Venez parcourir des contrées d'inspiration asiatique, en des temps reculés où régnaient les mystères, l'amour, les complots et la guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sous le regard du renard (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Sous le regard du renard (PV)   Dim 24 Aoû - 20:25


Suite de « Vérités entremêlées »

Le père de l'empire se prosterna à trois reprises, le front frôlant le plancher nouvellement balayé, puis il se redressa ferment sur ses deux pieds, se saisit de trois tiges d'encens qu'il garda entre ses paumes placées parallèlement l'une à l'autre et inclina la tête à trois reprises. Lorsque ce rituel fut fini, il planta les tiges d'encens faiblement fumantes dans un pot prévu à cet effet, joignit à nouveau ses paumes et pria en silence, les yeux fermés respectueusement devant l'autel. Liu Ma lança calmement ses prières à son père et sa mère, le ciel et la terre. Si ses prières étaient tout à fait honnêtes envers sa mère, il ne pouvait ressentir autant de sincérité envers son géniteur. Toutefois, d'après ses enseignements religieux et ses pensées personnelles, il essayait tant bien que mal de se convaincre que si le précédent empereur avait été un mauvais père et un piètre roi, il n'était sûrement pas le même dans sa prochaine existence.

Il entendit des pas s'approcher de lui, mais l'empereur de bougea pas, conservant sa posture comme le culte l'exigeait. Liu Ma reconnut aussitôt la démarche de son eunuque impérial et il fronça sensiblement des sourcils.


-Votre Majesté, on m'a fait parvenir des nouvelles qui devraient vous concernez, murmura Chen Po sous le ton de la confidence. C'est au sujet de Sa Grâce, la princesse royale de Soriyeo.

Le dragon hocha doucement la tête en silence, inclina celle-ci à trois reprises à nouveau, puis conclut ses prières avec tout le respect que méritaient ses ancêtres. Il soupira ensuite doucement et se tourna vers son eunuque qui lui révéla la sortie nocturne et illicite de la princesse au beau milieu de la nuit. Il se pinça l'arête du nez, les sourcils froncés, se demandant par quel moyen divin la princesse avait réussi à quitter le palais alors que les portes étaient fermés dès à partir de dix heures le soir. On n'ouvrait les portes qu'à ceux possédant une passe avec une permission spéciale. Au milieu de la nuit, on n'ouvrait pas les portes menant au palais pour n'importe qui!

-D'où vient cette information, Chen Po? s'enquit immédiatement l'empereur qui n'était pas aussi surpris que cela que sa renarde céleste s'adonne à de tels activités. `

L'eunuque s'inclina poliment et affirma qu'il avait reçu les informations de la part de capitaine de la garde de Sa Grâce. Celui-ci ayant lui-même assisté aux évènements.  Liu Ma se dirigea vers la sortie du temple en silence et leva les yeux vers le ciel qui était magnifiquement illuminé par un soleil radieux. Il prit un moment pour réfléchir, puis se tourna vers Chen Po, un sourire narquois aux lèvres.

-Faites annoncer à Sa Grâce que je prendrai le déjeuner en sa compagnie à son pavillon, qu'elle se prépare pour mon arrivée, ordonna l'empereur, puis avant que son eunuque ne puisse demander où il comptait prendre son petit-déjeuner, Liu Ma le devança. Je pendrai mon petit-déjeuner en compagnie de Zhuge Pin et les princesses.

Puis, il dépassa sa suite pour se diriger vers le palais des femmes et plus précisément au pavillon des chrysanthèmes, la résidence de la charmante Zhuge Lin. La matinée se passa dans un calme qui n'était brisé que par la bonne humeur et la vivacité d'esprit de la princesse CaiCai. Enthousiaste comme à son habitude de le recevoir chez elle, Zhuge Pin fit venir une soupe qu'elle avait préparé elle-même pour Sa Majesté et qu'il considérait comme l'une de ses préférées. Une fois le repas terminé, il dû dire au revoir à sa petite famille et retourner aux affaires de l'État. La cour impériale ne pouvait attendre plus longtemps.


Quelques heures plus tard, alors que le soleil se situait très haut dans le ciel. L'empereur se déplaça calmement vers le pavillon du ciel clair. Il ne servait à rien de s'énerver au sujet de la sortie nocturne de Sa Grâce. Il avait compris depuis longtemps qu'il ne pouvait, sous certaines mesures, l'empêcher de faire ce qu'elle voulait et ses aventures illicites ne pouvaient que concerner le fils de ministre, Tankishi. Il tiqua en pensant à cet homme infâme.

-Arrivée de Sa Majesté, l'empereur! tonna un eunuque alors qu'on lui ouvrait les portes menant à la résidence temporaire de la princesse de Soriyeo. Évidemment, elle était là pour l'accueillir, faisant la révérence coutumière comme il le fallait. N'écoutant que ses pulsions, il s'avança vers elle et lui prit délicatement les mains pour l'aider à se relever.

Liu Ma lui sourit, puis lâcha immédiatement ses mains, sachant que s'il les tenait que quelques secondes de plus, cela ferait jaser inutilement les serviteurs qui n'avaient rien d'autre à faire. Il attendit de se faire inviter à l'intérieur, puis baissa ses yeux scrutateurs vers la jeune femme. Elle était magnifique, quoiqu'elle semblait un peu fatiguée. Ha! Il se demandait bien pourquoi.

-Je suis affamé, que diriez-vous de me montrer ce que votre cuisine personnelle a su me concocter? s'enthousiasma l'empereur. Avez-vous passé une bonne nuit, Votre Grâce? ajouta-t-il ensuite avec un sourire purement narquois, sachant pertinemment qu'elle devait être au courant de ses propres connaissances sur sa sortie illicite.

Le dragon jeta un œil aux alentours, l'extérieur avait été complètement balayé et on avait clairement frotter les pavés avant son arrivée. Des fleurs fraîches avaient été cueillies il n'y avait pas si longtemps et trônait dans de jolis vases aux portes de la résidences, fidèlement gardées par des eunuques, secondés par des servantes à la tête baissée. L'odeur sucrée des fleurs lui titilla les narines.

-C'est une journée magnifique, soupira-t-il finalement.

«Toutefois, même si le soleil brille de mille feux, rien n'est comparable à vos yeux lumineux, jeune femme» pensa doucement le dragon dont les joues avaient sensiblement rosies, mais cela, c'était la faute du soleil, assurément.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Dim 24 Aoû - 22:01


Comme elle s'en était douter, après que le capitaine Choi Young lui ai fait part de ses indiscrétions a l'empereur, ce dernier n'avait pas tardé a lui faire annoncé sa venue. Ne sachant pas vraiment qu'elle serait le teneur de cette visite, elle chassa au mieux les quelques préoccupations qui agitaient son être après les nombreuses révélations qui venaient de l’assaillir. Puisque sa grandeur faisait honneur de sa présence pour le déjeuner, elle s'affaira en cuisine afin de préparer quelques mets délicats, du moins fit t'elle au mieux de par le peu de temps a sa disposition pendant que tout les serviteurs se pressaient dans le jardin. Une fois ceci fait, elle prit un bain rapide, appliqua quelques baumes apaisants sur les traits fatigués de son visage, coiffa sa longue chevelure en des tresses sophistiqués. Tresses qui bientôt furent regroupés en un superbe chignon tombant légèrement sur sa nuque délicate, dont plantait en son centre, dépassait  un superbe Cheopji en Jade poli dont l’extrémité représentait un dragon.

Pour la tenue, elle avait revêtue un Hanbok en douces soieries de rouge, noir et or. Afin de ne point négliger les traditions de l'empire qui pour l'heure l’accueillait, elle avait, comme il lui devenait habitude, remplaçait la petite veste qui complétait d'ordinaire le Hanbok de Soriyeo par un Hanfu de même matière et de même couleur. Il était retenue a sa taille par une ceinture noire et or, ou pendait une pièce de tissu noire triangulaire lui tombant jusqu'aux chevilles et représentant l’emblème royale de Soriyeo. Un dragon d'or déployé dans toute sa splendeur.

Quand l'empereur fit son arrivée, elle l'attendait droite et gracieuse devant l'entrée du pavillon du ciel clair. Elle l’accueillie d'une révérence gracieuse tandis que tout les serviteurs s'inclinaient a leurs tour respectueusement. Quand il vint a elle, glissant ses mains dans les siennes pour l'aider a se relever, elle accrocha son regard au sien, cherchant bien malgré elle a retrouver les sensations du curieux lien qui semblait les unir, répondant a son sourire avant qu'il ne la délaisse rapidement. En éprouvait t'elle quelques regrets ? Bien sur que non. La froideur soudaine s'emparant de ses mains a l'instant ou celles de l'empereur l'avaient quittés n'était du qu'a sa fatigue et point a un quelconque sentiment de manque. Du moins sembla t'elle s'en convaincre de manière efficace et c'est tout ce qui importait. " J'espère que cela ne décevra point votre grandeur, mais aujourd'hui ce ne sont point mes dames de cuisine qui ont œuvrer pour satisfaire le palais de votre grandeur. "  Elle s'inclina en une légère révérence, les yeux pétillants. " Si il y'avait quoi que ce soit a redire sur la cuisine de ce jour, je crains que les reproches ne doivent êtres faits a ma personne. "

Quand il lui demanda si elle avait eu une bonne nuit, la ou d'autres verraient quelques manières délicates de s'inquire de sa santé, elle voyait très bien la ou il voulait en venir. Elle n'était point dupe du fait que l'empereur devait bien se douter que le capitaine l'aurait informé de ses quelques petites indiscrétions. Néanmoins c'est avec naturel et aplomb qu'elle lui répondit, soulagée que pour l'heure il ne semble pas vouloir faire esclandre de cela. " Pour tout vous dire votre grandeur, cette nuit n'a pas été sans me rappeler celles qui font mon quotidien a Soriyeo. " Alors que tous voyaient sans doute en ses quelques mots un compliment ou la preuve manifeste qu'elle s'acclimatait a Miong et au palais impérial, se méprenant par la même en la croyant avoir bénéficier d'une nuit reposante, l’empereur lui comprendrait, elle en était certaine, que sa sortie nocturne n'avait rien d'un coup de tête et qu'elle y était parfaitement habituer. " La journée est en effet superbe, a ce titre je me suis dis que nous pourrions profiter de cela en prenant notre repas dehors, j'espère que votre grandeur ne m'en tiendra pas rigueur. " D'un geste de la main, elle l'invita ensuite a se rendre dans les jardins attenant au pavillon. " Si votre grandeur veut bien se donner la peine, mes gens n'attendaient que votre présence pour servir les quelques mets que j'ai préparée a votre attention. " Elle s'écarta prestement puis s'engagea ensuite a sa suite dans les jardins.

Au centre des jardins, avaient étés disposer quelques tables aux nappes de broderies délicates. Des vases de fleurs fraîches reposaient ici et la. A leur approche le thé fut servie en une délicate porcelaine. Elle attendit qu'il prenne place puis fit de même. Dans l'attente des premiers plats, elle se tourna vers lui pour lui glisser quelques mots. " Je ne suis point friandes de commérages croyez le bien, mais j'ai ouïe dire que votre grandeur s'est rendue auprès de ses filles ce matin. Serait ce vous montrer trop de curiosité que vous demander comment elles se portent et par la même obtenir quelques nouvelles de leur mère, Zhuge Pin ? " L’intérêt n'était point feint comme en témoigner son regard brillant et le délicat sourire qui venait fendre ses traits. Après avoir porté a ses lèvres une tasses de thé aux effluves de mures sauvages, préparé par ses soins, elle ajouta. " Zhuge Pin me semble être une femme remarquable et toute dévouée a votre grandeur, vous avez beaucoup de chance. " Elle se demanda si il en était de même pour les deux autres concubines de l'empereur mais se garda bien de porter cette question la, a voix haute. A dire vrai pour une curieuse raison, penser aux relations que l'empereur pouvait entretenir avec "ses femmes" faisait courir en elle quelques émotions indéchiffrables sur lesquelles, elle convint qu'il ne lui vaudrait mieux pas s'attarder. 

Néanmoins penser a cela, la ramena a quelques préoccupations sur l'impératrice, elle n'avait guère eu l'occasion de la recroiser depuis les tristes incidents du banquet. Si sa première impression n'avait pas été la meilleure, ses quelques gestes a son égare étaient depuis venus démontrer cela. " Si cela est possible, j'aimerais que votre grandeur transmette tout mes remerciements a sa majesté l'impératrice pour sa bienveillance a mon égare. Je crains bien que mon .. "étourdissement" lors du banquet ne m'ait pas permit de la remercier comme il se devait. " Elle avait bien entendu fait porter quelques mots par son eunuque en chef, mais cela lui semblait trop peu en comparaison de ce qui lui avait été accorder. D'un geste gracile de la main, elle désigna le pavillon qui les entourait. " Il est fort appréciable que sa majesté m'ait permise de continuer a occuper ce pavillon, c'est la une marque d'attention qui m'apporte grand plaisir et encore plus le témoignage de sa bienveillance en la présence du rouleau qui permet au capitaine Choi Young de me visiter quand il le désire. J'estime énormément les gestes de sa majesté, veuillez lui faire savoir je vous pris. " Il fallait bien avouer que au delà de l'aspect pratique, cela avait hautement contribuer a apaiser les craintes du capitaine. En pensant a lui, une ombre passa en son regard, alors qu'elle ne pouvait s’empêchait de se remémorer tout ce qu'il lui avait révélé aux premières lueurs du matin. En quelques mots, c'est la tout son univers qui s'était trouvé bouleverser et pourtant les dieux lui étaient témoin, qu'il l'était déjà bien assez. Néanmoins, elle s’efforça de ne rien en laisser paraître en jouant distraitement avec sa tasse de thé. " J'espère que ce thé est a votre convenance. Il est mon favori, je le prépare avec des extraits de mures sauvages qui viennent tout droit des forets royales de Soriyeo. " Ses mots étaient d'une triste platitude, elle en était consciente, mais il était fort délicat de feindre ses sentiments, masquer ses craintes et se parfaire du jeu de la discutions courtoise en même temps. Pourtant ce n'était point la faute de ne pas apprécier la présence de l'empereur, bien au contraire. Elle trouvait en le lien qui les unissait un réconfort familier qui lui était plus que bienvenu en ces instants troubles qu'elle se devait forcée de vivre.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Lun 25 Aoû - 5:59


La princesse de Soriyeo était magnifique dans sa tenue, un mélange hybride de leur deux nations. L'empereur se rendit compte qu'elle portait bien le rouge, mais les couleurs lui rappelait beaucoup celles portées à un mariage. Il fut impression par le dragon dont elle s'était vêtu, il s'agissait de l'emblème royal de sa famille. Les Sun avaient aussi le dragon comme symbole et l'animal mythique était aussi la représentation de l'empereur. Ce dernier ne pouvait qu'être vrai pour Liu Ma qui portait la malédiction dans son œil droit, mais cela, la jeune femme n'avait pas besoin de le voir.

Le dragon croisa ses mains dans son dos, admirant le décor qu'il avait autour de lui plutôt que de s'attarder trop longuement sur la princesse en face de lui, cela n'aurait pas été correct, encore moins avec tout ses serviteurs qui osaient jeté un œil dès que les maîtres des lieux avaient leurs têtes tournées.


"J'espère que cela ne décevra point votre grandeur, mais aujourd'hui ce ne sont point mes dames de cuisine qui ont œuvrer pour satisfaire le palais de votre grandeur", clama la jeune femme avant de s'incliner doucement. "Si il y'avait quoi que ce soit a redire sur la cuisine de ce jour, je crains que les reproches ne doivent êtres faits a ma personne."

Il haussa un sourcil, curieux qu'elle est préparée elle-même son repas. Zhuge Pin préparait souvent quelques recettes de sa province pour son plaisir et le sien et avait grandi dans un milieu plus modeste où elle avait été élevé pour être l'épouse normale d'un homme de milieu aisé, mais sans excentricité toutefois, il ne s'était pas attendu à une telle attention chez une princesse de la famille royale de Soriyeo. Néanmoins, il sourit, curieux de tester les talents culinaires de la jeune femme.

-Vous êtes la jeune maîtresse temporaire de ces lieux, vous pouvez faire ce qu'il vous plaît en autant que cela ne ruine pas la sérénité du palais, rétorqua le dragon avec un sourire bienveillant. Impressionnez-moi de vos nombreux talents, jeune femme.

Il lui avait ensuite demandé si elle avait bien dormi, un commentaire tout naturel aux oreilles de n'importe qui sauf eux. Chen Po, de son côté, semblait fortement s'amuser de la situation, mais il avait la bienséance de ne faire aucun commentaire qui aurait pu souffler de la suspicion chez la suite de Sa Grâce ou la sienne qui attendait sagement en retrait.

" Pour tout vous dire votre grandeur, cette nuit n'a pas été sans me rappeler celles qui font mon quotidien a Soriyeo. "

Liu Ma inclina doucement la tête vers elle.

-Je n'en doute pas, Votre Grâce, il est bon de savoir que vous vous êtes bien familiarisée aux lieux, commenta le dragon ensuite. Votre santé est une chose dont je me soucie beaucoup.

Une façon détournée de lui dire d'être prudente lorsqu'elle sortait d'entre les murs du palais. Il lui demandait d'être prudente, car il savait que même sous l'interdiction - quoique c'était déjà interdit techniquement -, la princesse irait jusqu'au bout de ses envies, aussi dangereuses furent-elles. Cependant, elle n'était pas sotte et se mettrait pas inutilement en danger, quoique cela n'était pas tout à fait certain.

"La journée est en effet superbe, a ce titre je me suis dis que nous pourrions profiter de cela en prenant notre repas dehors, j'espère que votre grandeur ne m'en tiendra pas rigueur."

Un rictus déforma sa belle bouche et il hocha doucement la tête lorsqu'elle l'invita à se rendre dans la direction des jardins du pavillon. Il ne se fit pas davantage prier et se déplaça jusqu'aux jardins, la princesse s'écarta un bref instant pour lui laisser le libre passage et emboîta immédiatement son pas. Il sentit brièvement son parfum délicat passer sous nez, ce qui le fit frémir.

"Si votre grandeur veut bien se donner la peine, mes gens n'attendaient que votre présence pour servir les quelques mets que j'ai préparée a votre attention."

Qu'elle avait préparé à son attention, telle une bonne épouse. L'empereur rougit doucement sous ses pensées impertinentes, puis se racla simplement la gorge.

-Cela fait un moment que je n'ai pas déjeuner à l'extérieur, avoua-t-il en devançant la princesse royale au centre du jardin. Aurais-je droit à des recettes de votre beau pays?

Les lieux étaient sensiblement ombragés par de hauts arbres aux feuilles verdoyantes et la douce fragrances de fleurs éparpillées ici et là dans de jolis vases et les tables qui allaient accueillir leur repas étaient joliment décorées de nappes brodées. Il prit place rapidement alors qu'une servante leur servait diligemment le thé.

"Je ne suis point friandes de commérages croyez le bien, mais j'ai ouïe dire que votre grandeur s'est rendue auprès de ses filles ce matin. Serait ce vous montrer trop de curiosité que vous demander comment elles se portent et par la même obtenir quelques nouvelles de leur mère, Zhuge Pin?"

L'empereur allait prendre la tasse de porcelaine en main, mais il suspendit son geste pour lever la tête vers la princesse de Soriyeo. Sa curiosité lui faisait plaisir et il apprécia la lueur d'intérêt qui pétillait dans ses yeux. Il n'avait que peu d'occasions de s'extasier au sujet de ses enfants aussi peu furent-ils. Peut-être qu'avec le temps, les dieux lui pardonneraient ses fautes et lui permettraient d'avoir davantage d'enfants, peut-être même un héritier mâle qui ferait le bonheur de la cour impériale et stabiliserait sa position.

-La plus jeune, Cai Yue est très timide et silencieuse, je crains que cela ne devienne une entrave à son éducation plus tard, mais elle est encore très jeune, donc mes craintes sont peut-être exagérées, avoua-t-il avec un sourire gêné. Cai Cai est très vive, mais Zhuge Pin sait très bien la calmer, cela est rassurant. Je crois qu'elle a hérité cette énergie de ma part.

Une brise se leva et caressa ses joues ayant pâli une fois à l'ombre des arbres. Les traits de son visage s'adoucirent soudainement lorsqu'il se mit à penser à Zhuge Lin. Charmante, méticuleuse, modeste et une mère aimante, une femme tout à fait vertueuse et à son goût. Elle lui avait donné deux princesses, ce qui lui donnait une position plus importante parmi les concubines impériales. Par son statut et son savoir faire, il avait ordonné qu'elle puisse aidé l'impératrice à gérer les affaires internes du palais lorsque cela n'interférait pas avec l'éducation de ses enfants.

"Zhuge Pin me semble être une femme remarquable et toute dévouée a votre grandeur, vous avez beaucoup de chance."

Oui, il s'agissait bien d'une femme dévouée à l'empereur, ainsi qu'à leur enfants, mais le plus important est qu'elle ne courait pas après ses faveurs et utilisait encore moins les princesses pour le faire.

-Zhuge Pin est une femme sage et dévouée, en effet, répondit-il simplement. Il était un peu mal à l'aise de discuter au sujet de ses femmes devant la princesse, mais il se devait bien de lui offrir une courte réponse. J'ai deviné qu'elle vous appréciait beaucoup, Votre Grâce. Zhuge Pin a toujours eu un don pour déceler les personnes aux bonnes intentions et dignes de fréquentations.

Cela était un compliment, bien sûr, mais tout à fait vrai. Zhuge Pin jugeait bien les gens et savait qui respecter, avec qui se lier d'amitié et connaître les personnes dont il fallait absolument se méfier, tel que Tankishi, par exemple.

-Sentez vous libre de l'inviter à prendre le thé dans votre résidence, Zhuge Pin en serait très ravi, affirma l'empereur en tournant la tête vers un vase dont les fleurs avaient attiré un papillon aux ailes colorées. C'est une jeune femme pouvant paraître très silencieuse, mais elle sait très bien animer une conversation et possède des idées et des opinions très pertinentes.

Le papillon s'agita, puis s'envola vers un autre vase pour se nourrir du nectar des jolies fleurs aux diverses couleurs.

"Si cela est possible, j'aimerais que votre grandeur transmette tout mes remerciements a sa majesté l'impératrice pour sa bienveillance a mon égare. Je crains bien que mon .. "étourdissement" lors du banquet ne m'ait pas permit de la remercier comme il se devait."

Liu Ma hocha doucement la tête. Il se souvint des rouleaux impériaux destinés à Sa Grâce contenant les permissions de résidence de la princesse et de visite pour le capitaine Choi Young dont l'impératrice lui avait fait cadeau.

"Il est fort appréciable que sa majesté m'ait permise de continuer a occuper ce pavillon, c'est la une marque d'attention qui m'apporte grand plaisir et encore plus le témoignage de sa bienveillance en la présence du rouleau qui permet au capitaine Choi Young de me visiter quand il le désire. J'estime énormément les gestes de sa majesté, veuillez lui faire savoir je vous pris."

Le dragon sourit amicalement. Il ne s'entendait peut-être plus aussi bien avec l'impératrice après l'incident qui avait brisé leur relation quelques années auparavant, mais elle restait juste et faisait de son mieux pour être impartiale. Sa volonté se devait d'être la même que la sienne.

-En tant qu'invité, nous souhaitons que votre confort auprès de nous, Votre Grâce, je suis certain que l'impératrice est déjà pleinement au courant de vos remerciement, affirma ensuite l'empereur avec une expression confiante. Cependant, pour votre plaisir, j'en informerai personnellement Sa Majesté lorsque le temps sera le mieux.

La tasse étant encore fumante, il s'empressa d'atteindre le belle porcelaine et la porta calmement à ses lèvres. La fragrance sucrée lui titilla les narines, il n'était pas habituée à une telle odeur provenant d'un thé, mais il y trempa tout de même les lèvres. Au même moment, la princesse fit un commentaire sur le sujet.

-Il ne s'agit pas du type de thé dont j'ai l'habitude, mais il n'est pas déplaisant sur la langue, admit l'empereur après y avoir goûter de manière experte. Ce thé à une jolie couleur et sa fragrance est sucrée et délicate, Cai Cai devrait être en mesure de l'apprécier.

Il prit une autre gorgée.

-Les forêts royales de Soriyeo, je me souviens avoir aperçu brièvement un tableau de ces lieux autrefois, il y a quelques années, l'informa le dragon avec un sourire ravi. Une végétation très riche, mise en valeur par un peintre voyageur très talentueux, son nom m'échappe, mais la peinture devrait être encore en sécurité au département de la trésorerie.

Une idée le secoua aussitôt et il se tourna vers Chen Po.

-As-tu envoyé la glace au pavillon des chrysanthèmes, Zhuge Lin est plutôt pâle ces temps-ci, je crains que la chaleur ne l'épuise, s'enquit-il auprès de l'eunuque qui s'approcha pour le rassurer et affirmer que la glace avait bel et bien été envoyée chez la concubine impériale.

Il y eu de l'agitation derrière lui et des servantes arrivèrent tranquillement avec des plateaux sur lesquels étaient installés divers plats. Les jeunes filles placèrent élégamment les plats et les divers bols contenant la nourriture sur la table joliment décorée, puis s'éloignèrent silencieusement. Deux d'entres elles restèrent plus près au cas où leur maîtresse ou même l'empereur désirerait quelque chose.

-Des nouilles froides, remarqua l'empereur. Justement ce dont j'avais envie, vous êtes une jeune femme bien attentive, princesse.

Il jeta un œil sur l'ensemble des petits plats, se saisit ensuite de ses baguettes constituées d'argent, arrêta Chen Po d'un geste de la main, lui signifiait silencieusement qu'il se servirait lui-même. Il attrapa un bol à manger dans une main et piqua des nouilles froides et quelques légumes bouillis. Il inclina ensuite doucement la tête vers son hôte, puis goûta à la nourriture sans plus attendre. Son attention fut soudainement attiré par quelque chose qui s'agitait autour de la princesse, mais elle ne semblait pas l'avoir remarqué. Liu Ma leva lentement les yeux et il manqua de s'étouffer en voyant le papillon aperçu quelques minutes plus tôt se poser sur l'épingle orné d'un dragon qui reposait tranquillement dans son chignon à la mode de chez elle.

L'empereur dissimula habilement son trouble en lui souriant simplement. Il se racla finalement la gorge, les joues un peu rose - encore à cause du soleil, évidemment.


-Délicieux et épicé à mon goût, commenta-t-il, son œil suivant distraitement le papillon qui ne bougeait pas.

Chen Po, toujours attentif à Sa Majesté, remarqua son manège et pu retenir un petit sourire moqueur en voyant le papillon joyeusement posé sur l'ornement de Sa Grâce. Il savait fort bien ce qui devait causer le trouble chez son maître. Les papillons, dans l'empire de Miyong, symbolisaient plusieurs choses. L'un de ses symboles étaient... l'amour. Celui qui était véritable et durait éternellement.

L'empereur se racla la gorge.


-Avez-vous trouvé ce que vous cherchiez au beau milieu de la nuit? s'enquit-il finalement pour se changer les idées et détourner son attention de bel insecte qui se prélassait discrètement parmi la chevelure de la princesse.

Il ignora cependant qu'un ami de ce bel insecte était venu se poser sur son épaule à son insu et il ne porta pas non plus attention au sourire narquois que Chen Po avait en coin en observant les deux individus.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Lun 25 Aoû - 9:00


Aurais-je droit à des recettes de votre beau pays?

En réponse de cela, un léger sourire en même temps que ses pas se rythmaient a mesure de ceux de l'empereur. " En effet votre grandeur, une partie du repas qui va vous être servit a pour base d'inspiration des recettes de Soriyeo. Le reste est disons plus exotique. " Et pour cause, il n'était bien sur pas a la cour, que princesse royale avait appris a cuisiner. Ces talents la, elle les tenait des 16 années passées sur l’île de Saechong. Qui eut crue qu'un jour cette période parfois difficile et des plus modestes viendrait a lui manquer ? Veillant a ce que ces quelques mélancolies n'affectent en rien ses traits, son sourire ne quitta pas son visage avant qu'ils ne soient tout deux installés.

Une distraction serait des plus bienvenues avait t'elle pensée alors, de quoi chasser les souvenirs qui menaçaient de la submerger a flot, ceux la en entraînant d'autres. C'est ainsi qu'elle s'en vint a se souvenir d'une discutions surprise quelques instants avant l'arrivée de l'empereur. Discutions entre deux servantes un peu trop bavarde, mais vu qu'il y'avait eu matière a prendre quelques nouvelles de Zhuge Pin, elle n'avait pas eu a cœur de les réprimander. Bien qu'elle ne pouvait en faire étalage de par le protocole, la jeune femme lui avait fait grande impression et elle n'avait pue s’empêcher de nouer quelques affections a son égare et a celle de son aînée. "Je pense que votre grandeur ne doit pas s’inquiéter, d'après ma mère j'étais un bébé silencieux et fort calme, a tel point qu'elle en vint a craindre pour ma santé .." Un sourire espiègle aux lèvres, elle se désigna ensuite en un mouvement de main gracieux. " Et regardez moi aujourd'hui .. N'aurez vous pas bientôt a regretter les temps ou elle était si silencieuse ? "

La remarque fit sourire les quelques serviteurs qui les observer dans un silence respectueux. Elle ne leur en voulait pas, bien au contraire cela l'amusa elle même quelque peu. Elle n'était pas sans ignorée la force de son caractère et ses quelques mots n'avaient étés la que pour rassurer l'empereur. A n'en pas douter la demoiselle recevrait une éducation parfaite et n'aurait rien de commun avec elle .. Quoi qu'a y voir le tempérament de son aînée .... Elle inclina doucement la tête, sourire aux lèvres, dans la gaieté que lui apportaient ses quelques pensées. Puis le plaisir que sa grandeur semblait éprouvé a parler de ses filles, l'incita a poursuivre qu'elle peu avant qu'elle ne tourne la conversation sur leur mère. "Si le protocole le permet, j'aimerais beaucoup a nouveau rencontrée votre aînée et par la même, faire la connaissance de sa sœur qui j'en suis certaine, aussi timide et silencieuse soit t'elle, doit être tout aussi adorable. "

Elle s'attendait a le voir quelque peu plus éloquent quand a la mère de ses filles, mais pour une raison inconnue, parler d'elle sembla le mettre mal a l'aise. A moins que ce fut elle qui ne l'imagine quand au rapport avec le malaise qu'elle en ressentait elle même ? Elle accueillie néanmoins avec joie, la permission de recevoir la jeune femme au pavillon. Cela avait déjà était chose faite, c'est ainsi qu'elle ne pouvait qu’être parfaitement d'accord avec les mots de l'empereur. Mais cela était un secret entre elle et la concubine. Leurs discutions, bien que des plus agréables, avait été par les circonstances un manquement au protocole, qu'elle avait promis de taire. " Je serais ravie de la recevoir au pavillon clair pour faire plus ample connaissance avec elle. Nul doute de par ses quelques attentions a mon égare lors du dernier banquet qu'elle me sera de compagnie appréciable. "  

S'en suivirent ses quelques mots sur l'impératrice, a son bon plaisir, l'empereur accéda a sa demande de transmettre ses quelques remerciements a sa majesté. Probable qu'elle aurait pue alors enchaîner sur quelques sujets d'ordre plus profond, plus sérieux mais la tournure de ses pensées et l'abattement qui en découla ne lui permit rien de plus que faire quelques remarques sur le thé qui avait été servit. Par chance, l'empereur ne sembla rien avoir remarqué et elle se secoua mentalement afin de reprendre cours a la conversation sans que ne vienne a nouveau s'obscurcir ses traits par quelques émotions, pour l'heure des plus malvenus. " Puisqu'il est a votre convenance et selon vos mots, j'en ferais portée quelques infusions a votre fille. Il est vrai que sa fragrance sucrée s'attire quelques bonnes grâces chez les enfants ..  " Et probablement chez les adultes friands de quelques sucreries tout comme elle. Il lui parla ensuite d'une peinture qu'il avait vue et qu'il avait conservé, voila qui lui remit en idée certaines des intentions qu'elle avait eu en venant a Miyong, intentions qui s'étaient trouvées perdues dans le flot de soucis amenés par Tankishi. " Peut être s'agissait il la d'une oeuvre de Chinchu yeing, un célèbre peintre de nos contrées. Si sa grandeur me  permettait de voir cette toile, je saurais sans nul doute distinguée son travail d'un coup d’œil. "

Elle plongea ensuite son regard dans le sien, s'attirant ainsi quelques petits picotements désormais familiers et non désagréable puis demanda presque timidement. " J'ai ouïe dire que vos bibliothèques sont fortes impressionnantes, serait ce malvenue que vous demander la permission de m'y rendre ? " En son regard brilla une lueur particulière. Ce n'était pas quelques lectures d'agrément qu'elle recherchait, mais des informations sur ce qu'elle était. Sur sa nature profonde .. Sur les Gumiho. Ne quittant pas sa grandeur des yeux, elle espérait qu'il le devinerait. Ainsi entourés qu'ils l'étaient, elle ne pouvait guère faire étalage des motifs de sa demande. Elle plaçait beaucoup d'espoir en les quelques documents qu'elle pourrait trouvée a la bibliothèque impériale. Ses connaissances sur sa nature se limitant a presque seulement la lettre de sa mère. Les bibliothèques royales de Soriyeo s'étaient avérées vides de ce genre de connaissances, bien qu'a l'époque elle n'en ait pas compris la raison, aujourd'hui elle la devinait aisément. Son père qui avait toujours tout sue de la nature de sa mère et qui l'avait malgré tout aimer sans réserves, avait du faire disparaître tout ce qui pourrait mettre en danger sa femme .. Sa reine.

A nouveaux quelques pensées mélancoliques se portèrent jusqu’à elle, par chance quelques mots de l'empereur au sujet de la concubine Zhuge Pin, de la chaleur et d'une glace l’empêchèrent de s'y attarder plus que de raisons. " Votre grandeur est vraiment très prévenant envers les siens. " Constata t'elle simplement, bien que la raisonnance de ses mots sonna tel un compliment. Les premiers plats arrivèrent ensuite faisant visiblement le bonheur de l'empereur. Bien qu'elle ne releva pas, elle s'était en effet montrée attentive aux goûts de sa grandeur et a dire vrai pas seulement en matière de nourriture, mais elle chassa la pensée aussi vite qu'elle était apparue. Il sembla alors être agité de quelques troubles dont elle ne comprit pas la provenance. Pourtant après s’être raclé la gorge, il reprit cours a leurs discutions sans rien n'en laisser paraître. Voila qui ne lui ressemblait pas, elle n'eut pourtant guère le loisir d'approfondir ses quelques questionnements, se concentrant sur les mots de l'empereur.

Alors qu'elle relevait la tête pour rencontrer son regard, elle aperçue un superbe papillon coloré posait sur l'épaule de l'empereur. Curieusement il lui sembla que ce gracieux petit être la fixait. Curieuse pensée .. Elle secoua doucement la tête, bien consciente de l'absurdité de cela et murmura presque, de manière amusée. " Il semble que vos épaules soient un lieu accueillant votre grandeur. " Alors que ses quelques mots la ramenaient bien malgré elle quelques jours en arrière, elle sentie quelques rougeurs gagnaient ses joues. Elle même n'avait t'elle pas profiter du confort des épaules de sa grandeur, quand dans un moment de grande tristesse, elle s'était laissée aller a se reposer sur lui ? Depuis ce jour, malgré ses efforts en ce sens, il lui semblait que son esprit se refuser a oublier ces quelques instants et plus encore le contact des bras de sa grandeur l'entourant, de ses main sur son visage, de ses lèvres se posant sur son front dans un geste d'une douceur infinie ..

Un gloussement léger vint par chance la sortir de ses quelques rêveries dérangeantes. Sa remarque, bien qu'elle n'en comprenne pas la cause semblait avoir attirée quelques rires discrets, mal dissimulables de la part des quelques serviteurs présents. Quand a Chen Po, il les fixait l'air véritablement ravie. A quoi rimait dont tout cela. Se rendant compte qu'elle n'avait toujours pas répondue a sa grandeur, elle prit sur elle de donner a nouveau un ton sérieux a la discutions, espérant par la même que l'empereur n'aurait rien remarqué de la soudaine coloration de ses joues, ni du trouble qui avait du agité son regard au souvenir de leur "étreinte". " Disons votre grandeur que bien que ma nuit n'ait pas été aussi fructueuse que je l’espérais, elle n'a point été dépourvue de révélations. " Et cela, bien qu'il ne puisse rien en deviner, était un doux euphémisme.

Contre toute attente, le papillon qui avait jusqu'alors accordait toute attention a sa grandeur sembla se diriger vers elle. Elle l’observa avec attention, charmée par la danse colorée que lui procurait ses ailes en mouvement et non consciente qu'il s'en venait rejoindre le papillon qui trônait avec grâce sur l’extrémité de son Cheopji.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Jeu 28 Aoû - 23:20


"Et regardez moi aujourd'hui .. N'aurez vous pas bientôt a regretter les temps ou elle était si silencieuse ?"

Un sourire moqueur avait ourlé les coins de ses lèvres. Son commentaire l'amusait plus qu'il ne le fallait, mais il devait admettre qu'il n'aurait pas été aussi charmé par cette femme si elle s'était tenue irrémédiablement à un silence poli et des paroles raisonnables. De plus, si elle avait été une femme effacée, leur discussions à but diplomatique n'auraient pas été très réussites. En fait, maintenant qu'il y pensait, ils n'avaient pas conversé sur le sujet tant que cela, trop préoccupé par les agissements de Tankishi.

-Les enfants silencieux sont ceux dont il faut le plus se méfier en tant que parent, conclut-il moqueusement, espérant que Cai Yue ne serait pas aussi turbulente que sa grande sœur plus tard. Si la princesse Cai Cai ressemblait plus à son père, Cai Yue, quant à elle, était d'une nature plus semblable à sa mère.

"Si le protocole le permet, j'aimerais beaucoup a nouveau rencontrée votre aînée et par la même, faire la connaissance de sa sœur qui j'en suis certaine, aussi timide et silencieuse soit t'elle, doit être tout aussi adorable."

Il avait souri. Pour lui, ces enfants étaient la source d'une grande joie et il appréciait la partager avec un individu autre que la mère de ceux-ci. Il évitait généralement de discuter de ce sujet avec l'impératrice, car il savait que en parler éveillerait en eux de douloureux souvenirs. Un deuil inachevé pour elle, un regret lancinant pour lui. Son fils lui manquait, c'était un sentiment inévitable.

-Vous avez ma permission de visiter mes enfants, Votre Grâce, veillez simplement de prévenir Zhuge Pin à l'avance si vous souhaitez la visiter, commenta ensuite l'empereur avec un sourire ravi, dissimulant ainsi habilement ses sombres pensées concernant son premier fils.

La princesse l'informa ensuite de son désir de faire plus ample connaissance avec sa concubine impériale. Il était ravi que la compagnie de Lin lui faisait autant plaisir. La concubine avait un tempérament affable, était éduquée et savait distraire par la conversation, il n'avait aucun doute que ces deux femmes pouvaient se plaire mutuellement. Puis, il n'avait qu'à observer la petite lueur dans les yeux de la charmante dame lorsque celle était concernée par le bien-être de la princesse de Soriyeo pour savoir à quel point elle la respectait. Peu après, le dragon lui avait dit que son thé avait une forte chance de plaire chez son aînée et prenait une nouvelle gorgée par la même occasion. La fragrance était délicieuse, mais il ne s'agissait pas d'un thé qu'il consommerait en fin de journée. Il s'agissait plus d'une boisson qu'il prendrait en matinée.

"Peut être s'agissait il la d'une oeuvre de Chinchu yeing, un célèbre peintre de nos contrées. Si sa grandeur me  permettait de voir cette toile, je saurais sans nul doute distinguée son travail d'un coup d’œil."

Il hocha doucement la tête.

-Ce nom m'est familier, en effet, admit-il après un moment de réflexion. Chen Po, envoyez un serviteur chercher cette peinture afin que je puisse la contempler aux côtés de Sa Grâce.

L'eunuque avait hoché doucement de la tête, puis s'était attelé rapidement à sa tâche. Un jeune eunuque de sa suite partit immédiatement pour le palais de l'empereur. Le dragon s'était ensuite tournée vers Sa Grâce, reportant ainsi toute son attention sur elle. N'y avait-il rien de plus agréable que de contempler une œuvre en si bonne et jolie compagnie?

"J'ai ouïe dire que vos bibliothèques sont fortes impressionnantes, serait ce malvenue que vous demander la permission de m'y rendre?"

Ses lèvres remuèrent, mais il ne dit rien, prenant un moment de réflexion, cherchant à savoir ce que les archives et sa bibliothèque pouvaient possédés qui intéressa autant la princesse de Soriyeo. Perspicace, il ne prit pas de temps pour devenir et lui adressa un sourire complice en hochant doucement la tête avant de se régaler d'un bout de viande qu'il attrapa habilement avec le bout de ses baguettes.

-Je possède quelques ouvrages qui devraient vous intéresser, Votre Grâce, l'informa l'empereur sous un ton amical. Beaucoup de philosophie, de recueils de poésie et d'histoire de notre empire, mais si je crains que ce dernier sujet vous passionne plus qu'il ne le faut, avoua Liu Ma ensuite avec un sourire narquois. Vous pourriez, cependant, être fortement surprise de ce que l'on peut apprendre d'une culture et l'intérêt qu'elle porte à la spiritualité..

Il espéra qu'elle comprendrait où il voulait en venir avec sa dernière phrase.

-Je ferai parvenir un message au département des archives, ils seront en mesure de trouver de quoi vous divertir au cours de votre séjour parmi nous. Je ferai aussi parvenir une autorisation auprès du département afin que vous puissiez consulter les allées qui vous sont autorisées.

La jeune femme avait ensuite commenté qu'il était prévenant envers les siens. Ses joues avaient rosirent discrètement et il se contenta de manger un nouveau bout de viande en silence. Il était tout simplement naturel pour un homme de prendre soin des siens, de veiller au confort et à la santé de sa famille. Il n'avait pas beaucoup d'enfants et il était prêt à tout faire pour les conserver parmi les vivants. Zhuge Pin était une femme qu'il appréciait beaucoup et mère de ses deux enfants, il se devait de veiller sur sa concubine. Heureusement que l'impératrice savait gérer les affaires internes. Malgré le froid qu'il y avait entre eux et la jalousie qu'il ressentait clairement chez elle envers ses autres femmes, il pouvait lui faire confiance pour prendre soin du harem et de sa descendance.

"Il semble que vos épaules soient un lieu accueillant votre grandeur."

Hein? Le dragon redressa subitement la tête, croisant par la même occasion le sourire narquois de Chen Po. Confus, il tourna la tête, sa joue effleurant l'aile du bel insecte. Il sursauta face à la présence insolente de la créature. Il entendit des gloussements étouffés parmi les serviteurs qui étaient restés en retrait. Les plus silencieux arboraient simplement un sourire mi-moqueur, mi-ravi. La douce étreinte qu'il avait partagé avec la princesse lui en mémoire et c'est avec un sourire embarrassé qu'il se racla la gorge. «Je pourrais aussi vous dire que votre beauté, rivalisant avec les plus belles fleurs de mes jardins, attire plus que mon attention en ces lieux» songea Liu Ma en silence.

"Disons votre grandeur que bien que ma nuit n'ait pas été aussi fructueuse que je l’espérais, elle n'a point été dépourvue de révélations."

Ses sourcils se froncèrent sous l'étrange pressentiment qu'elle lui dissimulait quelque chose, mais il ne releva pas sur le sujet. Au même moment, le papillon qui avait reposé sur son épaule s'envola élégamment vers son ami. Il échappa ses baguettes sur la table lors que l'insecte se posa gracieusement sur l'épaule de la diplomate. Le tintement résonna et alarme tout le monde dans le jardin. L'empereur se racla la gorge, puis reprit les baguettes comme si de rien n'était avant de choisir à nouveau parmi les petits plats. Au bout de quelques minutes, après avoir savouré quelques bouchées bien méritées, il déposa son bol et ses baguettes juste à côté.

Il leva les yeux vers Sa Grâce, les deux papillons battaient doucement des ailes, visiblement satisfaits de leur perchoir. Ses doigts se crispèrent sur le bout de la table, puis il se mordilla discrètement la lèvre inférieure pour reprendre son sang-froid.


-Le papillon est un symbole de longévité, Votre Grâce, de bonheur terrestre et céleste, raconta doucement l'empereur en baissant humblement les yeux. Dommage qu'il soit impossible de les conserver dans les parures ornant vos jolis cheveux, ajouta ensuite Liu Ma avec un petit sourire en coin.

Il n'avait pas tout à fait menti, le papillon ne représentait par qu'une seule chose, mais il ne s'agissait pas non plus du véritable symbole qui agitait les serviteurs et arrachait un sourire moqueur chez Chen Po. Sun Liu Ma s'énerva un peu.

-Qu'est-ce que tu as à sourire bêtement comme ça, Chen Po? s'enquit le dragon d'un voix plus ferme qu'il ne l'avait voulu.

Le serviteur rougit immédiatement, puis inclina respectueusement la tête, marmonnant des excuses incompréhensibles. Liu Ma tourna ensuite la tête vers la ligne de servantes qui se tenaient plus loin, certaines croisaient son regard, puis baissaient immédiatement la tête. Leur docilité lui fit plaisir. L'empereur tourna à nouveau la tête vers la princesse.

-Si les dieux sont cléments, vous vivrez encore une centaine d'années, Votre Grâce.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Ven 29 Aoû - 0:17


Le permission de pouvoir visiter les archives royales lui était une réponse des plus plaisantes, comme elle prenait plaisir au fait qu'il veillerait a ce que lui soit apporté quelques ouvrages. Voila qui occuperait ses journées parfois bien longues, dans ce palais ou elle restait malgré toute l'hospitalité de sa grandeur, une étrangère. Cela s'alliant a l'autorisation de visiter la concubine Zhuge Pin et ses filles devraient permettre que son esprit se préoccupe d'autres choses que de Tankishi. Choses qui serait appréciable après l’échec de la nuit dernière, mais aussi a cause des jours passant .. Jours passant, la rapprochant probablement de l'arrivée de la réponse de ses frères quand a la proposition de Tankishi. Se secouant mentalement, afin que ces quelques pensées fort malvenues en l'instant, ne viennent pas perturber son humeur, elle donna toute son attention a l’empereur.

"Je remercie votre grandeur de me permettre d'avoir accès a de tels ouvrages. Il me tarde d'en parcourir les pages afin d'approfondir mes quelques connaissances sur l'histoire de votre empire, ses coutumes et ses croyances. " Un délicat sourire et le regard malicieux, fort est de constater qu'elle est ravie que l'empereur ait parfaitement compris sur quoi portait l’intérêt d'une telle demande a ses yeux. Néanmoins, elle n'en négligerait pas moins le plaisir de savourer d'autres ouvrages. " Etant moi même une grande lectrice de poésie, quelque soit l'endroit ou je me rends, j'ai toujours quelques ouvrages avec moi, peut être plairait il a votre grandeur qu'a l'occasion je lui en fasse quelques lectures ? " Se rendant soudain compte qu'elle insinuait la une forme d'aspiration a une entrevue privée avec l'empereur, elle s'agita légèrement, quelque peu mal a l'aise, avant d’atténuer ses propos, d'une voix qu'elle espérait assurée. " Bien entendu, votre grandeur étant fort occupé, je peux demander a ce que ces ouvrages vous soient apportés, vous aurez alors tout le loisir d'en prendre connaissance par vous même. "

Les plats se succédaient avec élégance sur la table et semblaient tous satisfaire l'empereur, ce malgré les goûts quelque peu exotiques de certains, voila qui eu l'art de lui faire plaisir. Elle avait craint que plus habituer aux mets délicats de la cour impériale, il n'ait quelques difficultés a a apprécier quelques formes de cuisines moins "riches". Alors que la discutions se poursuivait et qu'un nouveau plat était débarrassé, elle se demanda soudainement si il avait été convenable de préparer le repas de sa grandeur, sur le moment celui lui avait paru un témoignage appréciable de sa gratitude envers son accueil. Elle s'était souvent permise de faire la cuisine pour son père qui n'avait jamais rien eu a y redire, mais n'ayant quelconque lien de parenté avec sa grandeur, ne s'était elle pas octroyé quelques intimités avec lui sans y prendre garde ? De peur que la tournure de ses pensées ne fassent bientôt rosir ses joues, elle avait veillée a s'en éloigner.

Pourtant il lui sembla que son esprit n'avait le droit a nul repos puisque de par la présence d'un papillon sur les épaules de l'empereur et de par ses propres mots, elle s'égara de nouveau en quelques pensées embarrassantes, des rougeurs gagnant finalement ses joues. L'empereur sembla éprouvé quelques surprises a la vu du petit insecte, elle se serait presque prise a croire qu'il en éprouvait quelques gènes mais tout cela n'ayant guère de sens, elle mit cela sur le compte de son propre embarras. Quand le papillon vint a rejoindre sa propre épaule, elle sursauta presque, non de sa présence mais du tintement que firent les baguettes de l'empereur en s'échappant de ses mains. Elle porta son regard dans le sien, curieuse de découvrir ce qui pouvait avoir causé chez lui un possible sursaut, mais n'y découvrit rien d'autre que son assurance habituelle alors qu'il se saisissait a nouveau de ses baguettes.

Le silence les gagna alors pendant quelques instants tandis que tout deux savouraient les nouveaux mets qui venaient de leurs êtres servis. Lorsqu'une servante vint se quérir de son bol et de ses baguettes délaissées sur la table après usage, la princesse glissa son regard sur l’empereur et fut surprise de le voir se mordre les lèvres. Décidément son comportement était curieux, quoi qu'a y réfléchir guère plus que celui de Chen Po ou des serviteurs qui échangés sourires et regards amusés. Se serait t'elle dont rendue coupable de quelques écarts au protocole sans s'en rendre compte ? Elle n'eut guère plus le temps de s'occuper de ses préoccupations, l'empereur lançant prenant a nouveau la parole.

Le papillon avait semble t'il la même signification dans le royaume de Soriyeo que dans l'empire de Miyong. Elle salua dont les paroles de l'empereur d'un délicat sourire. " Il semble que nos peuples partagent les mêmes croyances concernant les papillons votre grandeur. " Les paroles suivantes de l'empereur la laissèrent un bref instant sans voix alors qu'elle sentait une chaleur familière gagnait ses joues. Avait il vraiment dit ses jolis cheveux ? Tachant tant bien que mal de ne point montrer son embarras, elle lâcha distraitement quelques mots, les premiers qui lui vinrent a l’esprit. " Il est de coutume a Soriyeo de voir en eux, quand ils viennent par paire, le signe d'un amour sincère et éternel. " Bien sur, n'ayant aucunement conscience qu'un deuxième papillon ornait toujours la parure de son chignon, elle n'avait pas idée de l’embarras que pourrait causer ses mots.

L'amusement des serviteurs sembla redoublait ce qui la laissa des plus perplexes. Elle allait finalement questionner l'empereur quand a un possible manquement dans son comportement quand celui ci s'adressa a son eunuque en chef d'une façon assez sèche .. Plus sèche que d'ordinaire trouva t'elle. Ainsi dont lui aussi avait remarqué le comportement des serviteurs, plus encore il semblait s'en agacer. Jugeant inutile d'ajouter plus a cela, elle fit mine de ne s’être rendue compte de rien et laissa sa curiosité de coté. -Si les dieux sont cléments, vous vivrez encore une centaine d'années, Votre Grâce. Elle lui adressa un sourire amicale, bien que son regard sembla se faire incertain une bref seconde. A dire vrai, si elle en croyait les mots de sa mère et le peu qu'elle avait découvert sur sa nature de Gumiho, a moins que sa route ne croise chasseur, ou que mortellement blesser elle ne soit prisonnière des capacités neutralisantes de son bracelet, probable qu'elle vivrait même bien plus que cela .. Une perspective qui en séduirait probablement plus d'un, mais pour elle cela ne représentait que le présage d'une longue mélancolie solitaire.

Les servantes apportant les desserts lui furent une distraction bienvenue. Ils disposèrent devant elle et devant l'empereur trois petites assiettes remplies de mets sucrés qu'elle avait préparée avec soin. " J'espère que votre grandeur n'a rien contre quelques douceurs après son repas. " Elle glissa son regard dans le sien, savourant le fourmillement devenue familier, tandis qu'un sourire presque enfantin venait étiré ses lèvres. " Je crains de n'avoir quelques péchés de gourmandise, que votre grandeur veuille bien me le pardonner et si vous pouviez vous y adonner avec moi afin de me donner bonne conscience juste pour cette fois, je vous en serais gré. " Elle attendit qu'il se serve le premier, une fois ceci fait, elle ne se fit pas prier pour glisser entre ses doigts une délicate gourmandise qu'elle amena doucement a ses lèvres avant que de façon naturelle et s'en y prendre garde, ayant oubliée ou elle se trouvait et avec qui, elle ne lèche délicatement le bout de ses doigts puis l'ourlet de sa lèvre inférieure. Si la gourmandise était un péché, probable qu'elle l'était de par ce genre de geste. Un geste innocent, inconscient et pourtant d'une sensualité qui pourrait bien éveiller un tout autre genre de gourmandise a qui porterait son regard sur elle en l'instant.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Ven 29 Aoû - 22:10


"Je remercie votre grandeur de me permettre d'avoir accès a de tels ouvrages. Il me tarde d'en parcourir les pages afin d'approfondir mes quelques connaissances sur l'histoire de votre empire, ses coutumes et ses croyances", dit-elle avec un délicat sourire qui titilla son attention mâle. Elle était toutefois visiblement ravi qu'il eu compris sa demande cachée. "Etant moi même une grande lectrice de poésie, quelque soit l'endroit ou je me rends, j'ai toujours quelques ouvrages avec moi, peut être plairait il a votre grandeur qu'a l'occasion je lui en fasse quelques lectures ?"

Ses sourcils se froncèrent derrière sa tasse de thé, légèrement embarrassé au sujet d'une entrevue privée avec Sa Grâce. Cependant, elle se rattrapa habilement par la suite, affirmant qu'elle pourrait envoyer ses ouvrages à Sa Grandeur et celui-ci pourrait les consulter au cours de son temps libre. Liu Ma lui sourit, il aurait pourtant souhaiter connaître ses pensées sur ses travaux philosophiques et de poésie préférés. La voie de l'érudition était un chemin qui pouvait être plutôt terne si on n'était pas accompagné par autrui, car les connaissances étaient utilisées différemment pour tous.

-Si tel est le cas, je vous prie de vous sentir libre de prendre quelques notes révélant vos pensées sur vos lectures et me les envoyer avec les ouvrages que vous pensez digne de mon attention, je méditerai sur vos mots, lui répondit-il affablement.

Après cela, ils avaient savourés pleinement le repas préparé si attentivement par la princesse de Soriyeo. Le repas était doté d'une simplicité que l'on retrouvait dans les mets normaux consommés chez la classe moyenne ou les paysans, mais ils étaient préparés par la délicatesse d'une princesse. Liu Ma était nullement difficile au niveau de la nourriture. Lors de ces jeunes années au palais, le département des affaires internes ne dédiait qu'à sa mère et lui les derniers ingrédients disponibles, dont la qualité était la plus basse. La nourriture était comestible, certes, car il était tout de même un prince de l'empire malgré le peu de faveur que lui offrait son père impérial. Il n'osait pas imaginé le sort de sa mère s'il avait été une princesse.

Ensuite, il y avait eu son exile forcé dans l'armée du nord où, il le savait fort bien, la cour impériale ainsi que son père avaient souhaité qu'il y meurt sur le champ de bataille. Là-bas, la nourriture était rationnée et sévèrement contrôlée dépendamment de son rang au sein des troupes. Le troisième prince impérial, Sun Liu Ma, avait vécu parmi les paysans et des hommes de toute les classes et avait grandi sous l'œil attentif du père de Zhuge Lin Pin. Cet homme avait été un père pour lui et il l'avait sauvé sur plusieurs aspects.


"Il semble que nos peuples partagent les mêmes croyances concernant les papillons votre grandeur."

Il haussa un sourcil, ce ne le surprenait pas. Le papillon était une belle créature, source de croyances et de symboles au sein de plusieurs cultures. Le royaume de Soriyeo n'était pas aussi différent que son empire. Même plus petit, ils partageaient tous sensiblement les mêmes valeurs et des idées semblables.

"Il est de coutume a Soriyeo de voir en eux, quand ils viennent par paire, le signe d'un amour sincère et éternel."

Un sourire embarrassé ourla le coin de ses lèvres, mais il conserva son sang-froid. Cette jeune femme avait le don de le mettre sur les nerfs, mais ses mots étaient tout à fait naïfs et dénué de sens caché. C'est avec une expression moqueuse qu'il observa la princesse qui, visiblement, n'avait rien pour expliquer l'amusement des serviteurs autours d'eux. Ce pourquoi il remit immédiatement les serviteurs à leur place peu après.

Une distraction fortement désirée arriva ensuite. Des servantes vinrent débarrasser silencieusement la table, puis déposèrent doucement trois assiettes porteuses de délices sucrés au centre de la table. Les arômes délicates titillèrent ses sens gourmands et il se contenta d'offrir un sourire satisfait vers la diplomate. Il était surpris qu'elle ai tout préparé cela simplement pour lui.


"J'espère que votre grandeur n'a rien contre quelques douceurs après son repas."

Il secoua doucement la tête.

-Cela dépend de l'occasion et de mon appétit, souffla-t-il simplement en examinait les trois différentes assiettes et leur contenu. Le dragon sentit son regard enjôleur sur lui et il se crispa, ressentant le frisson qui lui était devenu familier à force de côtoyer Sa Grâce. Vous semblez bien habile en cuisine, Votre Grâce, constata ensuite l'empereur en jetant discrètement son attention sur les mains de la jolie dame en face de lui. Bien que partiellement dissimulées sous ses manches, il pu déceler la force qui s'en dégageait et quelques lignes travaillantes.

"Je crains de n'avoir quelques péchés de gourmandise, que votre grandeur veuille bien me le pardonner et si vous pouviez vous y adonner avec moi afin de me donner bonne conscience juste pour cette fois, je vous en serais gré."

Il rigola de bon coeur, puis saisit sans attendre l'une des délicates pâtisseries du bout des doigts. Liu Ma approcha la sucrerie à son nez, en huma l'odeur, puis la porte à sa bouche avec une expression satisfaite au visage. La pâte était tendre, goûteuse, mais pas trop envahissante sur la langue. La poudre sucrée fondit rapidement sur sa langue. Le dragon alla commenter sur ces derniers mots lorsqu'il s'arrêta, bouche légèrement entrouverte pour observer la jolie princesse qui dégustait sa friandise, une expression sereine sur les lèvres. Elle lécha le bout de ses doigts, s'attardant brièvement sur son pouce, puis sur sa lèvre inférieure.

Le trentenaire déglutit, ses mains devinrent soudainement moites et il dû calmer l'étrange enthousiasme qui prit possession de lui. Il dissimula pudiquement sa bouche derrière sa large manche et se racla la gorge comme pour attiré l'attention de la jeune femme sur autre chose que le dessert dont elle se délecta.


-Lorsque j'étais plus jeune, j'ai eu rarement l'occasion de consommer des desserts, raconta le dragon afin de porter son attention sur la conversation. Puis, une fois dans l'armée, il était encore plus difficile d'avoir accès à des sucreries.

Une révélation sur lui-même? Il était normal pour les hommes de la famille impériale de recevoir une éducation sur l'art de la guerre et apprendre les arts martiaux. Cependant, le troisième prince impériale ne détenait pas le titre de «pacificateur du Nord» pour rien. Ses sourcils se froncèrent, même s'il avait connu de bons moments dans le Nord et qu'il y était devenu l'homme qu'il était aujourd'hui, il possédait tout de même des regrets, mais cela était une toute autre histoire.

-Je profite d'un petit dessert lorsque l'occasion se présente, mais j'évite d'abuser de ce genre de délices, déclara l'empereur. L'excès des plaisirs mène irrémédiablement à la perte d'un individu ou pire encore, à son peuple.

Sa phrase se référait beaucoup à son jeune frère, indigne de son trône, puis aux empereurs précédents qui n'avaient pas été assez sage pour mener leur pays à la prospérité et à la paix. Liu Ma ferma brièvement les yeux, attrapa une nouvelle gâterie et mordit dedans. Il s'essuya les doigts avec le mouchoir qui traînait dans sa manche ample. Il s'agissait d'un cadeau de la part de l'une de ses concubines dont les broderies étaient de véritables œuvres d'art.

Des pas retentirent non loin et un eunuque avec une large boîte en forme de cylindre dans les mains s'arrêta derrière Chen Po. Celui-ci ouvrit la porte et en sorti un large rouleau de papier aux coins légèrement jaunis. L'eunuque impérial ordonna que les serviteurs viennent l'aider à soutenir la peinture, ce qu'ils firent sans attendre. On déroula la superbe création artistique afin que celle-ci puisse être à la vue de l'empereur et la princesse de Soriyeo.

Liu Ma leva les yeux vers le tableau et hocha de la tête.


-Oui, il s'agit bien du tableau dont je me souviens, affirma le dragon avant de faire signe à la princesse. Qu'en pensez-vous, Votre Grâce?

La tableau était très réussi et malgré les coins jaunis avait été très bien conservé par les archives. Le dessin avait été peinturé d'encre d'excellente qualité et était d'un réalisme époustouflant. Les couleurs, bien que sensiblement ternies, étaient pleines de vie et on pouvait avoir l'impression d'avoir la véritable chose sous ses yeux.

-Le coup de pinceau est excellent, mais sans arrogance de la part de l'artiste, commenta l'empereur avec le sourire. Il s'agit d'un cadeau de votre père au précédent empereur, mais celui-ci n'était pas friand d'art, donc je me suis moi-même occupé de cet humble présent, une bien belle création.

Il n'avoua pas que le premier désir de son frère, à moitié ivre à ce moment-là, avait été de se débarrasser de l'œuvre ou en faire cadeau à des ministres corrompus peu dignes d'un tel talent. Le dragon secoua doucement la tête, délaissant ses sombres souvenirs derrière lui.

-La nature est riche en beauté, il est simplement dommage que peu d'individus puisse la contempler comme telle, souffla-t-il doucement avant de se tourner vers la princesse, à nouveau hypnotisée par sa propre beauté. Si elle est parfois terrifiante, elle reste une sublime création de nos dieux.

En fait, il s'agissait aussi d'un compliment dissimulé habilement la concernant. Il ne lui restait que d'interpréter ses mots comme elle le désirait.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Ven 29 Aoû - 23:22


L'empereur bien que n'en parlant que fort peu et n'ayant égaré ses mots sur ce sujet qu'en de rares occasions, semblait a l'image de la princesse, avoir lui aussi eu une enfance bien différente de celle que l'on s'attendrait a connaitre pour des gens de leurs rangs. L'amitié qu'elle avait nouée avec l'empereur et l'affection qui en découlait lui faisait se poser bon nombres de questions. Mais bien que la curiosité et une peine sincère pour ce qu'avait du être les jeunes années de sa grandeur se faisaient sentir, ce n'était ni le moment, ni le lieu pour se laisser aller a quelques questions sur le sujet. Avait t'elle seulement le droit d'envisager les poser ? Elle posa un regard brièvement triste sur lui, avant de chasser les quelques émotions qu'elle n'avait point le droit de ressentir mais qui pourtant menaçaient d'étreindre son cœur. " Il semble que cela nous fasse un point commun votre grandeur. N'ayant moi même guère eu l'occasion de m'octroyer les plaisirs de quelques mets succulents durant mes jeunes années, c'est de la je le crains que m'est venue aujourd'hui ma nature gourmande. "

Un sourire nostalgique vint étiré ses lèvres. Elle se rappelait sans mal les rares fois ou elle se procurait quelques douceurs sur l’île de Saechong. Des douceurs qu'elle ne manquait pas de redistribuer a ceux qu'elle estimait en avoir bien plus besoin qu'elle. Elle se rappelait aussi la première fois ou elle avait goûtée quelques desserts des cuisines royales de Soriyeo. Son père avait accueillie sa découverte de la gourmandise avec attendrissement, veillant ensuite a ce que plus jamais la table de la princesse ne manque de dessert. Les yeux pétillants, elle rendit grâce aux dieux de ne point être princesse a aimer se prélasser, sans quoi l'empereur ferait probablement face a une image plus ronde d'elle même. Cette pensée amusante lui permit de ne point se laisser aller a la mélancolie, que suscitait en elle le manque de son père.

Elle médita ensuite sur les quelques mots suivants de l'empereur. Sa réputation le précédait bien sur. Mais il restait fait étonnant que prince impérial se fasse pareille réputation au sein de l'armée. Ses exploits n'étaient pas ceux d'un homme restait a l'abris dans une tente de commandement. " J'imagine que vos batailles doivent vous êtres des souvenirs douloureux. Quelques récits nous en sont parvenus jusqu'aux contrées de Soriyeo et même mon peuple n'ignore rien du courage qui habita votre grandeur. " Elle accrocha un regard sincère dans le sien. " Je pense que votre peuple a beaucoup de chance d'avoir comme empereur et protecteur un homme qui n'a pas hésité a risquer sa vie pour la paix de ses terres. " Miyong devait beaucoup a son nouvel empereur et bien que c'était la un sujet qu'elle ne pouvait abordé, elle n'ignorait rien de toute la labeur qu'il avait du devoir fournir après le règne déplorable de son frère .. Oui cela aussi était venue jusqu’à Soriyeo. Un empereur égocentrique, cupide, vile, ayant la faiblesse de nombreux péchés et ayant réclamés plus de tributs a Soriyeo que nul autres ne l'avait fait avant lui. Prenant sur elle, elle s’efforça de ne point laisser son humeur se ternir par ses souvenirs malheureux d'une autre époque.

Elle répondit dont aux quelques paroles de sa grandeur sur la gourmandise. " Si il est vrai que l’excès de plaisir mène parfois a la décadence et la perte de toutes choses, je suis d'avis qu'une trop grande privation mène aux mêmes résultats. Il faut simplement savoir, comme en toute chose se modérer, sans en oublier pour autant de savourer les quelques plaisir que la vie nous offre, ils sont parfois si rares. " Puis elle se concentra dont a nouveau sur les gourmandises qui attendaient encore devant elle, mais sans surprises, elle leur trouva moins de saveurs. Combien d'hommes et de femmes de son peuple n'avaient ils pas eu le loisir de revoir leur proches avant de mourir sous le joug de la cruauté du précédent empereur .. Combien étaient encore "captif" a Miyong ? Alors qu'un serviteur arrivait, accrochant ainsi l'attention de l'empereur, elle en profita pour fermer les yeux un bref instant, maîtrisant ainsi les quelques sentiments malvenues qui menaçaient de la submerger. Sa grandeur n'avait rien avoir avec tout cela devait elle se rappeler. Ce qui était fait, était fait ! Qu'en pensez-vous, Votre Grâce? Honteuse de s’être ainsi laissée accaparer par ses pensées, elle adressa un sourire quelque peu contrit a l'empereur puis se levant avec grâce, elle alla admirée la peinture dont ils avait parlés précédemment.

Quand elle fit face a la toile, un large sourire illumina ses traits. Elle en vint a caresser précautionneusement l'oeuvre, ses yeux en admirant chaque coup de pinceau. " Il est heureux que votre grandeur l'ait conservé. " Elle se tourna vers l'empereur. " J'imagine que votre frère n'imaginait pas la l'inestimable présent qu'il lui était fait. " Une lueur malicieuse s'alluma dans son regard tandis que ses traits se fendaient d'un sourire amusé, mais aussi visiblement fier et emplit de tendresse. " Il semble que mon père avait alors de grandes espérances pour qu'une amitié avec Miyong porte ses fruits. Dommage qu'il n'ait pue vivre assez longtemps pour voir cela arrivé. " D'un doigts gracile, elle désigna la peinture. " Ceci n'est point une oeuvre de Chinchu yeing, au risque de décevoir votre grandeur. Mais elle n'en a pas moins une grande valeur. " Elle inclina doucement la tête, le regard quelque peu mélancolique. " Je reconnaîtrais le coup de pinceau de mon père entre milles. " Le regard brillant, un nouveau sourire. " Ceci est une peinture de l'endroit exacte ou il a rencontrait ma mère pour la toute première fois. Elle doit être l'une des premières qu'il ait faites. " Ne connaissait t'elle pas ce lieu aussi bien qu'elle même ou presque, son père l'ayant peint encore et encore depuis le jour ou sa mère et elle avaient disparues et jusqu'au jour de leurs réapparitions. Puis ensuite quel grand plaisir avait il eu a lui montrer l'endroit ne se lassant pas de lui raconter ce jour ou béni des dieux, il avait posé les yeux sur sa mère pour la première fois.

Les yeux perdus quelques instants dans le vague, elle adressa un sourire teintée de tristesse a l'empereur. " Veuillez me pardonner votre grandeur, je crains de n'avoir laisser quelques souvenirs m'accaparaient et par la même quelques émotions m'agitaient, oubliant tout mes devoir envers votre présence. " Elle n'avait nulles excuses a cela, si ce n'est que ses parents lui manquaient et qu'elle même avait le cœur lourd de savoir qu'elle ne pourrait guère jamais connaitre le genre d'amour que son père avait éprouvé pour sa mère. Mais tout cela n'était que pensées égoïstes sur lesquelles, elle ne voulait guère s'attardait. Elle revint dont sur les derniers mots qu'avait prononcé l'empereur, avant qu'elle ne s'égare de par la vue de cette oeuvre signé des mains de son père. " Je pense que pour ceux qui voient autrement que par les limites de leurs regards, la beauté se trouve en chaque chose pour qui sait la voir. Il est juste dommage en effet que si peu d'entre nous se donne la peine de le vouloir. "

Autour d'eux , les serviteurs s'activaient en tout sens pour débarrasser et remettre de l'ordre dans les jardins. Se rendant compte que leurs présences se feraient plus une entrave qu'autre chose et ayant le désir de s'offrir quelques distractions, elle proposa avec naturel. " Si votre grandeur a encore quelques instants a m'accorder, peut être pourrions nous profiter d'une ballade ? " Bien qu'elle se refusait a se l'avouer, son être se tendait dans l’espérance évidente que sa grandeur consente a cela. Sa présence lui était plaisante et l'idée de mettre un terme a cela de manière si rapide nouait son cœur en une désagréable sensation. Pourtant elle mit simplement cela sur son désir de converser d'avantage avec sa grandeur, notamment de Tankishi, pour le sujet le moins plaisant. Hors en ce sens, elle espérait une discutions un peu plus privé, mais il allait de soit qu'elle ne pouvait en exprimer la demande de manière évidente .. N'avait t'elle déjà pas donner plus de matière aux commérages que de raisons en se laissant aller un peu plus tôt a proposer a grandeur quelques lectures en sa compagnie ? Heureusement, il n'avait semble t'il pas relevé sa demande peu protocolaire, se contentant de l'encourager a lui procurer quelques notes a ses envies. Heureusement .. Alors pourquoi cela sonnait il tel un regret ...

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Mar 2 Sep - 5:01


" J'imagine que vos batailles doivent vous êtres des souvenirs douloureux. Quelques récits nous en sont parvenus jusqu'aux contrées de Soriyeo et même mon peuple n'ignore rien du courage qui habita votre grandeur. "

Oui, des souvenirs douloureux, il en possédait pleinement. La guerre n'était pas une chose facile et même s'il s'agissait d'un ennemi de la famille impériale, il n'avait prit aucun plaisir à massacrer un autre être humain, surtout que celui-ci n'était nul autre qu'un citoyen de son propre pays, un individu qui combattait pour de meilleures conditions de vie, pour une ère nouvelle, pour un empereur qui serait plus compétent. Ses pensées le troublèrent et il ferma momentanément les yeux pour reprendre son sang-froid.

"Je pense que votre peuple a beaucoup de chance d'avoir comme empereur et protecteur un homme qui n'a pas hésité a risquer sa vie pour la paix de ses terres."

Un rictus amer vint ourler ses lèvres closes. La paix de ses terres, certes, mais à ce moment-là, le territoire n'était pas encore à lui. Le chaos qui avait provoqué le désordre sur ses terres avait été créer par un empereur incapable, un enfant gâté par son prédécesseur. Ses doigts se crispèrent sur le bout de la table. « Liu Meng, tu étais indigne dans cette vie, mais rien ne me dit que tu seras indigne dans la prochaine » songea-t-il silencieusement.

-Un bon souverain se soucie du bien de son peuple, car il est celui qui le fait vivre, affirma l'empereur d'une voix monotone. Cependant, cette paix n'est pas arrivée sans aide, beaucoup d'hommes sont mort sous mes ordres, ils sont ceux qu'il faut vénérer. De plus, la majorité du travail a été accompli par le général Zhuge Yao, je n'ai fait que reprendre le flambeau...

Il redevint calme et leva les yeux vers la princesse. Liu Ma ne savait pas trop pourquoi, mais il avait l'impression qu'un certain fardeau avait quitté ses épaules et il soupira d'aise en observant ses mains. Elles avaient été lavées à maintes reprises, mais il pouvait encore les voir souillées par le sang de ses ennemis, de ses assaillants et détecter l'odeur du fluide rouge titiller ses narines habituées aux fragrances de la guerre. Sang, sueur et boue. Un carnage qu'il ne regrettait pas.

"Si il est vrai que l’excès de plaisir mène parfois a la décadence et la perte de toutes choses, je suis d'avis qu'une trop grande privation mène aux mêmes résultats. Il faut simplement savoir, comme en toute chose se modérer, sans en oublier pour autant de savourer les quelques plaisir que la vie nous offre, ils sont parfois si rares."

La modération était en effet une preuve de vertu. Un vertu dont devait s'affubler n'importe quel souverain. Toutefois, le pouvoir était un bien grand fardeau et beaucoup d'individus n'étaient pas aptes à le supporter. Le dragon fronça des sourcils et examina méticuleusement la princesse assise devant lui, à l'autre bout de la jolie table. Elle poursuivit sa collecte de gourmandise, mais son appétit semblait moins enthousiaste. Liu Ma regarda ailleurs, assaillit d'un sombre sentiment de culpabilité. Lorsque le serviteur arriva pour leur offrir une pause sur ces sujets plutôt sérieux, il sembla avoir surpris la jeune femme en reprenant la parole.

Lorsqu'elle se leva, les yeux de l'empereur s'attardèrent un moment sur le mouvement gracieux de ses hanches lorsqu'elle se déplaça plus près vers la peinture colorée. Il fixa intensément les deux papillons qui étaient toujours là. Ils semblaient l'observer, le narguer de leur présence symbolique.


"J'imagine que votre frère n'imaginait pas la l'inestimable présent qu'il lui était fait."

«Mon frère était un idiot» pensa froidement le souverain avant de secouer la tête à la suite de cette sombre pensée peu vertueuse de sa part. Il quitta sa chaise, croisa ses mains dans son dos et marcha vers la longue peinture pour l'admirer de plus près. Il garda une distance respectueuse de la diplomate de Soriyeo, concentrant son attention sur ses mots et sur la peinture plutôt que sur son joli profil.

" Il semble que mon père avait alors de grandes espérances pour qu'une amitié avec Miyong porte ses fruits. Dommage qu'il n'ait pue vivre assez longtemps pour voir cela arrivé. "

Il haussa un sourcil, intrigué par ses propos avant qu'elle ne lui révèle sans aucun doute qu'il s'agissait d'un œuvre de son défunt père. L'empereur fut momentanément surpris, la peinture était remarquable, certes, mais il ne se serait pas douter que le défunt roi de Soriyeo eut osé offrir l'une de ses propres créations à un empereur... comme l'était son jeune frère. Il porta un regard nouveau sur le paysage déroulé sous ses yeux.

"Je reconnaîtrais le coup de pinceau de mon père entre milles", affirma la jeune femme, son regard lumineux, mais empreint d'une certaine mélancolie qui le peina. "Ceci est une peinture de l'endroit exacte où il a rencontré ma mère pour la toute première fois. Elle doit être l'une des premières qu'il ait faites."

Le dragon admira l'œuvre, celle-ci prenant une nouvelle importance à ses yeux. Il ordonnerait qu'elle soit déplacée et entretenu avec la dignité d'un présent provenant personnellement d'un souverain voisin. Il ne se souvenait aucunement d'un indice déclarant qu'il s'agissait d'un présent de l'ancien roi, sa signature n'apparaissait nul part sur la peinture et aucun message autre qu'une lettre cordiale d'un roi à un empereur n'avait suivi le présent jusqu'à lui. Et son frère avait voulu s'en débarrasser!

"Veuillez me pardonner votre grandeur, je crains de n'avoir laisser quelques souvenirs m'accaparaient et par la même quelques émotions m'agitaient, oubliant tout mes devoirs envers votre présence. "

Il désira déposer une main réconfortante sur sa frêle épaule ou alors la prendre fermement dans ses bras comme il l'avait fait plus tôt, dans l'intimité de sa résidence alors que le personnel avait quitter les lieux. Ses pensées troublantes le firent rougir et il se contenta de fixer son regard sur le joli tableau.

-Ne vous en faites pas, je comprends vos sentiments, Votre Grâce, répondit-il doucement, ses yeux brillant eux-mêmes d'une certaine envie, celle de revoir sa mère saine et sauf. Il déglutit sous le souvenir de leur séparation forcée. Elle répondit ensuite à sa déclaration concernant la beauté de la nature, ce qui lui soutira un petit sourire.

Le bruit de vaisselle qui s'entrechoquent attira son attention et il remarqua les serviteurs qui s'étaient mis à remettre de l'ordre dans les jardins. Une servante retira la jolie nappe de sur la table et deux eunuques la déplaça dans une pièce de rangement prévue pour ce genre de chose à côté de la résidence, au fond des jardins.


"Si votre grandeur a encore quelques instants a m'accorder, peut-être pourrions-nous profiter d'une ballade ?"

Il sursauta, comme s'il ne s'attendait pas à sa demande et jeta un regard légèrement nerveux vers Chen Po qui lui souriait niaisement. Le dragon se racla finalement la gorge, observant du coin de l'oeil les papillons qui refusèrent toujours de bouger. Enfin, la princesse ne semblait pas s'en déranger, ou plutôt ne l'avait pas remarqué.

-Avec plaisir, rétorqua simplement le trentenaire.

Sa suite s'agita immédiatement, mais il fit signe à Chen Po et à son groupe de serviteurs de s'arrêter d'un signe de la main. Sa voix tonna fermement.

-Suivez-nous à distance, ordonna le souverain avec une expression implacable sur le visage. Une distance de cinquante pas.

Liu Ma croisa ensuite ses mains dans son dos et ordonna à ce que l'on range la jolie œuvre et qu'elle soit déplacée prudemment vers la salle de rangement réservée aux présents d'importance provenant de d'autre états. Peu après, il fit signe à la princesse d'avancer parmi les fleurs et leur doux parfum. Les lieux étaient magnifiques et bien entretenus. Le personnel faisait bien son travail.

Ils s'éloignèrent calmement, comme ordonné plus tôt, sa suite restait à une distance qu'il jugeait respectable et assez éloignée pour avoir un semblant d'intimité avec Sa Grâce. Sa nature lasse et celle plus fougueuse de la princesse l'avait encouragé à clamer un tel ordre. Il leva les yeux vers le ciel bleu, agrémenté de quelques nuages paresseux. Une étrange pensée le secoua. Le beau temps était revenu au moment où la princesse avait pénétré la cité impériale. Le dragon baissa la tête vers sa renarde céleste et lui sourit. Ce n'était pas un sourire poli ou le sourire d'un ami, il s'agissait d'autre chose... mais le mot lui échappait.


-J'espère que vous n'avez pas de soucis avec le personnel dont je vous ai affublé, veillez à discipliner vos serviteurs comme vous le désirer, dit-il pour recommencer la conversation.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Mar 2 Sep - 8:40


Les paroles de l'empereur quand a sa guerre dans le nord de l'empire, étaient humbles et semblaient amères comme se devaient probablement de l’être ses souvenirs. Néanmoins bien que le général dont il fit mention, fit actes de bravoure qui arrivèrent également jusqu’à Soriyeo, il n'en restait pas moins qu'aux yeux de tous, le pacificateur du nord était sa grandeur, un titre qu'elle en était sur, il n'avait pas volé. Elle se rappelait fort bien ses prouesses au tir a l'arc mais aussi les quelques aptitudes au corps a corps qu'elle lui avait découvert lors de l'attaque contre sa personne, voila déjà plus d'un cycle. " Vos paroles sont justes votre grandeur, a mon sens si un empereur n'a pas le temps de se soucier de son peuple, comment trouverait il le temps de le gouverner ? Si il ne peut être bon pour son peuple, comment le pourrait il pour l'empire ? "

Elle médita un instant sur ses propres paroles, souhaitant ardemment que ses frères se révèlent honorables a la tache qui était leur. Car si tel n'était pas le cas, il serait désormais de son devoir, mais surtout en son pouvoir de les y contraindre .. Voir de les remplacer. Cette pensée la fit frissonner. Elle ne pouvait se résoudre a voir cette éventualité arrivée. Elle ne pouvait être reine et ce pour bien des raisons, comme elle en avait débattue de longues heures avec elle même. La plus évidente étant sa nature de Gumiho et la plus importante celle que la nomination d'une femme a la tête du royaume causerait de nombreuses agitations, dont c'est le peuple qui aurait le plus a souffrir. Elle prit sur elle de chasser tout cela de son esprit, sachant qu'elle n'y reviendrait que bien assez tôt. " Je ne doute pas des compétences de chacun a vos cotés et il est méritoire de voir que vous rendez a tous, la gloire qu'ils ont conquis de par leurs sangs, leurs courages et pour certains leurs vies. Néanmoins au vu de la réputation de votre grandeur, je pense que vous êtes bien modeste. "  Elle lui adressa un large sourire. " Pour un empereur c'est une qualité fort appréciable, je renouvelle dont mes paroles, a savoir que votre peuple a de la chance d'avoir un empereur tel que vous. "

Après les quelques émotions causées par la découverte de l'une des peintures de son père, dont il avait semble t'il fait présent au précédent empereur, elle fut ravie que l'empereur accepte sa proposition d'une promenade. D'humeur quelques peu mélancolique, ajoutant a cela les soucis qui la hantaient depuis la nuit passée, la présence de l'empereur lui était une distraction bienvenue dont elle n'avait guère envie de se passer .. D'autant plus que la distraction était agréable et le plaisir de sa compagnie indéniable. De plus par chance, il indiqua a ses serviteurs de garder bonne distance avec eux, voila qui devrait leur permettre d'aborder quelques sujets "privés" .. Curieusement cette pensée la mit mal a l'aise, le mot était mal choisie, pas privé mais .. Mais .. Voila qu'elle en perdait ses mots dans ses propres pensées. Pour ne rien arranger, elle se rendit subitement compte que l'empereur lui souriait. Un sourire indéchiffrable, un sourire qu'elle ne lui avait jamais vu. Un sourire qui fit battre son cœur un tantinet plus vite et plus fort qu'elle ne l'aurait voulue.

Sans s'en rendre compte, un sourire vint bientôt effleuré ses lèvres. Un sourire complice a celui de l'empereur. Alors qu'ils faisaient quelques pas dans les jardins impériaux, parmi les fleurs superbes qui les décoraient, l'empereur prit la parole. Comme de convenance avec le protocole, elle n'avait attendue que cela pour pouvoir engager la conversation. Discipliner son personnel, voila des mots que son père lui avait également dit a son arrivée a la cour de Soriyeo. Cela était de coutume chez les hommes de pouvoir et dans la noblesse, mais avoir vécut 16 ans libre de toutes entraves ne préparait guère a ce genre de comportement. Néanmoins c'est avec naturel qu'elle répondit a cela. Ses gens étaient a son service et n'étaient point ses esclaves, mais puisque qu'il le fallait elle savait les diriger avec rigueur, mais toujours de façon juste. " Que votre grandeur ne se soucie de rien, le personnel mit a ma disposition est parfaitement compétent et j'en suis pleinement satisfaite. "

Une ombre passa pourtant sur son visage, ses yeux s'assombrissant et son sourire se fanant alors qu'elle repensait aux événements de la nuit dernière. Aussi satisfaite qu'elle le soit de "ses" gens, aussi loyaux qu'ils aient l'air, il se pourrait bien qu'il y'ait un traître dans leurs rangs. Un informateur a la solde de Tankishi. Son regard rencontrant soudain celui de l'empereur, elle se rendit compte sans nul doutes, que sa mine sombre devait la trahir. Elle vérifia que la suite de sa grandeur était a bonne distance et lâcha presque dans un murmure. " Il se peut néanmoins que l'un deux me cause quelques soucis .. Me reste a déterminer lequel. " Bien consciente que ses quelques paroles énigmatiques attireraient l'attention et la curiosité de l'empereur, elle se rapprocha de lui subtilement, sans même prendre garde a son geste, simplement par c'est la ce que la discrétion lui commandait.

Elle planta son regard dans le sien. Bien consciente qu'il était parfaitement au courant de son escapade de la nuit passée, elle n'en parla pourtant qu'a demi mots, comme si elle craignait que le calme apparent de l'empereur face aux révélations du capitaine n'ait été du qu'au fait qu'ils n'étaient pas seuls.  " Comme je vous le disais plus tôt, ma nuit n'a pas été aussi fructueuse que je l'aurais voulue ... " Toujours d'une voix basse et le regard accroché au sien, elle ajouta. " .. Et pour cause, il semble que quelqu'un ait été informer a l'avance de mes "rêves" y invitant tiers personne, changeant cela en "cauchemars". " Et c'était peu de le dire, la nuit avait bien faillie finir tragiquement. L'image du capitaine ensanglanter entre ses bras s'imposa a son esprit, la faisant frissonner malgré elle. C'était a cela qu'allait ses préoccupations et non au fait de sa propre sécurité. Le capitaine aurait pu mourir, .. Pire encore, elle aurait pu le tuer.

Elle sembla soudain très lasse, pourtant son regard se fit plus déterminé, son visage plus fermé et c'est d'une voix presque résigné qu'elle murmura. " Pour le bien de tous, peut être devrais je me résoudre a épouser Tankishi. " Cette simple pensée lui faisait horreur et pourtant n'était ce pas la, la seule possibilité ? Tout ne serait il pas plus simple ainsi ? Le capitaine ne courrait alors plus aucun risque par sa faute. Elle assurerait a Soriyeo une sécurité pour le commerce, elle accéderait aux désirs de ses frères et ... C'est un regard tinté de tristesse qu'elle accrocha dans celui de sa grandeur .. Elle pourrait protéger Miyong de tout complot et par la même protéger son empereur, en l'instant rien ne lui semblait plus important .. Bien sur ce qu'elle y adviendrait d'elle si elle épousait Tankishi était ... chose a laquelle elle ne désirait pas penser se convainc t'elle, avant que son esprit ne s'égare en de cruelles et terrifiantes pensées.

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Mar 9 Sep - 0:27


Un sourire modeste se forma sur ses lèvres alors qu'elle affirmait qu'il était un homme bien modeste malgré sa position. Selon Liu Ma, la modestie était mère de toutes vertus et le général des troupes auxquelles il avait été affublé par le passé avait tout fait pour lui inculquer cette bonne leçon. L'empereur de Miyong avait été autrefois une peste rebelle, ne portant pas la faveur de son père impérial et essuyant la terreur de la cour impériale. Le reste de ses frères et sœurs étaient toujours resté en retrait, car s'approcher et se lier à un enfant ne possédant pas les faveurs de l'empereur était un suicide social. La sécurité d'une personne se résumait à l'affection que lui portait le maître du palais impérial, il avait compris cette leçon très jeune. Il s'agissait aussi de la raison pour laquelle il conservait un harem restreint et qu'il s'évertuait à traiter également ses deux filles. Les enfants avaient besoin de leur père autant que de leur mère... Leur mère. Jamais il n'accepterait de séparer Lin Pin de ses enfants.

Il baissa les yeux et vit le regard de Sa Grâce s'assombrir après avoir pourtant affirmer que son personnel mis à sa disposition fut parfaitement compétent et qu'elle en fut satisfaite. Elle jeta un œil derrière eux, comme si elle s'apprêtait à lui confier un mystérieux secret.

" Il se peut néanmoins que l'un deux me cause quelques soucis .. Me reste a déterminer lequel" révéla-t-elle simplement, ce qui attisa sa curiosité. Cela était une accusation tout à fait normale d'une étrangère concernant des étrangers qui arrivaient sous ses ordres et il ne lui en voulait pas. Lui-même ne faisait que totalement confiance qu'à une poignée de serviteurs, dont Chen Po faisait partie.

L'empereur ne remarqua pas lorsqu'elle se rapprocha subtilement de lui, son geste devait lui paraître complètement normal.

"Comme je vous le disais plus tôt, ma nuit n'a pas été aussi fructueuse que je l'aurais voulue ..."

Il ferma les yeux momentanément, inspira, puis expira doucement, reprenant un calme qu'il sentait défaillir en imaginait sa céleste renarde aux mains de malotrus ou tout autre individu aux mauvaises intentions. À la suite de ces mots, Liu Ma lui fit remarquer qu'une quête de connaissance ne pouvait être fructueuse si one ne savait pas où chercher en premier lieu. Il tiqua lorsqu'elle confirma avait été dans une situation désastreuse la nuit dernière. Le souverain aurait souhaité la secouer pour ensuite lui demander ce qui se passait réellement dans cet esprit rebelle qui était le sien. Sa nature avait beau être différente du commun des humains qui les entouraient, mais elle n'était pas tout à fait immortel ou immunisé contre la douleur produite par des geste violents. Ses doigts se crispèrent contre ses manches amples. Cela faisait maintenant une semaine que Tankishi était libéré. Il avait résisté assez longtemps aux demandes de ses alliés, mais elle avait dû céder au final, pour des raisons d'image, des raisons de politique. Heureusement, il n'avait pas eu à faire revenir son père à la cour, ce qui restait un bon coup contre l'influence de Tankishi.

-Je suis simplement heureux de vous voir saine et sauf, au final, Votre Grâce, déclara l'empereur en regardant ailleurs. Cependant, je doute que les rues révèleront des informations qui vous seront pertinentes.

Son regard se fit ensuite très lasse, ce qui le laissa perplexe, puis sans prévenir, elle déclara de manière résignée que tout serait plus simple si elle épousait finalement Tankishi. Son cœur manqua un battement et il se tourna vivement, attrapant la jeune femme par les épaules ferment et la forçant à se tourner vers lui. Ses yeux plongea dans les siens, son expression était sérieuse et légèrement déçue par la vitesse avec laquelle elle semblait être prête à abandonner sa liberté. Il le voyait dans ses yeux, dans ses manières d'agir qu'elle était une femme indépendante en quête de connaissances et d'histoire à raconter.

-Ne dites plus jamais pareille chose devant moi, vous m'entendez! tonna l'empereur d'une voix plus forte et autoritaire que prévue. Il remarqua finalement la force avec laquelle il la tenait, puis la lâcha sèchement en se raclant la gorge. Derrière lui, quelques visages curieux s'étaient levés et Chen Po semblait drôlement troublé par le comportement de son souverain.

L'empereur se détourna froidement, cherchant ses mots, mais ils ne vinrent pas immédiatement. Il se contenta d'avancer silencieusement, ses chaussures se frottant contre le pavé réchauffé par le soleil. Au bout d'un moment, il reprit la parole avec un certain calme dans sa voix.

-Vous dites pour le bien de tous, mais vous ne prenez pas en compte votre propre personne, Votre Grâce, remarqua finalement le souverain en effleurant une joli fleur blanche du bout des doigts. Blanc comme sa renarde céleste pensait-il bêtement en observant la pâleur de la plante délicate. Un mariage entre cet homme et vous serait une insulte envers votre rang et votre personne, vous méritez fortement mieux pour le peu que je connais de vous.

Il ferma les yeux, sa perspicacité noyant ses pensées de nombreuses théories concernant les troubles de la princesse de Soriyeo. Liu Ma soupira doucement.

-Pensez à vous, pensez aux enfants qui pourront naître d'une pareille union, est-ce le père que vous désirez pour votre progéniture? Tankishi n'est pas un homme sage ou bon envers ses femmes, il irait même jusqu'à vous insulter en faisant de vous une seconde épouse, quoique je doute qu'il irait jusqu'à insulter votre famille de la sorte, quoique il s'agit bien de Tankishi, il peut être plutôt suprenant.

Il pensa à la façon dont il était resté debout sans vergogne lors du banquet un cycle plus tôt, osant même toucher le corps sacré d'une princesse de Soriyeo. Son arrogance causerait sa perte et l'empereur n'osait pas penser à ce qui allait lui arriver dans sa prochaine vie. Les dieux ne pouvaient que se fâcher de son comportement peu vertueux.

-Cet homme vous fera plier sous son autorité, il jouera avec vous et si vous osez prendre sa vie un jour, alors vous serez immédiatement accusée de meurtre selon nos lois et exécutée loin de votre pays et vos semblables. Est-ce réellement le futur que vous désirez?

L'empereur de Miyong leva les mains et se frotta les tempes. Toute ses histoires de mariage lui donnait des migraines et le cas de Tankishi allait visiblement le rendre malade un jour. Le fait que cet homme souhaitait épouser une princesse de Soriyeo n'était pas une mauvaise chose en soi, le fait qu'il se rebellait ouvertement contre son souverain et incitait d'autre à faire de même sous l'influence de menaces ou de pot-de-vins était le plus grave. Ses sources avaient recueillis quelques informations sur ses activités illicites, mais il n'avait pas suffisamment de preuves pour ordonner son exécution immédiate. Tankishi possédait assez d'intelligence pour être décemment prudent.

-Tankishi doit tomber, dit froidement Liu Ma en se tournant machinalement vers la princesse. Et vous allez m'aider.

Ces derniers mots sonnaient plus comme un ordre qu'une requête, mais il savait fort bien que la princesse était aussi concernée par ce qui devait arriver à cet homme déplorable. Son influence était un poison au sein de sa cour impériale et il s'était jurer de faire son possible pour faire décroître la corruption parmi les hauts placés de l'empire.

-Il faut commencer par trouver ses alliés et réduire son influence auprès d'eux, déclara l'empereur avec une lueur enthousiaste dans les yeux. On m'a fait parvenir des lettres codées qui aurait dû être transmises à Tankishi, je suis certain que l'identité de certains de ses alliés doit s'y trouver.

Le souverain reprit sa marche, les yeux levés vers le ciel. Sa voix était rassurante, son regard ferme et ses yeux emplit d'une solide volonté. La mort de Tankishi apporterait un repos certain à la cour impériale.

-Une fois son influence moins forte, nous devrons mettre un terme à son revenu, ajouta Liu Ma dont les sourcils s'étaient froncés sous cette mention, il savait que son salaire de ministre n'était pas la seule source d'argent qu'il possédait. Nous devrions être en mesure de faire tomber les membres de sa famille qui le soutienne économiquement. Ensuite, en remontant la chaîne, nous atteindrons l'être désiré, c'est-à-dire Tankishi et il ne possédera aucun moyen de défense.

Il soupira doucement.

-Je ferai parler la loi.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Mar 9 Sep - 9:25


Lorsqu'il en vint a se saisir d'elle aussi rapidement que brutalement, elle resta interdite de par son geste quelques instants. Son être se perdant en l'hésitation de vouloir le repousser ou au contraire prolonger son contact. Sans qu'elle ne soit parvenue a un accord avec elle même, encore quelque peu perdue dans le tumulte de ses émotions, il la relâcha aussi vite qu'il s'était saisie d'elle. Elle posa un regard troublé dans le sien, pas tant par le ton autoritaire qu'il avait eu, pas plus que pour ses mots ou sa façon de la "violenter", mais par le contact en lui même .. Ils devenaient un peu trop coutumier de ce genre d'approche, sinon comment expliquer que de tels gestes lui soient devenus familier au point qu'elle en ressente le manque quand ils prenaient fin ? " Je suis navrée que mes paroles aient apportés une quelconque déconvenue a votre grandeur. Je m'abstiendrais dont a l'avenir de porter certaines de mes pensées a voix haute. " La voix était calme mais le ton difficilement identifiable. Respectueux ? Blesser ? Résolue ? Contrarier ? Rien sur son visage ou en son attitude ne laissait percevoir l'émotion qu'il fallait associer a ses mots.

Quand il parla de son propre bien, elle ne put s’empêcher un regard complice; " Il est étonnant que votre grandeur qui se trouve être si porté sur la vertu en vienne a me conseiller de faire preuve d’égoïsme. Le malheur quand on pense trop a soit, c'est que l'on fini par en oublier les autres. " Ce n'était point la les paroles d'une femme s'offrant a une vie de martyre, elle n'était pas de cette trempe, son tempérament ne se plierait pas a cela. Pourtant elle se refuserait toujours a faire passer ses propres intérêts avant ceux des autres. Et pour l'heure il y'avait en jeu tellement plus important que son mariage avec Tankishi. Bien que cela la remplisse d’effrois, de tout les maux, elle choisirait le moindre mal au besoin. " Mon rang est au final bien peu de choses, mes frères décideront de me marier a l'homme qui leur sera le plus profitable. Je devrais me soumettre ou prendre la fuite .. Ainsi va le monde dans lequel nous vivons. " Du moins allait t'il de la sorte d'ordinaire et en théorie. Dans la pratique, elle avait dans sa manche une toute nouvelle et très utile carte dont l'empereur ignorait tout. " Quand a ma personne, je n'ai pas la prétention de juger moi même de ce que je mérite ou non, mais les mots de votre grandeur me sont appréciables. "

Alors qu'un délicat sourire flottait a peine sur ses lèvres de par le compliment a demi mot de l'empereur et ce malgré la gravité du sujet, il eut vite fait de se faner quand il mentionna de possibles enfants. Elle eu beau mettre tout ses efforts a ne point laisser ses émotions apparaître sur son visage, elle ne put empêchée son regard de briller d'une lueur mélancolique. " Que votre grandeur me pardonne ces mots, mais la nature est généreuse, la ou elle permet de par ses plantes une plus grande fertilité, elle peut aussi l'amoindrir. " Sa voix se fit plus basse, un murmure destiné a ce que seul l'empereur l'entende. " De par ma nature, que Tankishi ou un autre soit mon époux, comment pourrais je me résoudre a mettre un enfant au monde alors qu'il se pourrait d’être en danger a chaque instant si ce que je suis s'en venait a être révéler au monde. " Si il y'avait bien une question qui ne l'inquiétait pas quand a un possible mariage avec Tankishi c'était bien celle la. Elle ne lui donnerait jamais d'enfants .. Ni a lui ni a un autre. Un regret parmi tant d'autres. Voulant s'éviter de sombrer dans quelques mélancolies malvenues, elle se concentra sur les paroles de l'empereur. " M'insulter en faisant de moi une seconde épouse ? " Un sourire sincère et vaguement amusé étira subitement ses lèvres. " Au risque de m'attirer votre courroux et de devoir encore vous présenter des excuses pour mes mots, n'est il pas étrange que ce soit de la bouche de l'empereur de Miyong que viennent pareil paroles ? Princesse ou femme du peuple, il me semble qu'il est dans vos coutumes d'avoir plusieurs femmes. Votre grandeur n'en est elle pas l'exemple ? " Bien consciente que la discutions pourrait rapidement mal tournée tant le sujet était délicat et tant l'empereur se montrait susceptible sur tout ce qui s'en approchait, elle ajouta sincère et d'une voix douce. " Et je suis sure que se faisant, votre grandeur n'a pourtant pas pour but d'insulter ses concubines en, en faisant rien de plus que des épouses de second rang. "

Elle n'essayait bien entendue pas de défendre Tankishi, elle lui voyait bien peu d'honneurs et de vertus et pour sur, il utiliserait les coutumes de ses ancêtres a son avantage. C'était ces coutumes la qu'elle défendait a l'instant, ce qui l'étonna elle même, tant elle ne les partageait pas .. Mais cela faisait après tout parti de Miyong, Miyong qu'elle commençait a appréciait beaucoup trop .. Sans doute sur la même mesure qu'elle en venait a apprécié son empereur. Une folie en somme, d'autant plus qu'en avoir conscience ne semblait malgré tout pas pouvoir lui éviter de la commettre. Les quelques paroles de sa grandeur sur l'autorité de Tankishi, ce qu'il pourrait lui faire subir et ce qui pourrait en découler la chassa brutalement de ses pensées. " Je crains de ne voir le jour de ma mort avant de voir le jour ou je me plierais a l'autorité de Tankishi. " Elle inclina la tête face a cette évidence, plus résolue que craintive. Puis encore faudrait il qu'il vienne a bout d'elle. " Mais quand bien même, il se montrerait tel que nous l'imaginons, je ne prendrais pas sa vie. Je ne me défendrais pas au prix de devenir le monstre que tout le monde voudrait voir en moi. Que votre grandeur se tranquillise donc, ce futur la n'arrivera pas. "

Le voyant visiblement contrarié, voir en proie a quelques migraines, elle préféra s'abstenir de préciser que contrairement a ce qu'il pensait ce futur ne serait pas a Miyong. A son sens, Tankishi une fois son époux aurait bien plus d'influence a Soriyeo qu'il n'en n'aurait jamais a Miyong .. Il allait dont de soit, a son sens, que Tankishi dirait adieu a Miyong sans regrets, si tenter qu'il puisse obtenir sa main. Ce qui malheureusement ne faisait aucun doute. A moins d'utiliser sa carte maîtresse, ce qu'elle se refusait d'envisager a faire. Quand l'empereur se tourna vers elle, sonnant quelques mots tel des ordres, elle glissa son regard dans le sien, presque peinée de devoir réduire a néant ou presque ses illusions teintées d'enthousiasme. " Votre grandeur sait sans nul doutes que toute mon aide lui est acquise. Néanmoins quelque soit nos moyens, le réseau de Tankishi ne tombera pas en un jour, c'est la un travail de longue haleine. Un mission qui se valorisera dans sa réussite sur la durée et non sur un seul coup d'éclat. Du temps voila ce qu'il nous faut avant toute chose et c'est précisément de temps dont nous allons venir a manquer. "

Elle détourna son regard, laissant ses yeux absents s'absorbaient dans la contemplation des jardins. "D'ici trois a quatre cycles, nous recevrons la réponse de mes frères, de cet instant je pense que Tankishi n'aura plus qu'une chose en tête, célébrer nos noces au plus vite. " Elle secoua doucement la tête, refusant de se laisser abattre par une réalité imminente qui ne tarderait pas a les rattraper, puis se tourna a nouveau vers l'empereur, méditant de brefs secondes sur ses derniers mots. " Comme le disait mon père, la loi avait pour but premier de protéger les plus faibles, mais elle a perdu ses vertus le jour ou les plus forts on pu en tirer avantages a leurs profits. " S'en se rendre compte de la témérité de son geste ou de ce que pourrait y voir les serviteurs de l'empereur, elle s'approcha d'avantage de lui et glissant son regard dans le sien, elle agrippa délicatement une des manches du Hanfu de l'empereur. " Votre grandeur ne devrait guère se préoccupait de cela, il y'a plus important a vous soucier que ce qu'il adviendra de mon avenir. Quand a Tankishi dites vous que je réglerais ce problème pour vous .. Pour Miyong .. Pour Soriyeo .. Tôt ou tard. " Il allait de soit qu'elle préférerait ne pas avoir a passer par la case mariage pour atteindre ce but, mais si il fallait en arriver la pour sauver l'avenir de tout ce a quoi elle tenait, alors elle serait  prête a en passer par la.

Son regard s'assombrissant sous le coups de ses pensées, elle resta ainsi, le regard accroché a sa grandeur, sa main serrant délicatement le tissu de son Hanfu. Tankishi était arrogant, il ne voudrait pas la posséder par la force, il voudrait la voir plier, la voir offerte et vaincue. Cela n'arriverait jamais, elle s'en faisait serment. Elle avait dont quelques craintes qui se voyaient apaisées en cela, mais c'était également la promesse de terribles souffrances, car autant elle ne céderait jamais, autant lui ne renoncerait jamais. 

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Mer 10 Sep - 18:46


Dû à un bug vraiment pas sympathique qui me donne envie de jeter mon ordinateur par la fenêtre, cette réponse est perdue à jamais.

RIP réponse adorée!

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -


Dernière édition par Sun Liu Ma le Ven 12 Sep - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sian Nyang
Fondatrice / Admin
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 25

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Mer 10 Sep - 22:33


Les quelques paroles de l'empereur quand a l’égoïsme et a l'altruisme trouvèrent un curieux écho en elle. Quand avait t'elle prit une décision dans son propre intérêt ? Quand avait elle choisie de faire quelque chose, uniquement par ce que tel était son désir ? Aussi loin que remontait ses souvenirs, il lui semblait ne jamais avoir fait pareil choix. A chaque pas de sa vie, a chaque chemin qu'elle avait empruntée, il y'avait toujours eu le désir de protéger quelqu'un ou la nécessité de ne pouvoir faire autrement. Ce comportement avait il été une habitude au point qu'il lui en devienne naturel ? Probablement.

D'ailleurs n'était ce pas une fois encore ce qui la guidait aujourd'hui. Se résigner a épouser Tankishi, renoncer au trône de Soriyeo, ne point avoir d'enfants .. Chacune de ces décisions lui étaient dictées par le besoin de protéger quelqu'un d'autre qu'elle. L'empereur disait vrai, elle en avait conscience dans une certaine mesure,  pourtant en même temps, elle ne pouvait qu'éprouvé le sentiment qu'il avait tort. " Ma mère a choisie de me donner la vie de façon égoïste, je le crains. " Son regard se tinta d'une tristesse évidente. " Elle n'a écoutée que ses désirs, tout comme lorsqu'elle a choisie de se laisser aller a son amour pour mon père ... " Elle inspira doucement, luttant de son mieux contre la mélancolie qui la gagnait peu a peu. " Elle n'a pas penser aux conséquences, aux douleurs qu'elle causerait. " Elle glissa son regard dans celui de l'empereur. " Ne me croyez pas ingrate quand a la vie qu'elle m'a donnée. Bien au contraire. Mais au vu de la peine de mon père quand il nous a perdu toutes deux, au vu du triste fardeau qu'elle a laissée sur mes épaules sans que jamais je n'y fus préparée, je croies qu'aujourd'hui ses choix seraient différents. " Elle détourna les yeux, de la crainte qu'il n'y voit la lueur brillante de possibles larmes. " Vous avez raison, une mère est le plus farouche des gardiens pour son enfant, allant jusqu’à lui sacrifier sa vie au besoin. C'est pourquoi tel sont mes choix. L'ayant moi même vécue, je peux vous dire qu'aucun n'enfant ne veut vivre avec le sentiment que sa mère est morte pour que lui puisse vivre. "

C'était une décision mûrement réfléchie qu'était la sienne. Un regret, une douleur, mais le meilleur des choix quant a un enfant qui pourrait naître. N'était ce pas le devoir d'une mère que protéger sa chair et son sang .. Fort bien c'est ce a quoi elle allait s'employer et ce en évitant de concevoir un enfant a qui au delà de l'amour, elle transmettrait bien malgré elle, un fardeau que par trop lourd a porter.

Quand s'en vint le sujet des concubines de l'empereur, elle dut se retenir pour ne pas rétorquer quelques mots quand au fait que lui même ne voyait rien de mal dans cette coutume de son peuple. Il avait raison sur un point, il leur serait facile de s'emporter sur ce sujet, qui entre eux prêtait volontiers a la querelle. Le reste était question de point de vue et éducation oblige, ils ne partageaient visiblement pas le même. Elle garda dont le silence, se contentant d'écouter ses mots quand a la place qui devrait être sienne. Bien que ce soit la des paroles anodines, il ne pouvait s'imaginait a quel point aux oreilles de la princesse cela sonnait différemment. "Une reine" avait il dit. "Son Destin". Il ne saurait jamais a quel point ses paroles sonnaient juste. Elle se surprit a désirer lui dévoiler ce qu'elle même venait de découvrir, la lourde tache que son père avait laissé sur ses épaules, les choix difficiles qu'elle devrait faire en conséquence .. mais elle s'y refusa. Quelque soit son envie, voir son besoin de partager cela avec lui, elle ne pouvait dévoilée ce secret. Elle n'en avait pas le droit. Ce fardeau était le sien et l'empereur n'en savait il déjà pas que trop sur elle même ? Bien trop assurément, de par ce qu'était leur relation .. Ou par ce qu’elle était censer être. En certains instants quand leurs regards se croisaient ou quand leurs corps se frôlaient en quelques rares gestes, elle avait grand mal a trouver les mots justes pour qualifier cette relation. Qu'étaient ils l'un pour l'autre ? Des étrangers ? Des connaissances ? Des alliés ? Des amis ? Ou bien ce que son cœur lui soufflait mais qu'elle se refusait a entendre, se convainquant que cela passerait aisément si elle mettait suffisamment de force a étouffait les sentiments que la simple vue de l'empereur  lui insufflait.

Sa réponse quand aux paroles de son père sur les lois ne l'étonna guère. L'empereur était un homme de vertu, chacun de ses mots étaient le reflet de cela. " La vertu est un idéal qu'il n'est pas donné a tous d'atteindre. Parfois pour que certaines choses soient accomplies, la vertu se doit d’être ignorée, je ne pense pas pour autant que cela fasse de nous des gens mauvais. " Elle pensa a sa mère, aux choix qu'elle avait du faire, a ses propres choix, au mensonge que serait toute son existence et a tant d'autres choses .. Non, elle n'était pas aussi vertueuse que ce l'on attendrait d'une princesse, était ce dont pour cela que les dieux avaient crus bon de lui infliger toutes ces épreuves ? " Je crains votre grandeur que les dieux ne m'aient jugés bien sévèrement avant même que le terme de ma vie n'arrive. " Elle s’efforça de sourire de façon légère, forçant son regard a se faire plus enjoué. " Ils devaient savoir que je ne serais guère vertueuse et ils ont choisis de me faire payer pour cela avant que ne vienne le jugement final. " Son trait d'humour se perdit dans la mélancolie de sa voix. Mélancolie ajustait a ses pensées, rien ne garantissait que pareil jugement existe pour les êtres comme elle, pas plus que quiconque ne pouvait déterminé quand sa vie arriverait a terme ...

Elle laissa ces quelques préoccupations de coté pour ce concentrer sur Tankishi et le besoin de libérer l'empereur de ses inquiétudes, se laissant aller bien malgré elle jusqu’à saisir délicatement les pans de l'une des manches de Hanfu de l'empereur. Elle ne prit conscience de son geste que quand l'empereur porta sa main sur la sienne en une caresse subtile qui fit manquer un battement a son cœur. Elle resta un instant hypnotiser par le contact des doigts de l'empereur sur sa peau avant de poser son regard dans le sien, les unissant dans cette curieuse sensation qui si souvent les assaillait. Indéfinissable pensa t'elle .. Et ses pensées en l'instant ne faisaient pas cas que de ce curieux lien. S’efforçant de ne rien laisser paraître de son trouble, c'est d'une voix assurée qu'elle lui répondit. " Si je le pouvais, je prendrais volontiers sur moi tout les soucis que peut connaitre votre grandeur. " Les mots étaient sincères, un peu trop sans doute ..

La faute aux délicieux frissons qui couraient dans ses veines de par le contact des doigts de l'empereur sur les siens. Chose qui ne fit que s’accroître quand la voix de l'empereur porta a ses oreilles, des mots qu'elle ne chérissait que bien trop .. Bien plus qu'elle ne devrait se le permettre. Renarde céleste. C'est deux simples petits mots associaient a la promesse qui les suivait, apportèrent en son être un sentiment indéfinissable .. Une fois encore ! Finalement il semblait qu'elle ait trouvée le mot pour définir leur relation .. Ironiquement, il était le contraire de la réponse attendue. " Votre grandeur, vos mots me sont un précieux cadeau, je ne les oublierais pas et je peux vous faire serment que je n'abandonnerais pas .. Jamais. " Elle glissa son regard dans le sien, un regard déterminé, c'était la une promesse qu'elle pourrait tenir sans mal, par contre ce qu'elle ne pouvait promettre, c'est qu'ils emprunteraient ce chemin ensembles. Au besoin pour protéger tout ce a quoi elle tenait, elle choisirait la voix la plus dure .. Elle épouserait Tankishi .. Cette voix la, elle devrait l'emprunter seule. Mais mieux valait taire cela pour l'heure.

Son regard toujours poser dans celui de l'empereur, elle observa un court instant l’œil dissimulait a la vue de tous. Un léger sourire se dessina sur ses traits alors qu'elle laissait ses lèvres se portaient en une question indiscrète. " Si votre grandeur me permet une marque de curiosité a son encontre, j'aimerais vous demander ce qui vaut qu'une partie de votre regard soit privé de la vue de tous ? " Les mots étaient sortis sans gêne aucune. Pas plus qu'il n'y'avait de gêne dans le fait que la main de l'empereur repose toujours sur la sienne, laquelle serrait encore délicatement entre ses doigts un léger pan de la manche de son Hanfu. " N'y voyait pas un quelconque désir de vous rappeler a de possibles mauvais souvenirs, ou le désir de satisfaire une curiosité mal placé, mais votre grandeur connaissant le plus grand de mes secrets, il me semble qu'il serait juste que vous m'en dévoiliez un a votre tour. " Les mots étaient légers et anodins, choisis dans le but de la plaisanterie. A son sens, il n'y'avait probablement rien de secret la dedans. Accident, maladie, qu'importe toute la cour devait être au courant et probable qu'il lui aurait suffit de quelques questions ici et la pour en trouver la réponse seule, mais la n'était pas son désir, elle souhaitait l'entendre de sa bouche. Car certes, il ne connaissait peut être pas tout ses secrets, mais elle lui avait fait cadeau du plus grand. A ce titre, bien qu'elle ne puisse se prétendre a ce qu'un jour il lui dévoile a son tour un quelconque secret, elle avait le besoin de se sentir plus proche de lui. Un besoin qu'elle s’efforçait de taire, chaque jour un plus, mais qui y'avait il a risquer avec une question si anodine ?

_________________
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sun Xian
Admin
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
-----------Registre-----------:
Age:: 34

MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   Lun 15 Sep - 4:56


"La vertu est un idéal qu'il n'est pas donné a tous d'atteindre. Parfois pour que certaines choses soient accomplies, la vertu se doit d’être ignorée, je ne pense pas pour autant que cela fasse de nous des gens mauvais."

Il hocha la tête à cela. Ils étaient tous humains, malgré la nature qui se dissimulait en eux. En tant qu'êtres mortels, ils étaient portés à se diriger vers leur désirs, parfois même leurs bas instincts. Cela n'était pas une vilaine chose dans la mesure où en tant qu'être mortel, un humain souhaitait profiter de ce bref souffle de vie qui pouvait partir à tout moment sous un caprice des dieux. Toutefois, il y avait une limite à se laisser contrôler par ses désirs et ses envies. Une personne vertueuse s'évertuait à avoir un certain contrôle sur elle-même et obéissait du mieux qu'elle le pouvait aux lois célestes, puis aux lois des hommes. Peu importe ce que l'un pouvait penser, les lois étaient là pour garder un ordre et éloigner le chaos.

-Nous avons la chance de posséder la possibilité d'avoir des choix, il faut simplement être en mesure de savoir qu'est-ce qui est bien pour soi et le bien commun, répondit le dragon impérial en lui rendant un sourire amical. L'erreur est humaine, après tout.

Elle mentionna ensuite que les dieux lui avaient infliger autant d'épreuves pour la punir de son manque de vertu. Un frisson désagréable le parcourut lorsqu'elle parla de son jugement final, mais il chassa cette vilaine sensation en jurant intérieurement. La princesse Sian Nyang de Soriyeo n'était pas n'importe qui. Son chemin n'avait peut-être pas été le plus aisé, mais il savait au plus profond de lui-même qu'elle n'emprunterait pas immédiatement la voie des cieux. Son heure n'était pas encore arrivée.

-Les dieux sont des êtres curieux et capricieux, nous ne pouvons savoir ce qu'ils réservent pour nous, notre destin nous est offert par eux, mais il est possible de le façonner à notre façon, lui dit-il sous un ton encourageant. Cela est votre choix de prendre la voie que vous désirez réellement.

Un choc lui avait traversé la colonne lorsqu'il lui avait effleuré les doigts. Cette sensation étrange qui s'était emparée de son être depuis l'arrivée de la jeune femme dans le palais. Ou peut-être depuis cette nuit fatidique où il avait rêvé à l'esprit d'un renard. Un renard au regard ferme, mais emplit de bonnes intentions.

"Si je le pouvais, je prendrais volontiers sur moi tout les soucis que peut connaitre votre grandeur."

Un rire bref s'échappa de sa bouche et il cacha pudiquement celle-ci avec le pan de son ample manche. Il ne s'agissait pas d'un rire moqueur, bien au contraire. Il était ravi de voir que ses soucis d'empereur semblaient la préoccuper sincèrement, sans vilaine arrière pensée. Ses liens avec le royaume de Soriyeo étaient encore turbulents et capricieux, mais il espérait que cela s'arrangerait pour le mieux lorsque la princesse retournerait chez elle, en sécurité, loin de Tankishi et ses alliés. En effet, il ne comptait pas les faire retourner tout les deux, mariés, dans le beau pays de la diplomate.

-Parler en bien de moi à vos frères lorsque vous les reverrez, cela me donnera en effet des soucis en moins, se moqua gentiment le fils du ciel avant de se racler la gorge. Je souhaite réellement une paix à long-terme entre nos deux pays, princesse Sian Nyang.

Ses joues rosirent doucement. Il s'était permis de l'affubler un peu trop familièrement du surnom de «renarde céleste», mais prononcer à voix honte son nom de naissance le laissait un peu confus. Les deux mots réchauffaient son être agréablement et il ignorait où se placer. Il se sentait vraiment ridicule. Il était normal pour lui de s'adresser à elle comme il l'entendait, même si sa venue était supposée être une visite courtoise de diplomate, toutefois...

"Votre grandeur, vos mots me sont un précieux cadeau, je ne les oublierais pas et je peux vous faire serment que je n'abandonnerais pas .. Jamais."

Le dragon inclina doucement sa tête vers elle, lui souriant affablement, mais son expression ressemblait plus à celle d'un amant satisfait de la résolution de sa belle que d'un ami à un autre. Étrangement, il ne voyait rien de mal à son sourire un peu niais, plus long que ce que lui demandait la courtoisie habituelle. Son expression devient cependant plus ferme lorsque la princesse lui posa une question concernant son apparence pour le moins inhabituelle pour un empereur. Il n'était pas fâché, d'une certaine façon, il était surpris qu'elle ne lui avait pas posé la question plus tôt, elle et sa curiosité bravant tout protocoles ou marque de courtoisie coutumière.

En fait, il était plus surpris par le fait qu'elle ne semblait pas avoir cherché des informations le concernant à ce sujet par le biais d'autrui.

"Si votre grandeur me permet une marque de curiosité a son encontre, j'aimerais vous demander ce qui vaut qu'une partie de votre regard soit privé de la vue de tous ?"

Un sourire déforma sa joli bouche, puis il détourna son regard pour regarder droit devant lui, admirant les reflets de la lumière du soleil sur les feuilles verdâtres des nombreuses plantes qui les entouraient de leur magnifiques présences.

-Cela est drôle, puisque vous ne seriez pas supposé lever la tête vers moi, et donc, de regarder mon visage, déclara le fils du ciel avant de lui lancer une expression moqueuse, lui signifiant par la même occasion que sa curiosité ne le fâchait pas et qu'il la lui pardonnait, bien sûr!

Il ferma les yeux un bref moment. Oui, pourquoi une partie de son visage était dissimulée à tous? Quel était donc l'horreur qu'il cachait si diligemment aux gens qui l'entouraient, aux officiers, aux serviteurs, à ses femmes, tout le monde, même à la diplomate. À la cour impériale, peu de gens savaient pour sûr se qui se cachait. Il y avait des rumeurs, évidemment, mais laquelle se rapprochait le plus près de la vérité? Liu Ma dissimulait cette partie de son visage pour de nombreuses raisons et peu d'individus avaient eu la chance... ou le malheur plutôt, d'apercevoir ce qu'il était vraiment. Si seulement ses ancêtres n'avaient pas brûlé la majorité des documents qui mentionnaient sa condition... unique.

Il devança la jeune femme de quelques pas, les mains croisées dans son dos, l'air solennel. Ses yeux étaient fixés sur un point en particulier dans le lointain.

-J'ai été un guerrier par le passé, Votre Grâce, cela est un fait connu, dit-il finalement. Les épées fendent, les lances empalent et les flèches sifflent en quantité phénoménale. Les guerres va et viennent, mais elles laissent des marques. Massacres,  pauvreté, veuves et orphelins... cicatrices...

Ses épaules s'affaissèrent, son corps se crispa. La guerre et ses batailles intarissables laissaient des marques, certes, mais parfois une personne naissait avec le plus terrible des fardeaux. L'un de ceux dont il était impossible de contrôler. Il soupira, lasse de ne rien comprendre de ce qu'il était.

-Je combattais dans les premiers rangs, aveuglé par un excès de violence, je ne fis pas attention aux archers ennemis qui s'étaient mis en position dans mon angle mort. Peu de temps après, les flèches ont sifflées et l'une a écorché mon œil droit sur sa trajectoire. Je vous laisse deviner la suite, mentit-il habilement en se retournant vers elle avec un sourire, la regardant normalement droit dans les yeux. Des histoires de soldat, je le crains, Votre Grâce, rien de très impressionnant.

Il resta ensuite silencieux, laissant ses paroles peser sur elle. Après un bref moment d'hésitation, il ferma les yeux et les rouvrit avec une volonté normale. Une brise fraîche vint agiter ses habits et ceux de la princesse de Soriyeo. Il la regarda directement dans les yeux, ses lèvres remuèrent, mais il n'eu pas le courage de dire quoi que ce soit. Finalement, il releva son regard vers elle, puis inspira.

-Cette histoire... était un mensonge, avoua-t-il, ignorant totalement ce qui lui poussait à lui raconter un brin de vérité le concernant. Toutefois, je souhaite que vous la considériez comme la vérité. Sachez simplement que nous ne sommes pas si différent l'un de l'autre, Votre Grâce. Une similitude qui m'effraie beaucoup, d'une certaine façon.

Le fils du ciel lui décocha un sourire un peu triste avant de se détourner brusquement. Un groupe d'oiseau passa au-dessus de leurs têtes, leur piaillement commun lui apporta le réconfort de la routine, mais lui rappela aussi que beaucoup de temps s'étaient écoulé et qu'il devait penser à rentrer à son pavillon pour poursuivre ses tâches d'empereur. Il pouvait se reposer et profiter de la vie pendant un court instant, mais les affaires de l'État ne pouvaient être laissé de côté pendant trop longtemps. Il était de son devoir de répondre aux besoins de son peuple.

-L'anniversaire de la princesse Cai Cai approche à grands pas, j'espère que vous serez en mesure d'y assister avant votre départ pour le royaume de Soriyeo, la princesse vous apprécie beaucoup, dit-il en changeant facilement le sujet de la conversation.

Il se tourna vers la jeune femme et inclina respectueusement la tête vers elle, un sourire amical aux lèvres.

-Même si votre compagnie était tout à fait plaisante, Votre Grâce, je me dois de retourner  aux affaires qui m'attendent, j'attendrai impatiemment vos notes concernant vos recherches au sein des ouvrages que comporte la bibliothèque impériale.

Liu Ma s'inclina à nouveau poliment, puis s'éloigna tranquillement. Voyant qu'il partait en direction de son pavillon, la suite impériale de l'empereur avancèrent à nouveau à pas vif dans son sillage. Chen Po adressant une expression avenante vers la diplomate en inclinant poliment la tête avant d'aller rejoindre l'empereur en courant.

_________________

- I am the Sun, I am the Sky, I am the Emperor -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sous le regard du renard (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sous le regard du renard (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sous l'oeil du renard la délégation revient
» Acier contre chair, un duel sous le regard de la lune! [Pv Steph et Almace, Présent] [Saskatchewan, Canada]
» Quand une pieuvre s'adresse à un lion, mieux vaut le faire sous le regard de la lune. ♦ Intrigue IdF
» Sous le regard des Astres [Pv-Chen] -épreuve2-
» Sous le pont Mirabeau coule la Seine...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De sang et de soie. :: Empire Miyong :: Cité impériale :: Le palais impérial-
Sauter vers: