Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chün Müdân [érudite]

Aller en bas 
AuteurMessage
Chün Müdân

avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 02/09/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 28

MessageSujet: Chün Müdân [érudite]   Ven 5 Sep - 22:09


NOM : Chün Müdân [érudite]
Age : 28 ans
Sexe : féminin
Localisation : Empire de Miyong

Particularités : Elle excelle dans les arts de la calligraphie et de la peinture. Son œil est perspicace et elle décèle d’instinct les mensonges par l’observation des visages, mains et attitudes.

Métier : Préceptrice auprès d’enfants de familles princières et Conseillère auprès des femmes entourant l’Empereur Sun Liu Ma.

Classe d'arme: A distance (arc), Corps a corps (dague).

Possessions : Elle possède une immense bibliothèque qu’elle enrichit au gré de ses pérégrinations dans un palais modeste. Elle est assistée par deux servantes dévouées dont sa nourrice qui vieillit mais ne fléchit pas et une adolescente à laquelle elle raconte des histoires certains soirs.

Description physique :

Chün Müdân est une jeune femme très mince, ne se nourrissant que de lectures la plupart du temps et elle en paraît élancée malgré sa taille moyenne. Son visage est naturellement pâle et d’un ovale parfait. Ses yeux noirs sont souvent voilés. Ils ne brillent qu’en la présence des enfants. Devant les femmes illustres, ses paupières sont toujours baissées en signe d’humilité. Sa bouche minuscule n’émet que peu de mots qu’elle prend le temps de choisir. Elle porte des cheveux très longs, noirs et soyeux, presque jusqu’aux pieds dans l’intimité de ses quartiers, ce qui lui permet de se coiffer de multiples façons pour sortir.

Elle se vêt de hanfus de couleurs claires brodées ton sur ton mais gansés de velours sombre. Elle aime la lumière et aussi les contrastes, tant elle est persuadée que rien n’est tout à fait blanc ni tout à fait noir.

Ses mains fines et soignées tournent les pages des livres avec respect.

Description mentale :

Chün Mülân est d’un tempérament calme et serein. Elle réfléchit beaucoup avant de répondre aux questions qu’on lui pose. Le reste du temps, quand les mots ne peuvent rien apporter, elle se tait, écoute avec patience et caresse parfois du bout des doigts pour consoler.

La vie lui ayant été agréable dans son enfance, elle ne nourrit aucune haine ni rancune. Si elle méprise la bêtise, elle pardonne et ne se moque pas.
Elle a cependant le gros défaut, malgré sa beauté, d’être une femme indépendante, ce qui n’est guère bien accepté dans la société dans laquelle elle vit, et elle pleure certains soirs de n’avoir aucun prétendant ni aucun espoir de fonder une famille.

Histoire :

Premières années

Née dans une famille de haute lignée, Chün Mülân fut élevée par une nourrice, Hüxï, qui lui apprit à manger seule, à parler, à marcher et bien d’autres choses encore nécessaires à la vie de son ordre. Parce qu’elle était le deuxième enfant de ses parents et que son aîné était un garçon, elle n’eut pas vraiment l’amour de ses proches. Les filles étaient la propriété des beaux-parents lors du mariage et leur cas était perdu d’avance. Certes, il fallait les éduquer pour devenir une bonne valeur marchande, mais il était clair qu’elles étaient perdues à l’avenir.

Hormis sa nourrice qui lui vouait un amour inconditionnel, Chün avait un confident et un ami en la personne de son grand-père qui l’affectionnait. Il lui apprenait à observer la nature, à écouter un chant d’oiseau, à respirer les lotus, à regarder le ciel… toutes ces joies simples qui ont fait d’elle une personne simple et sereine quelques années plus tard.

Première décennie achevée

Grand-père avait rejoint leurs ancêtres et Chün Müdân l’avait pleuré pendant plusieurs jours malgré les consolations de Hüxï et les nombreux cadeaux qu’elle recevait d’elle : riz parfumé, noix de pékan, fruits frais, petites babioles pour les oreilles ou les cheveux… Son seul ami véritable s’en était allé. Il lui avait légué sa bibliothèque. De son vivant, il lui avait permis de lire quelques ouvrages choisis, mais là, elle avait tout à coup tout à sa disposition. Elle ne se priva pas de passer de longues journées à lire, regrettant de ne pouvoir en discuter avec lui.

Quelques années plus tard.

Aucun livre de la bibliothèque de son grand-père ne lui était inconnu. Elle en avait lu et relu plusieurs dans le silence de sa cour où seule Hüxï venait pour lui tenir une compagnie silencieuse en brodant ou en tissant. Le temps passait et Chün Müdân rêvait à fonder un foyer, mais aucune proposition sérieuse n’était parvenue à sa famille et comme elle vivait recluse, il était difficile aux autres de connaître son existence et de la convoiter.

A l’âge de 19 ans, elle entreprit de prospecter pour trouver un emploi. Mais que pouvait-elle faire sinon enseigner son savoir ? Elle se proposa donc pour un poste de préceptrice auprès d’enfants de la haute noblesse. Le nom de son grand-père lui servant de carte de visite.

Aujourd’hui…

Chün enseigne à des enfants capricieux, les préceptes qui pourraient les rendre meilleurs. Elle déplore leur manque de motivation et de sérieux mais ne leur jette pas la pierre : ils sont nés et bien nés… Pourquoi se soucieraient-ils de leurs semblables, des paysans crevant de faim ou des nomades dont la vie est liée irrémédiablement aux intempéries ?

Mais son cœur saigne à chaque remarque ironique ou acerbe de ses élèves, montrant leur méconnaissance ou leur dédain des autres vies. Elle voudrait avoir un autre destin…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Re: Chün Müdân [érudite]   Ven 5 Sep - 23:38



Bienvenue chez nous!
Ne t'en fais pas, on ne mord pas!





Bienvenue chez nous!


Votre histoire est, certes, un peu simple, mais l'essentiel est là et je ne vois pas la nécessité d'en rajouter. Sinon, c'est beau, c'est clair, j'adore! Votre personnage demeurera dans un pavillon situé dans la section du palais des femmes, réservée aux servantes demeurant au palais impérial. Ce pavillon abrite les préceptrices du palais, donc oui, vous êtes supposée avoir des collègues! Vous n'avez techniquement pas un rang de servantes comme les autres, donc vous êtes en mesure de vous déplacer librement dans le palais impérial, vous possédez une passe spéciale pour cela et votre personnage est libre de quitter sa profession, un jour, pour se marier.

Pour ce qui est de son métier je vais dire que vous êtes préceptrice auprès des enfants issues de branches secondaires de la famille impériale et la fille aînée de Sa Majesté née de la concubine impériale, Zhuge Lin. Vous serez aussi préceptrice auprès des nouvelles femmes arrivant au harem impérial, donc pour leur enseigner les protocoles, les coutumes, la façon de se comporter dans le palais, comment servir l'empereur la première fois, ce genre de chose.

Je vous invite aussi à vous rendre à votre  journal de bord et registre (si vous en avez besoin) par la suite! Si vous avez des questions, sentez vous libre de les envoyer directement à votre empereur!

-Sun Liu Ma
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chün Müdân [érudite]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Silin Lendgaearon - Armatrice & érudite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Les âmes choyées par les dieux :: Joindre la mêlée :: Que les dieux vous préservent :: Les Disparus-
Sauter vers: