fidélité envers les tsunahiro et ont reconnut le sang de leur empereur comme étant aussi celui de Matsunaka (empereur défunt à l'orgine des longues guerres de successions).

"Sa province"

Tomokuro est le coeur même de Kyang. La province réunit la plus forte densité de population et bénéficie grâce à cela d'une force armée conséquente. Mais revenons à la province, puisqu'il faut aussi dire qu'elle est le poumon agricole et économique de Kyang et que sans elle, l'Empire serait obligé d'importer ses provisions. Basée sur une très importante agriculture et riziculture, Tomokuro a put s'enrichir et voir naître des clans entiers provenant de ces milieux.

Province de OKADA

"Sa cité"


Okada se situe au sud-ouest de l'Empire Kyang. Tout proche de la frontière avec les contrées sauvages qu'elle protège avec la province de Sawaki, la cité apparaît comme la dernière trace de civilisations avant de rejoindre l'extrême-sud. Imposante et majestueuse, elle a été façonnée pendant des millénaires pour trouver son aspect actuel. Située dans la grande plaine du Myoko, elle fait face aux grandes chaînes de montagnes du sud qui l'aide à assurer la défense de la frontière.

La cité, bien que beaucoup moins grande que ses soeurs impériales, posséde de nombreux atouts. Grâce à son littoral touchant la mer Mesae, elle peut comme les autres bénéficier des bienfaits du commerce maritime avec le royaume de Soriyeo ou avec les îles de Daechong et Saechong. De ce fait, sa marine est développée et n'a rien à envier aux autres plus grandes de l'Empire.

"Son seigneur, son clan"

Nakata Yokomura et son clan sont les possesseurs de cette province. Fidèle de la première heure au fils batârd du défunt empreur Matsunaka, le clan Yokomuro a combattu pendant longtemps aux côtés de leurs alliés de Sawaki, contre Tokomuri et Sanesawa. C'est sur ces terres orageuses ou les tempêtes naturelles font rages que les Yokomura menèrent leurs troupes. Même si beaucoup d'entre eux moururent durant les combats, ce clan sortit vainqueur et put bénéficier des bonnes grâces de l'empereur pour qui ils avaient combattus. De ce fait, le clan est aujourd'hui puissant, mais reste tout de même volontairement à l'écart des intrigues du palais impérial.

"Sa province"

Le paysage d'Okada est scindé en deux parties. Au sud, les montagnes ou se trouve la longue muraille. Au nord, les longues étendues de plaines, de lacs et de forêts. Sa population est relativement dense et son économie, florissante. Elle profite de ses grandes forêts pour confectionner ses grandes cités et aussi sa marine, qui grandit d'année en année. Alliée de longue date avec le Sawaki, les deux provinces ont des accords privilégiés qui font d'elles de grandes partenaires économiques.

Province de NODA

"Sa cité"


La cité de Noda est surement la plus isolée de toutes les autres cités impériales. Située sur la chaîne de montagnes qui sert de frontière avec le Tsian, elle surgit comme un seul bloc de pierre et paraît totalement insurmontable. Passage obligé pour se rendre au Tsian néanmoins, elle joue son rôle de post frontalier avec vigueur. Ses relations avec le Tsian sont tendues depuis des siècles et elle ne s'empêche pas de le montrer.

"Son seigneur, son clan"

Le clan Ikenishi possède la province de Noda depuis la création même de l'empire. Fidèles alliés de l'empereur avant sa mort, ils profitèrent de la montée en puissance de Kiyozawa pour se révéler et prendre leur part. Toujours considéré comme le clan le moins puissant de l'Empire, du fait de son emplacement dans les montagnes et de sa faible population. Les Ikenishi avaient vus là le moyen de s'agrandir et de s'extirper de leur prison de pierre et de glace. Mais les choses étant ce qu'elles sont, l'empereur décida de les laisser à leur place, mais leur obligea de rester dans leur montagne jusqu'à l'extinction de leur clan. Le seigneur actuel de ces terres, Ujikawa Ikenishi accepta et se résigna à accepter, mais ô combien difficilement et sa rancoeur persiste encore aujourd'hui.

"Sa province"

Amyeong est la province la plus petite en terme de densité humaine, mais reste tout de même très étendue puisqu'il elle recouvre quasiment toute la frontière avec le Tsian bien que Jejura en possède aussi une grande partie. La population de Noda est donc un peuple de montagne, rustique et résistant aux intempéries. Habitués aux climats froids et enneigés donc, ils constituent des hommes très aguerris.

Province de SAWAKI

"Sa cité"


La petite Sawaki comme on l'appelle, ne rivalise pas de splendeur et de grandeur avec les autres cités. Eparpillée sur une longue surface, la cité est plus une succession de grands villages qu'une cité à proprement parlé. Néanmoins, sa simplicité fait d'elle une cité humble et sans prétention qui n'a jamais cherché à s'enrichir, mais qui s'est acharnée à garder ses traditions équestres loin de la cacophonie impériale. Cité traditionnelle donc, réfractaire au progrès et cantonnée dans ses vastes étendues de terres. Il n'y a que le palais seigneurial qui sorte un tant soit peu du lot et qui montre quelques signes de richesses.

"Son seigneur, son clan"

C'est le clan Yasushima qui dirige la province de Sawaki. Sukeharu en est le principal seigneur, autant reconnu pour ses prouesses guerrières, que pour ses capacités équestres. il est apprécié de son peuple et voue une loyauté sans faille à l'empereur pour qui son père s'est battu longuement avant lui. Son clan est plus petit que le reste de l'Empire, mais chaque homme y appartenant ne trahira jamais son serment envers l'empereur.

"Sa province"

A l'image de sa cité, la province de Sawaki est une longue étendue de plaines et de lacs, ou plus on se rapproche de la frontière sud, plus les terres deviennent arides et incultivables. Pour palier à cela, les riches propriétaires décidèrent dès lors d'élever des chevaux, qui avec les années, devinrent les célébres "Sawakin". Connut et reconnut pour ses montures, Sawaki a donc put s'exporter en vendant ses équidés au reste de l'Empire, voire des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Re: Les territoires et hauts lieux de l'empire Kyang.   Mar 30 Sep - 20:27


Les temples

LE TEMPLE DE JESANDO


Jesando est situé en plein coeur de la montagne Tobushi, mille fois sacré pour l'Empire Kyang. Tobushi était autrefois un grand guerrier qui dut se sacrifier avec ses cent hommes pour empêcher une armée ennemie de pénétrer à travers la chaîne de montagnes. On lui donna son nom et on lui attribua la particularité de pouvoir faire jaillir de ses entrailles, le meilleur métal qu'il se faisait. Des forges millénaires y furent donc installés et les maîtres forgerons de Jesando devinrent les meilleurs de tout l'Empire.

Tous guerriers rêvent alors de posséder une lame de Jesando et pour trouver la meilleure, il faut gravir Tobushi et parvenir jusqu'en son sommet ou une forge bien particulière l'y attendra. Après avoir montré et prouvé son courage en gravissant la montagne, le guerrier trouvera au sommet, les neiges éternelles et la forge du maître Ujisaka Hidetani. Certains le disent fou ou dément, d'autres disent que ce sont les dieux qui soufflent sur ses forges. Mais quoiqu'il en soit, ses lames sont les plus résistantes et les plus tranchantes.

Jesando est par la même occasion devenue un lieu de pélerinnage pour tous les guerriers ou aventuriers. Lieu de recueillement pour célébrer le sacrifice des héros, la loyauté et l'honneur. C'est pour cette raison qu'un temple y fut construit, réunissant en son sein des moines guerriers et forgerons. Ils forment ainsi les candidats qui le souhaitent, au maniement des armes et aux arts de la guerre.

LE TEMPLE DE Shiba


Situé au nord de l'Empire, là ou commence la mer Shirodoragon, le temple de Shiba est ainsi posé et visité par tous les marins reprenant la mer. Comme une sorte de protecteur, Shiba est admiré et prié pour cette raison. Pour y accéder, les seuls moyens sont par la mer ou par la montagne où l'on doit franchir des passages escarpés. Le temple apparaît donc dans une très grande simplicité et ses prêtres y vivent en totale indépendance.

Lieu de calme, de sérénité et de recueillement, les marins ou bien même les habitants de bords de mer y viennent font leurs offrandes aux dieux de la mer pour qu'ils la laissent calme. Bien évidemment, Shirdoragon est réputé pour ses tempêtes et le nombre important de marins qu'elle avale chaque annnée. De ce fait, le temple permet aussi aux populations qui ont perdus des proches de pouvoir venir commémorer leurs naufragés.

Le lieu est ainsi très relaxant et les adeptes, très accessibles.

LE TEMPLE DE UJI


Enfoui dans la grande forêt impériale de Kyang, le temple de Uji se trouve comme protégé par une muraille naturelle d'arbres. Ses moines sont les protecteurs de cette forêt sacrée et sont prêts à donneur leur vie pour protéger leur temple. La vie justement, est la principale vocation de ce temple ou les visiteurs viennent pour guérir ou donner naissance à leurs progénitures.

Depuis des générations, c'est l'endroit ou l'impératrice met au monde ses fils et filles et de ce fait, le peuple fait de même. On y célébre ainsi la nouvelle vie pour nouveaux-nés, la vie pour les malades en voie de guérison, mais aussi la mort qui arrive comme la dernière étape ultime dans la vie des Kyangais. Alors qu'on donne naissance aux futurs empereurs, Uji est ainsi l'endroit ou on les enterre. On trouve alors tout le long du lac, les petits temples ou reposent en paix, les défunts empereurs.

De tous les temples de Kyang, celui de Uji est le plus visité. Une certaine tranquilité se dégage de ce lieu qui au sein de la grande forêt impériale, intervient comme un havre de paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les territoires et hauts lieux de l'empire Kyang.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les territoires et hauts lieux de l'empire Kyang.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Territoires mafieux et lieux clés.
» Empire ork de Charadon
» Slaanesh : talon hauts et bouton sur la fesse droite!
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» l'Empire Samsung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Le Forum. :: Les archives ancestrales :: Encyclopédie du Monde :: Empire Kyang-
Sauter vers: