Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Empire - La culture de Miyong

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Être Suprême

avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 19/07/2014

MessageSujet: Empire - La culture de Miyong   Lun 1 Sep - 22:44


La culture de l'empire de Miyong

À voir aussi: Le mariage (général) , Code vestimentaire de Miyong


Modèle de la société

La société de Miyong consiste en un modèle patriarcal, c'est-à-dire une organisation sociale fondée sur la détention du pouvoir par les hommes. Les hommes détiennent majoritairement le pouvoir sur tout, par exemple, un époux est toujours le maître de sa famille et si celui-ci fait partie d'un clan, il devra répondre aux ordres du patriarche de la famille, généralement son père ou son oncle. Les filles appartiennent à leur famille jusqu'à leur mariage. Cependant, cela ne signifie pas que les femmes se retrouvent tout à fait sans pouvoir ou sans importance quelconque. Dans une société comme Miyong, la femme possédant le plus de pouvoir est généralement l'impératrice douairière dont l'autorité peut parfois être plus importante que celle de l'empereur. Une première épouse est considérée comme la maîtresse de la maison, même les secondes épouses sont supposées suivre ses ordres. Une matriarche d'un clan possède aussi beaucoup d'autorité dans la maison principale de sa famille, elle agit un peu comme une impératrice douairière quoique son époux aura toujours plus de pouvoir qu'elle. Cependant, ce qu'on attend d'une femme en premier est toujours de se marier et d'avoir des enfants, des héritiers mâles surtout.

Source: Wikipedia.

Piété filiale

La pitié filiale consiste à respecter ses propres parents et ses ancêtres et il s'agit d'un comportement bien encré dans la culture. La piété filiale peut aussi être appliqué à l'obéissance générale. La famille est une valeur très importante chez les citoyens de l'empire et cela se reflète au travers de la piété filiale utilisé à tout les jours. En terme généraux, la pitié signifie d'être bon envers ses parents, de prendre soin de ses parents, de s'engager dans de bonnes conduites non seulement envers ses parents, mais aussi à l'extérieur de la maison et de la famille afin de ne pas salir le nom et la réputation de sa propre famille ; de bien exercer les fonctions de son emploi afin d'être en mesure de supporter financièrement et de s'occuper de ses parents plus tard ainsi que d'être en mesure de fournir des sacrifices pour ses ancêtres plus tard. Il ne faut pas être rebelle, démontrer son amour, respect et soutient, faire preuve de courtoisie, assurer la présence d'héritier mâle et la fraternité entre frères, judicieusement informer ses parents, les dissuader de l'injustice morale. Il faut aussi afficher sa tristesse face à la maladie et à la mort de ses parents et effectuer les sacrifices nécessaires après leur mort.

En conclusion, le respect et l'obéissance envers les parents vient avant tout et il faut se comporter de façon à ne pas apporter le déshonneur sur la famille. Il faut aussi être en mesure de conserver la paix entre les différents membres de la famille et soutenir ses aînés.

Source: Wikipedia.

La beauté

La beauté est un concept propre à chaque individu et à sa culture. Chez les citoyens de Miyong, la beauté est très prisée, autant chez les humains que dans la nature et celle-ci ne consiste pas seulement à l'apparence extérieure, mais à la façon dont ce comporte et pense un individu. Certains aspects de la beauté ne peuvent être utilisé que par des castes supérieures. Par exemple, hommes et femmes portent les cheveux longs et il est tout naturel de bien les entretenir afin que ceux-ci paraissent soyeux, sentent bons et démontrent leur statut dans la société, car il n'y a que les membres des classes moyennes et supérieures qui possèdent les moyens de les entretenir. Il n'est pas rare, cependant, d'apercevoir un individu aux cheveux courts. Cela n'est peut-être pas la norme, mais ne choque pas pour autant. Toutefois, il est préférable pour un noble, surtout d'un rang supérieur de conserver des cheveux longs.

Évidemment, les beaux habits son de rigueur, ainsi que les couleurs. Les individus plus âgés auront tendance de porter des couleurs plus sombres que les plus jeunes. Les femmes célibataires porteront des couleurs vibrantes afin d'attirer les yeux attentifs des hommes célibataires en quête d'une épouse. Toutefois, la beauté d'une femme est très prisée par la société comme dans la majorité des cultures et c'est cet aspect individuel qui lui donne un avantage pour se trouver un époux respectable.

Normes du maquillage
• Entretenir un teint blanchâtre et cireux grâce à des poudres, des crèmes et des pommades. La peau douce, pâle et parfumée est aussi de rigueur.
• Les pommettes poudrées de rouge ou de rose. Les lèvres très rouges ou roses sont une affinité très appréciée de la société.

Les femmes sont généralement les plus parées d'accessoires. La coiffure d'une femme et ses bijoux représentent aussi son rang. Les femmes de la haute société ont tendance à conserver des ongles longs et bien entretenus. Des ongles longs signifient qu'elle n'a pas à travailler manuellement et qu'elle possède des serviteurs pour le faire à sa place.

Comme mentionné plus tôt, la beauté est un concept très individuel et propre à une culture. Donc, dépendemment de l'endroit où vous vous trouvez dans l'empire, les préférences au sujet de la beauté peut dépendrent. Par exemple, dans la province de Kyanam, les individus sont très friands des décorations fabriquées avec des coquillages. Les habitants de la province de Kwang Num An sont très influencés par les tendances et la culture du royaume de Soriyeo. Malgré les différences, la cité impériale demeure la première référence quand il est question de normes et de mode.

Le mariage

Le mariage est plutôt une relation entre deux familles plutôt qu'entre les deux individus les plus concernés. La majorité des mariages sont donc des mariages arrangés par les parents des enfants célibataires. La mariage d'amour sont plus présents chez les pauvres et les paysans ne vivant pas dans les grandes villes. Évidemment, refuser d'obéir à ses parents concernant un mariage arrangé va à l'encontre des principes de la piété filiale et peut causer bien des conflits au sein de la famille et avec la famille se voyant refuser de la part de l'homme ou la femme célibataire. Les femmes sont généralement considérées vieilles filles vers l'âge de 25 ans.

Lors d'un mariage, l'épouse devient la propriété de la famille de son mari, mais conserve son nom. Ses enfants, quant à eux, prendront le nom du clan auquel leur père appartient, quoiqu'il peut y avoir certaines exceptions lorsqu'il s'agit de filles. Toutefois, on réfèrera à la maîtresse de maison (premier épouse, maîtresse de la maisonnée) en tant que Madame «nom du clan de son mari».

Les mariages entre parents sont considérés comme des crimes contre la nature et il s'agit d'un sujet tabou. Par exemple, un homme ne peut épouser une cousine, aussi éloignée soit-elle. En Miyong, il est aussi possible pour un homme d'avoir plus d'une épouse, on parle alors de secondes épouses. Évidemment, seulement les hommes de milieu aisé peuvent se permettre d'en avoir. La première épouse est généralement la plus importante et reste la maîtresse de la maison et des secondes épouses de son mari. Cette pratique n'est pas mal vu par les citoyens de Miyong. Les concubines existent, certes, mais celles-ci prennent le risque de perdre les faveurs de leurs amants et d'apporter la disgrâce à leurs enfants, si elles en ont. Il est commun de voir un homme avoir une deuxième épouse avant une première. La jalousie d'une femme est considéré comme un crime, cependant, il est mal vu pour un homme de se mêler des affaires internes de sa maison, car il s'agit d'une facette de la maisonnée gérée par la première épouse comme l'impératrice gère les affaires internes et les concubines impériale du palais de l'empereur.

La sexualité

La sexualité, chez les citoyens de Miyong, n'est pas un sujet tout à fait tabou, mais on en encourage la discussion derrière des portes closes. Le comportement des hommes et des femmes, à l'extérieur, doit toujours être chaste et respectueux. La débauche n'est pas spécialement bien vu, mais l'État encourage la procréation et la famille. De plus, avec la fin de la famine et la venue d'une ère nouvelle, il est normal que la population doit se multiplier. Les normes affirment que tout contact intime entre un homme et une femme doit se faire dans une relation entre un homme et son épouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Empire - La culture de Miyong
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Empire ork de Charadon
» l'Empire Samsung
» Les maréchaux de l'empire Soult
» Les maréchaux de l'empire Davout
» la remonte de la cavalerie sous l'empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Le Forum. :: Les archives ancestrales :: Encyclopédie du Monde :: Empire Miyong-
Sauter vers: